Ce site n'est plus à jour

Découvrez Fillon2017.fr
22 novembre 2014 6 22 /11 /novembre /2014 10:08

Tribune parue dans le Huffington Post

 
 

La Stiftung Genshagen et l'Institut Montaigne m'ont demandé de clore leur forum annuel à Berlin. Avec les participants allemands et français à cet événement, c'est l'avenir de l'Europe qui est au cœur de nos débats. Alors qu'est célébré le 25e anniversaire de la chute du Mur de Berlincomment ne pas mesurer l'ampleur des défis que doit relever une Europe, aujourd'hui, en crise?

D'abord, la crise financière qui n'est pas encore totalement derrière nous et qui fait peser sur nos taux d'intérêts et sur l'euro des risques de dérapage.

Ensuite la crise économique, qui certes ne frappe pas tous les Etats avec la même virulence, mais qui peut tous les plonger dans une longue phase de croissance molle, certains évoquant même le spectre de la déflation.

A cette double crise s'ajoute une crise existentielle, car l'idéal de la paix s'est dissipé et avec ses 25 millions de chômeurs, l'Europe traverse une dépression morale.

Quant au moteur franco-allemand, il semble fonctionner mécaniquement... En 2013, la célébration du cinquantenaire du traité de l'Elysée a révélé l'essoufflement de notre relation, alors qu'il aurait dû être un moment fort pour tracer des perspectives d'avenir. 

Face à cette situation, nous avons un devoir de vérité et un devoir de remobilisation. L'Europe a bien des défauts, et je suis le premier à dire que l'union monétaire fut réalisée dans des conditions peu satisfaisantes. Quant à l'élargissement - incontournable - il a sonné le glas d'une certaine vision de l'Europe communautaire. S'est ajouté à tout cela le poids de la technocratie et une forme d'impuissance des gouvernements.

Oui l'Europe a des lacunes, mais la vérité, c'est qu'elle n'est pas responsable de nos déficits et de notre endettement, ni du chômage qui affecte certains Etats, ni de la crise de l'Etat providence. Cette façon lâche de se défausser sur l'Europe des problèmes qui dépendent de chacune de nos nations n'est pas digne.

Pour tenir son rang, la France doit se redresser, se réformer pour être plus compétitive et plus rigoureuse sur le plan budgétaire. L'Allemagne, quant à elle, a peu de leçons économiques et financières à recevoir... Mais ses derniers indices conjoncturels démontrent un fléchissement de sa croissance et de sa production industrielle. Des défis se pressent à ses portes - celui de sa démographie, de sa politique énergétique, de sa demande intérieure...

Bref, nous avons collectivement le devoir de nous remobiliser.

La priorité des priorités, c'est de créer les conditions d'un retour solide de la croissance. Mario Draghi demande un plan global pour accompagner les efforts de la BCE. Il a raison. Aujourd'hui, c'est la dispersion qui règne alors qu'il faudrait une stratégie économique globale avec une articulation claire entre la politique monétaire d'assouplissement de la BCE, l'élargissement du calendrier sur la réduction des déficits, l'accélération des réformes structurelles nécessaires dans chacun des Etats, le projet de 300 milliards d'euros d'investissement prévus par la Commission européenne.

D'une certaine façon, il faudrait bâtir un contrat d'action sur trois ans, liant tous ces sujets et engageant tous les Etats.

Cette stratégie économique cohérente et plus musclée ne nous dispense pas d'une réflexion de fond sur le fonctionnement de l'Union européenne.

On ne peut pas avoir une monnaie unique et tant de disparités entre nos pays, d'où, selon moi, la nécessité d'un véritable directoire des chefs d'Etats et de gouvernement de la zone euro, en mesure d'impulser, harmoniser et encadrer les politiques économiques et financières de chacun de ses membres.

Chaque pays a ses traditions légitimes, et c'est pourquoi je souhaite qu'au côté de ce directoire politique figurent des parlementaires représentant chacune de nos nations.

Au cœur de la zone euro, c'est au couple franco-allemand de montrer l'exemple en engageant un processus de convergence économique, fiscale et sociale. Entre nos deux nations, j'ai un jour dit qu'il faudrait créer une forme de confédération politique, permettant de bâtir vraiment ce noyau dur qui fait défaut à l'Europe.

Fixons nous des objectifs et un calendrier : se doter, en trois ans,  d'un impôt sur les sociétés à taux unique, en cinq ans de taux de TVA et d'une fiscalité sur le capital harmonisés,  en dix ans de règles économiques et sociales semblables.

Dès à présent, mettons les bouchées doubles sur des projets communs : projets industriels avec notamment la question cruciale de l'énergie, projets scientifiques où nous pouvons créer des pôles à vocation mondiale par exemple sur la recherche médicale, projets technologiques autour de la question du numérique et des transports du futur où nous avons chacun des compétences immenses...

Et puis, il faut travailler au renforcement de notre protection commune. Face à la question migratoire, l'Europe n'a pas vocation à être une passoire et prétendre que la sortie de l'espace de Schengen serait la réponse à nos problèmes est faux.

Les solutions sont ailleurs : contrôles de police efficaces et mutualisés aux frontières de l'Union européenne, harmonisation de nos règles d'accueil, conditions pour l'accès des étrangers aux prestations sociales, quotas migratoires...

Quant à notre sécurité extérieure, je sais bien que c'est un sujet encore sensible pour nos amis allemands, bien qu'ils s'investissent de plus en plus dans des opérations extérieures et que le budget pour leurs armées est désormais pratiquement identique à celui de la France. Je ne demande pas la constitution d'une improbable armée européenne, je demande que chacun fasse des efforts pour donner à l'Europe le pouvoir de peser diplomatiquement et militairement sur la scène internationale.

En mars 2005, alors que j'étais ministre de l'Éducation, j'avais concrétisé avec Peter Müller un manuel d'histoire commun franco-allemand, qui fut diffusé dans nos écoles. La mémoire, la culture, le savoir, c'est la clé de l'Europe !

Nous devons dessiner des stratégies universitaires beaucoup plus audacieuses, allant bien au-delà de l'université franco-allemande de Sarrebrück. Le triangle des universités d'excellence françaises et allemandes - Heidelberg, Tübingen et Strasbourg - est un puissant levier pour lancer des initiatives conjointes.

25% des jeunes Allemands apprennent le français, moins de 20% des Français apprennent l'allemand, contre 44% l'espagnol... L'allemand risque de devenir une langue rare en France, alors même que son intérêt économique ne cesse d'augmenter. Il faut amplifier les cursus complètement bilingues, multiplier les bourses pour les enseignants et les élèves, développer des programmes numériques éducatifs et culturels communs...

Pour moi, l'Union européenne n'est pas qu'une architecture institutionnelle et une monnaie unique. Dans un monde concurrentiel de 7 milliards d'habitants, l'Europe est une civilisation qui a vocation à incarner un pôle indépendant, défendant des valeurs de liberté, de progrès et d'humanisme. Contre le scepticisme, réagissons et rénovons l'idéal qui nous rassemble.

Partager cet article

Publié par François Fillon
commenter cet article

commentaires

gilles 07/04/2015 09:12

http://www.liberation.fr/economie/2015/04/06/grece-tsipras-demande-des-reponses-sur-l-origine-des-politiques-d-austerite_1236075
C'est très discret dans les médias, à part cet article, j'ai vu une excellente émission sur arte réalisée par un journaliste allemand, et c'est pourtant le coeur du problème.
Je ne suis pas sûr que le dicton "qui paie ses dettes s'enrichit" soit d'actualité avec la Grèce et Chypre. En creusant tout cela, j'ai l'impression que certains créanciers pour diminuer leurs pertes ont via les mécanismes FMI, UE, et BCE, forcé la Grèce à vendre certains actifs et en récupérer directement les fonds. Au final, tout cela a très certainement évité au contribuable français et allemands d'avoir en plus de leurs dettes nationales, à payer le remboursement de la dette grècque, mais ce n'est du "très joli, joli", tout çà.
Bref, la dette, c'est zéro problème tant qu'il n'y a pas de cash à mettre sur la table pour rembourser...

david doumeche 04/12/2014 13:19

Il n'y a pas de couple franco-allemand, il n'y en a meme .plus et la dame de fer de berlin opposera un niet categorique a toute proposition filloniste comme elle le fait depuis 8 ans. Une integration fiscale, de la tva ? Avec la gabegie fiscale francaise, je ne vois pas berlin dire oui au sauvetage de la grande nation.

Michel 29/11/2014 22:01

Ce que dit Mr François Fillon est bel et bon.
Ne peut on tout de même se poser des questions à propos du "couple" franco-allemand. Cette relation n'a -t- elle pas correspondu à une situation où l'Allemagne, gérée par des Européens francophiles sincères, émergeait d'une période sombre. Les générations renouvelées, la réunification obtenue, le différentiel économique s'étant accru entre les deux nations, le désir de couple reste -t-il autant partagé?
L'on sait que l'Allemagne qui s'est réconciliée avec la Pologne, ce qui est heureux, a beaucoup développé son économie vers son ancien hinterland oriental tchèque, polonais ou balte. Demain, peut être ukrainien.....
Où en sommes nous vraiment ?

Marc 28/11/2014 06:44

Vu l’état des relations avec l’Allemagne, et le scepticisme vis a vis de l'union, le prochain président sera déterminant pour savoir si l'aventure continue ou s’arrête. S'il envisage comme vous une relation sereine et amicale vis a vis de notre partenaire, et a comme vous une vision constructive et réconciliatrice de l'union, elle retrouvera sa légitimité dans l'opinion. Rien que pour ça, je souhaite que vous y arriviez. Mais c'est aussi pour le reste, que je le souhaite, pour votre personnalité franche et honnête, la profondeur de vos convictions, la certitude que vous agirez, et surtout le fait que vous affronterez tout les problèmes, sans haine, mais sans tabou. Merci, et continuez. Après la pluie...

Bertrand L 27/11/2014 17:44

On devrait voir et revoir ce reportage de France2 sur les élections internes à l'UMP.
Il est honteux de voir que des cadres et responsables d'un grand parti comme l'UMP aient pu frauder en toute impunité. Il est honteux de voir qu'on charge des incompétents d'organiser des élections (tous ceux qui organisent des élections dans les mairies savent qu'à partir d'un certain nombre de votants, il faut ajouter des bureaux de vote…).
Et je dirais même, il est honteux également que beaucoup à l'UMP se soient tus quand Copé a proclamé son élection. Cela est scandaleux d'avoir couvert la fraude.
Je pense rester tout à fait objectif en disant ceci : le seul responsable important qui soit resté honnête et qui fasse honneur à la politique à l'UMP est François Fillon.
Mettez le lien suivant sur votre blog :
http://www.francetvinfo.fr/replay-magazine/france-2/complement-d-enquete/la-nuit-des-tricheurs_744141.html
Pour finir je dirai : Vive Fillon, allez jusqu'au bout !
Cordialement, Bertrand L
ps : je me doute que vous n'oserez pas publier ce message

bertin jp 27/11/2014 16:55

ET LE TRAITE DE LIBRE ECHANGE EUROPE /USA ,?

Que se passe-t-il sur ce sujet fondamental ?
Pourquoi cette discrétion ?
Les négociations sont-elles secrètes ?
Peut-ètre en parlerez -vous un jour ?
Seule Mme Le Pen en parle .......Qui dit ou cache la vérité.?

gilles 27/11/2014 14:51

http://www.lefigaro.fr/societes/2014/11/27/20005-20141127ARTFIG00198-les-autoroutes-veulent-augmenter-leurs-tarifs-au-1er-fevrier-2015.php

voilà dans un contexte de création de richesses faibles ce qui déclenche les révolutions. Nous sommes de facto en déflation économique et une entité pratique la rente contractuelle.

Voilà ce que j'ai trouvé également à ce sujet également : Evidemment, c'est l'UIMM, donc contestable politiquement, mais pas dénué de fondement.

http://uimmauvergne.org/sites/default/files/11-Point-de-vue-Novembre-20141.pdf

Jean-Louis PETIT 26/11/2014 15:32

Malgré le peu d'attention accordé à votre candidature dans les médias et chez les sondeurs, je crois sincèrement que vous ne devez pas vous décourager Un boulevard s'ouvre devant vous Chaque jour qui passe vous apporte de nouvelles chances le Président Sarkozy réapparaît tel qu'il est, politicien chevronné, candidat pugnace mais piètre homme d'Etat Ses meetings ressemblent à des réunions de représentants de commerce Quant à Alain Juppé, il fait du "Chirac", ses coups de sang cachant mal ses faiblesses, bref c'est un homme respectable mais qui a fait son temps et qui a exercé le pouvoir à son niveau, c'est un faux dur qui gérera les affaires courantes mais ne conduira pas la Nation Courage !

serrurier paris 24/11/2014 21:37

J'apprécie votre blog , je me permet donc de poser un lien vers le mien .. n'hésitez pas à le visiter.

Cordialement

Bertrand L 24/11/2014 16:44

Merci d'exposer ces idées pour l'Europe. On aurait envie de les voir appliquer tout de suite tant on a l'impression que rien ne bouge de ce côté là non plus. Continuez. Bertrand L

gilles 24/11/2014 12:27

http://www.lefigaro.fr/conjoncture/2014/11/23/20002-20141123ARTFIG00124-un-rapport-franco-allemand-prone-l-assouplissement-des-35-heures.php

Enfin !
Je trouve dans les propositions étudiées par Bercy, les solutions à mes propres pistes de réflexion.
Gel des salaires, un tabou qu'ose franchir Bercy.
Alors que je n'entends pas cela dans l'opposition.
C'est fou.
Voilà ce qui fait la croissance du font national :
Un parti de gouvernement qui fait le contraire de ce qu'il a promis à sa base électorale qu'il envoie par centaines chez Marine le Pen, et un parti d'opposition qui laisse se déposséder des solutions évidentes et indispensables au motif qu'elles ne sont pas populaires quand ils seront au pouvoir.
Je pense que vous n'avez pas encore assez mangé de votre pain noir et que nous n'êtes pas encore assez longtemps restés dans l'opposition.
Ce qui vous guette c'est 5 ans d'opposition de plus. Ce qui nous guette, c'est un 2nd tour F Hollande, Marine le Pen et F Hollande 5 ans de plus, faute d'un discours constant, avec des solutions.
Car il fallait le faire annoncer le gel des salaires.
Tous les ans, nous voyons la richesse d'entreprise diminuer par manque d'innovation de masse , tous les ans, ce qui enclenche une dynmique d'entreprise de licenciement voire de disparition et tous les ans nous voyons les marges de manoeuvre que le gouvernement essaie de redonner aux entreprises mangées par l'augmentation des indexs et barême faute de maturité suffisante des partenaires sociaux qui s'achètent une paix sociale provisoire à coup d'augmentation des minimas.
Je considère qu'en fait, la soilidarité avec les choimeurs consistent à maintenir les salaires pour qu'en cas de croissance même momentanée, l'embauche soit au moins permise financièrement.
SInon, c'est l'appartheid économique que vous allez créer. Des salariés en CDI hyper protégés et des chomeurs en fin de droit, des retraités exclus du filet de protection et hyper précarisés.

rousseau 23/11/2014 11:22

Philippe de Villiers vous vous souvenez ? c'est peu ou prou dans une certaine mesure , ce qu'il avait dit exactement concernant le fonctionnement de l'Europe il y a presque ...20 ans ! malheureusement , lui aussi , on a cherché à le "flinguer" politiquement et personnellement de plus, trahi au sein de son propre camp ! c'est lui qui devrait etre nommé notre prochain ministre de la culture dans un prochain gouvernement de droite ! lui au moins il sait de quoi il parle en matière de culture et de développement culturel ! méditez à ce sujet Mr Fillon ! n'oubliez pas "le camp des saints" Mr Fillon , écrit il y a ...30 ans ! (Jean Raspail )

bertin jp 25/11/2014 19:15

çà fait du bien d'entendre une musique commune sur des thèmes fondamentaux

alice 23/11/2014 10:59

….. L’Europe, hélas est encore, pour beaucoup, « sujet sensible »…les vieux « démons » de « La Guerre » rougeoient encore dans les cendres !!!!..… « Politique quand tu nous tiens » !!!!......l’Union Européenne semble encore « figée » « embryonnaire »…pour lui permettre de prendre son envol…. ne serait-il pas souhaitable que chaque pays, crée et assigne un « Triumvirat de Ministres de l’Europe » APOLITIQUES issus de la Société Civile ???...des « Pros » ..technocrates humanistes dont La Mission serait d’améliorer la Force de Progrès dans l’Economie, le Culturel, le Social, chacun dans son domaine…...par ailleurs, l’Union Européenne pour beaucoup semble balbutier, trop mal comprise, mal perçue donc mal acceptée…la création, d’un « Think Tank » Européen Unique et Apolitique présidé par les « Ministres de l’Europe » et comme vous le suggérez, celle d’un « noyau dur » franco-allemand « fédérateur » , transformerait……l’Europe en Grande Force pour Tous…et non pas « en amalgame politique éternellement boiteux » de parlementaires et conseillers trop nombreux .....qui semblent « bailler aux corneilles »…ou « twitter à leur Parti ».. .. !!!!!…..mais je me trompe peut être !!!!….Bravo François Fillon, c’est une « Marque de Noblesse » que d’avoir été choisi par le prestigieux Institut Montaigne pour clore leur Forum annuel et merci d’y avoir brillamment représenté La France……2017 sera l’Année François Fillon, qu’on se le dise !!!!!

bertin jp 23/11/2014 08:43

APRES L'AFFRONTEMENT SARKO/JUPPE,

Vivement qu'un gaulliste authentique vienne et assume.....
FILLON,,vous avez un boulevard..........................
Prenez l'étendard au sol foulé, méprisé....et plus grave utilisé abusivement.
Nous attendons avec patience,nous attendons depuis des décennies....
Et la situation est plus grave qu'en 1958.
LE GRAND MOMENT N'EST PAS ENCORE ARRIVE....!
PATIENCE ET VIGILANCE...!!

Jean-Louis PETIT 23/11/2014 07:15

Tout ce que vous dites est juste L'Allemagne et la France doivent constituer le plus rapidement possible une union politique rassemblant "les fils de Charlemagne" Mais tout ceci ne sera possible que si l'on s'attache à limiter fortement l'immigration afin d'intégrer complètement ces populations à notre histoire Sinon, parti comme c'est parti, nous sombrerons dans un communautarisme suicidaire Bon courage

bertin jp 22/11/2014 20:56

QU'A FAIT DE GAULLE EN 1958 ?

REDRESSER LA FRANCE sur le plan économique.
NOUS SORTIR de nos colonies sur le plan politique.
NOUS SORTIR de l'OTAN.
FONDER LE couple franco-allemand.
FAIRE de la RUSSIE un partenaire stratégique.
QU'on fait ses successeurs:
.Ramenez les populations des ex colonies en FRANCE
.NOUS plonger dans les dettes et nous faire dépendre des "marchés financiers"
.Nous faire rentrer dans l'OTAN
.Nous confronter à la RUSSIE,y compris militairement pour le grand plaisir des AMERICAINS.

C'est vrai DE GAULLE c'est ringard !
ET POURTANT ..... ,Que de temps perdu....!
LE SUICIDE FRANCAIS ? NON LE CRIME CONTRE LA FRANCE depuis MAI 1968.!

Francois Carmignola 22/11/2014 18:23

Excellent ! Un rappel tout en douceur à la nécessité de faire ce qu'aujourd'hui on ne fait pas.
Et oui la disparition de la France de l'Europe, laissant l'Allemagne seule est un plaie.
Une plaie provisoire, mais tout de même. Une parenthèse qui va bientôt se refermer: il y a tant de choses à faire.
Bravo à François Fillon ! Qu'il ne se décourage pas: la qualité de telles interventions, en dehors des purulent débats qui ruinent laFrance lui assure la victoire finale!

Mes vidéos

Fil Twitter

Recherche