Ce site n'est plus à jour

Découvrez Fillon2017.fr
1 décembre 2014 1 01 /12 /décembre /2014 14:46

Cette semaine, les chefs d’entreprise manifestent leur mécontentement et leur désarroi. Le gouvernement aurait tort de voir dans cette initiative le fait d’une élite privilégiée, arc-boutée sur ses intérêts. Sans les entrepreneurs, pas de croissance, pas d’emplois, pas de création de richesses et, à fortiori, pas de solidarité sociale !

Il faut écouter ces hommes et ces femmes qui se battent tous les jours pour développer leur activité, diriger des équipes, conquérir des marchés. Il faut entendre leur lassitude devant le flot des critiques dont ils sont la cible, comme s’ils étaient responsables du chômage, comme s’ils étaient coupables d’échouer ou de réussir, comme s’ils étaient suspects de réclamer plus de liberté, moins de charges, moins de règles rigides.

Derrière les quelques grands patrons qui font la une des journaux, ils sont des centaines de milliers ces petits entrepreneurs ingénieux, courageux qui, silencieusement, ne baissent pas les bras et ne roulent pas sur l’or. Pour quelques-uns qui ont la chance de réussir, combien sont-ils ceux qui ne comptent pas leurs heures, qui investissent leurs économies dans leurs projets, se font un sang d’encre à l’idée de ne pouvoir tenir leur chiffre d’affaires, ceux aussi qui sont pris dans l’engrenage des administrations, des banques, des prud’hommes. On ne parle jamais d’eux ! Entreprendre en France, c’est le parcours d’obstacles et les idéaux se muent parfois en cauchemars.

La mobilisation de cette semaine sera sans doute peu spectaculaire car les entrepreneurs n’ont pas le temps de manifester, mais nul ne doit sous-estimer leur message. C’est le message angoissé de la France qui se bat contre la crise, qui produit, innove, enrichit notre pays. C’est la passion d’agir qui les guide, et cette passion est en train de mourir à petit feu. L’adversaire de tous ces entrepreneurs en colère, c’est l’absence de confiance ! Au fond d’eux-mêmes, ces hommes et ces femmes qui prennent des risques se demandent si la France les respecte vraiment.

Alors que notre pays frôle la récession, le message des entrepreneurs sonne comme un ultime avertissement. Il appartient au gouvernement d’y répondre car ni le CICE, ni le pacte de responsabilité, ni le projet de loi pour l'activité ne seront suffisants pour redresser la situation.

Quant à l’opposition, elle doit se préparer à assumer une refondation de notre modèle économique et social. Et elle n’y réussira que si elle est capable de joindre les intérêts des entrepreneurs, des investisseurs et des travailleurs autour d’une ambition rassembleuse pour la croissance et l’emploi.

Partager cet article

Publié par François Fillon
commenter cet article

commentaires

gilles 09/12/2014 06:32

http://www.lefigaro.fr/conjoncture/2014/12/09/20002-20141209ARTFIG00006-les-greffiers-coupent-infogreffe-pour-protester-contre-la-loi-macron.php

Je n'aime pas les socialistes, mais par contre, voici une rente. Les greffiers font de l'argent sur la diffusion des comptes des entreprises, se servent de la loi pour passer en pénal les diregeants d'entreprise qui refusent de se soumettre à ce diktat, et ironie de l'histoire cassent nos entreprises en imposant une transparence destructrice pour nos PME soumises à la concurrence allemande, car les PME allemandes n'ont pas cette obligation tout au moins , aucune amende en face, ce qui fait qu'elles échapent à cette obligation.
Alors, oui, à bas ou tout au moins halte à la rente des prvilèges des greffiers qui font croire qu'ils font du service public alors qu'ils bénéficient d'une charge digne et plus ou moins héritée de l'Ancien Régime et sont une profession libérale installée au sein même dans les locaux des tribunaux de commerce.
Jusqu'à 30 000 euros de revenus mensuels. Franchement, c'est une sacré rente déconnectée des difficultés et des réalités de la concurrence internationale.
Et dire qu'on parle de compétitivité ...
Mais je connais ce genre de lobbys. Ils vont durer jusqu'aux prochaines élections et à l'occasion de l'alternance, on ne va plus en entendre parler.

MICOUD 06/12/2014 11:30

Bonjour,

relisez les commentaires de Balourdet et Gilles. Des exemples de ce genre, je peux vous en donner des dizaines. C'est concret. Je suis allé défiler avec les patrons de TPE. Pourquoi? les élites de toute nature: représentants syndicaux du patronat, le gouvernement, mais aussi les politiques de tous bords, les journalistes, vivent dans un autre monde. Que le patronat ait signé, Medef et CGMPE comprise, l'accord sur les 24h par semaine, est un révélateur du fossé qui sépare ces élites de la base et des réalités du terrain. Je me pose la question du pourquoi de cette situation et j'ai très peur d'y répondre. Ayant exercé des responsabilités dans des grandes entreprises en France, en Allemagne, aux Etats Unis, avant de reprendre un TPE en France, diplômé d'une grande école, je n'ai rien vu de pareil ailleurs. Comment faire évoluer en quelques années une culture idéologique développée à sens unique depuis 1945 à travers un système d'enseignement hermaphrodite? impossible sans une rupture de type révolutionnaire! Peut être est-ce la raison pour laquelle ceux qui l'ont compris ont décidé de faire ou refaire leur vie ailleurs? Moi, j'ai décidé, à 62 ans, de parler avec mes pieds, pour que nos élites commencent à se poser quelques questions, pas plus.

GG 02/12/2014 21:52

"C’est la passion d’agir qui les guide, et cette passion est en train de mourir à petit feu"
C'est tout à fait ça.
Et pour eux qui nourrissent l'état, parce que c'est bien eux qui sont à l'origine de l'essentiel de la création de richesse, ils doivent subir de la part de ce même état, tous les rackets. A savoir, le racket fiscal et social, mais aussi le racket sur la route, dans leur travail, par des fonctionnaires qui n'ont rien compris.

François 02/12/2014 18:42

J'apprécie le ton de ce discours, je ne le trouve pas démagogique, probablement parce que je suis moi-même entrepreneur.
J'apprécie aussi ce que tente Emmanuel MACRON, c'est courageux, mais il va être freiné par son camp. Arrêtons les étiquetages, les catalogages, les critiques systématiques du camp adverse et avançons. Le Pape l'a rappelé récemment lorsqu'il a parlé du souhaits de certains de voiloir l'épingler comme un papillon...
Pourquoi ne pas uniformiser l'Union Européenne aux 37 heures minimum avec engagement (daté ?) de redonner du pouvoir d'achat au retour de la croissance ? Donner un signal au investisseurs au niveau International : La France pourrait ainsi montrer qu'elle n'est pas aussi feignante que veulent le laisser croire certains anglo-saxons...quant à sa qualité de fabrication...

Lacaux 02/12/2014 15:20

C'est bien écrit Mr Le Premier Ministre.Mais svp, pensez aux retraités écrivez avec de plus gros caractères, et merci, à vous, je vous encourage, car j'ai confiance en vous.Faites attention de ne pas faire l'amalgame entre la propagande et la vraie politique.Pourquoi n'ont -ils pas défiler sous votre règne, selon moi c'était exactement la même chose (un ancien patron qui vous parle).Mais bon , beaucoup veulent faire feu de tout bois.Nous voyons bien la Droite impatiente de se repositionner aux manettes, mais il nous faut des vraies idées neuves.Quel est votre programme économique ? Parler d'une refondation ce sont des mots, nous voulons des propositions claires.Vous savez bien que la désindustrialisation remonte aux calendes Greques, alors que vous n'avaez rien fait pour moderniser alors que c'était vous .Pourquoi n'avoir pas fait fondre le mille feuilles, soyez honnête, rien de sert de faire porter le chapeau à FH, en espérant une amnésie générale.Pourquoi n'avez vous jamais rien dénié sous Sarko 1er, et pourquoi vous êtes vous laissé traité de collaborateur? Soit on démissionne soit on ferme sa gueule disait Chevênement, mais si on ferme sa gueule comment venir casser la baraque après coup ?Moi j'avais vote Sarkosy, et j'ai terminé en 2012 à voter FHollande.qui selon moi n'est pas encore fini.Mais en ce qui me concerne il faudra qu'il se ratrappe énormément d'ici 2.5 ans à venir s'il veut récupérer mon vote sinon je retournerai vers mon centre droit Habituel, et je vous invite à vous rapprocher de Bayrou.Non je ne crois pas en Sarko le retour, vous pouvez avoir une chance si vous brisez l'armure et les tabous, et si vous restez seul maître de vos alliances.Vous êtes un des rares a présenter un programme, ça plait continuez!! on va vous suivre..Michel Lacaux Du Berry..

yvon Guezenoc 02/12/2014 14:50

Mobilisons pour nos entreprises .Elles peuvent diminuer le chômage et créer de la croissance Défendons nos outils qui créent de la richesse.

bertin jp 02/12/2014 14:09

LES PETITES ET MOYENNES ENTREPRISES,

Il y a malheureusement en France,une absence totale de considération
pour les petits patrons.
Effectivement,ne vivre que gràce au fait FONDAMENTAL d'avoir des CLIENTS,
celà change TOUT !
Les dirigeants politiques,liés au monde de l' état, ou des multinationales elles mèmes liées
au monde des états,naviguent dans un monde étranger au fait fondamental de ne vivre
que par le fait d'avoir des acheteurs de vos produits,fruits de votre compétence.
JE partage A 100 pour 100,votre déclaration.
C'est l'occasion de rendre hommage aux modestes petits patrons qu'étaient mes parents.

Monich Aline 02/12/2014 12:03

J'ai une amie qui a une TPE du bâtiment et est écrasée sous les charges fixes et obligatoires de l'état. Même sa banque ne veut pas lui accordée de fond de roulement alors que le bilan est positif. Elle est obligée davoir un autre emploi à mi temps comme salariée pour ne pas alourdir les charges de son entreprise. Quand va ton arrêter de tuer ses TPE ça devient insoutenable. Étant donne que le soutien et oui la solidarité fonctionne encore dans notre beau pays. Quand les TPE demandent des RDV avec leurs banques on leur rigole au nez et à les écoutés ils devraient fermer. Que pouvez vous me répondre et que dois t-elle faire fermer? ou se battre?

BONHOMME Geneviève 02/12/2014 11:20

Votre analyse est totalement réaliste et mêle si l’ambiance et les médias ne vous semblent pas favorables, c’est vous qui avez raison et votre vision finira par être reconnue. Mais ne vous laissez pas enfermer dans l’UMP de N. S. Sa « droite forte » ne semble pas disposée à se faire marginaliser au sein du parti, ce qui prédit encore bien des luttes intestines et il veut bien rassembler à condition que ce soit autour de lui. Hors lui, pas de salut pour l’UMP, qui ne sera bientôt plus qu’un souvenir, d’ailleurs !
Continuez à exposer vos idées, avec la participation de tous les volontaires comme vous l’avez fait jusqu’ici. Le moment venu, la primaire ou « autre chose » désignera le mieux placé à droite et d’ici là vous aurez convaincu un maximum de français que vos solutions sont les bonnes.
Courage, Monsieur Fillon, il en faut

gilles 02/12/2014 11:10

Tiens, du concret. Je sens que je vais adhérer à votre assoc. Parce que rebooster les entreprises passe par des choses tellement simples. Pas besoin de sortir de l'ENA.

Et pendant ce temps, on ne voit que des c.... dans les sondages, ou les articles de journaux.

J'ai vu que dans les sondages, les français dans leur grande majorité soutenaient les entreprises et comprenaient leurs difficultés. Mais à condition de ne pas toucher à son petit confort perso.
Par exemple : Oui à la diminution des charges, car chacun a enfin compris que les charges pèsent non seulement sur l'embauche mais sur l'augmentation des salaires. Oui à aider les entreprises, mais faut pas trop toucher aux 35 heures. Oui à les aider, mais hors de question de toucher aux indemnités de licenciement.

Dernière anerie du matin, les stages. Maintenant, les stagiaires font partie du registre du personnel et seront payés 530 euros par mois. Le gouvernement parle de quoi déjà, de simplifier la vie des entreprises ? C'est sans compter sur la frénésie de fonctionnaires fussent ils ministres de donner des cadeaux aux uns payés par d'autres,

http://etudiant.lefigaro.fr/flash/flash-actu/detail/article/le-decret-d-application-de-la-loi-sur-les-stages-a-ete-publie-9980/

Deux mesures pour relancer les entreprises.
1) Augmentation massive du temps de travail
2) Plafonnement ou suppression des indemnités de licenciement économiques quand les entreprises traversent des difficultés.
3) Doublement des seuils sociaux

Et là, vous verrez en 6 mois, vous redressez la barre, sans CICE, sans machin de toute sorte archi compliqué.
Sinon, 60 000 défaillances d'entreprises en 2013, déjà 63 000 défaillances en 2014, combien en 2015 ?
A ce rythme, il n'y aura plus que quelques très grosses entreprises qui seront bien en peine de trouver des sous traitants pour réaliser leurs marges.

J'ai lu "Le petit méchant juge" de Trévidic. Je m'attendais à qq chose de corporatiste, j'ai vu une superbe leçon de démocratie.
Au train où nous allons, avec tous les rentiers qui se pressent pour préserver leurs privilèges, la rébellion voire plus arrive.

alice 02/12/2014 06:41

...OUI..... car ils sont la colonne vertébrale de La France ????

BELLENGER 01/12/2014 21:41

J'ai été entrepreneur, mais je n'ai pas été formaté à la Pensée-Unique, parce que je partageais le certitude de de Gaulle que la système amendé par Keynes était le système de l'avenir, et tout le prouve désormais, et le BRICS que les pays émergeant veulent mettre en place est une certitude de sortir de la crise. C'est le système économique de la Pensée-Unique qui crée la crise. Oui, François, il faudra y arriver: pour sortir de la crise, il faut dénoncer Maastricht et revenir au minimum au système économique que de Gaulle avait rétabli le 3 Septembre 1944.

BELLENGER 01/12/2014 21:32

J'ai été entrepreneur, mais je n'ai pas été formaté à la Pensée-UNIQUE

RANVIAL 01/12/2014 21:27

Vous avez raison Tout è fait d'accord avec vous . NOUS COMPTONS SUR VOUS . TENEZ BON.
Respectueuses salutations .

baczek 01/12/2014 20:24

bonsoir m fillon.pas etonnant ce qui se passe.il ne s agit pas de dire j aime l entreprise pour que cela soit vrai.pas etonnant quand des hollande sapin macron fabius valls touraine belkacem et les autres ne connaissent rien a l entreprise .ils ont toujours ete dans le public la politique payes avec l argent des contribuables .ils ne savent pas ce que c est que de prendre des risques .d affronter les banquiers la concurrence.ils n ont jamais cree repris et developpe une entreprise.par contre pour le premier d entre eux prendre un risque casque sur la tete sur son scooter c est tout ce qu il sait faire.il est urgent de liberer les entreprises et la france.salutations.

Balourdet 01/12/2014 18:26

Après 35 ans de direction d'entreprise, je me suis trouvé brutalement dans un contexte imparable qui m'a amené à déposer le bilan de mon entreprise. Imparable, parce que c'est arrivé dans une période où je manquais de trésorerie par obligation d'augmenter mes stocks et patatras, un premier évènement extérieur d'importance contre lequel je ne pouvais rien, puis un second du même ordre dans les quelques mois qui ont suivi et j'ai du aller demander aide à mes banquiers avec un plan cohérent de sauvetage. Aucun d'eux, qui me tressaient des louanges un an auparavant pour mes qualités de gestionnaire et de visionnaire n'a accepté de m'aider. Je ne voulais pas licencier. J'avais un retard insignifiant dans le paiement de la TVA. Le fisc a voulu me faire signer une caution personnelle, ce que j'ai refusé. Alors, il a émis après pointage de mes factures en cours, des avis à tiers détenteurs chez mes plus gros clients que j'ai perdus à la suite de cette action. Et c'est ainsi que mon entreprise a été cédée à vil prix à un important groupe par le tribunal de commerce. Dans cette affaire, j'ai du épuiser mes économies et vendre ma maison pour combler le découvert courant de mes banques et l'en-cours de mon deuxième plus gros fournisseur que j'avais cautionné. J'ai été traité comme un chien par tous ces hauts fonctionnaires de la Trésorerie et de l'URSSAF, dont l'un m'a dit : vos petites entreprises, monsieur, on n'en a rien à foutre! Mon fournisseur de 35 ans a accepté de rabattre l'encours de 50%! Alors, aujourd'hui, ce serait très simple : où je n'embaucherais pas, où j'irais m'implanter ailleurs! Je suis de tout coeur avec ces dirigeants de PME Tous ces grands donneurs de leçon venant de la gauche, de la CGT, pourquoi ne créent-ils pas des entreprises, puisqu'ils sont si forts à les entendre? Pourquoi?

gilles 02/12/2014 11:36

A M Balourdet,

Monsieur, je suis cadre dirigeant d'une entreprise, vous avez toute mon admiration.
Votre découragement rejoint celui de beaucoup d'autres.
Ne soyez pas découragé, soyez fier de porter vos valeurs, vous êtes dans le vrai, le juste. Vous êtes écrasés comme beaucoup de chefs d'entreprise par le système collectiviste qui nous entoure, et bien que ce mot sans doute vous énerve comme il peut m'énerver, vous êtes la victime de ce noeud coulant. Face à la crise, on vous a refusé la possibilité de baisser vos charges, vos salaires, vos effectifs pour reconstituer votre trésorerie avant d'arriver à l'accident. Parce qu'en France, une entreprise pour avoir le droit d'être pauvre, doit être très riche pour payer les indemnités de licenciement et les charges du système social.
Ce système social pourtant cher à mon coeur parce qu'il évite ou est censé éviter la précarité et aider l'économie, pèse d'une manière insupportable sur ceux et celles qui créent de la richesse et le finance.
Tout le système de création de richesse subit une hémorragie permanente qui effondrera le système social qui s'appuie dessus.
Enfin, les dégats psychologiques sont énormes, car faute de savoir redonner en urgence de l'oxygène aux entreprises, le laisser faire du gouvernement brise l'énergie et l'entrain des chefs d'entreprise, les seuls capables de relancer l'économie et ensuite l'embauche.
Je rencontre le même climat qu'en 1993, mais en décuplé, où je ne cesse de croiser des cinquantenaires qui me disent des phrases d'abandon "Je suis à deux ans de la retraite, il est temps de lâcher mon affaire", "je viens de subir un RJ, j'ai réussi à m'en sortir, mais je ne suis plus qu'à 3 ans de la retraite, donc je ne prendrais plus le risque d'embaucher, je prends des free lance"...."Aujourd'hui, je suis salarié, car dans ce pays, il est préférable d'avoir un bon patron que d'être son propre patron", "Je suis indéboulonnable car j'ai plus de 20 ans d'ancienneté et je suis cadre","J'ai même à la limite que l'intérêt à ce que l'entreprise tombe car il y a les AGS qui paieront mes indemnités", "Vous me licenciez par rrupture conventionnelle avec indemnité sinon, je déclare mes rhumatismes comme maladie professionnelle et cela vous coutera 60 000 euros au lieu de 30 000".

Toute l'élite attelage économique d'un pays est entrain de capituler pour basculer dans la rente, puisque les risques sont devenus si déséquilibrés. Mieux vaut être rentier du système plutôt que d'être celui qui tire la charrette.
Par comparaison, mon agent commercial aux US dont l'entreprise représente mes produits a 67 ans. Son directeur commercial a 64 ans. Ils envisagent leurs retraites dans ..... 10 ou 15 ans. Pour passer la crise ? Il a diminué son salaire, mais également ses effectifs du jour au lendemain sans fragiliser financièrement son entreprise, et passé à mi temps son personnel administratif. Pour lui, diriger une entreprise, c'est s'adapter en permanence. L'idée même d'indemnité de licenciement est une hérésie totale "a market distorsion", on ne ponctionne pas celui qui est déjà exsangue.
Et j'en connais un dernier qui renonce : moi. Je suis cadre dirigeant d'une petite PME qui exporte. je dirige l'entreprise, mais l'entreprise ne m'appartient pas tout au moins pas totalement. Et je n'envisage pas de prendre le risque de l'acheter... pour les raisons évoquées plus haut.
Je n'ai pas envie de perdre avec mon épouse notre maison, nos économies etc... à cause de mon travail et ne rien avoir pour payer les études de mes enfants.

Oui, monsieur, vous devez être fier de vous, ce n'est pas vous qui avez été défaillant, c'est notre pays et son système collectiviste incapable de remettre en cause les rentes et privilèges acquis qui pèsent sur les "warriors" que sont les chefs d'entreprise.
On gagne avec son énergie, sa rage de vaincre et son enthousiasme, pas avec des brodequins plombés et des épées de Damoclès au dessus de la tête.
L'heure est venue de briser nos chaines

cieslik Franck 01/12/2014 19:45

Notre pays souffre par son égocentrisme et c'est bien pour cela que nous sommes en train de tomber très bas. Ce n'est pas nouveau dans notre histoire Nous faisons parti de ces pays latins, des pays qui ont été très riches et avons beaucoup de peine à nous remettre en cause...

GUEZENOC 01/12/2014 17:52

Très belle analyse de la situation de nos entrepreneurs. l est temps de faire des grandes réformes afin que nos entrepreneurs puissent remettre les Français a travail et faire baisser considérablement le chômage qui est la lèpre de notre paysIl faut croire à nos entrepreneurs.

GOSSET 01/12/2014 17:02

Je partage Monsieur votre opinion. Le gouvernement nous fait croire qu'il peut créer des emplois il serait préférable de trouver de réelles solutions pérennes pour baisser le coût du travail mais surtout de mettre en place un PLAN MASSIF pour les PME d'aide à la recherche, à l'innovation, au développement et à l'exportation (relayé pour cette dernière par nos Ambassades) C'est à ce prix qu'elles recréeront de l'emploi.

Courty Claude 01/12/2014 16:55

« Et elle n’y réussira que si elle est capable de joindre les intérêts des entrepreneurs, des investisseurs et des travailleurs autour d’une ambition rassembleuse pour la croissance et l’emploi. »
Consigne qui résonne étrangement au moment où vous-même refusez de donner ailleurs l'exemple du rassemblement.

BertrandL 01/12/2014 16:41

Je souscris à 100% avec votre analyse. Combien de temps encore faudra-t-il attendre pour qu'on écoute et encourage enfin ceux qui entreprennent et créent des emplois ? Dans combien de temps Leonid Brejnev (François Hollande) sortira-t-il de son immobilisme ? Le pays est en train de s'écrouler. Il nous faut de l'action, des décisions ! Mais nous ne pourrons pas compter sur François Brejnev. Nos espoirs vont donc vers vous François Fillon. Continuez. Bertrand L (de Parigné le Pôlin)
ps : l'image peut être plus puissante que l'écrit, ne pouvez-vous pas mettre des messages vidéos sur votre blog ?

rousseau 01/12/2014 16:27

la faute à qui ? ...à une administration et fonction publique pléthorique et une règlementation pléthorique ( relire tocqueville à ce sujet ) le rève des jeunes ? soit partir à l'étranger , soit intégrer la fonction publique quellequel soit ! le risque entrepreneurial de nos jours ? une bonne dose de naiveté ou d'inconscience dans le contexte actuel au regard de ce que vous avez décrit ! alors manuel valls a beau dire qu'il aime les entreprises tout a été fait ou entrepris pour décourager les gens y compris la calamiteuse sylvia pinel en son temps , vis à vis des auto-entrepreneurs ! et une caste dominante bien sur issue de l'ENA ! inspirons nous du modèle anglo- saxon , simplifions ,simplifions et arrétons cette pléthore de règlementations suiçidaire pour notre économie et nos entreprises quelque soit la taille ! il suffit pas de le dire mais il faudra aussi et surtout le faire Mr fillon et vite ! sabre au clair dans cette hyperrèglementation stupide , improductive et inutile à laquelle personne ne finit par ne plus rien comprendre ! un maitre mot : SIMPLIFICATION !
les règles administratives et fiscales à la française : une véritable usine à gaz ! et vous pensez que les gens ont envie d 'avoir l'esprit entrepreneurial ? réformons les réformes ! et que les banques style BPI jouent véritablement le jeu vis à vis des entreprise ! place à la société civile y compris et surtout en politique !

Leclercq Yves 01/12/2014 16:18

Vous êtes "dans le vrai", et l'opinion a commencé à le comprendre, en majorité, dit-on. Mais les politiques au pouvoir, dont les plus bornés, très sollicités par les médias, n'ont pas bougé d'un iota, entretiennent le découragement et l'angoisse.
Et, pour le moment, pas d'actes forts de la part de l'exécutif, pourtant "au courant".

bertrand 01/12/2014 16:10

Bien vu François Fillon !
Dans vos propositions pour restaurer notre Pays,il vous faut remettre au centre de celles ci, le goût du risque
Evidemment, il contrevient au fameux principe de précaution que la Droite a voté sous l'égide de son"maitre à penser " d'alors :Jacques Chirac.
Triste époque que celle qui suspecte toute initiative et la soumet à la toise des normes,des réglements infinis .Il ne semble pas que les Etats-Unis qui ont réalisé la Troisième révolution industrielle autour d'Internet aient organisé leur modèle économique autour d'une notion aussi délètere.....
Ce goût de la prise de risque commence à l'école où il importe de favoriser l'autonomie intellectuelle des élèves en les aidant à se révéler et non de les assommer et de les juger sur leur aptitude mémorielle. Donner confiance en soi,apprendre à juger,apprendre à apprendre voilà qui donnera envie à la jeunesse de prendre un risque et créer une nouvelle activité,une entreprise etc
Contrôle des connaissances,controle de ceci, de cela entraine un comportement timoré et une peur maladive des jugements d'où cette attirance pour le fonctionnariat ,nouvelle eldorado de la jeunesse française( selon les sondages :73% d'une classe d'âge souhaite devenir fonctionnaire),statut soi-disant enviable mais où la notion de responsabilité individuelle est diluée et qui ne permet certainement pas de créer de la richesse.
Il faut clamer et répéter inlassablement votre attachement à ces valeurs de dépassement de soi-mêmeet de prise de risque qui vous démarqueront et donnera un sens à votre démarche que je soutiens .
Car il vous faut absolument rallier la jeunesse comme l'a fait de Gaulle en 1958

Stheneur 01/12/2014 15:42

Merci Mr Le Premier Ministre =

Votre present msg de soutien aux pt entrepreneurs de France vous honore et honore notre classe politique qui n'a JAMAIS réussi à les entendre un peu sérieusement...
Depuis 40 ans, comme le dit justement un G.Roux de Bezieu, chaque Ministre n'a pas BCP alourdi la barque des Prel.Oblig. mais AUCUN d'eux ne l' a JAMAIS allégée et auj'hui, on s'étonne que la Maison France, NOTRE Maison France, soit en train de couler doucement ( 1000 chômeurs de + /jr depuis l'arrv de Fr. Hollande !) !
En diminuant drastiquement les DGF à nos communes basculées à droite à ces dernières municipales, nos gouvernants socialistes visent à punir les Français et à démontrer que nous ne SAURONT pas tenir notre engagement (municipales 2014 selon la rubrique "nos idées" de NOTRE portail UMP)
de ne pas accroitre la fiscalité locale...
Il se dit que vs avz bcp planché sur l'instruction des bons mécanismes d'alternance à nos présents dirigeants socialistes,... ; Je serai heureux d'entendre vos préconiosations en la matière...
Je penche pour le n/rempl. des départs en retraite ; la mise en oeuvre de plan de présenteïsme visant à ramener l'absenteïsme ds la Territoriale (>10%des jrs ouvrés donc + 10% sur ts les effectifs) à des tx plus comparables à ceux des tâches administratives usuelles ( env. 2%)
Ces 2 actions menées de façon concertées devraient compenser la présente baisse de DGF...

Tres Haute Considération

ES 07 092 013 001057684

B de Chalain Hervé 01/12/2014 15:37

Complètement d'accord, il faut plus que le pacte de responsabilité. Il faut des actes et des actes réels. Pas des belle paroles qui sont suivi de rien. Les PME sont indispensable et il faut les développer. Il faut au niveau des départements de vrais moyens de soutien aux PME et aux entrepreneurs qui ne demande qu'un soutien pour démarrer<; L'innovation est indispensable et cela fait plus de dix ans que je dis que c'est ce manque le plus dans nos entreprises.

Denis B 01/12/2014 15:18

J'espère que tous les anciens premiers ministres vont pouvoir se réunir autour de Nicolas Sarkozy pour réfléchir sur l'avenir de la France.
Encourageons cette union pour l'avenir des entrepreneurs et de tous les Français.

BAILLON Nicole 01/12/2014 15:14

Il faut rappeler aussi ceux qui l'ignorent que plus de 85% des emplois en France sont crées par des PME qui comptent moins de vingt salariés, dont pour les deux tiers moins de dix salariés.

Mes vidéos

Fil Twitter

Recherche