Ce site n'est plus à jour

Découvrez Fillon2017.fr
9 juillet 2015 4 09 /07 /juillet /2015 07:02

Interview parue ce matin dans le quotidien "Le Figaro"

 

LE FIGARO. - Six ans après le début de la crise grecque, aucune solution durable n’a encore été trouvée. A qui la faute ?

La première responsabilité incombe au gouvernement grec qui depuis six mois fait perdre du temps à son pays et à l’ensemble de l’Union. M. Tsipras a ruiné les efforts très significatifs qui avaient été enregistrés pour améliorer la situation et dont les premiers résultats se faisaient sentir. Mais dans le même temps, l’irrésolution de l’Union européenne est délétère : elle se contente d’attendre les derniers développements de la crise sans jamais taper du poing sur la table, sans jamais proposer d’initiatives nouvelles. Le Conseil européen de mardi soir, qui a réuni vingt-huit chefs d’État et de gouvernement pour ne décider absolument rien, envoie un message pathétique. Tout cela ne profite au final qu’aux pourfendeurs de l’Europe, de l’extrême droite et de l’extrême gauche.

 

Est-ce la démonstration que l’Europe, première puissance économique mondiale, est un colosse aux pieds d’argile ?

Les faiblesses de la construction européenne sont mises à jour. La priorité absolue est de lancer une initiative non seulement pour sortir du problème grec mais aussi pour protéger la zone euro, garantir son indépendance et renforcer l’Union. Nous devons de toute urgence mettre en place un pilotage économique de la zone euro qui se réunira tous les mois au niveau des chefs de gouvernement, avec un agenda précis d’harmonisation fiscale et sociale. Nous retrouverons ainsi l’initiative au lieu de subir les événements. Et nous serons plus forts face aux obstacles nouveaux qui se dresseront au-delà de la crise grecque ; je pense notamment au risque d’une sortie du Royaume-Uni de l’Union.

 

Quel jugement portez-vous sur l’action de la France dans ces négociations ?

L’attitude de François Hollande depuis le début de cette crise contribue à affaiblir les positions des négociateurs. Le chef de l’État envoie des messages contradictoires en permanence : il veut donner le sentiment qu’il est sur la ligne de Mme Merkel tout en laissant entendre à M. Tsipras qu’il comprend sa démarche. En finassant, M. Hollande met en péril les négociations. Le premier ministre grec profite de cette situation et a ainsi toute latitude pour humilier les institutions européennes, comme il l’a fait encore mercredi devant le Parlement.

 

Un compromis peut-il être négocié sur la base de nouveaux prêts des partenaires européens à la Grèce ?

La pire des situations possibles serait un mauvais accord, conclu dans l’urgence, sans aucune perspective durable de redressement de la Grèce. L’Union ne peut pas promettre un nouvel engagement financier des partenaires européens - et donc, à terme, une charge supplémentaire pour les contribuables français - sans que des garanties soient données sur les réformes internes qui permettront à la Grèce de se redresser et de rassurer ses créanciers. Il ne faut pas non plus qu’Athènes se retrouve en situation de défaut de paiement à la fin du mois, entraînant une sortie désorganisée de la zone euro et faisant courir des risques d’explosion sociale. Le chaos grecnous toucherait, son marché nous serait fermé, la perspective de retrouver nos créances s’évanouirait et nous serions la risée du reste du monde. La seule voie constructive est un accord équilibré, qui comprend un nouveau plan de soutien, en échange de réformes structurelles sérieuses.

 

En cas d’échec, craignez-vous un effet domino sur d’autres économies de l’Union et singulièrement sur celle de la France ?

Tout le monde doit prendre conscience qu’un pays peut faire faillite ; cela fait longtemps que je tire le signal d’alarme. La France n’est certes pas la Grèce, mais elle est fragilisée par l’attitude du gouvernement qui ne tient aucun - absolument aucun - de ses engagements. Dette, déficits, chômage : nous sommes le maillon faible de l’Europe. Après trois années d’affaiblissement économique et financier, nous nous retrouvons à la merci d’une nouvelle crise financière ou d’une hausse des taux d’intérêts. Il n’est plus temps de tergiverser : nous devons nous attaquer sérieusement à nos déficits publics.

 

Pourquoi votre parti Les Républicains ne parvient-il pas à parler d’une seule voix sur la crise grecque ?

Parce que cette crise exacerbe nos débats intimes sur l’Europe. Parce qu’elle est inédite et parce que les inconnues sont nombreuses. Que se passera-t-il pour la Grèce, et incidemment pour l’Union, une fois les derniers délais écoulés ? Personne ne peut le prédire avec certitude. Nous devons donc collectivement garder notre sang froid et nous méfier des expressions les plus tranchées et des solutions les plus simplistes. Fort heureusement, nos points de vue sont en train de converger et quasiment tout le monde est aujourd’hui d’accord pour privilégier une initiative franco-allemande. Nous parviendrons à sortir de cette crise grâce à notre sang-froid et par notre volonté de penser l’Europe de demainQuelle que soit son issue, la crise grecque nous commande de revoir le fonctionnement de l’UnionC’est ma ligne de conduite et c’est l’attitude que les Français attendent de nous.

Interview au Figaro : "Nous parviendrons à sortir de cette crise grâce à notre sang-froid et par notre volontarisme"

Partager cet article

Publié par François Fillon
commenter cet article

commentaires

GRIMAUD 12/07/2015 12:24

GRECE: pourquoi le sujet sur les ressources importantes du sous-sol de la GRECE n'est pas traité?

Source de revenus et source d'emplois!

GRIMAUD 12/07/2015 12:21

Pourquoi le sujet sur les ressources importantes du sous-sol grec n'est pas traité? Exploitation du sous-sol insuffisante donc manque de revenus, et pas de création d'emplois!

simon theuveny 11/07/2015 06:00

je suis heureux que vous vous exprimiez sur le problème Grec et la construction européenne.
il me semblait que vous étiez surtout centré sur la politique nationale et les relations avec les pays de l'orient et du moyen orient.
il manque encore dans votre programme le détail de votre politique étrangère et notamment sur la construction européenne.

bibi 10/07/2015 15:00

les grecs tiendront ils un jour leur promesse ? difficile de réponde oui en attendant se sont les autres européens qui payent nous aurions besoin d un fort et respecté de tous a la tête de l Europe

Serge Jacob 10/07/2015 14:27

Admettre qu'un pays de la zone euro puisse ne pas rembourser ses dettes est inadmissible, car ce sont tous les pays de la zone qui perdraient alors toute crédibilité. Le maintien de la Grèce dans la zone euro est donc une obligation. A quel prix ? Il devrait être demandé à la Grèce un véritable "business plan" sur les 10 prochaines années, c'est-à-dire des excédents budgétaires gageant le remboursement de la dette et obtenus par des réformes administratives et fiscales raisonnables, comme n'importe quelle banque demande à ses clients emprunteurs des comptes d'exploitation prévisionnels validés par leurs experts comptables. Mais cette idée élémentaire ne peut venir à l'esprit de nos politiciens incompétents n'ayant jamais géré la moindre entreprise !

LERAY 10/07/2015 13:11

Tout à fait d'accord avec votre analyse et la déliquescence totale du gouvernement actuel. Venez vite !

Henri CESTIA 10/07/2015 11:44

La crise grecque montre qu'il faut bien évidemment relancer la construction européenne avec en priorité la convergence économique et sociale de la zone Euro. Mais pourquoi pas aussi un véritable Président de l'Europe avec une véritable légitimité démocratique et politique. Un français pour ce job à inventer et créer pourrait être NS ? Qu'en pensez-vous ?

Henri CESTIA 10/07/2015 11:30

Il faut remettre la construction de l'Europe en marche avec bien évidemment les priorités de convergence économique et sociale. Mais pourquoi pas aussi un véritable Président de l'Union Européenne (Président du conseil) avec une véritable légitimité démocratique et politique. Un français, NS par exemple serait-il la personnalité idéale pour ce Job ?

bibi 11/07/2015 21:10

non pas n s pas assez diplomate

RANVIAL 10/07/2015 10:39

Le peuple grec n'y est pour rien si pendant 50 ans deux familles se sont partagées le pouvoir et l'argent ... Beaucoup de pays de l'Europe sont aussi très endettés et ne rembourseront pas leurs dettes ;...Alors je trouve cette coalition ( médiatique et politique ) anti - Grèce regrettable .Je trouve que le chef de gouvernement essaie sincèrement de sauver son pays ( même si je ne suis pas politiquement de son côté ) .Il est courageux et sincère !!! Il secoue un peu ces "politiques européens" qui depuis longtemps ne pensent qu"à leur petites personnes"et à leur très bons salaires et primes au lieu de résoudre les problèmes des européens . SEGUIN AVAIT RAISON !Personne n'a réagi lorsque la Chine a racheté le port du Pirée ( j avais été très choquée par le silence des médias et de la majorité des politiques européens ) ; ;et qu'ils rachètent presque le monde entier .Les médias et les politiques admirent les Chinois et leur font des courbettes ; alors que les ouvriers sont considérés et vivent comme des esclaves .On dit que les GRECS dépensent trop d'argent pour leur armée ; mais c'est un tout petits pays qui doit se préserver et défendre ses frontières pour ne pas être envahi par certains pays qui n'ont pas la meme civilisation et la même religion !!! Je viens d'entendre que les Grecs vont réduire leur armée , c'est catastrophique .
Tous les Européens devraient soutenir le peuple Grec et les aider à redresser leur pays au lieu des les enfoncer. Ils ne sont peut- être pas aimer car ils sont chrétiens ??? Je pense à Jacqueline de ROMILLY , elle est" partie à temps" , elle serait trop malheureuse de voir ce qui se passe dans ce petit pays ,si beau , et berceau de notre civilisation .Je souhaite de tout coeur que LA GRECE ,les GRECS réussissent à garder" leur douceur de vivre" et qu'ils puissent vivre et travailler chez eux ., comme nos jeunes Français . Cela me désole de voir nos jeunes Français quitter notre pays car il n'y a plus de travail pour eux , alors qu'on accueille toujours plus d'étrangers ...L'Europe actuelle n'est pas une réussite pour les Européens !!! Beaucoup de choses sont à revoir ....
IL FAUT ALLER EN GRECE POUR LES SOUTENIR ET LES AIDER .
Monsieur Fillon , faites votre possible pour aider les Grecs comme vous aider les Chrétiens d'Orient . Merci d'avance .

annette 10/07/2015 10:33

Merci pour votre analyse de la,situation greco-européenne. Je suis consternée de constater que la Grèce ait pu entrer dans l'Europe puis dans la zone euro grâce à des mensonges, tricheries et dissimulations successives et aussi aux multiples lâchetés des autres pays européens au fil des années. Comment cela est-il possible ? Comment voulez-vous que les citoyens puissent faire confiance aux politiques. Mêmes ceux qui ont eu le courage de faire des "alertes" ont été réduits au silence. Pourquoi ? Pourquoi cette veulerie généralisée ? Au nom de quoi ? Gouverner, c'est prévoir et gérer avec rigueur et loyauté. Et les politiques ont un devoir de résultat vis à vis des citoyens qui se voient contraints de payer une dette qui ne devrait pas leur incomber. En quoi suis-je responsable de l'inconscience des hommes politiques qui dirigent les Etats et l'Europe ? Pourquoi ont-ils le droit d'être "malhonnêtes" et irresponsables ? Ont-ils aussi oubliés que cette belle création de l'Europe a été créée pour façonner la PAIX à titre durable ; et nous voilà déchirés pour des question d'argent et de magouilles ! Les responsables de cette situation devraient présenter leurs excuses à tous les Européens à qui sont demandés des sacrifices sans leur accord. L'Europe, si nous la voulons vraiment il faut l'aimer et la faire vivre en l'élevant au dessus de ce remugle qui empeste. Il faut cesser de vouloir à tous prix agrandir l'Europe et d'y faire entrer des pays qui ne peuvent pas assumer les conditions requises. Soufflons un peu ! Et puis ceux qui en font déjà partie ont besoin de sérénité, de clarté et de moyens pour continuer à espérer dans la paix et le prospérité.

DELANCE 10/07/2015 10:24

Fillon est un homme censé et raisonnable qui voit clair et loin....mais pourrait-t-il est le chef de l'Etat pour autant?
Je pense que Lemaire conviendrait mieux....mais étant donné que je m'étais trompé en croyant aux belle paroles de Sarkozy la prudence est de rigueur

bibi 11/07/2015 21:09

Lemaire n est pas prêt pour l instant se est qu' un beau parleur avec une toute petite expérience

gbri 10/07/2015 10:06

Les solutions ne passent que par plus d'intégration européenne et singulièrement par un vrai moteur franco allemand plus sans doute quels grands pays responsables, mais avec un président français toujours "finassant" comme vous l'écrivez justement, M. le Premier Ministre, c'est pas gagné malheureusement et il est à craindre que la porte soit ouverte à tous les populismes d'extrême gauche comme d'extrême droite, en partie "grâce" à lui.

Serge Parisot 10/07/2015 09:59

Bonjour F.Fillon Excellente analyse.Il manque à ce gouvernement de la lucidité,du courage et du volontarisme.Il faut tout faire pour que vous puissiez gagner la primaire de 2016 et la Présidentielle de 2017 Respectueusement Serge Parisot

Charles Gancel 10/07/2015 09:12

Du berger à la bergère. Démocratie pour démocratie, pourquoi pas un référendum des peuples concernés sur le maintien de la Grèce dans la zone Euro?

camille du Mans 09/07/2015 22:53

Mille fois d'accord avec l'analyse mais, avouons le, il manque un dirigeant qui "en ait" (pardonnez l'expression qui n'est pas dans mon langage habituel mais à situation exceptionnelle, langage exceptionnel) et là ça manque un peu...
Je n'ai pas une grande admiration pour N. Sarkozy mais en l'occurrence il aurait sans doute eu plus de présence que notre girouette !...
Le Général disait "il ne faut pas laisser les socialistes aux commandes ils ne savent que dépenser.."
Là encore il connaissait le sujet ; il nous manque !..

ponant bleu 09/07/2015 20:52

bonsoir m fillon.comme la et ailleurs hollande n est pas a la hauteur,un pas en avant deux pas en arriere,pendant ce temps la la france s enfonce dans le declin.avec hollande tres genereux avec l argent des autres c est donne moi ta montre je te donnerais l heure.fidelement votre.salutations.

de Vendeuvre 09/07/2015 09:59

Cher Monsieur,

parmi les causes de la crise financière grecque il convient de rappeler le rôle des socialistes français et grecs qui ont allègrement plongé nos deux pays dans le surendettement . Ils se sont bien remplis les poches ces généreux socialistes qui n´ont que la solidarité à la bouche mais qui n´ont jamais aidé personne, pas même um français.

Leclercq 09/07/2015 09:55

Accord total avec cette analyse mesurée et ses conclusions. Je crains qu'elle ne soient pas retenues, et surtout, pas défendues par notre Président. Si la Grèce sort de la zone euro, elle s'en sortira peut-être, mais elle ne pourra jamais rembourser ses dettes.

bertrand 09/07/2015 09:38

pourquoi ne pas verser des aides au vu et au fur et à mesure de l'accomplissement des réformes,
pour éviter le deuxième"casse" du siècle par les Grecs?

Claude Courty (Claudec) 09/07/2015 08:37

"Il paraît que les Grecs, en votant non au référendum, ont retrouvé leur dignité. Que vaut une dignité arrachée aux dépens (au mépris?) des autres Européens? " L'Hebdo (CH)

Mes vidéos

Fil Twitter

Recherche