Ce site n'est plus à jour

Découvrez Fillon2017.fr
13 juillet 2015 1 13 /07 /juillet /2015 17:43

Avec cet accord, la Grèce et la zone euro s'évitent un saut dangereux dans l'inconnu. C'est un soulagement mais qui ne doit pas être lâche car le plus dur commence.

Il faudra s'assurer de la bonne foi des autorités grecques et de la résilience de son peuple qui a été sauvé du chaos mais trompé par les promesses de Syriza.

Il faudra restaurer la confiance au sein de la zone euro car cet accord aux forceps a provoqué des blessures qui laisseront des traces.

Par ailleurs, méditons cette crise et réagissons pour renforcer la gouvernance politique de l'euro. Ce qui s'est passé avec la Grèce peut se reproduire pour d'autres États et sous d'autres formes. Maintenant, nous savons qu'un Etat peut faire faillite ! Le temps des illusions et des discours satisfaits est révolu. Avec ses 2000 milliards de dettes et ses reformes a minima, la France ne saurait ni triompher, ni se croire dispensée de se réformer sérieusement.

Enfin, anticipons et tentons d'éviter à l'Europe le choc d'un brexit.


Mercredi, le parlement français doit avoir la sagesse de laisser une nouvelle chance à la Grèce. Mais pas sans exigences, ni sans une vision nouvelle de l'Europe.

Partager cet article

Publié par François Fillon
commenter cet article

commentaires

gilles 02/08/2015 21:35

http://www.liberation.fr/monde/2015/07/27/comment-yanis-varoufakis-a-tente-de-mettre-en-place-un-systeme-bancaire-parallele-en-grece_1354580
Mais ce qui est le plus intéressant est la séquence suivante :
"Dans cette optique, affirme Varoufákis, Schaüble lui a «dit explicitement qu’un Grexit lui donnerait assez de pouvoir de terreur pour imposer à la France ce que Paris refuse. De quoi s’agit-il ? Transférer une partie de la souveraineté budgétaire de Paris à Bruxelles»."
Je connais bien les allemands pour savoir que oui, ils sont dans cette logique technico hégémonique.
Notre souveraineté mise par terre ? choquant, mais tellement logique puisque par notre laisser aller inflationiste, nous courrons à notre asservissement en refusant quelque part de nous mettre au travail.

Esperance 19/07/2015 19:15

Le 19/07/2015 Le vrai problème Grec est que tous ces gens qui se prétendent socialistes, La France, Tsipras, et même d’autres des grandes démocraties parlent de prodigalités de l’argent qui ne leur appartient pas, et bizarrement ne font même pas l’effort de connaitre son financement (demander aux oligarques grecs des comptes par exemple, surtout nous français qui avons voté d’imposer à 80 % les riches  !!!! . Trouvez le paradoxe ! On est dans le naufrage de la raison ( avec une réalité parcellaire et tronquée , tandis que l'on s'éloigne peu à peu de la réalité objective). Effectivement il y a alors un problème de société . D'un coté on a ceux qui sont dans l'esbroufe et le superficielle et de l'autre ceux qui essaient d'être un brin plus honnête (une histoire de cigale et de fourmis sans doute). Il y a des bugs logiques qui sont sans appel et relève de "faulty memory & général failure" intemporelle , sauf erreur de ma part !

gilles 15/07/2015 15:59

Mais, non puisque nous avons F Hollande, président audacieux.
Franchement, il ne manque pas d'air ou est complètement déconnecté.
Quant à la Grèce, nous repoussé l'échéance, mais pas davantage. Ce qui doit se faire est l'équivalent d'une dévaluation nationale chez les grecs (et malheureusement chez nous même si c'est dans une moindre ampleur).
1) Pour les européens, réduire la dette des grecs (par abandon - c'est nous qui allons payer) car ce pays n'aura jamais les moyens de rembourser. Cela revient à faire de l'inflation dans toute l'Europe sauf en Grèce
2) Pour les grecs, réduire leur train de vie pour éviter de financer les fins de mois par emprunt. J'ai entendu que le salaire minimum était de 1300 euros (sans que je sache si c'était en brut ou en salaire chargé) pour une entreprise, alors que ce pays a très peu d'industrie créatrice de richesse. C'est là qu'est l'exercice difficile quand un pays ne peut pas dévaluer, il faut empêcher les distributions de richesse par la planche à euros qui ne correspondent à rien, sauf à créer du déficit et à revenir à la case départ face à l'Eurogroupe.

Toute cette démarche pousse à l'optimisme de fond, car c'est une forme de maturité et d'entraide européenne à laquelle on assiste.

Quand j'entends les extrêmes vociférer sur le thème, "mauvais accord, humiliation", il suffit d'imaginer le scénario alternatif. La banque nationale grecque réémet des drachmes, et est forcée immédiatement de dévaluer fortement, on parle de 50 %. Les premiers qui paient les pots cassés sont immédiatement les retraités et les chomeurs. Par contre, les premiers qui en bénéficieront seront les jeunes qui sortiront du chomage et qui trouveront immédiatement un job, en récupérant au passage des augmentations de salaire.
Mais 50 % de dévaluation, cela revient à dire que les revenus des grecs sont surévalués d'une proportion qui n'atteint peut être pas 50% grace à l'euro, mais vers laquelle il faut converger.
Cela donne une idée du chemin à parcourir.

Question :Si la France passait du jour au lendemain de l'Euro au Franc, de combien serait il dévalué ? Cela donne aussi une idée du chemin à parcourir. J'ai entendu 20 % à minima je crois.

SEDAT Reynaldo 15/07/2015 11:10

(...) Le FMI proposerait parmis trois suggestions,l'effacement pure et simple de la dette grecque,oui,mais voilà,il faut de la velonté politique.

Dom Delandre 14/07/2015 22:50

Suis pas si optimiste.
Comment les grecs pourraient ils réussir avec ce plan ce qu'ils n'ont pu réaliser jusqu'alors.
Ce pays ne possède aucune industrie, aucune économie capables de créer les conditions d'un redressement durable.
A court terme cette saignée risque d'être plus dangereuse que le remède.
Laissons du temps aux grecs en prenant naturellement des garanties nécessaires à la mise en place des réformes nécessaires.
Et comment imposer des réformes radicales que nous ne sommes même pas capables d'appliquer en France!

Lem 14/07/2015 14:54

Monsieur Fillon, bonjour,
Comme vous le dites, l'accord Europe - Grèce est un soulagement. Mais en effet, le plus dur commence. Pour le Peuple Grec comme pour les autres citoyens Européens. Et aucun Etat n'est à l'abri d'une telle faillite. Parce que d'une part, chaque Pays d'Europe a sa propre gouvernance, et d'autre part, ne sont pas tous sur un même pieds d'égalité. Que ce soit économiquement ou socialement. Nous avons voulu rassembler tout un Continent, c'est très bien. Mais il aurait fallu d'abord unifier les Pays fondateurs. Puis établir des règles spécifiques du genre MCM pour tous les Pays qui s'y sont raccordés. Comme nous devrions le faire pour tout le commerce extérieur. Et reverser le montant de MCM aux Pays qui ont le plus de difficultés économiques et sociales. Il faut que ces Pays évoluent et se développent, et se modernisent comme nous l'avons fait depuis les années soixante. Et que l'ensemble de ces Peuples puissent profiter de ces évolutions. Il est évident qu'il faudrait veiller à la bonne utilisation de ces sommes reversées à ces pays. Et que cette évolution soit au service des Peuples et non au profit de quelques privilégiés. Merci Monsieur Fillon de faire entendre votre voix pour le bien être de tous.

laboure 14/07/2015 05:55

qu est qui va se passer maitenant a quoid s attendres a vos de nous le dir je vous fait confiance

GOTTAL 14/07/2015 00:32

Cher Monsieur FILLON François,
Je vous suis, je suis d'accord avec vous, mais personne parle du vrai sujet:
La réduction de la dette grecque!
Savez-vous que l'Allemagne doit toujours de l'argent à l'Europe, depuis 1952?
Sûrement, mais nous ne laissons pas nous dominer par une femme ex-RDA!
Excusez-moi d'être un peu radical, je descends d'une faimme de résistants luxembourgeois, oui, un pays où les résistants représentaient 80% de la population, que les Norvégiens étaient plus forts, et en absolu (Narvik) et en relatif, et la Grande Nation que j'adore?
Ne nous laissons pas dominer par une ex-RDA, dixit Ferkel en allemand et profitez d'enfoncer les clous vs. un François Edamer dont j'ai un mal fou de trouver des électeurs!
Nous vous attendons, même les petits immigrés des Ardennes luxembourgeoises,
Gustave GOOTAL
gustave.gottal@wanadoo.fr

De Vos Alain 13/07/2015 19:41

Soulagement pour quoi, pour qui? C'est vous qui négociez?
Qu'est-ce qu'il y a d'intéressant dans l'accord dites-moi?

Mes vidéos

Fil Twitter

Recherche