Ce site n'est plus à jour

Découvrez Fillon2017.fr
10 octobre 2015 6 10 /10 /octobre /2015 11:24

Discours prononcé ce samedi matin dans le cadre des Etats Généraux de la Fédération "Les Républicains" de Paris

Personne ne tremble parmi les Républicains

Mes chers amis,

 

Je suis heureux d’être parmi vous, de retrouver Philippe Goujon qui préside avec sang-froid et dévouement la première fédération de notre mouvement.

Philippe est un ami, un parlementaire qui ne transige pas sur les valeurs, c’est un maire 24H/24 sur le pont, malgré les intempéries socialistes.

J’adresse à tous nos élus de Paris, à Nathalie Kosciusko Morizet, à nos militants parisiens, un geste d’estime et d’affection.

 

Ensemble nous avons trois missions à accomplir :

La première : Résistez à « Madame tout va bien » Hidalgo.

A l’entendre en effet, tout va bien !

Notre mission c’est de lui faire entendre les Parisiens qui l’interpellent sur leur emploi et de lui demander ce qu’elle fait pour ces salariés qui voudraient travailler le dimanche plutôt que de s’appauvrir ?

Notre mission c’est de lui faire entendre la peur des Parisiens devant l’insécurité qui progresse et qu’elle refuse de combattre avec tous les moyens ?  

Notre mission c’est de dénoncer sans relâche des conditions de transports et de circulation qui deviennent catastrophiques.

Notre mission c’est de nous faire les interprètes de la colère des classes moyennes qui ne sont ni assez riches pour Paris, ni assez pauvres pour profiter de ses aides sociales ?

Notre mission c’est d’exprimer notre fierté déçue d’appartenir à une capitale qui, certes, fait rêver les touristes, mais qui en réalité pourrait être plus prospère, plus sûre, plus rayonnante ?

 

Mes amis, je salue la résistance de cette fédération de Paris et le travail de celles et ceux qui vont passer la main à une nouvelle équipe.

J’adresse à Frédéric Péchenard tous mes encouragements.

 

Notre deuxième mission c’est de faire gagner Valérie Pécresse et Pierre-Yves Bournazel aux régionales.

La victoire en Ile de France est nécessaire pour relancer la dynamique de la région capitale.

Elle est nécessaire pour apporter des réponses aux maux dont souffrent les parisiens parce que Paris étouffe dans une région sans ambition, sans stratégie et sans autorité.

Elle est indispensable pour engager l’alternance politique.

 

Cette semaine, deux images ont fait le tour du monde et de l’Europe.

L’une montrait un responsable d’Air-France en guenilles, quasiment lynché par des voyous qui confondent manifestation et agression.

L’autre, au Parlement européen, montrait Madame Le Pen injuriant de façon grossière le président de la République et la chancelière allemande.

Face à ces deux images, j’ai eu honte.

Honte de voir mon pays que j’aime présenter ce visage de violence et de haine ; honte de voir mon pays, d’un côté, prisonnier d’un pouvoir impuissant, de l’autre, menacé par des excités.

Est-ce cela la France ? Non, trois fois non !

Non, la France n’est pas condamnée à subir les erreurs socialistes et à avaler plus longtemps les mensonges de la firme Le Pen.

Non, la France n’est pas fichue, c’est son système qui l’est, mais un système ça se change dès lors qu’on gouverne avec courage.

Non, les Républicains ne laisseront pas le pays s’enfoncer dans les marais.

 

Nous sommes tous rassemblés parce que nous sommes tous révoltés.  Après trois années de pouvoir, le bilan de François Hollande est calamiteux.

Il disait que la crise était conjoncturelle, que les déficits seraient rapidement réduits, que le chômage allait bientôt décroitre, que «la reprise était là » …

Ses promesses sont balayées par les faits : 600.000 chômeurs de plus depuis 2012 ; 2 millions de jeunes qui ne sont ni à l’école, ni en formation, ni dans un emploi ; 70 milliards d’impôts en plus ; 300 milliards de dettes en plus ; à peine 1% de croissance ; à cela s’ajoute la crise identitaire qui amène les Français à ne plus croire en leur pays.

La France que François Hollande promettait de « ré-enchanter » est tourmentée par des cauchemars.

 

Voilà un moment que je nous alerte sur le décrochage de notre pays. J’avais dit un jour que la « faillite » n’était pas une menace abstraite… La chanson prétend que celui qui « dit la vérité doit être exécuté », mais on n’abat pas la vérité !

Il y a trois mois, tout le monde était au chevet de la Grèce et plus personne ne chantait…

De cette crise, le Président oublie l’essentiel, et l’essentiel c’est pour qu’un peuple reste souverain, pour qu’il n’est pas à subir la volonté des autres, il doit se réformer par lui-même et pour lui-même.

 

Monsieur Hollande, souverains, nous ne le sommes pas avec 2000 milliards de dettes, tenues entre les mains de ne je sais quels fonds de pensions américains, asiatiques ou qatariens.

Souverains, nous ne le sommes pas lorsque le gouvernement va tête basse à Bruxelles pour s’excuser de ne pas respecter ses obligations en matière de déficits.

Souverains, nous ne le sommes pas lorsque la croissance française est scotchée sur celle de l’Europe et celle de l’Europe indexée sur celle des Etats Unis.

Sommes-nous souverains, sommes-nous justes, lorsque 6 millions de personnes pointent à pôle emploi, faute d’avoir réformé notre marché du travail ? Non !

Sommes-nous souverains, sommes-nous vraiment patriotes, lorsque notre partenaire allemand tient les rênes de l’Europe parce que nous sommes incapables de le faire ?

Où est la souveraineté populaire lorsque l’Etat recule devant les délinquants, lorsque la laïcité cède devant les fondamentalistes, lorsque les syndicats les plus archaïques font la loi, lorsque dans les salons branchés et les multinationales anonymes on se moque de la République française ?

Il n’y a pas de souveraineté qui rime avec lâcheté et il n’y aura pas de redressement national sans réformes radicales.

 

La France n’a pas seulement besoin d’alternance politique. Elle a besoin de faire tomber les bastilles qui étouffent les énergies françaises.

La bastille des 35 Heures.

La Bastille du code du travail qui exclut ceux qui cherchent un travail.

La Bastille de l’impôt confiscatoire qui décourage les talents.

La Bastille des réglementations bloque l’innovation.

La Bastille de la dépense publique qui conduit tout droit à la faillite.

La Bastille de l’égalitarisme qui est la négation du mérite et du courage.

La Bastille de l’assistanat qui détruit la cohésion nationale.

 

Partout où je vais en France je vois la colère monter.

Entrepreneurs, salariés, chômeurs, agriculteurs, artisans, il y a, chez eux, une révolte lucide contre l’immobilisme qui les enfonce, contre tout ce qui ne marche plus.

Jamais notre pays n’a été aussi prêt à assumer un vrai projet de liberté, un projet construit sérieusement, porté par des équipes solides et déterminées. 

Il ne s’agit pas de revenir en arrière ou de corriger des erreurs ou des excès. Il s’agit de changer de logiciel. De remplacer nos reflexes étatiques par l’ouverture de nouveaux espaces de liberté et par un véritable contrat de confiance avec les français.

Un logiciel qui nous interdira de règlementer, de légiférer, de taxer quand une autre réponse est possible.

 

La situation française est difficile, mais personne ne tremble parmi les Républicains !

Il est temps de s’engager.

Il est temps de miser sur la liberté et la confiance.

Il est temps d’apprendre à nos enfants à aimer la France et son Histoire complexe en engageant une autre partition que celle de l’excuse obligée.

Il est temps de sortir notre drapeau, de crier notre fierté d’être Français. Celui qui sait qui il est, d’où il vient, ce qu’il doit à son pays n’est plus le pion d’une histoire qui se joue ailleurs.

Nous sommes au début d’une marche dont vous connaissez le but : il s’agit de nous renouveler, de rassembler et de faire gagner la France.

C’est notre devoir, c’est la bataille des parisiens et c’est la bataille des Français.

Partager cet article

Publié par François Fillon
commenter cet article

commentaires

Jacques de Montchamp 19/10/2015 19:27

Monsieur le Premier Ministre ,
Je suis trés attaché à votre personne , déjà lorsque vous étiez aux côtés de N.Sarkosy , mais davantage depuis votre passage à Cannes il y a deux ou trois ans . Je souhaite vous écrire . Pouvez-vous me donner vos coordonnées ( courrier postal ou e-mail ) Merci . Jacques de Montchamp

didier lécuyer 15/10/2015 17:35

suite à la lecture de votre livre "FAIRE" , ce n'est pas à 400 députés qu'il faut mettre le curseur mais à TROIS CENTS députés; il serait peut-être intéressant de constituer des binômes pour les députés européens (élus à la proportionnelle) dont l'un des deux siègerait en permanence au parlement européen et l'autre au parlement Français. le reste du temps ils pourraient sillonner l'Europe pour faire avancer les dossiers auprès des partis politiques amis.

CJMG 14/10/2015 23:22

Bonsoir monsieur Fillon,
Votre programme , il faut l'avouer est celui qui serait le plus à même de sortir la France d'un mauvais pas où malheureusement vous avez contribué à la mettre.Il ne s'agit pas d'un reproche mais d'une affirmation factuelle.La politique que vous avez menée avec monsieur Sarkozy est une catastrophe car en fait quasiment rien n'a été fait sinon des réformettes pour avoir un bilan telle un peu d'heures supplémentaires défiscalisées pas de réforme des trente cinq heures , un petit allongement de l'age de la retraire alors qu'il fallait aller plus loin et notamment supprimer les régimes spéciaux dont les vôtres député, un peu de réforme de l'état avec le non remplacement d'un fonctionnaire sur deux , pas de réforme des collectivités locales .La seule vraie réforme accomplie est celle des universités .
Pour le reste le début du quinquennat a été une gabegie nonobstant la crise de 2008; gabegie qui a failli vous être fatale lorsque vous affirmiez que la France était en faillite.
Alors la question est simple "errare humanum est "on doit contrairement à ce sue vous dites avoir votre passé en mémoire mais il faut pardonner ses erreurs à un homme intelligent et capable jusqu'à où êtes-vous capable d'aller pour que "perseverare (ne sot pas) diabolicum est".

La sincérité douteuse de beaucoup d' hommes et de femmes politiques est malheureusement la raison qui amène les Français à ne pas aller voter ou à se tourner vers les extrêmes car une fois que l'on est élu il faut faire avec les lobbyies , les copains et les coquins...

Une réponse de votre part nous éclairerait.

Bien à vous

Fojema 13/10/2015 21:29

Bien, les choses,les paroles sont dites, maintenant pourrez-vous les respecter, les faire respecter. Allons nous être payés, encore, de mots ? Je suis d'accord avec vous sur tout ce que vous proposez, je vous soutiens, c'est déjà décidé, mais je ne voudrai pas, comme beaucoup de français, être de nouveau un des "dindons" de notre France. Bon courage !

Thibaut G. 12/10/2015 22:23

L'homme qui redressera la France devra avoir du courage et aimer la France. Il me semble que vous avez ces deux qualités.

bertin jp 11/10/2015 13:29

Avis sur le futur président !

Sarko,Juppé,Fillon,Bayrou .....et les autres..grand Bruno et grandissime Nathalie ,
Petit Bruno ,pâle copie de Juppé................................................... . Out,
Grandissime Nathalie ,Sa fausse majesté ,personnage de Molière ... Out,
Sarko,aussi fin que son fils Louis,commet erreur sur erreur
perd la tête,sanctionne sa "grognarde",et perd sa chanson populaire ! Out,
Juppé,fidèle à lui même,part du trotskisme pour finir ..chez les mêmes!Out,
Fillon sort la tête de l'eau,....attendons la suite ............. ,In,
Bayrou,héritier de la démocratie chrétienne,...et du gaullisme,
se "pointe" dans la mêlée, va pulvériser Hollande et s'ouvrir un chemin ,In,
Conclusion ,le futur président sera Fillon ou Bayrou....
à condition qu'ils s'entendent ....................................... ; CQFD. ! .

Lm 11/10/2015 10:35

Monsieur Fillon, bonjour,
Quelques mots pour vous féliciter de cette excellente fin de discours. Il est temps de s'engager. Il est temps d'apprendre à nos Enfants à aimer la France et son Histoire. Il est temps de sortir notre drapeau, de crier notre fierté d'être Français. Oui, celui qui sait d'où il vient, peut entrevoir où il va. Oui, il s'agit de se renouveler, notamment dans la classe politique. Oui il faut rassembler toutes les personnes de bonnes volonté, notamment tous les Centristes, en dehors des idéologies toutes faites. Ecoute, concertation et détermination doivent guider l'action. Oui, Monsieur Fillon, faire gagner la France est votre devoir. Le devoir de tout élu. Tout cela est à dire et à rappeler avec force, partout et en tous lieux : à la ville et à la campagne. Beaucoup de prospection et de communication à faire sur l'ensemble de notre territoire. Merci de nous visiter et de n'oublier personne. Merci Monsieur Fillon d'œuvrer dans ce sens.
Bien Cordialement.

Pascal Laborie 11/10/2015 07:14

Monsieur le Premier Ministre,
Cher François Fillon,

Juste un petit bémol sur les "voyous" qui agressent un pauvre DRH.
Vous êtes en partie excusé, n'ayant pas eu à connaître les affres du travail dans le privé.
Les véritables criminels sont parfois justement ces même DRH ou dirigeants qui annoncent des plans de licenciements ou la délocalisation des emplois sans combattre activement au niveau de l'état la sauvegarde des emplois dans l'entreprise qui les nourris.
Connaissez vous le nombre de suicides, de faillites personnelles et de divorces liés aux licenciements?
Car oui, ces Dirigeants et DRH de grosses entreprises, bien souvent issus de l'administration et placés à ces postes sans en avoir les compétences, non seulement sont responsables de la mauvaise gestion de l'entreprise mais aussi coupables d'assassinats sans intention de vouloir donner la mort.
Qu'ils en soient conscient et que la colère qu'ils ont eux même provoqués et que vous annoncez dans votre analyse de vos déplacements en France ne soit pas retournée contre les mauvaises cibles.
Vous dites que les Français sont en colère et dans un autre temps vous voudriez qu'il n'y ait pas de violence.
J'aurais préféré qu'il n'y ait pas cette contradiction dans votre discours...
Il faut en France des patrons qui créent leurs Entreprises et des salariés qui créent de la richesse pas des patrons parachutés de l'administration ou des grandes écoles qui ne créent que de la richesse pour les actionnaires au détriment de la Société toute entière ...
Je comprend la violence, toute relative tout de même, de certains salariés d'Air France et j'estime même qu'elle est de la légitime défense.

Amitiés

Pascal

Lm 13/10/2015 19:26

Bien Monsieur, entièrement d'accord avec vous. Avant d'accuser les uns de violences, il faut rechercher les causes. Car la plupart du temps, les relations salariés - dirigeants des grandes entreprises, c'est : le pot de terre contre le pot de fer. Et ces gens-là ne connaissent ce qu'est un bas salaire. Vivre avec 600 € par mois, c'est au dessous de leur vision. Et pourtant, ça existe même en ayant travaillé toute une vie. Prenez en conscience Monsieur Fillon. La notion de salaire n'est pas la même pour tout le monde. Donc merci d'y " Faire " ou d'y porter une grande attention. Car le travail a besoin d'être reconnu. Il est temps de revoir la copie.
Bien Cordialement.

Jean-Louis PETIT 10/10/2015 16:41

Si l'on demande à un électeur de droite de définir en quelques mots le contenu du programme de Nicolas Sarkozy ou de Alain Juppé, il dira au mieux qu'il s'agit de réduire les déficits ou bien de maîtriser l'immigration ou bien de réconcilier la société française avec elle-même, l'identité heureuse ...., ou bien de créer de l'emploi comme si cela était du ressort d'un gouvernement
Rien par contre sur l'objectif final poursuivi, sur l'ambition du candidat pour la France
Vous êtes, M le Premier ministre, un candidat original car vous avez fixé un cap
"rendre à notre pays une légitime fierté liée à son Histoire ainsi que sa positon économique et culturelle en Europe et dans le Monde"
Or, c'est cela qui sera au cœur de la campagne 2017
Bon courage

bibi 10/10/2015 14:41

enfin un peu d audace dans vos discours pourvu que cela dure

rousseau 10/10/2015 13:58

ah enfin un discours vigoureux, combatif et réconfortant qui casse l'image "terne" de votre personnalité ! personnellement je préfère cela aux séances de dédicace de votre livre que ', je le confesse , n'ai pas lu ! ( tout le monde écrit des bouquins et cela ne fait pas vraiment bouger les choses si ce n'est un début de prise de conscience ) un bémol cependant Marine le Pen à tort sur la forme mais pas complètement sur le fond quand on sait la puissance des lobbies européens !
Nadine Morano est maladroite sur la forme mais n'a pas tort sur le fond en affirmant les racines judéo chrétiennes blanches de la France ! ( en se référant au général de gaulle )
au moins, ces deux femmes ont du courage en politique , mème dans l'excés et donnent un grand coup de pied dans la foumillière de la pensée unique bien formatée de nos jours ou il est interdit de penser et simplement de dire ! aux hypocrites de droite comme de gauche à bon entendeur salut et je trouve cela plustot salutaire ...mème dans le coté éxcessif car le danger ce n'est pas l'excés mais l'excés de prudence .... tout alors devient figé !

Mes vidéos

Fil Twitter

Recherche