Ce site n'est plus à jour

Découvrez Fillon2017.fr
22 octobre 2015 4 22 /10 /octobre /2015 14:53

Mois après mois, je décline mon projet pour la France.

Je présente aujourd’hui mes propositions pour la santé qui sont fondées sur la liberté et la responsabilité.

Liberté car il faut donner la liberté de choix aux français et respecter l’autonomie des acteurs de santé dans le public ou le privé. Responsabilité car il faut leur faire confiance pour faire les bons diagnostics et proposer les soins les plus efficients, au meilleur coût.

 

Notre système de santé et d’assurance maladie est au cœur de notre modèle de protection sociale. Nous fêtons cette année le 70ème anniversaire de la sécurité sociale.

Je ne fais pas partie de ceux qui veulent la privatiser ou remettre en cause la solidarité qui est son fondement.

Mais je ne fais pas partie non plus de ceux qui se rengorgent en vantant les mérites d’un système que le monde entier nous envierait. J’en vois les défaillances : il est coûteux, il peut être inégalitaire dans l’accès aux soins, il n’est pas toujours efficient. Bref, il faut le moderniser.

Quel est le constat ?

  1. La loi portée par Marisol Touraine a non seulement cristallisé les hostilités du monde médical mais elle n’est en rien une réforme globale ou structurelle. Elle conforte le statu quo tout en s’attaquant à la médecine libérale pour des raisons purement idéologiques.
  2. Les Français sont inquiets sur la pérennité d’un système leur garantissant des soins de haut niveau. Comment ne pas l’être, avec un déficit annuel quasi insurmontable de 6/7 milliards d’euros, des services d’urgence saturés, pas de  médecin dans son canton ou sa commune ?
  3. Les professionnels de santé de leur côté font état d’un malaise croissant. Ils souffrent d’un déficit de reconnaissance. Attachés à un mode d’exercice libéral, ils craignent une fonctionnarisation rampante. A l’hôpital, on étouffe sous les contraintes. Quant aux cliniques, elles estiment leur existence menacée.

Bref notre système de santé illustre les maux dont souffre la société française : un repli sur soi, une insatisfaction profonde sur la façon dont les choses se passent mais en même temps la peur du changement, le sentiment qu’il se fera à son détriment. Aigreur, ressentiment et méfiance sont installés à tous les étages.

Il faut rompre avec cela.

Et pour cela, faire confiance aux acteurs. Leur rendre la liberté et miser sur leur sens des responsabilités. Sortir d’un cadre bureaucratique et de règles qui ne garantissent rien mais empêchent toute amélioration!

 

Je propose 5 engagements pour moderniser notre système de santé.

  1. Une meilleure synergie entre le secteur privé et le secteur public car notre organisation des soins est trop cloisonnée.

Il ne faut pas opposer la médecine libérale et la médecine hospitalière.

Cette synergie passe par une accélération et un renforcement de parcours de soins en faisant du médecin traitant l’acteur central.

J’ai déjà eu l’occasion d’affirmer que les médecins libéraux devaient avoir une juste rémunération. Sans cela, nous courons le risque d’une paupérisation de la médecine générale conventionnée.

Cette exigence d’une juste rémunération n’est pas contradictoire avec une meilleure gestion.

Le décloisonnement de notre système passe aussi par une meilleure association des cliniques au Service public. Arrêtons les guerres idéologiques ! Le service public hospitalier a beaucoup à apprendre des modes de gestion des meilleures cliniques.

Un mot sur la carte hospitalière.

Oui, il faut poursuivre le mouvement de rationalisation. Oui, notre système reste trop centré sur l’hôpital. Il faut développer les soins ambulatoires. Nous sommes en retard sur ce point.

Oui l’hôpital a des règles de fonctionnement trop lourdes qu’il faut alléger. On cite souvent l’exemple des 35 heures mais cela va au-delà.

On gagnerait, comme l’ont fait les allemands, à faire évoluer le statut public de certains de nos hôpitaux vers un statut proche de celui des établissements privés à but non lucratif. Encore une fois, pour offrir davantage de liberté, davantage de responsabilité et moins de règles uniformes.

Cette rationalisation de la carte hospitalière doit s’accompagner du développement d’un maillage de maisons médicales qui permettra aussi de supprimer le problème de l’engorgement des urgences.

 

  1. Mon deuxième engagement porte sur la réorganisation du pilotage de notre système.

Il s’agit de le  débureaucratiser. L’État doit se recentrer sur son rôle de pilotage stratégique.

Une agence nationale de santé, sous la tutelle du ministre de la santé, regroupera la direction générale de l’offre de soins et les services de l’actuelle assurance maladie permettant ainsi une vision globale médecine de ville/ Hôpital.

Quant au rôle des ARS, il sera revu afin de mieux y associer les professionnels de santé. Liberté et responsabilité, cela veut dire la fin des tutelles pesantes et des contrôles inutiles, mais un travail en partenariat ARS et professionnels de santé.

 

  1. Mon troisième engagement concerne la pérennisation du  financement.

Il est moralement et économiquement indéfendable de continuer à avoir un déficit structurel de l’assurance maladie.

Ce n’est pas une fatalité. En Allemagne, le système génère des excédents et les allemands ne sont pas moins bien soignés que les français ! Les praticiens sont même mieux rémunérés que chez nous…

Il faut une discipline collective qui se décline ensuite individuellement.

Son fondement : c’est une règle d’or imposant l’équilibre des comptes pour les dépenses d’assurance maladie. Le comité d’alerte devra veiller, chaque année, à éviter tout dérapage et surtout s’assurer que les mesures correctrices sont prises.

C’est en ce sens que je parle d’une discipline collective et individuelle. Il y a un bon usage de la solidarité et de l’assurance maladie, tant pour les patients que pour les professionnels de santé !

Ne laissons pas la fraude, le gaspillage, le recours à des soins inutiles ou redondants peser sur la solidarité.

Deux autres éléments vont dans le sens de la responsabilisation:

  1. l’introduction d’une franchise maladie universelle remplaçant le dédale actuel des tickets modérateurs et autre franchises ponctuelles ;
  2. la redéfinition des rôles respectifs de l’assurance maladie concentrée sur un panier de soins de base  et des assurances complémentaires prenant en charge le reste.

Enfin, ce qui concerne le financement je propose de basculer les cotisations patronales vers un mix TVA/ CSG. Je veux ainsi alléger le coût du travail.

 

  1. Quatrième engagement : le renforcement de la qualité des prestations et des dépenses.

Le rôle de la Haute autorité de santé doit être renforcé.

Je veux installer une vraie culture de l’évaluation des pratiques et des établissements. Elle est d’abord nécessaire en termes de santé publique pour des raisons évidentes. Elle l’est aussi en termes financiers afin de s’assurer du meilleur service.

La santé n’a pas de prix, mais elle a un coût ! C’est de la responsabilité de chacun, patients, professionnels, administration d’y veiller. Encore faut-il avoir pour cela les bons outils d’évaluation et de comparaison.

  1. Dernier engagement : la promotion du secteur économique qu’est la santé.

Là encore, si nous voulons bien renoncer à nos œillères idéologiques, il y a place pour une économie dynamique de la santé, source d’investissements et d’emplois.

Reposant sur une recherche fondamentale et clinique en lien avec les laboratoires, je veux conforter une industrie dynamique du médicament.

Je veux également que notre savoir-faire hospitalier puisse être valorisé tant à l’exportation que pour accueillir des malades étrangers solvables en France.

**

Voici, en résumé, mes propositions qui sont le fruit de très nombreuses rencontres avec les professionnels et experts de la santé.

Les document à télécharger ci-après détaillent nos objectifs et nos mesures. Il sera largement diffusé. C’est une base solide pour engager le débat sur l’avenir de notre système de santé.

 

 

 

Vers un système de santé fondé sur la liberté et la responsabilité

Partager cet article

Publié par François Fillon
commenter cet article

commentaires

Thevenot 30/11/2015 15:20

Bonjour,

La Responsabilité n'est pas pour demain quand on écoute Mme Touraine : "Le tiers payant deviendra «un réflexe»", espère Touraine ... comme les Aides multiples et le Chômage déjà bien intégrés dans les moeurs ?

Cordialement

DT

georgel 30/11/2015 11:00

j'ai lu votre livre programme impec mais il manque quelque chose c'est rendre le vote des francais obligatoire et comptabiliser les votes blancs de plus un systéme de votation regionnal serai pas mal surtout avec les futures grandes regions quel est votre avis????

JEFF 06/11/2015 16:49

Un mot sur le service public : les hôpitaux ont comme point commun d'avoir un budget déficitaire, une insuffisance de personnel infirmier et pour la plus part de médecins spécialisés. Le nombre de médecins étrangers (compétents ou incompétents) choque dans certains établissements car ils sont parfois majoritaires !!! Le numérus clausus des années passées n'est pas seul en cause,la lourdeur de la bureaucratie et les contraintes administratives participent à cette désaffectation, les salaires non ajustés aux temps de travail,à la responsabilité et à la pénibilité de même. Le secteur privé sans but lucratif gère mieux les budgets et le personnel médical et paramédical, il n'y a pas photo sans diminuer la qualité des soins et au contraire en conservant un acceuil plus humain.
Prenons effectivement exemple sur certains de nos voisins européens qui ont mis en oeuvre des solutions efficaces ! Et allégeons la tutelle de l'état, faites confiance aux médecins (avec certains syndicats, l'Ordre qui a bien évolué,la Carmf qui se débrouille bien) . La sécu parait totalement dépassée,impuissante à se réformer ... il serait temps de revoir ce système typiquement français,responsable et victime de tant d'abus et non adapté à notre temps (70 ans,ce n'est plus le temps d'un lifting, il faut une renaissance ! ;;; Repenser et ou supprimer la CMU,l'AM,le ticket modérateur etc... sans supprimer pour autant la solidarité mais en responsabilisant tous les français (et les non français!). La carte hospitalière doit être rationnalisée (avec des outils reconnus de tous) et appliquée avec détermination ...
Ouf j'arrête "mon programme" mais je suis inquiet pour notre système de soins,inquiets pour les nouvelles générations de médecins et pour la population française ....
FAIRE ok !

Bodenez 26/10/2015 10:33

QUAND allez vous DIRE aux Français que le système de santé est déjà libéré au regard de la loi européenne transposée en France: chacun peut sortir de le SECU et prendre à moindre cout une meilleure assurance santé ? C'est pourquoi tant que la France n'acceptera pas cet état de fait, vos propositions resteront vaines et fumeuses. Je ne peut adhérer à vos propositions.

reiller 24/10/2015 14:28

Tout à fait d'accord pour libéraliser, et cesser de brimer les établissements privés: c'est dans la comparaison public privé que le public trouvera l'énergie nécessaire à plus d'efficacité.

Il faut aussi pour quantifier la performance: le taux d'infirmité après AVC n'est visiblement pas le même pour tous les hôpitaux; et certains vous déclarent facilement infirme à vie.

Enfin inutile d'aller chercher comparaison en Allemagne, la caisse Alsace Lorraine se porte bien mieux que les autres, serait ce parce que ses frais de gestion sont plus faibles (définis par contrat de sous-traitance )
Mais aussi pourquoi un régime de base et une mutuelle obligatoire?? double gestion administrative, possibilité au régime général de se défausser sur les mutuelles....

bibi 24/10/2015 14:16

satisfaire le monde médical bon courage j ai deux médecins parmi mes proches ils ne sont jamais content

bibi 24/10/2015 14:16

satisfaire le monde médical bon courage j ai deux médecins parmi mes proches ils ne sont jamais content

arthur 44 23/10/2015 18:52

une remarque et deux propositions
Remarque: ma coiffeuse gagne autant que mon médecin généraliste. Elle a le CAP. Il a Bac +9: est-ce normal?
deux propositions: quand je vais au CHU de Nantes, j'ai presque peur devant ces visages bronzés qui vocifèrent et se font soigner avec l'argent de ceux qui travaillent !
j'ai parfois besoin de médicaments mais n'ai eu que deux arrêts de maladie dans ma vie professionnelle( je suis dans ma quarante et unième année de travail!). J'aimerais que mes médicaments soient remboursés à 100 % . Par contre, lorsqu'on est en arrêt de travail, on fait des économies, de transport, de repas le midi: pourquoi rembourser à 100 % . je ne parle pas des "arrêts de confort" - soi disant "dépression". Si les gens en arrêt étaient remboursés à 75 % il y aurait beaucoup moins d'arrêt et que dire du jour de carence mis- avec raison ..; pourquoi pas trois comme les autres d'ailleurs - et supprimé par la gauche !
Voilà comment on peut faire de sérieuses économies mais qui aura le courage de les faire?

Pascal 23/10/2015 14:59

Moi je veux choisir ma sécu : privé ou public je veux cette liberté pourquoi je n'ai pas cette liberté en 2015 sachant qu'on finance déjà par l’impôt la CMU.

C'est une vrai réforme, c'est un devoir , ce système est en faillite et nous pollue nos entreprises, je ne comprend pas cette position franco-française d'un système d'une idéologie qui ne fonctionne pas.

En me laissant ce choix de liberté vous pérennisez des centaines de TPE ARTISANT , le coeur même de l'emploie en France et vous ouvrez l'embauche 6 mois après.

La liberté des petit entrepreneur est le moteur de la France.

Mr Fillon, j'ai envie de croire à cette liberté.

perrin gilbert 23/10/2015 11:20

SANTE, liberté et responsabilité, de biens grands mots quand on connaît l'intérieur, c'est un service public qui doit être el même pour tous pour tous les ayant-droits, contre les passe droits....Gilbert Perrin.

claudine 23/10/2015 11:05

Bonjour,
que pensez vous de faire payer une somme modique, 10 ou 20€ annuel par les bénéficiaires de la CMU. Ayant moi même bénéficié de ce système, je me sens mal à l'aise avec ce système, (dont je n'ai pas profité, n'étant pas malade) mais il me semble que même une somme modique responsabiliserait tous ceux qui ont recours à ce système. De plus si on multiplie le nombre de bénéficiaires par 10 ou 20 € annuel, c'est un plus pour la sécurité sociale.

Fabien 23/10/2015 09:07

Après avoir lu "Faire", Francois Fillon m apparaît comme le plus apte, ou le plus motivé, à redresser les choses.
Par contre je ne vois rien sur l ouverture du secteur de la santé et de l assurance maladie à la concurrence, rien sur le monopole de la sécu... Alors que Mr Fillon qui s intéresse tant aux modèles voisins n'est pas sans savoir que la mutation d un système public essoufflé vers un partenariat public-privé a été un franc succès en Allemagne, en Hollande et en Suisse. Chacun de ses trois pays présentant un solde positif de leur comptes sociaux...

brandenburg 23/10/2015 01:10

Pas mal mais pas assez loin,comme trop souvent.Notre "système de santé" est un des plus mauvais d'Europe comme notre système d'éducation:voir les deux dernières enquêtes PISA.;un seule principe:soigner tout le monde,soigner mieux,SOIGNER MOINS CHER-l'exact inverse d'aujourd'hui d'un système à la dérive et qui n'a jamais marché-que des déficits-sauf rares équilibres sous de Gaulle-depuis sa création hâtive sous l'influence communiste et bâclé.Il faut tout refonder de a à z comme les systèmes d'éducation et social.Voir sur "tantampotestantamaude.erlande.com

Da Cunha David 22/10/2015 18:49

Merci Monsieur Fillon,
Je suis frontalier Suisse et comme beaucoup d'autres, je suis en ce moment dans une situation compliquée suite à l'abandon du libre choix pour les frontaliers, avec obligation d'affiliation à la CMU, et quelques pirouettes pour éviter de payer beaucoup plus cher qu'avant une couverture santé moins complète ... Le pire est que comme ce fut le cas les avocats récemment, cette contribution supplémentaire au système social n'aura d'autre effet que de baisser mes revenus, sans aucun impact sur les finances de la république ... quelque chose dans votre programme sur cet aspect? PS. je suis au chapitre de votre livre sur la liberté ... libre choix, on est en plein dans le sujet ...

CHASSINAT Susana 22/10/2015 16:47

J'aime pouvoir soutenir un Homme politique qui sait proposer des choses !..

CHASSINAT Susana 22/10/2015 16:47

J'aime pouvoir enfin soutenir un Homme politique qui propose !..

Franck 22/10/2015 16:39

Nous avons prétention pour accueillir le monde entier et nous ne pouvons même plus financer notre système de santé ? Bien entendu que nous devons basculer notre système de financement sur la TVA et surtout une TVA sur les produits manufacturés et pour compenser le travail à faible coût de pays qui n'ont pas les mêmes règles. Aujourd'hui dans notre pays nous faisons tout supporter sur ceux qui travaillent encore .... Par contre la TVA sur la nourriture y compris la restauration doit rester au plus bas. La restauration car tout le monde doit avoir le droit de manger au restaurant le midi et pas seulement ceux qui ont quelques privilèges... et leurs restaurants d'Entreprises comme tous les artisans, et les employés de toutes les petites entreprises. Puis le restaurant, c'est la vie un moment de relaxe, de pause et notre pays à besoin de vivre un peu .... Si on augmente la TVA sur les produits manufacturés et bien on va réduire la pression sur le travail et donc sur nos Entreprises. Il y a 20 ans déjà que je l'ai compris...

Mes vidéos

Fil Twitter

Recherche