Ce site n'est plus à jour

Découvrez Fillon2017.fr
9 janvier 2009 5 09 /01 /janvier /2009 10:32
Intervention de Monsieur François Fillon, Premier ministre

lors des Questions au Gouvernement à l'Assemblée nationale

Mardi 9 janvier 2009




Réponse à une question d'Alexandre Poniatowski (UMP) au sujet du conflit israélo-palestinien.


- "Monsieur le président,
Mesdames et messieurs les députés,
Monsieur le président de la commission des Affaires étrangères,

J'ai indiqué ce que le président de la République tentait de faire aujourd'hui au Proche-Orient : il tente d'obtenir un cessez-le-feu, d'abord pour des raisons humanitaires. Mais naturellement, la France cherche - et c'est aussi le travail de Bernard Kouchner, aujourd'hui aux Nations Unies - à faire retrouver à l'ensemble des acteurs le chemin de la paix. Ce chemin de la paix, il passe d'abord par la sécurisation des points de passage entre Gaza, le territoire israélien et l'Egypte. Il faut que ces points de passage soient ouverts et il faut en même temps que ces points de passage ne puissent pas servir à la contrebande d'armes. Nous avons indiqué que nous étions disponibles pour fournir des forces pour contrôler ces points de passage, pour servir d'observateurs, nous et naturellement les autres pays européens.

La voie de la paix, le chemin de la paix passe ensuite par la réconciliation interpalestinienne. Et il n'y a pas d'autre chance de réussir cette réconciliation que de faire confiance à l'initiative qui a été entreprise par le Président Abbas, sous l'égide de l'Egypte et de la Ligue arabe. Et j'en reviens à ce que je disais à l'instant, en répondant à monsieur Sauvadet : il y a dans ce conflit à la fois, naturellement, les racines du conflit israélo-palestinien mais en même temps, la volonté d'un certain nombre d'acteurs du Proche-Orient de déstabiliser les pays modérés qui sont engagés dans ce processus de paix.

Et puis, enfin, le chemin de la paix passe par la reprise du processus d'Annapolis. Comme je le disais tout à l'heure, il y a peu de choses à discuter, les conditions de la paix sont sur la table. Israël doit accepter un Etat palestinien indépendant, un Etat palestinien libre, un Etat palestinien démocratique. Et les Palestiniens doivent accepter qu'Israël puisse vivre en sécurité dans des frontières sûres et reconnues.

Si nous réussissons à engager l'ensemble des acteurs dans la voie du retour à ce dialogue, alors, naturellement, la France l'Europe sont disponibles pour fournir les moyens nécessaires à une force de sécurisation.

Je veux simplement ajouter qu'il est très important, dans ce débat, de parler avec l'ensemble des acteurs, et le président de la République française s'est entretenu aujourd'hui à Damas avec le Président Assad et c'est à la suite de cet entretien qu'il a décidé de retourner voir ce soir le Président égyptien à Charm el-Cheikh, parce qu'il y a une voie, même si c'est une voie très étroite, pour obtenir grâce à la pression de l'ensemble des acteurs, un cessez-le-feu sur le terrain."

Partager cet article

Publié par François Fillon - dans TRIBUNES ET DISCOURS
commenter cet article

commentaires

Mes vidéos

Fil Twitter

Recherche