Ce site n'est plus à jour

Découvrez Fillon2017.fr
3 mars 2009 2 03 /03 /mars /2009 17:54
Réponse du Premier ministre François FILLON, à une question de Jean-Marc AYRAULT (PS), le Mardi 3 mars 2009
lors des questions au Gouvernement à l'Assemblée nationale


‑ "Monsieur le président,
Mesdames et Messieurs les députés,
Monsieur le président Ayrault,

Dans quelques jours, vous allez discuter du collectif budgétaire qui va permettre le financement des mesures qui ont été décidées lors de la négociation sociale du 18 février dernier. Avec ce collectif, le déficit 2009 va frôler les 100 milliards d'euros,soit 50 milliards d'euros supplémentaires, dont 30 milliards d'euros sont liés aux dépenses du plan de relance, et 20 milliards d'euros à des recettes moindre du fait de la situation économique.

Je tire de ces chiffres deux remarques. La première remarque, c’est qu'avec 30 milliards d'euros de crédits budgétaires inscrits en 2009 pour la relance, contrairement à ce que vous dites, nous faisons jeu égal avec les plans de relance de l'Allemagne et de la Grande-Bretagne. Or, dans le même temps, l'ensemble des experts nous prévoit une baisse de croissance de l'ordre de - 1,5 % et pour l'Allemagne de - 3 % ; pour la Grande-Bretagne de - 3,1 ; pour les Etats-Unis, qui vont être en récession pour la deuxième année consécutive, de - 1,9 %, sans parler de la panne de croissance du moteur asiatique, avec les - 6,6 % du Japon. Vous conviendrez avec moi, monsieur Ayrault, que c'est curieux que les plans de relance que le Parti socialiste porte aux nues en permanence, aboutissent à des résultats, en terme de croissance, qui sont inversement proportionnels à l'effort que vous nous appelez à faire.

La deuxième remarque que je voudrais faire, et je la fais avec gravité, elle concerne les déficits. Avec l'ensemble des plans de relance qui sont mis en œuvre, les déficits publics vont atteindre des records : plus de 10 % aux Etats-Unis ; près de 10 % en Grande-Bretagne et plus de 5 % pour le déficit du budget de l'Etat français. Monsieur Ayrault, la crise est née d'un excès d'endettement des ménages aux Etats-Unis ; vous conviendrez aussi avec moi que ce serait curieux que la solution à cette crise, ce soit maintenant un excès d'endettement des Etats.

Alors monsieur Ayrault, oui, cette crise va être longue et dans le monde entier, on jugera les dirigeants à leur honnêteté, à leur sang-froid et à leur courage. Et les dirigeants, monsieur Ayrault, ce sont d'abord les gouvernements qui sont responsables, ce sont les majorités qui les soutiennent, mais c'est aussi l'opposition que j'appelle, sur ce sujet, à plus de responsabilité.

Partager cet article

Publié par François Fillon - dans TRIBUNES ET DISCOURS
commenter cet article

commentaires

Mes vidéos

Fil Twitter

Recherche