Ce site n'est plus à jour

Découvrez Fillon2017.fr
18 mars 2009 3 18 /03 /mars /2009 12:34

Déclaration du Premier Ministre, François FILLON, relative à la politique étrangère de la France à l'Assemblée nationale le Mardi 17 mars 2009 (version vidéo et version écrite intégrale)

Monsieur le Président,
Mesdames et messieurs les députés,

Durant ces derniers mois, notre politique étrangère et notre politique de défense ont fait l'objet de plusieurs débats au sein de cette Assemblée.
Nous avons débattu à trois reprises de la question afghane, et vous avez dû pour la première fois dans la Vème République, vous prononcer sur la prolongation de nos opérations militaires extérieures.
Sous l’impulsion du Président de la République, le domaine dit autrefois réservé est devenu plus ouvert et plus partagé.
Nous l’avons voulu ainsi parce que les frontières entre les affaires intérieures et extérieures sont de plus en plus imbriquées.

Je rappelle respectueusement à l’opposition que par le passé, le pouvoir régalien du Président s’affirmait pleinement, et François Mitterrand l’utilisa sans réserve.
De son soutien à l’installation des missiles Pershing américains en RFA à l’interruption brutale de nos essais nucléaires en 1992, de l’intervention au Tchad en 1983 à celle en ex-Yougoslavie en 1992, jamais le vote de notre Assemblée ne fut sollicité.

Seul notre engagement en Irak, en 1990, fit l’objet d’un vote de confiance, mais vous reconnaîtrez qu'il intervint alors même que les hostilités étaient engagées.
Mesdames et messieurs les députés, ce bref rappel du passé nous dispense des leçons de démocratie que certains se plaisent à nous donner aujourd’hui.

Parce que notre politique étrangère et de défense est l’affaire de la nation, me voilà devant vous, sollicitant la confiance de la majorité pour servir une certaine idée de la France dans le monde.
Car oui, ce débat ne peut se résumer à la seule question de l’OTAN qui ne constitue qu’un des volets de notre diplomatie et de notre sécurité.

Si l’Alliance atlantique était autrefois une réponse des démocraties face à la menace soviétique et de ce fait l’un des symboles idéologique et militaire de la Guerre froide, elle n’est désormais qu’une structure parmi d’autres. Elle n’est plus et elle n’est pas l’expression d’une politique globale !
En 1966, notre retrait, au paroxysme des tensions Est/Ouest constitua un choc. Mais en 2009, notre retour ne constitue qu’un ajustement qui, de ce fait, ne provoque aucun émoi dans le concert des nations.
Notre pleine participation aux structures de l’Alliance n’est qu’un moyen parmi d’autres de placer notre pays en capacité de répondre aux défis de notre temps.

La France, mesdames et messieurs les députés, n’est grande, que lorsqu’elle est grande pour le monde.
C’est ainsi, notre nation s'est toujours sentie investie d’une responsabilité universelle, et les circonstances géopolitiques en élargissent les horizons.
L’interdépendance des enjeux sécuritaires, économiques, écologiques constitue la césure historique du XXème siècle.
Elle est la conséquence de la disparition de la bipolarité d’hier, de l’extension de l’économie de marché et du développement accéléré des technologies de l’information et de la communication.
Cette interdépendance signe la fin du monopole de la puissance et du progrès si longtemps détenu par les seuls occidentaux.
La spectaculaire émergence de la Chine et de l’Inde est le point saillant de ce rééquilibrage politique et économique.

Ce monde globalisé et complexe ne rend que plus légitime et plus nécessaire notre vocation internationale.
Pour elle, nous croyons à l’égale dignité des nations et à la liberté des peuples à disposer d’eux-mêmes.
Face aux tyrannies, nous sommes l’avocat des droits de l’homme.
Devant l’uniformité rampante, nous défendons de Dakar à Québec la diversité des héritages culturels et linguistiques.
Face aux tentations hégémoniques, nous opposons la légalité internationale et le multilatéralisme.
Devant les grands enjeux actuels, nous militons en faveur d’une mondialisation réorganisée, plus équilibrée et mieux maîtrisée.

Cet universalisme français prolonge la défense de nos intérêts nationaux.
Alors n’en déplaisent aux esprits angéliques qui négligent les rapports de forces et aux idéalistes qui prophétisent la fin des nations, la France demeure une puissance qui a des objectifs propres.
Et ces objectifs, nous les orchestrons de façon collective.
Nos intérêts se conjuguent avec ceux de l’Europe.
Ils s’articulent avec ceux de nos alliés les plus fidèles dont font partie les Etats-Unis, mais aussi avec ceux de nos partenaires qui entretiennent des relations de confiance avec nous.
Au Maghreb, au Proche-Orient, en Afrique, en Amérique du Sud, en Asie, en Russie, il y a là des grands peuples avec lesquels nous partageons une estime réciproque qui s’enracine dans les profondeurs de nos mémoires et de notre Histoire.

La promotion de nos valeurs et de nos intérêts constitue notre permanence politique.
Elle est servie, mesdames et messieurs les députés, par notre indépendance.
Notre nation ne reçoit d’ordre de personne !
Elle doit être libre de décider par elle-même et pour elle-même.
L'autonomie de notre politique est complète, tant sur le plan stratégique avec notre force de dissuasion nucléaire, qui protège nos intérêts vitaux, que sur le plan diplomatique.

De notre engagement armé en Yougoslavie, à celui en Afghanistan, de notre refus catégorique de nous associer à la seconde guerre en Irak à l’initiative franco-égyptienne en faveur de Gaza, la France agit et agira toujours selon ses convictions.
Lorsque nous relançons le dialogue avec la Syrie, tellement critiqué sur certains de ces bancs, ou avec la Libye, lorsque nous demandons, avant la conférence de Bali, des engagements contraignants de réduction du CO2, lorsque nous prenons l'initiative d'intervenir dans la crise entre la Russie et la Géorgie, nous décidons et oeuvrons selon nos vues.

Cette indépendance de ton et d’action, qui est la marque de la France, s’inscrit dans notre choix résolu de la solidarité.

D’abord la solidarité avec l'Union Européenne, pour laquelle tous les Présidents de la République se sont engagés de façon continue, avec un objectif identique : faire de l’Europe, non pas seulement un espace économique, mais une véritable force politique. 
Sous la conduite de Nicolas Sarkozy, la présidence française de l’Union aura révélé l’Europe sous un jour nouveau.
Oui, mesdames et messieurs les députés, l’Europe peut influer et peser sur les affaires du monde.
Oui, L'Europe a un destin singulier dès lors qu’elle s’en saisit avec courage! 
L’Europe mérite, avec le Traité de Lisbonne, une organisation institutionnelle plus stable. La France a la conviction que l’Europe ne peut pas rester un géant économique sans prétendre au premier rang diplomatique et militaire.

Solidarité ensuite avec nos alliés, et notamment nos américains.
De la crise de Cuba à la 1ère guerre en Irak, de la crise des euromissiles au 11 septembre 2001, la France ne s’est jamais départie de son amitié à l’égard du peuple américain.
La France, alliée mais pas vassale, fidèle mais insoumise, toujours fraternelle mais jamais subordonnée : voilà la nature de notre relation avec l’Amérique.
L’Amérique est une puissance globale, et la sagesse comme les réalités géopolitiques nous commandent de juger sa diplomatie sur ses actes et non pas sur ses intentions. L’amitié ne se confond pas avec la naïveté !
L’élection du Président Obama ouvre pourtant des perspectives que nous devons saisir.
Je note d'ailleurs que la gauche a applaudi à tout rompre cette élection américaine, mais n’hésite pas à marquer sa défiance vis-à-vis de l’Amérique dès lors que l’on évoque l’Alliance atlantique.
Eh bien entre la fascination et l'appréhension, il existe pourtant une voie pragmatique pour renouveler les instruments et les objectifs de la relation franco-américaine et de la relation euro-américaine.

Mesdames et messieurs les députés, plusieurs sujets cruciaux réclament une nouvelle dynamique commune.

Il y a d’abord l’Iran.
Notre devoir absolu est d’éviter la contagion nucléaire. Et pour cela, nous devons défendre le régime international de non prolifération.

Nous avons renforcé les sanctions avec le Conseil de sécurité, et en même temps poursuivi notre offre de dialogue avec Téhéran.
Aujourd’hui, les Etats-Unis nous rejoignent sur cette approche ferme mais ouverte.
Il semble qu’ils convergent vers l’idée que nous défendons depuis longtemps, d’un dialogue franc et direct avec Téhéran.
Avec la Corée du Nord, la crise iranienne a fait ressurgir la question nucléaire, question nucléaire qui est aggravée par le développement des missiles balistiques de moyenne portée.
Cette question nucléaire, elle doit être résolue par le partage encadré du nucléaire civil.
Mais elle doit l’être aussi par une attitude responsable de la part de ceux qui détiennent la dissuasion. 
Et dans cet esprit, nous demandons aux Etats-Unis comme à la Chine de ratifier le traité d’interdiction complète des essais nucléaires, comme nous l’avons fait nous-même il y a onze ans.
Nous soutenons la relance d’une négociation entre les Etats-Unis et la Russie, afin d’aboutir, de part et d’autre, à une dissuasion strictement minimale.
Nous souhaitons enfin l’ouverture sans délai de la négociation d’un traité d’interdiction de la production des matières fissiles pour les armes nucléaires.


Il y a ensuite l’Afghanistan.
J’ai défendu ici même la nécessité de l’engagement de la France dans ce pays, qui fut la base arrière du terrorisme international.
Je veux ici saluer la mémoire du caporal Belda, du 27ème bataillon de chasseur alpin, qui a trouvé la mort au cours d’un accrochage dans la province de Kapisa, samedi dernier.
Mesdames et messieurs les députés, le courage et le professionnalisme de nos soldats font l’honneur de la France.
Sécuriser l’Afghanistan, reconstruire ses infrastructures, réconcilier le peuple afghan, transmettre aux autorités légitimes les moyens d’exercer la pleine souveraineté de cet Etat, voilà quelle est notre stratégie.
Pour tout cela, nous voulons rompre avec une gestion exclusivement militaire de la crise afghane.
Il faut une approche politique d’ensemble et il semble que les Etats-Unis y soient désormais sensibles.

Il y a enfin, avec nos partenaires américains, le sujet central de la lutte contre le changement climatique.
Sous l’impulsion de la France, l’Union européenne est parvenue à un accord très ambitieux.
Mais l’Europe ne peut pas agir seule. Les Etats-Unis semblent enfin prendre, avec la nouvelle administration, la mesure de leurs responsabilités vis-à-vis des prochaines générations.
Avec le sommet de Copenhague, il va falloir maintenant et cette année passer aux décisions et aux actes !

Cette solidarité de la France s’exprime aussi avec l'espace méditerranéen.
Le projet de l'Union pour la Méditerranée marque notre ambition de dessiner les contours d’une étroite collaboration euro-méditerranéenne.
Nous voulons désavouer, nous voulons désarmer ceux qui en appellent au choc des civilisations.
Nous refusons la logique des fanatiques.
Nous refusons de nous laisser enfermer dans des schémas manichéens.
Entre l’Occident et l’Orient, la France est et restera une médiatrice.
En toute indépendance et malgré les critiques, nous avons repris le dialogue avec Damas. Parce que nous croyons que la Syrie peut apporter une contribution importante à la paix dans la région.
Elle l'a montré au Liban, avec la conclusion de l'accord de Doha.
Elle peut nous aider à convaincre le Hamas de faire le choix de la raison, c'est-à-dire celui de la réconciliation inter palestinienne et de la négociation avec Israël.
Dès le premier jour de la crise de Gaza, le Président de la République française a cherché une issue au conflit, dans un esprit d’équilibre et de justice.
Cette crise, mesdames et messieurs les députés, et son bilan dramatique, montrent qu’il n’y aura pas de solution militaire à ce conflit.
La France affirme qu’Israël doit pouvoir vivre en paix, dans des frontières reconnues, et que la Palestine doit pouvoir vivre libre, en jouissant de sa pleine souveraineté.

Dans cette région, seul le courage des compromis politiques permettra de sortir de l’impasse.
Et c'est dans cet esprit que le Président de la République a proposé de tenir au printemps un sommet de relance du processus de paix.

Solidarité aussi de la France avec l'Afrique.
Nous croyons en l’avenir de cet immense continent meurtri.
Et c’est pourquoi nous demeurons l'un des principaux pourvoyeurs d'aide publique au développement.
Nous nous sommes engagés au Darfour, en sécurisant les camps à l’est du Tchad.
Nous avons amené, avec Bernard Kouchner, nos partenaires européens à nous appuyer dans la mise en œuvre de l’EUFOR, la plus grande opération militaire de l’Union européenne.
Signe de son succès, les Nations Unies viennent  d'ailleurs de prendre le relais de cette force européenne.

Solidarité enfin avec l'Organisation des Nations Unies.
Pour la France, le droit international est l’expression d’une morale universelle. Il est à la source d’un ordre légal face à la violence.
En l’espace d’un demi-siècle, les interventions successives de l’ONU ont couvert les échecs de la Société des Nations.
Pour autant, la France estime que la gouvernance internationale, issue de l’Après-guerre, ne répond que très partiellement aux enjeux d’aujourd’hui.

Nous soutenons le processus de réforme du Conseil de sécurité des Nations Unies, nous militons en faveur de son élargissement.
Nous avons proposé les premiers l’extension du G8 en G14.
Nous avons joué un rôle moteur dans la réforme des droits de vote au sein du Fonds Monétaire International.
Enfin, nous nous faisons sans cesse les avocats d’une meilleure représentation de l’Afrique au FMI et à la Banque mondiale.

Avec l’Union européenne, la France a pris la tête des efforts pour bâtir une véritable régulation financière internationale.
Nous voulons corriger les causes de la crise actuelle.
Le Conseil européen du 19 mars définira une position européenne pour le sommet du G20 à Londres le 2 avril.
La France exigera des changements clairs en matière financière : la régulation des hedge funds, la régulation des agences de notation, l'encadrement des rémunérations, la réforme des normes comptables, la lutte contre les centres offshore.

Mesdames et messieurs les députés,

S’il est bien une leçon que nous devons retenir du Général de Gaulle, c’est bien celle qui consiste à ne jamais regarder l’avenir avec les yeux du passé.

La politique étrangère, c'est une action pour un idéal à travers des réalités.
Ces réalités sont changeantes, et dès lors, rien n’est plus contreproductif et rien plus dangereux que de sacraliser le statu quo.
Nous ne devons jamais hésiter à ajuster et à rénover nos politiques dès lors que les faits et nos buts nous le recommandent.

A cet égard, la gauche a l’art d’être en retard d’une révolution stratégique.

En 1966, elle s’opposa violemment à la décision du Général de Gaulle de nous retirer des structures intégrées de l’OTAN.
Cette décision trahissait aux yeux de l’opposition d’alors, je la cite, «une position hargneuse à l’égard de nos alliés américains et une sorte de poujadisme aux dimensions universelles».
Eh bien ce prétendu «poujadisme» d’hier est devenu votre code de bienséance d’aujourd’hui !
Puis, la gauche s’opposa frontalement à notre force de frappe, et ce n'est qu’en 1978 que les socialistes acceptèrent alors du bout des lèvres notre dissuasion nucléaire, et cela, après même que les communistes l'aient fait !

Enfin, je n’ose citer les terribles hésitations de certains de nos hauts responsables devant la chute du Mur de Berlin et la réunification allemande.
A cet instant, l’Europe échappait à l’ordre binaire auquel ils s’étaient accoutumés, mais devant lequel justement, De Gaulle, lui, n’avait pu se résoudre.

Il est toujours piquant de voir l’opposition faire appel aux mannes du gaullisme, elle qui le combattit sans relâche !

Mesdames et Messieurs les députés, quarante ans après les faits, voir la gauche célébrer un héritage qu’elle a tant contesté, c'est assez heureux, mais c'est finalement très conformiste.

Atlantiste quand il fallait être gaulliste, attentiste lorsqu’il convenait d’être réactif, nostalgique lorsqu’il s’agit d’être pragmatique, la gauche ne s’est en réalité jamais distinguée par son audace stratégique.

Il y a dix-huit ans de cela, je publiais dans un journal du soir une tribune, peut-être un peu provocante, en faveur du retour de la France dans l’OTAN.
Avec la chute du Mur de Berlin, j’estimais que nous devions profiter de l’occasion pour rééquilibrer au profit de l’Europe, l’Alliance, et pour convaincre nos partenaires de renoncer à la tutelle américaine.
 

A la lecture de cette tribune, le Président Mitterrand m’invita à venir m’entretenir avec lui de ce sujet.
Je garde en mémoire son verdict: «Vous voyez, me dit-il, nous avons eu tellement de mal à faire venir les Américains en Europe, qu’il ne faut rien faire qui puisse les en faire partir ».
A l’évidence, François Mitterrand ne voulait pas d’une initiative qui aurait risqué d’entraîner le désengagement des Américains.
Il ne m’appartient pas de juger de l’analyse d’un homme dont la pensée reflétait toute une époque, mais aussi toutes les ambivalences d’une posture oscillant entre l'indépendance et l'alliance, entre la défiance et l'attirance à l'égard des Etats-Unis.

Mais il me revient en revanche de souligner que les termes du débat ont radicalement changé.

Notre sécurité ne se joue plus à nos frontières et le spectre de la destruction mutuelle assurée ne pèse plus sur notre continent.
La bipolarité d’antan a laissé place à une multiplicité des acteurs et à la dissémination des risques.
La France et l'Europe ne sont plus menacées d’envahissement.
Mais pour autant, leur sécurité n’est pas acquise.
De nouvelles menaces qui sont exacerbées par les conflits en particulier au Proche et au Moyen-Orient ont surgi : le terrorisme global qui instrumentalise et qui détourne l’islam, la prolifération des armes de destruction massive.
L’URSS est devenue la Russie et s’est ralliée à l’économie de marché.
L’empire soviétique s'est disloqué, ses États satellites se sont libérés et ont rejoint l’Union européenne et pour certains d’entre eux même l’Alliance atlantique.
Les États-unis ont retiré 80% de leurs forces de notre continent qu’ils ne jugent plus comme une priorité au regard des intérêts que recouvrent l’Asie et le Moyen Orient. 
L’ONU, je l’ai dit, s’est renforcée et l’Europe s’est affermie.
A la lisière de toutes ces transformations, l’OTAN n’est plus l’organisation dont certains parlent.
Il y a 40 ans, le Général de Gaulle se retirait d’une organisation compacte, d'une organisation dressée face au Pacte de Varsovie, et exclusivement dirigée par les États-Unis.

Depuis, c’est la notion de coalition d’Etats volontaires à participation variable qui s’est imposée au détriment des schémas rigides de la guerre froide.

En 1966, mesdames et messieurs les députés, la logique des blocs réglait la géopolitique mondiale.
Rester dans les structures intégrées de l’OTAN, c’était aliéner les choix politiques de la France à cette logique binaire que le général de Gaulle voulait justement transcender.
En 1966, les États-Unis imposaient la doctrine de la riposte graduée à l’OTAN et ils n’y prévoyaient aucun partage des responsabilités.
Rester dans les structures intégrées, c’était prendre le risque de nous retrouver engagés dans des conflits qui n’étaient pas les nôtres.
En 1966, il y avait 26 000 soldats américains sur le sol français, et aucune perspective de réorganisation de l’Alliance.
En 1966, la France disposait, depuis deux ans, d’armes nucléaires opérationnelles et notre stratégie de dissuasion et d’action nous portait à repenser les termes de notre autonomie.

Cette autonomie ne fut cependant jamais conçue comme une marque de neutralité ou de défiance vis-à-vis de l’Alliance atlantique dont nous sommes toujours restés membres.
Et d'ailleurs, à peine le retrait décidé, nous confirmons par plusieurs accords notre volonté de continuer à travailler avec l’OTAN : c'est l’accord Ailleret-Lemnitzer de 1967,  et l’accord Valentin-Ferber de 1974.

En 1983, se tient à Paris un Conseil atlantique, ce qui constituait une première depuis 1966.
En 1991, la France participe à la rédaction du nouveau concept stratégique de l’Alliance.
Dans les années 1990, nous sommes de toutes les opérations en Bosnie, où la France, pour la première fois, participe à une opération de l’OTAN.
A partir de 1993, toujours sur décision de François Mitterrand, le chef d’état-major des armées est autorisé pour la première fois à intervenir au comité militaire de l’OTAN, sur les questions de maintien de la paix.
A partir de 1994, il y est autorisé sur l’adaptation des structures de l’Alliance, sur la coopération avec l’Est et sur la non-prolifération.
En 2004, plus d’une centaine de Français sont affectés aux commandements de Mons et Norfolk.
Aujourd’hui, nos troupes sont engagées avec l’OTAN au Kosovo et en Afghanistan.
Nous sommes les 4ème contributeurs de l’OTAN en terme de forces.
Et nous sommes présents quasiment dans tous les comités de l’OTAN.
Insensiblement, les faits et la volonté politique recréaient donc notre participation croissante aux structures de l’OTAN.
Eh bien, il s’agit aujourd’hui de franchir une dernière marche.

Cette dernière marche, prétend l’opposition, affaiblira notre indépendance, ce qui est naturellement faux.

Il faut avoir peu confiance en la France pour penser un instant qu’elle puisse être ligotée par sa présence dans un comité. Et au surplus c'est bien mal connaître le fonctionnement de l’OTAN.
Depuis la déclaration d’Ottawa de 1974, rien ni personne ne vient contester l’autonomie de notre stratégie nucléaire qui n’est pas négociable.
Chacun sait que la participation à l’OTAN n’entraîne aucune automaticité politique et que les décisions du Conseil atlantique sont prises à l’unanimité.
Dois-je rappeler que l’Allemagne a refusé de s’engager  en Irak aux côtés des Américains et que la Turquie a refusé  de servir de base arrière  pour ce même conflit ?
Dois-je souligner que même dans le cadre de l’Article V de l’Alliance – celui de la défense collective en cas d’agression d’un de ses membres – chaque nation décide des moyens qu’elle entend employer.
Nous conserverons l’indépendance de notre dissuasion nucléaire et notre liberté d’appréciation sur l’envoi de nos troupes.
Nous ne placerons pas de contingent en permanence sous commandement allié en temps de paix.
Ces trois principes sont d'ailleurs posés par le Livre blanc que personne au sein de l’Alliance n’a trouvé à contester.

Et puis, j’invite ceux qui jouent sur la corde nationale, à aller dire, les yeux dans les yeux, à Angela Merkel, à Gordon Brown ou à José Luis Zapatero, que leurs nations ne sont pas souveraines dans leurs choix !

En réalité, la question de l’indépendance et de l’autonomie qu’agite l’opposition n’en est pas une.
La vraie question, me semble-t-il, c'est pourquoi prendre cette décision maintenant et pour quoi faire ?

Pourquoi maintenant ?
Nous sommes là au cœur d’un des principes clés de la politique étrangère: c'est l’art d’utiliser les circonstances.
Quatre évènements nous poussent à réinvestir l’OTAN.
D'abord, la Présidence Française de l’Union européenne a redonné du sens à l’action politique et à l’autonomie diplomatique de l’Europe, comme l’a montré la crise géorgienne.
Deuxièmement, l’entrée en vigueur du Traité de Lisbonne doit servir de levier pour accentuer l’efficacité et le rayonnement de l’Union européenne.
Troisièmement, l’arrivée d’une nouvelle administration américaine dont il faut saisir au plus vite les potentialités, avant que les habitudes ne reprennent le dessus. 
Quatrièmement, la redéfinition du concept stratégique de l’OTAN, qui date de 1999.
Voilà les circonstances qui militent en faveur d’une initiative Française.

Que voulons-nous faire dans l’OTAN et que voulons-nous faire de l’OTAN ? C’est la seconde question qui importe.

Notre nation entend faire partager ses convictions.
Pour la France, l’OTAN doit d’abord être un instrument de défense destiné à la protection de ses membres. Elle doit être avant tout une alliance militaire, fondée sur des valeurs communes, et non une sorte de fer de lance occidental agissant partout et sur tout. 
En dehors de cela, elle est au service du droit international et elle ne peut pas être l’outil d’un interventionnisme unilatéral.

Nous voulons défendre la règle du consensus au Conseil atlantique dont dépend la prise en compte de nos positions.
Nous voulons alléger et simplifier les structures actuelles.
Nous voulons, dans le cadre des accords Berlin +, donner à l’Union européenne le pouvoir d’utiliser réellement les moyens de l’Alliance.
Nous voulons en réinvestissant l’OTAN permettre à notre pays d’influer plus largement sur la définition des stratégies et sur la conduite des opérations.

Nous voulons, mesdames et messieurs les députés, en particulier que la Russie soit traitée en partenaire.
C’est à Paris, en mai 1997, que fut signé à l’initiative de la France et de l’Allemagne l’Acte fondateur sur la coopération et la sécurité mutuelles entre l’OTAN et la Russie.
La France – avec son partenaire allemand – croit à la nécessité de respecter la Russie. Cette grande nation européenne doit être amenée à contribuer aux équilibres du monde.

Depuis le 18ème siècle, ce pays immense a toujours été au centre des équilibres européens.
Comme avec les Etats-Unis, nous avons des liens particuliers avec le peuple russe qui par deux fois, en août 1914 et en 1944, contribua à sauver la France.
Le dialogue et la collaboration avec Moscou sont parfois difficiles mais ils sont indispensables et ils ne peuvent en aucun cas se limiter au seul face à face avec les Etats-Unis. La France et l’Europe doivent y prendre toute leur place.

Nos relations avec la Russie ne doivent pas être bousculés par des élargissements précipités de l’Alliance atlantique. Et c'est d'ailleurs dans cet esprit que nous nous sommes avec l'Allemagne opposés aux décisions qui prévoyaient ces élargissements lors du dernier Conseil atlantique. En retour, mesdames et messieurs les députés, la Russie doit respecter l’indépendance des pays qu’elle a elle-même acceptée.
Nous avons en partage la stabilité et la sécurité de notre continent.
Nous sommes communément menacés par les risques de dissémination nucléaire et par le développement des armes balistiques. Face à cette menace potentielle, c’est ensemble, ensemble avec la Russie, que nous pourrions imaginer un système de défense anti-missile compatible, étant entendu que pour la France ceci ne saurait jamais être qu’un complément à notre politique de dissuasion nucléaire et en aucun cas une alternative.

De l’Atlantique à l’Oural, c’est ensemble que nous devons définir un nouveau pacte de sécurité continentale. 

Mesdames et messieurs les députés,

La France prend toute sa place dans l'OTAN pour donner à l’Europe de la défense sa véritable dimension.

Pourquoi est-ce que l’Europe reste encore en ce domaine, et malgré les progrès accomplis, bien en deçà de ce qu’elle devrait être ?
La raison en est simple, et chacun la connaît, elle n’est pas nouvelle : pour nos principaux partenaires européens, un pas de plus vers l’Europe de la défense, a toujours été considéré comme un pas en arrière dans l’OTAN.
Les Européens ne veulent pas avoir à choisir entre l'Europe de la défense et la protection que les Américains, à travers l'Alliance atlantique leur apportent.
Cette crainte inhibe les initiatives.
Eh bien nous voulons la dissiper.
Nous voulons stopper ce jeu à somme nulle qui consistait à monter l’Europe de la défense contre l’OTAN et à monter l’OTAN contre l’Europe de la défense.
Nous voulons sortir l’Europe de cette impasse en allant convaincre nos partenaires là où ils sont, c'est-à-dire à l’OTAN ! Et il est difficile de dire, comme je l'ai entendu tout au long de cette matinée, que notre pleine participation à l'OTAN va affaiblir l'Europe de la défense, alors même que l'ensemble des pays de l'Union européenne salue la décision que nous venons de prendre.

Pour audacieuse que soit cette décision, mesdames et messieurs les députés, elle n’est pas totalement inédite.

En 1990, alors que le débat sur l’architecture européenne post-Guerre froide battait son plein, François Mitterrand s’interrogea sur la façon de résoudre la triple équation que nous avons décidé de trancher:
Comment réconcilier le statut particulier de la France et en même temps sa participation croissante dans les activités de l’Alliance ?
Comment peser sur les évolutions de l’institution atlantique ?
Et enfin, comment, du même coup, faire émerger une défense européenne digne de ce nom ?

Le Président Mitterrand tenta de résoudre cette équation, sans y parvenir.

Entre 1995 et 1997, Jacques Chirac lança très officiellement une initiative destinée à replacer la France dans l’OTAN avec, pour contrepartie, l’attribution du commandement de la zone sud et le renforcement du pilier européen de la défense.
L’initiative, on le sait, échoua.

Aujourd’hui, le Président de la République renouvelle les termes de cette ambition, avec la conviction que les conditions s’y prêtent et qu’il faut agir maintenant.
Elles s’y prêtent parce que les Etats-Unis reconnaissent enfin l’utilité et la légitimité d’une Europe de la défense plus solide.
Elles s’y prêtent, parce que l’Europe prend chaque jour un peu plus ses responsabilités.
Sous la présidence française de l’Union européenne, plusieurs décisions ont été actées.
Sous l'impulsion d'Hervé Morin, une direction de la planification civile et militaire sera créée au mois de juin prochain.
Elle disposera d’une composante déployable.
Des projets capacitaires à géométrie variable, tels que la création d’une flotte de transport aérien stratégique et le lancement d’un programme de satellites d’observation militaire, sont lancés.

Les 23 opérations civiles ou militaires que nous menons ensemble, avec les autres pays de l'Union européenne en ce moment même, prouvent  que l’Europe est en mesure de faire entendre sa voix et sa force.
C’est le cas aujourd'hui dans le Golfe d’Aden, face aux pirates. Je veux faire remarquer que c'est la France et l'Europe, qui les premiers, ont pris l'initiative d'intervenir pour mettre un terme aux pratiques moyenâgeuses qui rendent le trafic maritime dangereux dans cette région.
C’est le cas au Tchad où nous avons permis le retour de 40.000 réfugiés.
C’est le cas en Géorgie où l’Europe surveille la situation.
Et ce pourrait être enfin le cas pour sécuriser les frontières de Gaza.
Au cœur de toutes ces opérations, mesdames et messieurs les députés, il y a la France. La France bien décidée à donner à l’Union européenne l’audace qui lui fit, par le passé, trop souvent défaut.

Mesdames et messieurs les députés,

Je connais les critiques de l’opposition et je les crois peu convaincantes.
Notre indépendance et notre autonomie, dit-elle, seront réduites.
J’ai répondu à cette contre-vérité qui ignore le fonctionnement de l’Alliance atlantique.
En toute hypothèse, le destin de la France ne se décide pas dans les comités !

D’autres dans l’opposition prétendent que notre réintégration - dont ils conviennent qu’elle est déjà très largement engagée - serait «inutile».
Mais si est elle «inutile», comme ils le disent, notre pleine participation à l’OTAN n’a donc pas la gravité qu’ils tentent par ailleurs de démontrer !

J’ai répondu qu’il fallait sortir du statu quo pour provoquer au sein de l’Alliance et de l’Europe une nouvelle donne. 

En mal d’arguments solides, l’opposition évoque enfin la question du symbole.
C’est un argument que je ne balaye pas d’un revers de main.
Notre histoire est traversée de symboles.
Quarante ans après la décision de 1966, que nous soyons encore là à évoquer l’héritage du Général de Gaulle, cela soulève en moi une fierté et une immense gratitude pour l’homme du 18 juin.
Mais toute sa vie, le Général s’est défié des situations acquises.
Les circonstances dictent les actes.
Les actes doivent anticiper les situations de demain et non pas reproduire celles d’hier. Seuls comptent le rang et l’intérêt de la France.
Or rien n’est plus contraire à notre rayonnement que la nostalgie.
La donne politique a changé, et donc, nous prenons l’initiative !
Nous la prenons en Europe, nous la prenons à l’ONU, nous la prenons au G20, nous la prenons dans l’Alliance atlantique.
Nous sommes en mouvement, l’opposition est à l’arrêt.
Nous regardons le monde, l’opposition s’observe.
Nous tentons de saisir le cours de l’Histoire, l’opposition tente vainement de la freiner.
Pour tous les peuples qui se font une certaine idée de la France, de notre République, la France reste la France, avec son exigence de vérité et avec son exigence de grandeur !


Mesdames et messieurs les députés,

En son nom, et selon les termes de l’article 49 alinéa 1 de notre Constitution, j’invite le Parlement à honorer le Gouvernement de sa confiance.

Partager cet article

Publié par François Fillon - dans TRIBUNES ET DISCOURS
commenter cet article

commentaires

Caroline Morard 18/03/2009 15:27


Profondément gaulliste, raisonnablement atlantiste et profondément européenne, je loue sans réserve notre réintégration au sein du commandement intégré de l’OTAN, adoptée ce jour à l’Assemblée nationale et sur laquelle vous aviez  engagée la responsabilité de votre gouvernement.
Aimer notre pays oblige à lui proposer un autre destin que celui auquel elle semble aujourd’hui condamné.
 
L’Europe et les Etats-Unis affronteront et relèveront les défis de demain avec plus de puissance et d’influence ensemble. Dans un échiquier mondial morcelé il est primordial que l’essentiel des valeurs universelles et le maximum des capacités soient réunis de part et d’autre de l’Atlantique. Plus qu’une stratégie, ceci est une nécessité, une responsabilité historique. N’est-ce pas le général de Gaulle, référent inhérent à ce débat qui déclarait déjà en 1950 : "oui, c'est l'Europe, depuis l'atlantique jusqu'à l'Oural, c'est l'Europe, c'est toute l'Europe, qui décidera du destin du monde! ". Dès lors, réintégration du commandement de l’OTAN d’autant plus sensée qu’elle dissipe les perceptions erronées persistantes quant aux fondements de la défense européenne, elles en deviennent même des exigences parallèles. Acte politique substantiel, cette décision signe la rupture avec l’érosion progressive du poids de nos idées sur le jeu stratégique mondial faute d’avoir su investir les lieux où s’élabore et se décide le monde de demain. La France et l’Europe ont une place éminente à y défendre, elles n’ont pas le droit sur cette politique de penser rétréci, de voir petit et de jouer désuni.
 
Cher Monsieur le Premier Ministre, vous donnez encore une nouvelle fois à travers votre conduite de ce choix politique et votre emprise sur ce débat attentatoire, une leçon de courage, de probité et d’éthique politique. La justesse d’un combat est indissociable de l’honnêteté de ses méthodes. Votre fermeté face aux responsabilités, votre fidélité aux engagements pris et votre constance dans la défense des intérêts de la France sont de nature à convaincre le peuple que votre gouvernement ne le trahit pas et qu’il est digne de toute sa confiance.
 

Mes vidéos

Fil Twitter

Recherche