Ce site n'est plus à jour

Découvrez Fillon2017.fr
1 avril 2009 3 01 /04 /avril /2009 19:04

François Fillon, Premier ministre, répond à Nicolas Perruchot, député du Loir-et-Cher, sur la régulation de l'économie et la réunion du G20 lors des questions d'actualité le mercredi 1er avril 09 à l'Assemblée Nationale.

‑ "Monsieur le Président,
Mesdames et Messieurs les députés,

Dès le début de la crise financière, la France s'est battue pour organiser cette réunion, la première à Washington, la seconde à Londres, pour engager la réforme des institutions financières.

Pourquoi maintenant ? Parce que l'expérience nous montre que, quand les crises sont passées, il n'y a plus véritablement de volonté de réformer le système qui, pourtant, a été à l'origine de la crise. Et c'est la raison pour laquelle il est tout à fait inutile d'opposer les mesures immédiates pour sortir de la crise et les mesures de réforme du système financier international.

Quels sont les objectifs que nous poursuivons avec l'Allemagne, en particulier, mais aussi, on vient de le voir ce matin, avec le Brésil et bien d'autres pays qui vont participer à cette réunion ? Nous voulons d'abord que la régulation couvre l'ensemble des institutions financières, que personne n'échappe plus au système de régulation, et en particulier que les "hedge funds" soient désormais dans un système de régulation spécifique. Nous voulons ensuite que les règles comptables internationales soient modifiées. Nous voulons que la rémunération des traders soit encadrée.  Nous voulons que les paradis fiscaux, ou plutôt les centres non coopératifs, soient listés de façon précise afin que l'on puisse, dans chaque pays, interdire à nos banques, à nos établissements financiers, de travailler avec eux. Et enfin, nous voulons que ce G20 soit l'occasion d'engager la réforme du Fonds Monétaire International, et pour commencer, d'augmenter considérablement les moyens d'intervention du FMI à l'égard des pays les plus modestes. L'Europe a déjà annoncé qu'elle apporterait 75 milliards d'euros au FMI ; le Japon a promis la même chose ; nous espérons que les Etats-Unis feront de même. On aurait donc un peu plus que doublé les fonds d'intervention du FMI, et on peut espérer que la Chine et les autres grands pays feraient de même.

Voilà, Monsieur le député quels sont les objectifs de notre pays. J'entends beaucoup de critiques sur le côté gauche de cet hémicycle. Je les trouve étonnantes !

Pourquoi ne pas soutenir la France et le Président de la République lorsqu'il défend justement des positions qui sont les positions de la plupart des partis socialistes européens ? Pourquoi ne pas défendre  le Président de la République et la France lorsque, avec le Président du Brésil ou avec Madame Merkel, il va se battre pour obtenir sur tous ces sujets une régulation financière efficace ?

Encore une fois, je pense que vous avez manqué une occasion !


Partager cet article

Publié par François Fillon - dans TRIBUNES ET DISCOURS
commenter cet article

commentaires

Gilles 07/04/2009 22:14

Désolé de vous le dire, mais en ce moment, les entreprises surtout celles qui produisent directement ou indirectement pour des biens d'équipements et d'investissement sont comme des avions qui n'ont plus de carburant : Elles planent jusquà ce qu'elles finissent par s'écraser. J'espère que vous avez des indicateurs fiables car ici, cela donne l'impression d'une panne sèche. Plus de commande, plus de chiffre d'affaires, le désert.Des frémissements pour le mois de Mai en commande livraison Septembre, mais pas avant.D'un côté le G20 avait réussi à redonner une impression de redémarrage, de l'autre le FMI qui annonce qu'il y a encore 4 000 milliards d'actifs toxiques, cela confirme l'attentisme des marchés et des entreprises dans le monde entier : Beaucoup de projets d'investissements sont là et même énormément mais en attente de peur que les sommes investies le soient à fond perdus et  soient absorbées dans l'aspiration d'un marché descendant à cause de ces actifs toxiques. Dès que le marché donnera des signes certains que le point bas est atteint alors les investisseurs lacheront les projets pour être les premiers et un rebond fort sera sans doute observé.Seul problème et de taille, les amortisseurs sociaux européens sont maintenant à fond de course et le moteur de la consommation est entrain de s'arrêter consécutivement à l'augmentation des licenciements qui eux mêmes sont consécutifs aux entreprises qui ont épuisé leur trésorerie et ne peuvent plus tenir.Il y a fort à craindre un 2e décrochage dû à la baisse de la consommation pour le marché le temps que le point bas soit atteint. Mais au prix d'un sacré coup de matraque sur l'économie. A moins que les investissements ne redémarrent.Mais avec 4000 milliards d'actifs toxiques à purger, je ne vois pas comment.Bon courage quand même.

Gilles 02/04/2009 21:38

Dites à votre champion qu'il a bien mérité de la France. good job !Espérons que le moteur va repartir avant que les trésoreries de toutes les entreprises craquent.
Ce

Mes vidéos

Fil Twitter

Recherche