Ce site n'est plus à jour

Découvrez Fillon2017.fr
14 mai 2009 4 14 /05 /mai /2009 16:56
François Fillon, Premier ministre, répond à Ivan Renar, sénateru du Pas de Calais, sur la réforme de l'université (version écrite intégrale) lors des Questions au Gouvernement au Sénat, le Jeudi 14 mai 2009


‑ "Monsieur le président,
Mesdames et Messieurs les sénateurs,
Monsieur le sénateur Renar,


Depuis 1984, l'université française souffre d'un mauvais statut qui a mis à mal un des principes fondateurs de l'université : c'est l'autonomie. Après bien des efforts conduits par des gouvernements, de gauche comme de droite, et qui n'ont jamais été couronnés de succès, la majorité a soutenu une réforme de l'université qui a été votée par l'Assemblée nationale et par le Sénat, qui offre un cadre nouveau à l'université française, cadre d'autonomie que vingt universités ont déjà choisi.

Dans le cadre de la mise en œuvre de cette réforme, deux difficultés sont apparues : une difficulté sur les statuts des personnels, avec la rédaction d'un décret qui suscitait beaucoup d'opposition et qui a été entièrement réécrit en concertation étroite avec l'ensemble de la communauté universitaire ; et une deuxième difficulté concernant la réforme de la formation des maîtres, qui fait l'objet en même temps d'une concertation très étroite, de délais qui ont été mis en œuvre. L'objectif du Gouvernement étant de faire en sorte que, demain, les maîtres dans notre pays, les professeurs, soient formés à Bac + 5, ce qui ne paraît pas être choquant lorsque l'on voit quelles sont les exigences qui sont demandées à des professions dont j'ai envie de dire qu'elles sont moins stratégiques, quand il s'agit de la formation complète des maîtres.

Alors dans ce contexte, monsieur le sénateur, il y a aujourd'hui six universités dans lesquelles il y a des blocages qui empêchent le passage des examens. Six universités sur plus de quatre-vingt ! Dans ces six universités, il y a environ 60.000 étudiants, dont effectivement la fin des études est menacée, la fin de l'année est menacée par des blocages qui la plupart du temps sont le fruit d'une minorité qui refuse qu'il y ait des votes dans des assemblées générales.

Vous êtes un démocrate, monsieur le sénateur, je pense que vous pouvez comprendre que lorsque l'immense majorité des universités françaises, l'immense majorité des étudiants est au travail et souhaite que les examens soient organisés à leurs dates, il n'est pas question, parce que six universités sont bloquées, parce qu'une petite minorité réclame le retrait d'une loi qui a été votée par le Parlement, il est hors de question que le Gouvernement accède à cette demande.

Alors, ce que nous sommes en train de faire avec le ministre de l'Enseignement supérieur, c'est de veiller à ce que tous les étudiants puissent passer leurs examens. Et en même temps, que ces examens soient tous des examens du même niveau. Il est hors de question de brader les examens dans notre pays, ce serait dramatique pour l'avenir de l'université, pour sa réputation et, au fond, pour l'ensemble de notre jeunesse. Et donc, nous sommes en train de voir, dans les universités où le blocage perdure, s'il y a lieu de repousser au mois de septembre les examens, ou s'il y a lieu de mettre en œuvre des procédures pour que les examens puissent être passés dans d'autres établissements.

Mais monsieur le sénateur, mesdames et messieurs les sénateurs et les sénatrices, le Gouvernement n'acceptera pas que l'on remette en cause une réforme qui est absolument fondamentale pour l'avenir de l'université et qui vise tout simplement à donner à la communauté universitaire l'autonomie, le contrôle de ses décisions. Vingt universités françaises ont choisi à la majorité absolue de leur conseil d'administration ce statut d'autonomie. Eh bien, je pense que le Parlement devrait avoir à cœur de le défendre et de faire en sorte que l'université française soit au premier rang des universités mondiales.


Partager cet article

Publié par François Fillon - dans TRIBUNES ET DISCOURS
commenter cet article

commentaires

Mes vidéos

Fil Twitter

Recherche