Ce site n'est plus à jour

Découvrez Fillon2017.fr
9 juillet 2009 4 09 /07 /juillet /2009 23:24

 

François Fillon, Premier ministre, visite le Technopole de la Réunion le 10 juillet 2009.


Mesdames et Messieurs,
Mesdames et Messieurs les ministres,
Monsieur le maire, Mesdames
Messieurs les parlementaires,
Monsieur le président du Conseil Régional
Madame la présidente du Conseil général
Mesdames et Messieurs les élus
Mesdames et Messieurs

Dans cette période de difficultés exceptionnelles, nous devons tous, dans un même élan, face au choc, comprendre que le modèle ancien a atteint ses limites, et inventer le monde de demain. Nous avons le devoir d’unir nos efforts, pour construire ensemble la France, au fond, que nous voulons léguer à nos enfants. Devoir de lucidité, devoir d’audace, devoir d’unité : cette triple exigence, La Réunion l’a faite sienne sans attendre. Et c’est ce que je suis venu ici saluer, en m’adressant à vous.

En plaçant le développement durable au cœur de sa stratégie de développement, en choisissant de l’organiser comme un véritable projet de société, en misant sur l’intelligence et sur l’innovation, La Réunion a fait le choix de l’avenir et de la modernité. Et je crois que les Réunionnais peuvent être fiers de cet exemple qu’ils offrent à la France. Evidemment, les contraintes et les défis restent à surmonter. Ces contraintes et ces défis sont considérables. Mais vous avez fait le choix de les dépasser, vous avez fait le choix de les transformer, vous avez fait le choix de les mettre au service d’un nouveau projet collectif.
Et la conclusion des états généraux, à laquelle j’ai participé ce matin, l’a d’ailleurs montré de façon très éclatante : il y a à La Réunion tous les ingrédients pour préparer cette société de demain. L’insularité, le relief tourmenté, l’exiguïté du territoire, la fragilité de la biodiversité, la croissance démographique, la concentration humaine sur le littoral : tout cela, avec le projet GERRI, La Réunion a décidé de l’intégrer dans ce qu’on peut qualifier d’un véritable dépassement de soi.

De même, avec le choix de la recherche et de l’innovation, dont cette Technopole est le symbole, vous capitalisez un des principaux atouts de la Réunion : le haut niveau de formation et le dynamisme de la population. Cette démarche rejoint d’ailleurs l’ambition que mon gouvernement porte pour la France tout entière, et je suis heureux d’en voir ici une illustration prometteuse. Le Centre de recherche et de veille sur les maladies émergentes dans l’Océan Indien, que nous inaugurons aujourd’hui, est une pièce supplémentaire dans ce dispositif.

Ce Centre dont la Réunion se dote, c’est un outil dédié aux soins parmi les plus élaborés de France, un lieu conçu pour la recherche médicale, dans ce qu’elle a de plus complexe ; c’est une structure de recherche à dimension internationale, où convergent déjà les institutions les plus prestigieuses de la recherche française ; c’est une plate-forme de coopération, pour faire face au défi, chaque jour plus crucial, des nouvelles maladies ; et c’est un lieu où, en avance sur la métropole, et face à des défis aussi globaux que celui de la grippe A, vous pourrez anticiper, analyser, proposer, jouer un rôle de sentinelle ; et enfin, c’est l’histoire d’un pari réunionnais, d’un pari audacieux, d’un pari pris dans des conditions difficiles, mais qui est aujourd’hui réussi, par la mobilisation de toutes les énergies.

L’île de la Réunion, c’est évidemment l’île intense ; j’ai parlé hier de République intense. Peut-être qu’on peut aussi dire que l’île de La Réunion, c’est l’île de tous les défis. Depuis qu’elle est habitée, les hommes n’ont cessé d’y relever les défis de la nature, forgeant ainsi une histoire et une culture particulières, dont le projet GERRI est l’héritier direct. Ici, depuis 350 ans, on fait face avec courage au passage des cyclones destructeurs. On maîtrise une terre de contrastes violents, de mer et de hautes montagnes, de chaleur tropicale et de fraîcheur d’altitude. On découvre jour après jour la richesse de la biodiversité et des espèces endémiques qui se nichent entre le Piton des Neiges et le Piton de la Fournaise. Ici, aux portes de l’Afrique et aux confins de la péninsule indienne, 800.000 habitants, qui seront un million en 2030, font vivre un métissage d’origines et de cultures qui s’enrichissent mutuellement. Aujourd’hui, La Réunion a pour voisins un continent en pleine explosion démographique, et un autre en boom économique quasi structurel.

Ces caractéristiques essentielles de votre île vous le rappellent chaque jour : l’ouverture au monde est à la fois un défi de chaque instant, et une condition absolument essentielle du développement et du progrès. Mieux que quiconque, vous savez que l’invention de nouveaux modèles économiques n’est pas une fatalité à subir, mais c’est un choix de volonté. Et vous l’avez démontré constamment, tout au long de votre histoire, de la culture du café aux nouvelles technologies, en passant par l’industrie de la canne à sucre, la culture de la vanille, le tourisme vert, les transports modernes et le développement durable.
Aujourd’hui, votre ambition c’est faire de la Réunion le premier territoire au monde d’intégration et de convergence des énergies renouvelables et du développement durable. Avec le projet GERRI, vous développez l’une des pistes les plus prometteuses du Grenelle de l’Environnement, que nous avons voulu, que nous avons réussi, et qui fait aujourd'hui de la France un des pays les plus avancés dans sa réflexion et dans la mise en œuvre de son projet de développement durable. Depuis des années, de nombreuses initiatives de préfiguration, certaines publiques, d’autres privées, étaient menées localement, dans des domaines aussi variés que l’hydroélectricité, l’électricité produite à partir de la bagasse, les fermes éoliennes, les structures photovoltaïques, les chauffe-eau solaires, les collèges et lycées « Haute qualité environnementale ». Vous avez su saisir l’opportunité du Grenelle pour valoriser ces actions, et les amplifier dans un vrai projet de société, complet et cohérent.
GERRI, c’est une chance : c’est une chance pour les entreprises, de confronter in vivo des technologies d’avenir, avec une société jeune et en pleine croissance. C’est une optimisation des caractéristiques de l’Outre-Mer, pour construire une véritable société de l’innovation. Ici à la Réunion, sur une superficie réduite, de nombreuses ressources sont disponibles, dans les meilleures conditions : le vent, le soleil, l’eau potable, la mer. De multiples innovations sont à l’œuvre pour convertir ces ressources naturelles en énergie et en richesse. Et tout permet d’imaginer la convergence et l’intégration de l’ensemble de ces innovations dans un lieu unique, où elles vont pouvoir réellement interagir les unes avec les autres.

La clé de l’innovation, c’est la convergence, et c’est la fécondation mutuelle des talents et des ressources. C’est d’ailleurs celle que nous mettons en œuvre, avec les pôles de compétitivité. Ces pôles sont des points de rencontre irremplaçables entre les entreprises, les universités et les établissements de recherche. Je veux dire que le pôle réunionnais, qui est d’ailleurs le seul de l’Outre-Mer, qui est consacré à l'agro-nutrition en milieu tropical, en est d’ailleurs un bon exemple. L’intérêt remarquable du projet GERRI, c’est d’offrir un cadre pour assurer cette convergence des innovations. Toutes les sociétés sont, ou seront confrontées à la transition énergétique. Et ici, vous allez pouvoir réaliser cette transition dans la société, dans la ville, dans la vie. Vous allez pouvoir faire évoluer la société, mais en tenant compte de l’existant, en tenant compte de l’histoire, en tenant compte du réel.

Comment cette dynamique est-elle possible ? Je pense qu’elle l’est parce que la Réunion a su conjuguer deux facteurs de réussite. D’abord, sa capacité à convertir des contraintes en atout : l’étroitesse du territoire permet une visibilité parfaite des projets et de leurs implications ; et l’insularité garantit que l’expérimentation reste concentrée là où elle est apparue, sans dispersion vers des territoires voisins. C’est précisément ce que recherchent les entreprises intéressées par GERRI : un lieu d’expérimentation, dans de très bonnes conditions, et la possibilité d’observer rapidement les résultats de leurs innovations sur toute la société, en termes d’efficacité technologique comme en termes d’acceptation sociale. Deuxième facteur de succès : la convergence des acteurs locaux et des acteurs nationaux, convergence qui est indispensable pour faire aboutir des projets de cette ambition.

Parmi ces projets, certains sont maintenant bien avancés, notamment dans le domaine de l’habitat et de la construction, et beaucoup sont en phase de lancement et de conception. J’ai la conviction qu’ils aboutiront également, grâce au cadre favorable qui se met en place avec GERRI. Je pense à la création d’un centre de recherche public / privé, avec le concours d’EDF, sur les énergies marines. Je pense également au déploiement de technologies de climatisation collective, par eau de mer puisée aux grandes profondeurs. Là aussi, la Réunion offre des conditions idéales d’expérimentation. Je sais que les communes de Saint-Denis et de Sainte-Marie se sont positionnées, avec le souci de voir aboutir un projet très ambitieux dans les prochains mois. Je pense, enfin, aux nombreux projets innovants en matière d’énergies renouvelables, que ce soit dans le domaine du photovoltaïque ou de l’éolien.

La Réunion est aujourd’hui le lieu d’un véritable foisonnement d’idées, sur lesquelles se rejoignent les élus et les industriels, pour écrire notre avenir commun. Je veux vous confirmer que le Gouvernement souhaite soutenir et accompagner ce mouvement. Je considère GERRI comme un investissement novateur, dont on peut attendre de grandes retombées locales et nationales, mais aussi internationales. Le Gouvernement apportera donc tout son soutien à sa structure opérationnelle, que nous lançons aujourd’hui, et qui sera présidée par Jacques de Chateauvieux. L’Etat y sera naturellement présent, aux côtés de ses partenaires publics et privés. Et je souhaite que cette structure soit le reflet de la démarche partenariale exemplaire entre tous les acteurs du développement et de la Réunion, qui a abouti à l’émergence de GERRI.
Je souhaite aussi – et Chantal Jouanno, qui m’accompagne aujourd’hui, y veillera attentivement – que ce grand projet continue de jouer un rôle pionnier dans le prolongement du Grenelle de l’Environnement. Et je veux vous annoncer que le gouvernement entend doter ce projet d’un dispositif spécifique, lui permettant d’explorer tout le champ des possibles. Des mesures expérimentales pourront être lancées, pour permettre une mise en œuvre plus rapide de certains projets. Ce dispositif concernera, pour une durée limitée, une dizaine de mesures. Il permettra de tester en grandeur nature des pratiques qui pourront, si les résultats sont concluants, être dupliquées dans d’autres départements d’Outre-Mer, mais aussi en métropole ou en Europe.

Mesdames et Messieurs, la culture de l’adversité et du dépassement est inséparable de votre histoire ; cette culture est toujours bien vivante, je l’ai constaté tout au long de ce séjour, et avec vous, ici même. Elle s’adapte au monde contemporain d’une manière qui force le respect. Le projet GERRI est une magnifique ambition. Sa réalisation exigera un effort de longue durée, mais je fais confiance à La Réunion, à cette terre de tous les défis, pour le mener à bien. Sachez, en tous cas, chers compatriotes Réunionnais, que la France et l’Europe vous observent avec beaucoup d’admiration, et attendent beaucoup de l’expérience qui va être conduite ici.

Partager cet article

Publié par François Fillon - dans TRIBUNES ET DISCOURS
commenter cet article

commentaires

Mes vidéos

Fil Twitter

Recherche