Ce site n'est plus à jour

Découvrez Fillon2017.fr
24 septembre 2009 4 24 /09 /septembre /2009 11:15

François Fillon, Premier ministre, demande la tenue sans délais d'une réunion du conseil des ministres européen de l'agriculture à l'occasion des Questions d'actualité au gouvernement à l'Assemblée Nationale le mercredi 23 septembre 09. (version écrite et vidéo intégrale)


"Monsieur le président,

Mesdames et Messieurs les députés,

Monsieur le président SAUVADET,



La détresse des éleveurs laitiers est profonde. La crise laitière est due, pour une part, à la récession mais elle est due aussi au fait que la profession manque de perspectives dans un contexte de dérégulation des marchés.


Depuis le mois de juillet, la France et le Gouvernement français s'emploient à répondre à cette détresse. D'abord, par des mesures d'urgence que vous avez vous-même évoquées. Nous avons d'abord débloqué 60 millions d'euros de trésorerie pour les producteurs laitiers et les éleveurs. Nous avons ensuite décidé d'avancer au 16 octobre le versement des aides de la Politique agricole commune. Nous avons négocié avec les banques la mise en place de prêts-relais pour les jeunes agriculteurs et pour les nouveaux investisseurs, dont les premiers remboursements n'interviendront qu'au 1er janvier 2011. Et enfin, nous sommes en train de négocier avec la Mutualité sociale agricole et les assurances, le report des échéances.


Mais naturellement, comme vous l'avez souligné, ces décisions qui sont des décisions d'urgence ne suffiront pas à régler une crise, qui est une crise structurelle. Il faut donc mettre en place une nouvelle régulation. Et la France, depuis le mois de juillet, réclame aux pays de l'Union européenne une discussion sur les bases de la régulation. Nous étions seuls au mois de juillet, nous sommes aujourd'hui dix-huit pays membres de l'Union européenne décidés à mettre en place cette régulation. Et, aujourd'hui même, Bruno LE MAIRE auquel je veux rendre hommage pour le travail qu'il accomplit, est à Rome pour convaincre le gouvernement italien de venir ajouter sa voix à celle des dix-huit Etats qui sont déjà décidés à la mise en place de cette régulation.


Cette régulation, elle vise naturellement à corriger les aléas des cours. Il s'agit d'abord de remettre en place des mécanismes de stockage de long terme. Et il s'agit ensuite de lisser les cours grâce à la mise en œuvre de marchés à terme.


Alors, je le dis maintenant aux agriculteurs, et je le dis, d'une certaine façon, à nos partenaires européens : maintenant, il faut décider. Et donc, la France réclame la réunion sans délai d'un conseil des ministres de l'Agriculture pour jeter les bases d'une nouvelle régulation européenne. Je m'entretiendrai dès cet après-midi avec le président BARROSO pour que ce conseil de l'Agriculture soit mis en place.


Mais je voudrais dire que derrière cette crise du lait, il y a au fond une question vitale pour l'Union européenne, qui est celle de la nature même de l'activité agricole. L'agriculture n'est pas une activité exactement comme les autres. C'est une activité stratégique, pour des raisons d'indépendance alimentaire et pour des raisons de sécurité sanitaire. Eh bien, si nous voulons défendre notre indépendance, il faut maintenant nous en donner les moyens.



Partager cet article

Publié par François Fillon - dans TRIBUNES ET DISCOURS
commenter cet article

commentaires

Mireille 22/12/2009 14:34


Je pense qu’il faut travailler au rapprochement des producteurs et des consommateurs. Ces deux catégories sont les grandes victimes du système.
Il faudrait des espaces identifiés clairement où le consommateur pourrait venir acheter son sac de pommes de terre ou sa cagette de pêches à coup sûr à un producteur à un prix satisfaisant pour
tous. En effet, sur les marchés, les produits sont aussi chers qu’en grande surface et souvent pas meilleurs. On a rarement à faire en direct au producteur. Quand on trouve un producteur (au bord
des routes en campagne, l’été par exemple), il vend souvent aussi cher qu’en grande surface ! Le consommateur n’est pas récompenser de l’effort qu’il fait. Je crois que celui-ci serait prêt à
acheter en plus grande quantité (par sac ou cagette), s’il s’y retrouve financièrement, si les produits ont du goût, et si ce n’est pas le parcours du combattant pour faire ses courses (beaucoup de
comsommateurs travaillent…)
Cela résoudrait peut-être le paradoxe suivant : les BdR sont le plus gros producteur de fruits et légumes ? En pleine saison, nous devrions donc bénéficier des meilleurs prix (moins de coûts de
transport, de stockage…) or, nous sommes toujours dans les fourchettes hautes dans les comparatifs de prix (fraises, pêches, abricots, que dire des melons devenus hors de prix !)


MB 25/09/2009 13:41


Re :

Pour faire suite au dernier message :

La base du lait étant une nécessaire alimentation à la vie, surtout celle de nos enfants, le lait, se doit d'être à 5.5 %

Cela ramène le litre de lait à 1.05 € ttc.

1.05 €/ Litre

Vendu client final.

Maintenant si les partenairtes Européens souhaitent exercer :

- Obligatoire EU (ce que la coordination européenne pourrait être)

Le litre de lait au prix de vente fixé à 1,05 € TTC Brut le Litre (Unitaire)

- ARemises Commerciales et Marge arrière réalisable sur cette base tarif :

- 1 Litre = 1.05 € TTC

- Pack 6 Bouteilels de lait = 6.30 € TTC - (dites 6.29 € le Pack de 6) ou -

- Pack 12 Bouteilles : 12.60 € TTC

Moyen Consommation par faille 4 enfants 25 € par mois.(163.98 Francs). Tarif élevé si non application des remises commerciales s'établissant maintenant à 65 % HT du montant final réservé à la
vente

* Coté Agriculteur : 0.35 €uros par Litre vendu soit 35,000 € HT les 100.000 Litres.

Nécessaire pour élever des vaches et nourir ?:

- Une vache produit en moyenne 25 Litres de lait par jour :

Pour 100 vaches = 2.500 Litres de lait / Jour
Soit 875 € HT de CA Encaissé/jour de tirages.
(CA Brut : 26,250 € par mois - 315,000 € HT.AN)

A ce stade le prix du lait coute 0,35 Cts d'Euros de Litre.

*

Coté fournisseurs il reste donc 60 % de marge réalisable avant palier .eu fixé :

Pour 100.000 Litres le circuit total de distribution et le prix de vente final dispose désormais d'une marge confotable de 60.000 € pour distribuer ces quelques 100000 litres..

Relises commerciales automatiquement, et en parfaite autopnomie face à la concurrence appliqué :

- 10,- 20, -25% (-30 % peut être.)

Pour retomber sur une marque de négociation entre prix rendu exploitant et rendu fournisseur entre à +25 et 30 %) -

CA Supermarchés = 3.000.000 € de gain net pour 1.0000.000 Litres vendus.

Je trouve ça conformable et à la fois pour les milliards de litres produits, du pour et du contre se situant dans ces 35 à 40 % nécessaire aux exploitants.

Sans rappeler comem vous nous l'avez dit toutefois que des subventions ont dors et déja ét versées ou prise au budget.

*
Coté Etat :

La TVA est t-elle bien à 5,5 % pour ce produit nécessaire ?

Bonne journée.

+
 
 







 


Mick+ 24/09/2009 13:25


Si l'on se mettait sur la base que le litre de lait doit être vendu à 1 Euro Net le Litre au consommateur final :


Prix de vente Echelle Finale : 1,196 TTC.Litre

Famille 4 Enfants : 24 Litres Pack : 28.70 € TTC

Déduction des charges occassionées par le distributeur, seule la marge reste à proportion l'élément inconditionnelle et souvent très problématique.

Le cumul des marges est logique, s'il est efficace.

Pour qu'une affaire soit correctement conclue le vendeur et l'acheteur doivent avoir le sentiment de s'y retrouver et chacun recherche le sentiment d'avoir à acomplir une tache respectée et attend
un rendu final payé à sa juste valeur.

Une production pour qu'elle soient nécessaire doit au moins représenter 25 à 30 % du tarif net global avant marge distributrice.

Les industriels et les comptables en général parlent d'un problème d'équilibre et de logique commerciale pour des marges rencontrées inférieures à 27 % (Marge brute)

En dessous de cette marge difficle pour les agriculteurs en passe de competitivité accrue en France et en Europe, de convenir le sentiment d'être correctment rénuméré pour le travail que nous
asavons tous difficile comprenant le lundi et le dimanche.

La politique d'un Etat Démocratique, est de rester impartial, logiquement, sur le commerce en général et sur la compétitivité.

Le haut de la chaine étant le peuple, 1,196 €TTC / Litre de Lait soit 25 à 30 € par Mois pour une famille de 2/3 enfants est déja élevé.

Pu : 0,30 cts - mini - le litre devrait être le prix à régler aux artisants pour ta tache effectuée. Le litre à 0.40 cts demandé par les exploitants étant à mon sens disproportionné tant d'un point
de vue commercial que technique car il ne comprend pas les répercutions immédiates sur le marché ce cette nouvelle valeur ajoutée coté exploitant - tout dépend des distributeurs -

Il faut souligner tout de meême que de nombreuses subventions leurs sont apportées en guise de valeurs ajoutées supplémentaires - primes, subventions, aides investissements -

"Marges usines 2005: 34%, 2009: 52%"

Le prermière marge de 2005, si elle est avérée de cette source, ne me choque pas, et comme dit elle me parait logique.

Cependant la deuxième cette hausse significative (malgr l'intervention de Mr Sarkozy dans les supermachés en 2006) est inquiétante s'il on considère que 52 % n'est que la moyenne du prix de vente
nationale. soit en résumé beaucoup d'abus de marge sur les % encores supérieurs.

Sur les milliards de litres de lait à l'année ces marques distributrices pompes le calcium des gens. Le C02 pur, pars dans un seul et unique sens et réglable à la caisse des supermachés.

La régulation par le haut doit être désamorcer. C'est un impératif dont l'Etat doit également et pouvoirr s'affranchir du système inconditionel du "l'Etat ne peut pas s'immicer dans le commerce.
[..]..".

Et si un jour l'Etat imposait son litre de lait à la vente à 1 € HT dans tous les supermarchés ?


A vous entendre / lire, si vous avez 2 min à consacrer.

Cordialement.




Jean-Marc 24/09/2009 13:14


je suis fils de paysan, je connais bien ces travailleurs  je vous remercie de votre travail(c'est urgent).
tant de travaill et passion qui seraient injustement recompensés .
bravo au President pour son excellent discours et son interview...


Mes vidéos

Fil Twitter

Recherche