Ce site n'est plus à jour

Découvrez Fillon2017.fr
1 octobre 2014 3 01 /10 /octobre /2014 14:37


 


Avec méthode et détermination, je poursuis mon travail pour bâtir un projet pour redresser notre pays.


Après l’Europe, l’Education, la compétitivité, voici mes propositions pour combattre les déficits et la dette.


Depuis la fin des années 70, la France dépense plus qu’elle ne gagne. Nous avons, collectivement, fait preuve de pusillanimité et d’imprévoyance, mais avec ce gouvernement nous sombrons dans les marais
de l’impuissance.


La trajectoire actuelle de redressement de nos finances publiques n’est pas crédible. En l’espace de 6 mois, toutes les cibles concernant nos déficits ont été réévaluées à la hausse par rapport au programme de stabilité d’avril dernier.


La France est le seul parmi les grands pays européens à connaître une chute pareille de ses indicateurs budgétaires et économiques.   


L’amateurisme le dispute à l’incohérence : après avoir augmenté comme jamais les impôts le gouvernement envisage maintenant de les baisser ; après avoir promis de réduire nos déficits à 3% en 2015 on les laisse filer…


Les 21 milliards d’économies annoncées sont toujours aussi virtuel comme le montre les crédits du ministère de l’emploi dont on nous dit qu’ils vont baisser grâce à la baisse du chômage…


Le gouvernement est à la fois laxiste et aveugle dans ses coûts de rabots qu’il concentre ces jours-ci sur notre politique familiale qui est l’une des forces de la France.


Notre pays est mal géré : il débourse près de 90 milliards d’euros de plus que ses recettes, et le seuil des 2000 milliards de dettes est atteint.


Lorsque j’ai dit, en 2008, que j’étais à la tête d’un «Etat en faillite», certains ont levé les yeux au ciel…


Et pourtant, le sujet est devenu vital pour la nation : le poids de la dépense publique a des conséquences directes sur nos entreprises qui paient trop de charges, sur les ménages français qui
sont au bord de la révolte fiscale, sur nos enfants qui payeront nos dettes.


Ce cercle infernal étouffe toutes nos chances de croissance et de réduction du chômage.  A terme, il condamne notre pacte social à une issue ultime : le krach financier ou la privatisation de notre système de solidarité.


Certains prétendent que nos déficits seront comblés le jour où la croissance sera de retour. Cela fait des décennies que nous vivons sur cette logique.


Ma conviction, c’est que la croissance ne sera vraiment de retour que si nous dépensons moins et mieux.



Les dépenses publiques s’élèvent à 57,1% du PIB.



Il n’y a que la Finlande qui fasse mieux !



 Aucun de nos régimes de protection sociale n’est à l’équilibre. Le déficit total restera au moins égal à 4,5% du PIB d’ici à 2017.



Pour financer ces dépenses excessives, les prélèvements obligatoires ont atteint le niveau record de 45% du PIB et la dette s’approche inexorablement du cap des 100% du PIB.



Les résultats de cette fuite en avant sont-ils au moins au rendez-vous ?



Même pas !



Notre croissance est en berne, les déficits continuent d’augmenter, le revenu des français est inférieur de 6% à la moyenne des pays développés, la pauvreté s’enkyste, plusieurs missions de la puissance publique - éducation, solidarité - sont de moins en moins bien assurées, comme le démontrent les comparaisons internationales et les rapports de la Cour des comptes.



Notre système part à vau-l’eau : nous devons nous ressaisir.



Aujourd’hui, je propose aux Français de remettre nos finances publiques en ordre, comme le ferait n’importe quelle famille responsable et comme d’autres Etats l’ont fait avec succès.  



Entre 1993 et 1998, le Canada a résorbé 5,6 points de déficit et la Suède 12,4 points. Ils ont engagé des actions sur l’ensemble des dépenses publiques et sociales, du gouvernement central aux
gouvernements locaux. C’est dans cette voie que nous devons nous engager.  



L’effort à fournir pour redresser nos finances et amorcer le désendettement est de l’ordre de 110 Md€ en 5 ans.



Ce serait l’effort le plus important jamais fourni par notre pays dans son histoire contemporaine. Mais il est à notre portée.



Quels sont nos objectifs : 


·         Renouer avec la croissance et la création d’emplois en baissant les charges pour gagner rapidement en compétitivité.


·         Rendre du pouvoir d’achat aux Français en diminuant progressivement les impôts sur les ménages et en particulier sur les classes moyennes.


·         Réduire notre endettement pour nous donner les moyens d’investir pour l’avenir.



 


Pour atteindre ces objectifs, nous nous sommes fixés cinq engagements présentés dans le documents joint


5 ENGAGEMENTS POUR REDRESSER NOS FINANCES PUBLIQUES ET LIBERER LA CROISSANCE 5 ENGAGEMENTS POUR REDRESSER NOS FINANCES PUBLIQUES ET LIBERER LA CROISSANCE

 


 

Partager cet article

Publié par François Fillon
commenter cet article

commentaires

dulbecco Georges 08/10/2014 11:58


Monsieur Fillon,


Si vous voulez vous démarquer, il serait bien que vous invitiez les français à vous faire des suggestions (sur Internet). 


Sinon, je crais que l'on ne voit votre blog que comme un défouloir !! ce qui n'est pas votre but, n'est ce pas (?)


Cdt


Georges Dulbecco

alain beaucourt 07/10/2014 09:29


cher president 'votre vision set la bonne cotinuer dans ce sens nous sommes derriere vous . les americain disent la frace a eteint les lumieres rallumer les vites si non tout vas
dijoncter...fidelement a beaucourt

marc galante 03/10/2014 21:27


C'est precis, detaillé, et exhaustif. et en plus c'est credible, sans promesse non tenable. Bravo a tout ceux qui ont participé a ce travail.

bibi 03/10/2014 14:11


il va vous falloir etre tres courageux pour aller au bout de vos ideés et surtout que les francais comprennent leur utilité?  

alice 02/10/2014 13:57


Au pays des « Charentaises » les pantouflards sont
nombreux, frileux, peu initiés donc très
craintifs donc hésitants et indécis…..expliquer, développer encore et encore…débattre…encore et encore …pour convaincre du bien- fondé 
d’un changement  est nécessité absolue ….car oui, on peut faire aussi bien, autrement..…tous sont dans
cette attente, dans cette demande,  chacun dans son secteur veut comprendre, veut savoir……la tâche est énorme  et rude quand on a pour  souci l’avenir de son Pays et non la 
Déification de sa  propre  image !!!…...avec votre bienveillance, ouverture d’esprit,
élégance d’expression, connaissance des sujets …. et ….sourire courtois ….Le « Gentleman de La Politique &  l’Honnête Gentilhomme »  que vous êtes saura  se distinguer et avec Bravoure 
transformera  La France en Vainqueur grâce à   son
« Challenge »…il est évident  que ….  sortir du Bois- Dormant  sera un  Bien pour Tous…… !!!………………alice

Bernard 37 02/10/2014 11:39


Il est où, le lien pour trouver les "5 engagements"?


Rien sur le blog Fillon. Ci après un lien via le député L Tardy.


 


http://www.lioneltardy.org/media/01/02/4078870707.pdf

Balourdet 02/10/2014 11:31


Je suis d'accord avec vos propositions, bien que j'aie constaté qu'un de mes commentaires n'a pas été publié parce que je parlais de l'immigration dont je maintiens qu'elle est un boulet pour la
France (j'ai assez d'expérience pour cela à bientôt 80 ans, ex-salarié et ex-dirigeant d'entreprise) en raison de la politique qui a été appliquée depuis des années, politique qui a littéralement
aspiré ces gens dont nous n'avons pas besoin pour trois raisons :


bien peu d'entre eux sont utiles économiquement,


ils ne s'intègrent pas et ne le feront pas,


nous finançons cette immigration en grande partie intellectuellement et ethniquement incompatibles, ce à coups de milliards sans compter toutes les destructions de biens publics et privés
engendrées par une certaine jeunesse qui en est issue.


Si d'aucun, parmi votre personnel, juge cet article non publiable, qu'il vous le fasse lire cependant!

Grégoire Salvin 02/10/2014 10:52


Réformes immédiates obligatoires :


- Revenir à la semaine de travail de 40h


- Supprimer l'impot sur les sociétés pour ré-accueillir les entreprises étrangères


- Supprimer le monopole de la Sécurité Sociale en imposant un contrat familial d'assurance hospitalisation aux cies d'assurance


- Mise en place d'une retraite minimale par répartition, le reste par capitalisation.


- Suppression du Sénat


 

legrand 02/10/2014 10:49


Bonne analyse et enfin un projet hors des mensonges du "marketing politique " habituel.


le drame est que les forces roses n'ont pas encore assimilé la situation et les risques qui en découlent. Ils restent forts dans les associations de tous genres en faisant emploi d'un faux
humanisme.


Malgré les signaux venus des récentes élections , ils sont à l'oeuvre pour vendre leur vérité emprunte de collectivisme et sécurité garantie par l'état.


Comment convaincre les bases populaires (ceux qui peuvent voter) que les mensonges sont socialistes et l'espérance démocratique dans votre raisonnement? 

dulbecco Georges 02/10/2014 10:19


Monsieur,


Bravo pour cet embryon de programme. Cependant pour avoir une chance de diriger la France, il manque deux choses IMPORTANTES à celui-ci :


Retrouver la confiance des français et leur indiquer la voie pour un avenir moins sombre.


Pour la confiance :


- Baisser de façon drastique le salaire du PR, des ministres, députés et autres "serviteurs" de l'état. 


- Réduire le nombre de députés à 150


- Supprimer le sénat 


- Supprimer les fonds occultes à la discrétion des députés


- Mettre en accord parfait paroles & actes


- Remplacer le plus souvent possible les fonctionnaires par les gens de terrain


 


Pour la voie vers le futur :


 


- Faire de la création d'entreprises Grande Cause Nationale


- Orienter l'épargne vers l'entreprise


- Orienter la fiscalité vers l'entreprise


- Obliger tout cadre supérieur de la fonction publique à un stage de 2 ans en pme/i (grand groupe et/ou entreprise ayant l'état à son capital EXCLUS)


 


Suivez ces prescriptions et vous convaincrez les français qu'il existe un avenir. Ils verront en vous un homme concret, pragmatique et qui ne fait pas dans la cosmétique verbale.


 


Cordialement


 


Georges Dulbecco


 

Cochin 02/10/2014 10:17


Tout cela est bel et bon, plein de bon sens et de sagesse.


Mais il n'y aura aucun redressement possible de la France tant que l'on n’aura pas réformé de fond en comble notre organisation
publique.


La principale cause de nos problèmes, sinon la seule, est l'invraisemblable complexité de cette organisation, politique,
administrative, juridique ou sociale. Elle est source de coûts de fonctionnement exorbitants, de freins économiques, de dispersion d'énergie, et, de désespérance, notamment pour les jeunes
générations.


Le roi Louis XIV aurait dit « l’Etat, c’est moi ». Il signifiait ainsi le caractère personnel et humain du pouvoir et
donc de l’organisation du royaume. Aujourd’hui, l’Etat est anonyme. Il s’autocontrôle, il s’est affranchi du pouvoir politique. Il lui impose son inertie et ses arcanes.


Le pouvoir exécutif a phagocyté le pouvoir législatif. De fait, l’Etat gouverne le pays. La démocratie n’est qu’une
apparence.


La Constitution exige un monarque à la tête du Pays, au sens plein du terme, et, non pas, un chef de l’Etat.


Elu au suffrage universel, le Président, a l’onction sacrée de jadis pour être un vrai monarque. Encore faut-il qu’il ait le
caractère et l’indépendance d’esprit pour exercer le pouvoir que nous lui confions. Et ce n’est pas l’ambition, légitime en soi, qui les lui confère.


 


Nous sommes tous des Diogène qui cherchent un homme. Cela dure depuis un certain temps !

Michel 02/10/2014 10:10


ceci n'est pas un commentaire


.....Signalé : problème d'affichage du texte de F.Fillon !

jfv 02/10/2014 07:50


Complétement d'accord avec vous, mais pour libérer la croissance, il faudra aussi libérer le secteur privé des contraintes administratives et sociales. il faut recréer les conditions de la
confiance.


Casser tous les cercles recessifs/négatifs et les remplacer par des cercles vertueux. 


jf Lyon

Arnaud de Vendeuvre 02/10/2014 06:29


Bravo !  mais il faut aussi expliquer aux français pourquoi le redressement des finances publiques est une condition nécessaire pour retrouver la croissance. Les journaleux ignorants qui
encombrent les medias ( Mr.Lenglet par exemple ) n´arrêtent pas de répéter le contraire.


C´est pourtant simple :  baisser les dépenses permet de baisser les impots et donc de relancer la consommation et l´investissement. Pas besoin d´être polytechnicien pour le comprendre.

Berthet Jeanne 02/10/2014 00:55


Bonsoir Mr Fillon,je viens de lire vos "mesures" raillées par les socialistes aux abois ,ils n'ont toujours rien compris et, butés comme les ânes qu'ils sont, tournent en dérision vos
propositions , ce qui est, enfin ,un bon point pour vous, c'est que des internautes par le biais du site d'un journal,pense que vous avez raison ,mais qu'il faut aller encore plus loin en
donnant la parole à tous ceux qui seront concernés ...le gouvernement par l'imbécilité de sa réponse montre à quel point il se fiche de nous ,les travailleurs ,les retraités ,les
entrepreneurs, les familles ,il nous prend pour des benêts,nous incluant dans les électeurs de gauche, source de soutien naîve et bornée mais  abondamment abreuvée d'aides en tous
genres...dans deux de vos discours, vous avez dit ,deux ans ,cinq ans ,dix ans pour redresser la France  et bien, j'espère qu'il en sera ainsi...Pas de N Sarkozy , pas d"A Juppé et vous
aurez toute latitude a oeuver pour notre pays ...


Jeanne Berthet

Jean-Louis Royer 02/10/2014 00:24


Cher Monsieur Fillon,


Lisez-vous le blog d'Ivan Rioufol, du Figaro ?


Si d'aventure tel n'était pas le cas, je me permettrai de rappeler la formule de Margaret Thatcher, en son temps, que je reprenais récemment:


"Vouloir guérir les Anglais du socialisme était comme vouloir traiter une leucémie avec des sangsues !"


Et j'établissais un parallèle avec notre Pays, ajoutant que nous les sangsues, nous les avions eues (et les avons encore!) et qu'elles avaient provoqué notre leucémie !


Ceci étant dit, il est manifeste que ce dont notre Nation a besoin, c'est d'un "changement de logiciel", d'un grand chambardement ou encore d'un "Big Bang", seuls à même de nous sortir de
l'ornière.


La "Dame de Fer" résumait tout par son "TINA":


"There Is No lternative" !


De la sueur, du sang et des larmes ... pour paraphraser Sir W. Churchill, puisque nous sommes en (drôle de) guerre !


Plus d'autre solution, ou alors, un peu plus tôt ou un peu plus tard, le chaos !


C'est, incontestablement, le "message" qu'il faudra faire passer ...


Après tout, "Impossible n'est pas français" disait Napoléon !


Vous êtes, selon mon (très) humble avis, l'un de ceux (des rares) à pouvoir faire le "job", ainsi que je l'ai également un jour écrit chez I.R.


Mais il fauda(it) que la barre soit fermement tenue !


Recevez, Monsieur Fillon, mais sincères et "encourageantes" salutations.


 

WANAVERBECQ Pierre 01/10/2014 23:43


Monsieur,


Ce n'est pas avec un tel programme, que vous pourrez redresser la France. Ce qu'il faut c'est donner du pouvoir d'achat aux Français ; ce qui veut dire qu'il ne faut pas continuer à prendre
encore sur les salariés pour donner aux entreprises qui ne pensent surtout pour les groupes qu'à diminuer la main d'oeuvre poour s'enrichir el chomage est le moindre de leur souci. Sans pouvoir
d'achat les français ne peuvent pas consommer d'où des carnets de commandes qui restent vides malgré la grande compétitivité des entreprises.


Je constate que vous prévoyez de continuer la même politique que vous avez appliqué pendant cinq ans lorsque vous étiez aux affaires et que continue votre successeur. Il faut en fait une
politique pour que les frrançais aient un pouvoir d'achat correct afin de consommer et arrêter de toujours prendre aux pauvres et aux classes moyennes pour mettre dans les poches des entreprises
et des riches.


Je pense que si vous vous présentez à l'élection présidentielle avec un tel programme les français ne vous éliront pas et si malheureusement ils le font la France continuera d'aller dans le mur.

Mes vidéos

Fil Twitter

Recherche