Ce site n'est plus à jour

Découvrez Fillon2017.fr
21 septembre 2014 7 21 /09 /septembre /2014 15:49

Discours prononcé ce dimanche dans la convivialité du barbecue de rentrée des sympathisants du Val d'Oise

 

 

Mes chers amis,

C’est avec un réel plaisir que je retrouve les militants du Val d’Oise et je ne vous remercierai jamais assez pour votre fidélité et votre résistance car depuis 2012, notre parti et notre pays ont vécu des heures difficiles.

Merci Jérôme pour ton invitation, merci pour ta solidité, ta loyauté, merci de ne jamais craindre l’adversité.

Merci à Axel Poniatowski, Philippe Houillon et Florence Portelli et tous les élus du Val d’Oise présents.

 

Depuis deux ans, contre vents et marées, je poursuis avec beaucoup d’entre vous une ligne de conviction que les évènements ne démentent pas.

Je dis et je répète que la France est entrée dans une phase de déclin qui n’est pas conjoncturelle.

Quand j’affirmais cela il y a quelques années, certains me disaient : «François tu exagères, tu risques d’effrayer les Français»…

Comme si le mensonge et la complaisance étaient préférables à la vérité.

Aujourd’hui, la réalité du naufrage français éclate, et ça n’est pas maintenant que je vais commencer à me taire.

Depuis 2 ans, je dis que la droite doit savoir faire son bilan, et moi le premier.  

On me rétorque qu’ «il faut oublier le passé» comme si la lucidité ne faisait partie de la crédibilité.

Depuis deux ans, je dis aussi que l’UMP doit retrouver son honneur perdu.

Quand je disais cela on me disait, là aussi, «  attention François, tu risques de braquer les adhérents», comme si les militants n’avaient pas le droit d’exiger honnêteté et sincérité.  

Et enfin, depuis deux ans, je dis qu’il faut bâtir un projet nouveau et puissant car on ne pourra pas redresser la France avec des demi-mesures.

Là, on m’a souvent rétorqué que «le temps n’était pas au projet et encore moins aux mesures radicales ».

Alors que le pays part à vau-l’eau, j’affirme qu’il est bien temps de préciser aux Français ce que nous proposons.

Nous nous retrouvons, mes amis, dans des circonstances graves : la France s’enfonce et, autour d’elle, le monde va mal.

Je me suis rendu en Irak pour évaluer la situation et témoigner de notre soutien aux Chrétiens d’Orient.

Là-bas, à cinq heures de vol de Paris, on assassine des enfants, on vend des femmes sur le marché, on décapite ceux qui ne pensent pas comme vous et qui ne croient pas comme vous, on milite pour la guerre des religions et des civilisations !

Le chaudron du terrorisme intégriste constitue une menace dont j’ai pu mesurer l’organisation et la barbarie.

Avec la coalition internationale, la France va s’engager dans un combat indispensable pour défendre des valeurs et notre sécurité collective, mais il faut être conscient que ce combat sera difficile et qu’il expose notre territoire.

 

Plus j’observe les périls de notre monde, plus je vois le prix de la liberté. Mais la liberté n’est pas un don du ciel, c’est une lutte incessante pour être une nation forte.

Au rythme où nous allons, où en sera la France au terme de ce quinquennat ?

Depuis mai 2012, 28 mois ont passés, 28 mois gâchant les chances de la reprise, 28 mois pour rien. 

0% de croissance ;  une économie à plat ;  500.000 chômeurs de plus depuis 2012 – un record historique- Jamais la France n’a compté autant de chômeurs; des déficits en plein dérapage et une dette qui atteindra bientôt 100% du PIB… 2000 milliards d’euros !

Tout milite pour une réaction au plus haut niveau, mais là-haut, y a-t-il encore vraiment un Chef d’Etat qui puisse être entendu, cru, suivi ?

Mardi dernier, son Premier Ministre a obtenu la confiance de sa majorité mais c’est une goutte d’eau dans l’océan de la défiance populaire.

Quant à la conférence de presse de François Hollande, elle ne fut qu’un exercice de style pour habiller un pouvoir en perdition.

«C’est pas facile» de présider, nous a dit le Président qui voulait être normal. Ça n’est pas faute de l’avoir prévenu que la charge était lourde et que la crise, qui a démarrée en 2008, n’était pas finie. 

Maintenant, il cherche à donner du sens à une politique qui est floue et qui échoue. On va dans le mur, et le conducteur prétend avoir les choses en main…

Face à l’urgence, il faudrait changer de route, il faudrait un sursaut, mais rien ne vient !

A l’Elysée, on «espère des résultats avant 2017».

On espère, on spécule, on  croise les doigts… Bref, on n’est pas en guerre contre la déflation et le chômage de masse ! On n’est pas en guerre contre les déficits et les impôts qui vont avec !

On est dans la logique du «temps laissé au temps», on est dans le déni et dans l’espoir d’une improbable éclaircie.

On attend tout du pacte de responsabilité annoncé il y a 9 mois et dont les éventuels bénéfices n’interviendront que dans 12 mois minimum ; on prie chaque mois pour que le chômage soit freiné par l’utilisation massive des emplois subventionnés par l’Etat ; on prend passivement acte de l’augmentation de nos déficits ; on implore Bruxelles d’excuser notre pays de ne pas savoir remettre ses comptes publics en ordre ; et puis, on espère tout de la BCE comme si elle pouvait à elle seule relancer la France.

 

J’ai été éberlué d’entendre que c’était grâce à ce gouvernement que la BCE et l’Allemagne acceptaient désormais une politique monétaire plus souple, alors que c’est largement à cause de François Hollande et de sa politique calamiteuse que la déflation gangrène la zone euro !

En vérité, notre pays est devenu le maillon faible de l’Union européenne. Pour nos partenaires, il est devenu la nation qui ne tient pas ses engagements, la nation des discours, des déficits et des non réformes.  

Honte et inquiétude : voilà ce que j’éprouve devant cet abaissement national qui amène la France à ne plus être le leader de l’Europe mais bien le problème de l’Europe. 

 

Mes amis,

Aucun patriote ne peut se réjouir d’une telle situation.

Je n’apprécie pas M. Hollande, mais j’aime mon pays, et c’est la raison pour laquelle j’ai soumis l’idée d’un agenda national pour sortir la France de sa détresse économique.

Puisque le Président ne veut pas dissoudre l’Assemblée, puisqu’il ne veut pas démissionner, puisque l’option du remaniement gouvernemental est épuisée, puisque sa majorité est déliquescente, François Hollande ferait bien, pour une fois, d’écouter l’opposition républicaine !

 

 

En Europe, il y a des exemples de gouvernements qui ont l’audace de prendre en compte leurs opposants, et il y a des opposants qui acceptent de servir l’intérêt national dès lors que les objectifs sont clairs.

Il ne s’agit pas de se fondre dans la mélasse gouvernementale ni de jouer les supplétifs d’un pouvoir aux abois… Non, il s’agirait de définir un agenda national, ciblé sur des réformes fondamentales pour redresser la France : assouplissement rapide du marché de l’emploi, baisse immédiate et sans contreparties du coût du travail, réduction forte des dépenses publiques…

Voilà les axes autour desquels il serait bien venu de rassembler les volontés avant qu’il ne soit trop tard !

 

Malheureusement, le Président n’a pas la lucidité de comprendre qu’il devait sortir de son bunker. Il va continuer sa route, muré dans la certitude que demain, comme par miracle, les choses vont se ré-enchanter.

«Ré-enchanter le rêve français» : c’était le  slogan de campagne de François Hollande…

Il serait temps qu’il ouvre les yeux car le pire n’est pas nécessairement derrière lui et surtout derrière notre pays.  

 

Pour réduire sérieusement le chômage, il faut au moins 1,5% de croissance. On en est loin, et, dès lors, rien n’indique que nous ayons touché le fond !

Pour relancer l’investissement, il faut baisser les impôts qui les frappent et changer radicalement l’image de la France à l’étranger. Pour tous ceux qui pourraient investir dans notre pays, la France c’est 35 et 75 ! 35 heures et 75 % !

Quant à nos taux d’intérêts, qui sont aujourd’hui très bas et qui constituent notre ultime rempart face à la déflation, gare aux retournements !  

Pour que nous taux n’augmentent pas, encore faudrait-il rassurer les investisseurs sur la solidité budgétaire de la France, or la dérive de nos déficits peut entraîner une rupture de confiance qui serait meurtrière pour notre économie et pour les ménages.

Bref, la situation est mauvaise et elle peut l’être plus encore si le pouvoir continue de prendre les vessies pour des lanternes.

Comprenez-moi bien : je ne prends aucun plaisir à être alarmiste, mais si je le suis, c’est parce qu’à l’Elysée il n’y a visiblement aucun système d’alarme.

 

 

Mes amis,

Ça n’est ni la gauche, ni l’extrême-droite, qui vont relancer le pays.

La gauche montre son impuissance, quant au FN, son programme économique est un mélange d’ultra socialisme et de protectionnisme.

Qui peut croire une seconde que c’est en rétablissant le franc et en revenant à la retraite à 60 ans que la France va survivre.

Non, le devoir de relancer notre pays nous incombe !

 

Alors c’est vrai, nous partons de loin…

Avec Alain Juppé et Jean-Pierre Raffarin, nous assumons depuis cinq mois une mission de remise en ordre de l’UMP qui a été frappée par les épreuves financières et judiciaires.

En novembre, se tiendra notre Congrès.

Mon rôle au sein de la direction collégiale me commande de ne pas prendre parti, de rester au-dessus de cette compétition interne.

Je ne donne aucune instruction.

Vous êtes libres, vous êtes responsables, vous voterez selon votre conscience, car je me suis assez battu pour que la démocratie au sein de notre mouvement soit respectée pour ne pas respecter votre indépendance !

Je rencontrerai tous les candidats, car comme vous, je veux savoir quel projet, quelles valeurs, quels objectifs les animent vraiment. Je n’ai pas le culte des «sauveurs» mais le culte des idées.

Aujourd’hui, la question n’est pas de savoir qui peut battre François Hollande ? A priori, tout le monde.

Non la question est comment rassembler les Français et surtout pour quoi faire ?

Alors, vous évaluerez, vous réfléchirez et vous choisirez en votre âme et conscience.

 

Quant à moi, je vais assumer jusqu’au bout la mission de la direction collégiale. Et puis, j’agirai en homme libre, parce que notre mouvement a besoin de débats pour se réinventer.

J’ai des convictions qui me tiennent au cœur, et, en vue de la primaire de 2016, je prépare un projet pour la France qui sera sans concession car mon parti c’est mon pays, et c’est pour lui que je m’inquiète et que je me bats.

 

Au-delà de nos destinées personnelles, dans dix ans, que sera la France ? Une nation que le monde regardera de façon condescendante ? Une nation sous tutelle du FMI ?

Ou bien sera-t-elle la première puissance européenne, productive, innovante, confiante dans sa capacité à choisir le Progrès.

Le Progrès…

Le Progrès, c’est d’abord la fierté d’appartenir à une nation magnifique qui mérite d’être aimée, respectée, sublimée aussi.

La Tour du Pin écrivait que «les pays qui n'ont plus de légende sont condamnés à mourir de froid».

Nous sommes 65 millions dans un monde de 7 milliards d’habitants… Si nous perdons la foi en la France, si l’idée d’une certaine grandeur se dissipait, alors que restera-t-il ?

Ayons foi en nous : soyons des patriotes au cœur ardent et pas des petits nationalistes, célébrons nos inventeurs et nos industriels, encourageons ceux qui ont l’audace de créer leur entreprise, applaudissons ces enfants des cités qui décrochent les plus hauts diplômes, saluons nos soldats qui défendent notre liberté, aimons la France, aimons-là de toutes nos fibres, et puis regardons l’avenir et défions-le !

 

Le Progrès, c’est avoir en soi cette flamme de la vie qui nous porte à penser que l’invention, la création, la rupture sont des sources de rajeunissement permanent.

Une société qui calcule tous les risques, c’est une société qui n’avance plus. 

Alors, repoussons ces réflexes de surprotection, de sur-réglementation qui laminent notre vitalité.

Donnons à notre société la liberté qu’elle réclame en donnant à nos entrepreneurs, chercheurs, travailleurs, familles le pouvoir de tenir leurs responsabilités. 

 

Le Progrès, c’est aussi la récompense de l’unité nationale car sans le gout de vivre ensemble et de foncer ensemble, nous sommes sûr d’échouer.

Aujourd’hui, la patrie se fissure.

La délinquance gangrène des quartiers entiers ; les échecs de l’intégration exacerbent les tensions entre les citoyens ; dans nos propres rues, le fondamentalisme et le Djihad trouvent des adeptes.  

Ceux qui ne voient pas que la République craque de l’intérieur sont aveugles où naïfs.

Le pays a un besoin d’autorité; il a un besoin de règles claires; il a besoin d’unité !

Sécurité, immigration, civisme, laïcité : sur tous ces sujets, il faut un discours ferme et une réponse forte et crédible.

Sur la délinquance pas de complaisance. Un voyou est un voyou et chaque faute doit être sanctionnée rapidement et rudement.

Sur l’immigration pas d’angélisme.

Vu l’état de son économie et de son taux de chômage, la France ne doit accueillir que ce qui est possible et nécessaire, et ses prestations sociales ne doivent plus être accordées qu’après une année de présence régulière sur le territoire.

Face à l’immigration  irrégulière, le message doit être simple : c’est le renvoi !

Quant à l’intégration, il faut cesser de tergiverser : nous voulons que les étrangers qui viennent en France se plient à ses lois et ses traditions et non le contraire.

La laïcité fait partie de nos lois : ici, chacun est libre de croire ou de ne pas croire, mais aucune religion ne saurait se prétendre au-dessus de la République.

Et puisque j’évoque la République, je veux rappeler que l’Ecole est son creuset.

Auprès des familles qui ne doivent pas démissionner, le rôle de l’Ecole est d’instruire les enfants et de les éveiller aux lumières de la culture, son rôle est de leur apprendre le respect, son rôle est d’apprendre à dire « nous» plutôt que «je», son rôle est d’unir les destins quelles que soient les origines sociales ou la couleur de la peau.

Et s’il faut pour cela, donner aux chefs d’établissements plus de pouvoirs, donnons-le ; et s’il faut des symboles, alors rétablissons une tenue uniforme à l’Ecole qui rappellera à chacun que l’égalité entre les filles et les garçons, entre les riches et les pauvres, entre les croyants et les non croyants, est à la source de l’unité nationale.   

 

Et puis, mes amis, le Progrès, depuis l’origine des temps, c’est un combat intime à chacun d’entre nous : entre le courage et la démission, entre l’intérêt personnel et l’intérêt général.

Tout ne dépend pas des lois et tout ne vient pas du sommet, car tout citoyen est comptable de ses actes et devrait pouvoir donner le maximum de son potentiel.

En chacun de vous, il existe une flamme qui ne demande qu’à grandir et chacun peut changer sa vie dès lors qu’il se retrousse les manches et qu’il ose se lancer !

Le jour où les Français pourront donner le meilleur d’eux-mêmes, la France - j’en ai la certitude - retrouvera cette force dont elle est capable.

 

Ceux qui pensent que notre peuple est à bout de course ont tort; c’est notre système qui est à bout de souffle, or, un système ça se change !

En 1958, la France l’a fait ; le Royaume Uni l’a fait dans les années 80; le Canada et la Suède l'ont fait dans les années 1990; l'Allemagne l’a fait à partir de 2002.

Notre pays est l’un de ceux qui compte le plus de contraintes. Tout est réglementé, encadré, uniformisé… Comment voulez-vous dans ces conditions libérer les énergies ?

Puisque l’Etat providence est en faillite, puisque le socialisme ne marche pas, alors, si on essayait la liberté ?

C’est par la liberté que nous retrouverons le gout d’oser, de risquer et d’assumer nos responsabilités.

Grâce à ses ressources, notre pays peut effectuer son retournement en deux ans, se redresser en cinq ans, et en l’espace de dix ans, la France peut être la première puissance européenne.

 

Pour cela, il faut un projet radicalement nouveau.

La France doit sortir des 35 heures et ramener la négociation du temps de travail dans chaque entreprise.

Face au mur de la complexité, il faut refonder le code du travail sur ce qui relève des normes sociales fondamentales et renvoyer le reste des dispositions à la négociation en entreprise.

C’est une révolution, et je l’assume au nom de la certitude que le maquis actuel est un tueur de croissance et d’emploi, au nom aussi d’une rénovation du dialogue social qui est beaucoup trop hiérarchisé et stéréotypé.

Nous devons réformer notre marché d’emploi car il vaut mieux plus de souplesse que toujours plus de chômage. 

Notre pays doit être la patrie des entrepreneurs, des investisseurs, des inventeurs et à cet égard, je préfère voir ceux qui créent de la richesse rester en France plutôt que de s’exiler ailleurs.

 

J’ai dit un jour que «j’étais à la tête d’un Etat en faillite», et je ne regrette pas d’avoir sonné le tocsin.

Globalement, il faut 100 milliards d’euros d’économies pour équilibrer nos comptes et arrêter de nous endetter n’importe comment.

On n’atteindra pas cet objectif uniquement avec des coups de rabot et en grattant, ici ou où là, des économies.  

Il faut des réformes de structure, il faut replacer le temps de travail de la fonction publique à 39h, il faut réduire les effectifs de nos administrations de 20%, il faut valoriser parallèlement les carrières des agents publics qui ne doivent être condamnés à la paupérisation, il faut repenser nos administrations nationales et territoriales, et puis, il faut réactualiser nos acquis sociaux…

C’est un immense travail qui exige beaucoup de courage, mais si on fait ce travail comme nous ne l’avons jamais fait auparavant, alors nous verrons que la France peut se relever rapidement.

 

Voilà, mes chers amis, les convictions que je voulais partager avec vous.

Au cours des 12 derniers mois, j’ai parcouru la France, j’ai rencontré des milliers de Français…

Ils traversent des heures difficiles, ils sont furieux, dégoutés, mais, paradoxalement, je sens qu’ils peuvent se révéler d’une très grande audace car ils sont lucides sur la situation et ils sont prêts à prendre des risques pour sortir du marais.

Alors, sans trembler, je vous demande, pour la France, une mobilisation sans faille, je vous demande de retendre vos forces, je vous demande d’être aux avant-postes pour dire que notre pays doit se dépasser et qu’il peut se relever.

Vous serez ainsi au service d’un idéal qui dépasse chacun d’entre nous. Cet idéal s’appelle tout simplement la République.

 

Vive la République, et vive la France !

 

PHO6782a4b8-41a5-11e4-b0b9-9ffe9dd872c4-805x453.jpg

crédit photo : AFP / Thomas SAMSON

Partager cet article

Publié par François Fillon
commenter cet article

commentaires

gilles 24/09/2014 09:55


http://www.lefigaro.fr/international/2014/09/23/01003-20140923ARTFIG00442-le-retour-en-france-de-trois-djihadistes-presumes-vire-au-fiasco.php


Système informatique débranché. Pas le moindre coup de téléphone pour avertir les uns et les autres...
çà, c'est beaucoup plus inquiétant que les gesticulations médiatiques.


Je ne pointe pas de responsable, mais dans l'industrie, ce genre de trous de sécurité provoquerait à minima un audit complet car il semble que plusieurs mécanismes de correction n'ont pas
fonctionné à différents niveaux.


Cela donne une idée de la performance de notre sureté.

bertin jp 23/09/2014 19:32


 


 AYONS .... FOI ......OU ...CONFIANCE...?


 


Curieux vocabulaire pour un républicain ! La foi ?


La foi en soi, curieux pour un chrétien ? surtout catholique !


Bon ne finassons pas. Ayons humblement déjà confiance en nous .


Nous aurons l'occasion de poser la question de confiance :


     .Sur les lois sociétales


     .Sur le fonctionnement monétaire


     .Sur l'internationnal


 


Nous gaulois ,sommes exigeants et méfiants !


DEPUIS MAI 1968, notre confiance publique chute,chute,.....!


Notre foi privée,......c'est une toute autre question.


Rendons à CESAR.......!

MARIE Guy 23/09/2014 18:47


OUI, Sarkozy veut une revanche, c’est un aveu de faiblesse comme le font tous les mauvais tricheurs. Il est prêt à tout casser pour
satisfaire son petit égo. C’est lamentable.


L’on ne veut vraiment plus voir ces irresponsables politiques. Faut-il réinstaller la guillotine place de la Concorde ? Afin
qu’ils comprennent, malheureusement il n’est pas le seul. Je voyais ce matin sur BFM- NKM c’est du même tonneau, ils sont très nombreux. C’est le grand malheur de la France.


 


Le peuple se soulèvera, instaurera un tribunal populaire et ils repartiront la tête sous le bras. Mais que de sang versé qui aurait dû
être évité. Ce que peut faire l’avidité !

alice 23/09/2014 18:15



« Le pays où le commerce est le plus libre sera toujours le plus riche et le plus
florissant » « Plus les hommes seront éclairés et plus ils seront libres » Voltaire


Peu habitués au « Libéralisme », à l’image des Pilotes d’Air France, beaucoup
l’imaginent  « diabolique » et « perdant perdant »…...je recommande  à tous la
lecture d’un ouvrage extrêmement intéressant « POURQUOI PAS NOUS » de XAVIER  FONTANET…une mine d’Idées très instructives  et  fédératrices. Regroupés solidement autour de FRANCOIS FILLON, et très  convaincus, il nous faut aider tous les autres à mieux  comprendre «  Le Libéralisme » ,  en toute simplicité, sérénité  avec dynamisme appliquons   à   réfléchir toujours davantage pour mieux  élaborer notre Magnifique et  Véritable Projet d’Avenir pour TOUS LES FRANCAIS ……….merci Force
Républicaine…merci François Fillon………alice


 

Paul 23/09/2014 12:24


Pour que la liberté est vraiment lieu il faut que l'état cesse de vouloir tout controler, l'état doit uniquement s'occuper de Justice, Police, Pompier, Armé. Le reste c'est le secteur privé qui
s'en occupe sans que l'état puisse avoir son mot à dire

Berthet Jeanne 23/09/2014 01:05


Bonsoir Mr Fillon,le commentaire de Bernard résume ce que je voulais écrire ,j'ajoute que vos discours que je lis toujours avec application(je ne possède pas les diplômes requis  pour
comprendre toutes les nuances de la politique)me paraissent  répétitifs,on ne peut vous reprocher d'être constant,mais, face à  A Juppé et N Sarkozy qui veulent tous deux diluer
l'UMP,la Droite en général,il vous faut être moins discret et plus audacieux...j'ai écouté Mr Lemaire sur TF1,je l'ai trouvé très convaincant...très pertinent...Il sera sûrement un excellent
président à l'UMP....je lui souhaite d'avoir de bons soutiens...vous pourrez avoir l'esprit tranquille pour votre campagne s'il est élu...


L'actualité malheureuse de ce lundi montre à quel point l'obstination de la France dans les conflits au Proche Orient a conduit au rapt  crapuleux de ce citoyen ,les Français sont
en ligne de mire,et vous voulez toujours aller combattre ailleurs que sur notre sol!!!...je ne vous suis pas sur cette mesure  que vous pensez nécessaire,cet acte
barbare n'est que le début d'une série,La France n'a pas a faire le gendarme  autrement que chez elle...l'aide humanitaire aux peuples en souffrance.. oui..!!! la guerre
...non!!..ce n'est pas la peine de répéter comme Cazeneuve le même refrain  pour se  convaincre du bien fondé de l'action ,la méthode Coué du gouvernement a démontré largement son
inefficacité dans tous les domaines...


Bon courage Mr Fillon....


 


 


un excellent président à L'UMP

GG 22/09/2014 20:33

Pas de sauveur ? Mais si, il existe bien des sauveurs, ou qui se croient tels, et qui se ramassent en se prenant les pieds dans le tapis. Probablement les séquelles de la proximité avec Séguéla,
Sarko vend du Sarkosy, comme on vend de la lessive. Pas sur que les français veuillent construire leur avenir avec des vendeurs de lessive. En marketing, pour relancer les ventes, il suffit de
changer l'emballage. Le sarko nouveau est arrivé ! Comme le beaujolais. Alors,... des mauvaises langues diront qu'il a changé ............. de montre ........... ou de marque de montre....... Et
donc, pour paraphraser le publicitaire en question, qu'il a réussi sa vie. En fait non, il a réellement changé, ............ comme Aquilino, .................de cireur de pompes. Mais lui au moins
ne prend que des pros : De Villepin, Baroin, Wauquiez, Raffarin ...... ça change de Morano. Il doivent renifler le fumet de la gamelle.

dom delandre 22/09/2014 20:19


Le journaliste fillonniste n existe donc pas!? 


Ce jour aucune trace du soldat Fillon dans les médias. On ne parle que du futur combat entre le petit caporal et le sage d 'Aquitaine. Le match semble donc plié avant d avoir débuté. C'est bien
imprudent. Qui aurait pensé en 2010 que Hollande remporterait la présidentielle deux ans plus tard?


Soyez le troisième homme et prouvez au microcosme politico médiatique que rien n est joué, les deux "supers favoris" pouvant se neutraliser.


Laissons retomber l'écume des effets de manche et d'estrade, mais il va falloir faire preuve d'abnégation, de courage et délivrer un discours de vérité pour convaincre nos concitoyens.

Bertrand L 22/09/2014 19:29


Il faudrait que François Hollande prenne des décisions ...ou qu'il démissionne, il ne va tout de même pas rester à la tête de l'état jusqu'en 2017 sans rien faire
!!!! On se croirait sous Brejnev, le système s'écroule et on fait semblant d'agir, on attend seulement que ça s'améliore.


Un grand merci à vous François Fillon d'exposer sans relâche votre projet de redressement. Il est réconfortant de voir un responsable politique se battre pour faire
entendre courageusement ses idées, il est réconfortant de vous voir préparer une alternative crédible et sérieuse.


 


Continuez, beaucoup sont avec vous, et beaucoup d'autres vous rejoindront. Merci, Bertrand L (de Parigné le Pôlin)

Fabrice Tonicello 22/09/2014 17:32


j'espère que vous serez élu en 2017 Monsieur le Premier ministre. En tous les cas, à mon humble niveau je ferai tout pour !


Mais les socialos et consorts font tellement de dégats chaque jour que Dieu fait, que je me demande ce qu'il restera de nous tous en 2017 et si on aura encore la force de rebondir. La situation
actuelle est tragique, et je pèse mes mots.


Si Hollande aimait encore un tout petit peu la France, il démissionnerait immédiatement. Mais sa conférence de presse est claire sur ce point : il va s'incruster jusqu'à la fin....

dambre 22/09/2014 15:45


Bjr M Fillon,


J'ai lu votre discours et j'y vois beaucoup de perspectives qui me semblent bonnes pour notre pays. Mais j'attire votre attention sur la levée de boucliers que risque d'entrainer votre
proposition de rétablir une tenue uniforme à l'école. Si vraiment vous êtes attaché à cette idée, je pense qu'il faudra solidement l'argumenter pour convaincre. Car j'ai vraiment le sentiment
qu'elle risque de vous desservir. Simple avis.

bertin jp 22/09/2014 14:25


 


  AYONS FOI EN NOUS.....NOUS....NOUS .....GAULOIS ?


 


 De Gaulle signa un fameux traité entre germains et gaulois.


 Bref De Gaulle avait une vision des peuples sur un plan historique,


 que ses prétendus héritiers n'assument plus.


 Est-ce réducteur ? Ringard ?,Dépassé ? Honteux ?Pas moderne et c'est vrai !


 Construit-on de meilleures relations avec les autres si on a honte


 de sa famille ?Au contraire,mais chut......il ne faut pas le dire


 et c'est déjà mal,...très mal...et mème intolérable de le penser.


 J'arrète,je me repends déjà,......!


 Quand cessera notre colonisation intellectuelle et morale...?


 

Stéphanie 22/09/2014 14:20


Toujours d'accord avec votre discours M. Fillon.


N'oubliez pas comme j'ai déjà pu le lire précédemment d'impliquer également les hommes politiques dans cette rupture : à savoir le coût de vos salaires, autres frais de traitement et
retraites, diminué comme dans les pays nordiques.


Chose à laquelle je n'avais jamais pensé auparavant, je suis à deux doigts d'adhérer à l'UMP afin d'être sure que les bonnes personnes seront élues aux bons endroits.


J'ai trop d'inquiétude pour l'avenir de mes enfants pour ne pas réagir.


Cordialement,


Stéphanie

GRANATINO 22/09/2014 13:36


Je suis membre de Force Républicaine,  et demeure à Antibes, Alpes Maritimes. Je déplore le manque
d’action dans le département pour déployer vos idées, démultiplier vos messages, vous remonter le feedback. Ce n est pas l'UMP qui va être votre relai. Il faut se mobiliser. Rien ne se passe.
 Il n y a pas de structure. J'admire la loyauté et le courage de Eric Ciotti, votre plus fidèle lieutenant. Mais il est un des rares à porter le
drapeau. Nous devons nous organiser. Votre Blog, vos messages ne suffiront pas. Il faut des groupes, des réunions, des stratégies et des mises en oeuvre de déploiement.


Concernant votre programme, si vous voulez réaliser 100 Milliards de réduction de dépenses publiques il faut
expliquer comment vous allez y parvenir. J ‘ai bien peur que certains aspects de votre programme, si mis en œuvre,  se solderaient  par des manifs comme celles  qu’a connu Juppé en 1995 et vous seriez obligé de faire marche arrière.



Didier Buatois 22/09/2014 12:35


Cher Monsieur, 


C'est fait. Nous n'en sommes pas étonné. Monsieur Sarkozy est entré en campagne, car il s'agit bien de cela. Les étapes de cette stratégie ne sont pas difficiles à imaginer. La finalité de son
action le conduira à se présenter à l'élection présidentielle, sauf accident. Prendre le parti, lui donner une autre apparence, changer les têtes afin de donner de la nouveauté aux français sont
les nouveaux vêtements de campagne que compte endosser l'ancien président, pour façonner une image prétendument nouvelle. C'est habile. Mais les français croient-ils en un sauveur ? Vous l'avez
senti et votre commentaire m'a paru clairvoyant. Les français n'ont pas perdu la mémoire ni pour lui, ni pour personne. Ils ne croient plus en les partis politiques, les voient comme des repaires
d'affairistes et de nantis, de profiteurs. Ils ne croient plus en la communication, en les grandes phrases creuses, les généralités et le flou des engagements. Ils ne veulent plus de l'ébullition
des polémiques, des petites déclarations assassines, des idées jetées en pature aux médias, des passages télévisuels ou l'on se donne en spectacle. Ils ne veulent plus être dirigé par des gens
qui oublient le français du dictionnaire, qui se passent de la double négation dans leurs phrases, qui interviennent pour ne rien dire. Ils ne croient plus plus en la droite, ni en la gauche. Ils
veulent croire en un homme. Ils veulent être pris en charge. Ils sont capables de comprendre des chose compliquées si on leur explique simplement et clairement. Ils ont besoin de quelqu'un qui se
présente en n'étant pas un chef de parti. Personnellement je ne veux pas choisir mon favori par l'intermédiaire du filtre d'une sous élection dans un parti politique. Expliquer ce que l'on va
faire. Expliquer dans les grandes lignes en respectant un plan précis et rentrer dans le détail. Définir son action en la motivant et en expliquant le résultat prévisible au risque d'être
critiqué, mais en faisant appel au bon sens des français. Montrer le but final, leur donner de l'espoir, et vous le savez, rendre la confiance au plus grand nombre. Se réclamer de ses idées.
S'affranchir de son camp pour se réclamer du drapeau. Etre du parti de la nation, vouloir représenter tous les français, engager le dialogue en acceptant de prendre en considération tout ce qui
pourrait améliorer la situation du pays, mais refuser la démagogie ou ce qui pourrait cliver les gens. On ne gouverne pas la France avec des référendums, à moins de vouloir réveiller la rues et
ses excès. Ne pas commenter les idées des autres. S'en tenir aux siennes. "Si les français veulent être gouvernés par référendums, alors qu'ils élisent Monsieur Sarkozy". "Personne ne peut
choisir à leur place". Cela fera réfléchir. Car les français réfléchissent. Nous sommes un peuple très politique. 


Monsieur Fillon, il faut rentrer en campagne et ne pas rentrer dans le jeu de la prise du parti, ou non. 


Les français vous attendent, mais aujourd'hui ils ne le savent pas encore. Il est grand temps d'aller vers eux.


Cordialement.

R-o-l-a-n-d 22/09/2014 11:39


Monsieur Fillon,


 


L'assasinat en direct, l'appel au meutre, en sont assez. Le Tribunal International doit être saisi, au plus vite, pour crime contre l'humanité
!


Nous comptons sur vous pour sa mise en action.


 


Cordialement.






Jean-François Chaussier 22/09/2014 10:47






Je pense qu’à trop regarder dans le rétroviseur y compris sur une autoroute de sérénité il est difficile et périlleux d’envisager un projet de société. Les obstacles sont devant nous et sont
préoccupants, je pense, plus particulièrement au fanatisme et au terrorisme sous toutes ses formes qui s’étend telle une tache d’huile en concomitance avec l’abandon ou l’absence de repères
moraux. La mondialisation en est la cause par la perte de frontières virtuelles où tout se dilue, se transfère et s’échange dans des situations parfois chaotiques sans gouvernance mondiale. Les
coalitions d’états d’apparence éphémère interviennent sporadiquement sur l’ordre mondial, l’actualité récente en témoigne. Si l’on veut modestement maintenir la France et l’Europe dans un état
satisfaisant d’indépendance, de bien-être, de sécurité et d’attractivité des populations en particulier les jeunes il faut s’engager résolument sur le chemin du progrès à commencer par le
politique, car nous avons trop cédé dans ce domaine. Cela nécessite, entre autres, de ne pas diverger sur des réformes sociétales qui clivent la société. L’ambition et l’objectif ne sont pas
démesurés si nous prenons conscience de notre rang de cinquième puissance mondiale. La question du progrès ne doit pas être abordée à travers la grande querelle qui a opposée au XIX puis au XX
siècle les optimistes et pessimistes. Les progrès techniques et scientifiques n’ont jamais été aussi florissants et portant nous subissons un chômage endémique dont la cause paradoxalement est
liée au progrès. Combien de tâches administratives et productives ont été remplacées par le progrès? Que faire ? Il faut accélérer et faciliter l’accès au progrès par le plus grand nombre et
mettre en place des filières de formation et de reconversion à l’exemple d’Airbus. C’est certainement le plus grand chantier à ouvrir pour les décennies à venir.

Gerard Dolbeau 22/09/2014 10:42


Bonjour Mr Fillon. enfin un discours proche de nos réalités avec un langage plutot entier et c'est bien car les non dits, les mesonges et les fausses vérités ne font pas avancer notre quotidien.
Nous le savons tous.. Mais bon çà ne sera pas facile. Les résistences nous les connaissons et elles ne vont pas disparaitre même si vous etes élu Président. Vous ne parlez pas de réferundum. je
ne sais pas si c'est un oubli ou si c'est volontaire. mais le referendum sur des questions essentielles à la vie de notre pays doit etre absolument utilisé pour casser les résistences
corparatistes de tous bords qui bloquent depuis des lustres notre pays et nous savons tous que toute vie n'est durable qui si elle change en permanence et en douceur , sinon elle meurt. Il faut
le dire cela. Le peuple est sage et il sait ce qu'il lui faut. Hommes politiques ne nous prenez pas pour des écervelés! Faites confiance au peuple, vous les hommes politiques, vous serez plus
entendus et plus respectés. je veux un referundum sur un projet clair pour l'ecole, il faut sortir de cet enlisement. je veux un referundum sur une reforme fiscale profonde, je veux un referundum
pour aligner toutes les retraites sur le même regime , je veux un referundum sur un nouveau contrat de travail etc ....Bon courage pour vous et votre équipe. nous ne demandons qu'à être convaincu
par un Homme courageux, décidé et volontaire.

moujeotte 22/09/2014 10:22


Avec mes deux neuronnes, je veux bien me faire trépanner, comme l'éructe Sarkosy...en espérant dans un monde meilleur ! Il faut donner du sens à ces efforts, en chef responsable et
enthousiaste... loin de l'enchanteur Hollande qui nous a pris pour des décérébrés en nous promettant de le ré-enchantement !

BONHOMME Geneviève 22/09/2014 10:04


Monsieur Fillon,


Face au hold-up annoncé sur l'UMP (l'UMP dont nous ignonrons les ideés, d'ailleurs) c'est peut-être encore le moment de créer votre parti, peut-être avec une partie de l'UDI, un parti républicain
et gaulliste.


Il me semble que, si vos idées étaient relayées par les médias, beaucoup de français vous suivraient avec enthousiasme, convaincus de votre sincérité et de votre amour pour la France qui nous
rappelle le Général de Gaulle . 


Faites confiance aux français de la province et à leur bons sens, tous ceux qui ont compris que nous ètions au bout du système et que, désormais il faut regarder la vérité en face, 


Bien sûr il y aura toujours des marchands de rêve et les syndicats n'ont toujours rien compris. Ils auront eu une énorme responsabilité dans la destruction de nos entreprises. Il n'est que de
voir actuellement les syndicats de pilotes qui préfèrent voir Air France vaciller plutôt que de perdre leurs "sacrés" avantages acquis.


S'ils connaissaient vos projets, les français vous suivraient les yeux fermés. Mais les médias ne parlent presque jamais de vous , comme si vous étiez quantité négligeable. Sans mouvement
politique distinct de l'UMP, vous ne pourrez pas faire valoir vos idées.


D'autre part, beaucoup confondent l'élection à la Présidence de l'UMP (par les adhérents UMP) et les primaires de l'UMP (si elles ont lieu) ouvertes à tous les français, pour désigner leur
candidat UMP à la Présidence de la République. Il serait bon d'éclairer leur lanterne. Le problème est bien là. Les adhérents UMP étant majoritairement sarkozistes, les primaires n'auront pas
lieu, car Sarkozy n'en veut pas. 


Sans mouvement pour vous soutenir, vous n'aurez aucune chance, alors allez-y, vous avez fait ce que vous pouviez pour sauver l'UMP mais l'UMP n'est plus ce qu'elle était. La voie est libre et
ouverte.


 


 


 

bibi 22/09/2014 09:29


oui les francais sont pret a entendre la verité


IL FAUT DES PRIMAIRES A DROITE OUVERT A TOUS LES FRANCAIS  COMME LA GAUCHE A FAIT SANS ETRE OBLIGE DE PRESENTER SA CARTE UMP OU UDI


la route va etre dure et longue esperons que les mediats ne vous oublieront pas


SARKOZY N A PAS  DU TOUT CHANGE



dom delandre 22/09/2014 09:10


OUI il faut à la FRANCE un nouveau paradigme construit autour de la notion de LIBERTE et de RESPONSABILITE


Deux belles idées simples mais tellement bafouées, elles peuvent être un formidable levier dans votre quête. La FRANCE est sous gouvernée et
suradministrée, libérons les énergies entravées par le carcan administratif et réglementaire, en premier lieu le sacro saint principe de précaution, véritable stérilisateur à
innovations. Osons et construisons un avenir enthousiasmant pour notre jeunesse et nos forces vives.


Nombre de talents fuit le pays pour des raisons certes fiscales mais également du fait des entraves liées à notre frilosité, à notre crainte de l'avenir. Il est insupportable
le voir le pays subir cette saigné. REAGISSONS avant qu'il ne soit trop tard.

Bernard 37 22/09/2014 08:47


Toujours d’excellentes idées-force, mais il faut aller au delà des mots... et abandonner cette inepte idée de "foi en nous". Confiance assumée dans un projet, oui,
mais croyance bêtifiante, sûrement pas!


Et puis, il faut quitter ce discours de gestionnaire d’ex Premier Ministre ou de « président installé » pour un discours combattant de candidat. Des
projets percutants, de l’audace !


Il faudrait quitter –un peu- le terrain de l’économie, pour celui de la Politique, défendre la Laïcité, pour la première fois enfin évoquée, en deux
lignes; soutenir notre Identité Nationale aujourd’hui défendue par le seul Parti de Mme Le Pen.


Proposez un Ministre de l’intérieur et de la Laïcité, et non plus des « cultes » dont la République Laïque n’a pas à se mêler autrement qu'en limitant
leurs excès anti-démocratiques ; proposez, comme vient de le dire N.Sarkozy, l’appel au referendum populaire, pour donner la parole au Peuple contre les poujadismes, les corporatismes, les
égoïsmes communautaires de clans,  de tribus et de castes comportementales. Etc, Etc…


 


Enfin, exposez avec force votre projet de Rassemblement National, de tous les progressistes que compte la France, dans tous les partis Républicains, extrêmes droite
et extrême gauche exceptés. Reste que depuis hier soir, cette idée de Rassemblement National qu’attendent les Français, c’est N.Sarkozy qui l’a portée, publiquement, le premier.


 Enfin, assumer « jusqu’au bout la direction collégiale » de ce parti chiraquien vous prive de cette
autonomie que l’ambitieux et insupportable Jupé a déjà reprise pour lui-même, contre vous et contre la France de demain.


La fidélité aux caciques de ce parti est mauvaise conseillère. Sarko a "besoin de vous", a-t-il dit, mais vous-même, de qui avez-vous besoin? Du Peuple, en lui
proposant des pistes défrichées, des projets enthousiasmants, avec au bout, une France à nouveau réunie autour de sa devise: Liberté!

RANVIAL Liliane 22/09/2014 07:59


Monsieur Le Premier Ministre ,


Continuez ainsi , vous avez raison . Je souhaite votre réussite pour le bien de notre pays .


Grace à vous , je garde l'espoir pour que La France retrouve sa grandeur et que nous


puissons progressé pour que nos Jeunes puissent rester vivre et travailler dans notre


pays .


Salutatios respectueuses


 

chaine 22/09/2014 06:47


Monsieur le Président, c'est avec attention que j'ai lu votre discours de dimanche dans le val d'Oise et diffusé sur votre blog.


Dans la rubrique "immigration" vous citez quelques mesures générales de bon sens, sans toutefois faire référence à votre article 34, de vos mesures à prendre et diffusées en septembre 2013. Je
cite :


Pour moi, la citoyenneté est l’expression d’une adhésion à la Nation. Je propose de mettre fin à l’automaticité de l’acquisition de la nationalité pour les enfants nés en
France de parents étrangers. Il faut que la naturalisation procède d’une manifestation de volonté, pour que chacun comprenne qu’elle comporte des droits et des devoirs.


Ma question : Auriez-vous abandonné cette mesure ?


Vous avez notre soutien pour vos actions à mener.  Cordialement

Yves Leclercq 22/09/2014 05:54


"C'est par la liberté que nous retrouverons le goût d'oser, de risquer.." C'est la pièce essentielle de votre projet, de votre exhortation. Mais il semble aussi
qu'elle fait peur, que nous nous faisons mutuellement peur de la liberté. Je pense qu'elle mériterait d'être re-définie, que soit rappelée l'éthique qui doit l'accompagner. Car elle est souvent
confondue avec la licence, le droit du plus fort, du plus malin, du plus profiteur. 


"Il n'y a pas de fumée sans feu", et ce n'est pas sans raisons que les français se méfient de la liberté, de la leur, à cause du risque ,de celle des autres, à cause d'une possible tromperie.


Je remarque un déficit constant, irréductible, de l'esprit civique, dont l'expression est sournoise. "Pas vu, pas pris".

Limousin 21/09/2014 23:46


Bonjour,


J'ai essayé d'adhérer sur le site de Force Républicaine ce soir mais rien n'a fonctionné, ni le paiement en ligne, ni l'envoi d'un message au "contact". A réparer rapidement car cela fait mauvais
effet... Merci !

De Vos 21/09/2014 23:37


Voilà, c'est assez simple, vous n'avez plus aucune idée.


A quoi bon vous écoutez vos idées sont anciennes.


Vous n'avez rien à faire pour diriger la France, surtout pas vous.


Allez voir à Sablé!

Bonnier 21/09/2014 22:52


Bonsoir Monsieur Fillon ,


Aujourd'hui nous étions présents à de votre rassemblement dans le Val D'Oise.Très beau discours , nous restons convaincus que vous êtes l' homme de la situation avec des idées et des propositions
qui vont dans le bon sens pour redresser notre pays.


Ce soir comme de nombreux Français nous avons écouté l'interview de Nicolas Sarkozy. Ses arguments nous ont absolument pas convaincu.Nous nous voulons à la tête de notre pays quelqu'un de sincère
,  honnête et  courageux.


Monsieur Fillon courage tenez bon nous sommes avec vous.


Bien à vous .Odile et Marc Bonnier.

alice 21/09/2014 19:49


« Le vent souffle, les
nuages se dispersent. »


 Merci François Fillon d’être ce  nouveau souffle que tout le monde attend.


Retroussons nos manches et
regroupons  nous, en grand nombre, autour de vous !


alice

FrancoisCarmignola 21/09/2014 19:33


La thèse est la bonne, extrêmement convaincante et forte. 


On doit la comprendre: jusqu'à présent, on croyait qu'on s'en sortirait toujours, car l'inertie et la force de l'ensemble économique Français fonctionnait quelquesoit les bêtises qu'on faisait. A
part une menace de tutelle du FMI qui fit reculer Mitterand rien ne fit vraiment peur aux généreux donateurs qui nous ont gouverné. Chirac en particulier, tétanisé par ce qui lui arriva après une
timide tentative libérale revint très vite aux fondamentaux du gaspillage. 


Hollande lui même arriva au pouvoir avec cette idée. Aujourd'hui, il pleurniche en direct car il ne comprends plus: pourquoi ca ne marche plus pour lui ? Il est le symbole vivant du changement
d'époque que nous vivons. 


Le fond de l'argument de François Fillon est extrêmement fort et décisif: nous sommes au bout d'une situation qui ne se résoudra pas par une confiance aux gens, ou à une personne, ou à des
attitudes morales ou autres. Elle se résoudra par une POLITIQUE et celle ci est décrite là. Tout ce qui rend second cet ensemble de réformes à mener maintenant  est insignifiant et
ridicule. 


 


 


 

Opapaul 21/09/2014 19:32


François, si vous pouviez rallier la majorité silencieuse, celle des campagnes, celle du bon sens, la courageuse prête à faire des efforts à condition que les élus montrent l'exemple, celle de la
société civile pragmatique, il me semble que ce serait bien pour vous, et surtout pour le pays.


Bon courage et bonne chance à vous et aux vôtres !

Balourdet 21/09/2014 18:56


Voilà bien le grand mal de trop de personnages politiques français : ne pas dire la vérité au peuple! On cache, on travestit, on édulcore. Il ne faut pas heurter les sensibilités (ah! que je hais
cette expression!).


Depuis longtemps, des gens bien en place jouent à qui sera le meilleur bien-pensant, à trouver le mot qui va faire en sorte qu'on mente avec bonne conscience!


Que sommes-nous devenus, entre ceux qui aspirent à l'assistanat, ceux qui ne veulent pas prendre leur part de responsabilités, ceux qui écoeurés fuient le pays par crainte non de protéger leur
fortune mais de voir le fruit de leur travail pillé, ceux qui, jeunes compétents et volontaires, vont créer leur entreprise ailleurs pour la même raison, ceux qui viennent chez nous
frauduleusement et à qui on donne le fruit du travail des autres... On peut continuer ainsi sur plusieurs lignes encore!


Alors, quel sera l'homme ou la femme de courage qui se présentera pour redistribuer les cartes et rétablir les vrais équilibres républicains, l'équité, et la valeur travail  dans le pays?


Je lis régulièrement vos discours, monsieur Fillon, et j'y adhère sauf, comme beaucoup, sur le traitement de l'immigration arabe qui ne me parait pas de nature à régler le problème engendré par
celle-ci, car si les chrétiens sont persécutés violemment dans leurs pays, nous ne sommes hélas pas à l'abri d'actions graves d'un tas de candidats djihadistes crapuleux, d'autant que le soutien
du monde musulman à leur égard est évident (qui ne dit mot consent), qui  sont hébergés chez nous et contre lesquels les mesures les plus radicales doivent être prises dès maintenant! C'est
une des conditions pour que bon nombre de français votent pour la droite,  vous notamment.

gbri 21/09/2014 18:56


Excellent discours !! qui donne "la pêche" ! merci M. le Premier Ministre !


Oui à l'audace et à la prise de risque dont vous parlez. "si on essayait la liberté" dites-vous, oui beaucoup de gens qui ne respirent plus dans ce pays, le souhaitent avec vous !..Pour cela il
faut des élus intègres, sincères...Pourquoi veut-on être chef de parti, par exemple ?


Pourquoi seule la chaîne LCI a retransmis votre discours ? rien sur BFM ni sur ITel, ni sur LCP,  curieux c'est la seule chaîne en même temps que le pouvoir socialiste veut faire
disparaître: honteux.


On attend votre intervention à l'assemblée mercredi, là elle sera retransmise !

BODINIER Jean-Luc 21/09/2014 18:53


Monsieur FILLON,


OUI "la France peut (et se doit) de supporter la vérité". Rien n'est préférable à la vérité et à la non complaisance. J'ai foi en vous en tant qu'homme politique
français, capable de mener le bon combat pour la France.


Si je peux être utile, je suis prêt à mener le combat avec vous et vos équipes.


Bon courage ! Tenez bon ! Rien n'est impossible à celui qui est déterminé, sûr de son bon droit, de sa légitimité, rivé à la vérité, à l'honneteté, à une foi inébranlable, à la
justice, à l'amour des siens.


Je nous souhaite la victoire pour en faire un temps de justice, de vérité, d'encouragements et de réussites pour le bien de notre pays, pour les citoyens français et en
particulier pour nos jeunes.


Vous êtes armés pour réussir.


Bien à vous,


Très cordialement,


Jean-Luc Bodinier (Beaune - 21200 - 06.87.70.50.89)


 

Cieslik Franck 21/09/2014 18:49


Vous n'avez pas le culte du sauveur et nous non plus. La France a seulement besoin d'un bon administrateur qui donne de bonnes orientations, des régles simples, claires et stables et la France
repartira d'elle-même...


Mais merci poru cette remarque

François Baufumé 21/09/2014 18:42


Aucun discours n'a sonné aussi juste que celui-là! Enfin la langue de bois disparaît et fait place à un discours mesuré mais ferme. On ne s'appuie que sur ce qui résiste! Il est grand temps
d'entendre le "bruit sourd du pays" qui en a plus que marre! IL faut continuer et soutenir l'action de François Fillon!

HENRY 21/09/2014 18:32


 Ce soir, Mr SARKOZY va se déclarer candidat à la présidence de sa "famille" politique !


C'est bien modestement en observateur sympathisant que je vous demande, n'avez vous pas raté l'occasion de fonder la nouvelle force républicaine ( hors de l'UMP, qui on le voit bien va imploser ?
)


Bon courage


Un père de famille qui ne voit plus rien des idées de Charles DE GAULLE, ni dans les attitudes, ni dans le projets de l'UMP


Bien Cordialement


Henry


 

ARSOUILLE 21/09/2014 18:09


"un voyou est un voyou et chaque faute doit être sanctionnée rapidement et durement"


Tout-à-fait d'accord avec vous.


Mais pas seulement pour les voleurs de vélos.


Où en est l'enquête sur BIGMILLION et l'éventuelle l'affaire BALKANY ?


La collectivité rémunère toujours les Copé, Balkany, Lavrilleux et combien d'autres qui siègent toujours ?


Juridiquement, ils bénéficient de la présomption d'innocence, tout comme CAHUZAC.


Il seront de bons compagnons pour THEVENOUD !


Je voterai sans arrière pensée pour vous ou Alain JUPé mais pas pour un candidat qui recherche des infos sur ses dossiers en cours.


Quand on a rien à se reprocher, pourquoi chercher à connaître frauduleusement l'avancée d'une procédure.


Courage et persévérance, il en faut pour barrer le chemin à Mme LE PEN et ,surtout, faire évoluer la situation de la France.


 


 

Garcin 21/09/2014 18:07


Au sein de l'UMP les leaders ont tous à peu prés le même programme. A mon sens la question n'est pas quel doit être le meilleur programme économqieu et social mais comment appliquer un
programme de réformes qui seront forcément difficiles pour beaucoup de français. 

pacaud 21/09/2014 18:04


je vous apporte mon soutien pour votre candidature a la presidence de  l UMP


Encore plus aujourdhui  qu hier, suite a la candidature de l ancien president  qui  apres avoir mis en "faillite" le parti vient nous donner des leçons de gestion en nous jurant qu
il avait changé


Tenez bon car vous pouvez  rassembler les français face au defits qui arrivent.


 


 

cumenal 21/09/2014 17:52


Monsieur le Premier Ministre, discours d' homme d'état, réfléchi, qui dans follie journalistique à dénicher l' homme providentiel  qui nous sauverait de tous les maux que traînent notre pays
depuis 1974....est adapté à notre situation économique catastrophique et je fais partie des français qui attendent du concret d' un homme politique plus que celle d' une image de Jeanne d'arc du
vingt et unième siècle prêt à un combat de revanche avec un passé où a été éliminé normalement ... par sa faute... D' où oui aux idées nouvelles tournées vers l' avenir , non au combat de trop du
passé peu glorieux...Bien respectueusement . JP CUMENAL

rene fegueux 21/09/2014 17:20


merci pour vos propos lucides et courageux -ce sont ceux  d un homme d etat et non d un batteur ou batteuse d estrade-rene fegueux ump isere 9eme.

bruneteau 21/09/2014 17:20


bonjour je suis bien content de votre lettre mais ce que la base ne comprendrait pas c'est que vous  passiez votre temps à vous critiquer entre vous juppé  sarkozy


vous les connaissez les journalistes...


merci

Mes vidéos

Fil Twitter

Recherche