Ce site n'est plus à jour

Découvrez Fillon2017.fr
24 juillet 2012 2 24 /07 /juillet /2012 10:38

Nouvelle étape hier de mon tour de France des fédérations UMP dans les Vosges en compagnie de mes équipiers Valérie Pécresse, Eric Ciotti et Laurent Wauquiez.

J’étais très heureux d’être à nouveau accueilli par Gérard Cherpion que j'étais venu soutenir il y a quelques mois dans sa campagne législative. À l'époque nous n'étions pas complètement rassurés sur ses chances de l’emporter face à un adversaire socialiste qui avait une certaine notoriété. Mais Gérard est un homme de terrain qui se bat depuis des années et des années pour son territoire et grâce a la force de nos militants, il a donné par sa réélection une belle leçon de moralité à M. Lang.

Nous avons d'abord retrouvé les cadres et élus du parti pour un déjeuner très convivial à la Pisciculture Sainte Odile à Etival. Je leur ai expliqué le choix personnel et le sentiment du devoir qui ont motivé ma candidature. Merci aux parlementaires Michel Heinrich, Jackie Pierre, Veronique Mathieu et à Jean-Jacques Gauthier de leur présence et de leur confiance.

Nous nous sommes enuite rendus à la Petite Raon pour une Visite de la scierie Lemaire, PME familiale implantée depuis 1957 au pied des forêts vosgiennes et au carrefour de l’Europe. Sur trois générations, l’entreprise n’a eu de cesse de se structurer et d’innover pour améliorer sa compétitivité, créer des emplois, répondre aux exigences du marché européen et satisfaire aux recommandations du Grenelle de l’environnement. En parallèle elle a entrepris de fédérer 11 scieries françaises au sein du projet fibre premium. Mutualisation des forces pour faire face à la concurrence internationale, pérennisation du tissu industriel local, travail en filière courte : une parfaite illustration du potentiel et de l’avenir de l’industrie française. Lors de la table ronde avec les acteurs de la filière bois, le constat était unanime : la filière française a des atouts majeurs dont la qualité de notre main d’œuvre grâce notamment à l’École nationale supérieure des techniques et industries du bois d’Epinal dont je ne regrette pas d’avoir porté le projet. Sa pérennité face à la concurrence internationale reposera sur l'innovation et l'investissement qui doivent être soutenus par une politique industrielle nationale et européenne ambitieuse et écologiquement responsable. 

Enfin, rendez-vous avait été donné aux militants du département dans la salle des fêtes de la Mairie de Saint-Michel-sur-Meurthe.  Près de 400 personnes ont encore répondu présentes en cette fin juillet. C’est à chaque fois pour moi un plaisir de voir la mobilisation forte et courageuse de nos militants. Elle est le signe de leur intérêt pour l'avenir de notre parti et de leur préoccupation devant la politique conduite par les socialistes et la direction que prend notre pays.

J'ai tenu à leur rappeler que la joie que nous a procuré l'élection de Gérard Cherpion ne dissimule pas le fait que nous avons perdu les élections présidentielles et législatives. La principale raison de notre échec c'est la crise économique et financière et ses conséquences sur nos concitoyens qui souffrent et doutent de la capacité de notre pays à se relever. Cette inquiétude est au cœur du débat politique que je souhaite que nous ayons avec l'ensemble des militants de notre mouvement.

 

L'essentiel du message qui a encore été le mien hier soir à été de dire que la France est confrontée à une épreuve historique grave comme elle en a connue quelques unes dans son histoire, c'est l'épreuve du déclin. Je ne me résignerai jamais à accepter tranquillement ce déclin. François Hollande est entrain de mettre en œuvre une politique économique qui ne peut mener la France qu'à la récession. On peut nous reprocher de ne pas en avoir fait assez dans un contexte économique extraordinairement difficile, c'est une critique que j'accepte. Mais on ne peut pas accepter une politique qui consiste non seulement à ne pas en faire assez mais a revenir en arrière et à détruire tout ce que nous avons fait. Dans les quelques semaines que nous avons passé au parlement aucune mesure positive n'a été prise, aucune politique nouvelle n'a été conduite, rien n'a été construit. Ce gouvernement est pour des raisons purement idéologiques tourné dans la mauvaise direction et peut nous conduire à une catastrophe.

 

Face à l'urgence du danger moi je viens proposer d'abord de résister et ensuite de reconquérir. Il faut que notre famille politique soit en ordre de marche pour organiser cette résistance. Cette résistance elle se joue au Parlement, au contact de nos militants sur tout le territoire et dans des rendez vous électoraux dès 2014 avec les élections locales. Notre priorité devra être de présenter des équipes nouvelles avec des vrais projets. Ensuite j''entends aussi proposer une vraie politique de redressement pour notre pays qui passe pour moi par un triple pacte : un pacte productif, un pacte européen et un pacte national. C’est ce triple pacte que je vais développer et porter au cours de cette campagne pour succéder à Nicolas Sarkozy à la présidence de notre mouvement.

 

J’ai enfin rappelé aux militants qu’ils allaient voter pour une équipe. Cette équipe je l’ai constituée. Elle est composée de Valérie Pecresse qui a été un remarquable ministre, une femme qui a mené des combats politiques extrêmement difficiles notamment en Ile-de-France et une réformatrice incomparable sur laquelle je compte beaucoup. Je m’appuie aussi sur Laurent Wauquiez, très jeune et brillant élu de la Haute-Loire, ministre lui aussi très efficace, qui s’est beaucoup engagé sur le terrain de la vraie justice sociale, la lutte contre l’assistanat et la protection des classes moyennes. Et, j’ai demandé à Eric Ciotti de diriger ma campagne, lui qui s’est engagé à fond sur le terrain de la sécurité et de la justice si important pour la cohésion nationale.

 

Nous sommes des serviteurs, appelés à un moment donné à prendre des responsabilités devant ses électeurs. Je ne considère pas que la vie politique puisse être une succession de choix qui ne correspondent qu’à des objectifs personnels. C’est dans cet esprit que j’ai été loyal jusqu’à la fin envers Nicolas Sarkozy que j’avais choisi de soutenir dès 2004. Il était le président de la République choisi par les Français, on a fait une formidable équipe pendant 5 ans, on a pas gagné, on est pas passé loin mais je suis fier de ce que nous avons réalisé et les militants UMP n’ont pas à rougir de nous avoir soutenu. L’enthousiasme et la confiance à nouveau témoignés hier dans les Vosges est une preuve éclatante de notre force militante, de notre capacité de résistance collective et de notre volonté de reconquête partagée.


Enfin j'adresse un remerciement particulier aux Jeunes Populaires des Vosges qui ont recueilli plus de 200 parrainages en faveur de ma candidature dans la journée. Je saurai me montrer digne de ce soutien et fidèle au message de rassemblement et de modernisation que chacun d’entre vous m’adressez ainsi.

 

Album photos de la journée : http://www.flickr.com/photos/francoisfillon/sets/72157630727646948/


 


Etival 230712

 

 

 

Partager cet article

Publié par François Fillon - dans ACTUALITÉ
commenter cet article

commentaires

JM 21/08/2012 16:16


Pour répondre au commentaire:


http://www.blog-fillon.com/article-anne-fillon-109198576-comments-50.html#comment104587896


je puis vous assurer que dans la pratique et dans mon hopital en particulier nous reservons le chambres seules aux patients les plus graves (ou contagieux) nous n'avons que faire des
sollicitations des gens qui ont des droits...


ceux qui profitent du systeme croyez bien qu on les voit "venir".. ca n 'empeche pas de perdre du temps avec eux ou se faire insulter...c 'est  navrant mais c 'est ainsi...


du coté santé il y a bcp d 'economie a faire... a mon boulot les Infirmières et AS etaient à  80%  pour Nicolas SarKOZY elles n ont pas digere les Heures sup refiscalisées... c'etait
bien l un des endroits ou travailler plus et gagner plus était le recompense de metiers, d'efforts quotidien non reconnus  mal payés.

JP 25/07/2012 23:57


juste une petite observation:  s'il y avait moins d 'avocat et juristes dans vos partis politiques on ne s 'en porterait que mieux...les institutions ne font que reprendre des texte de lois
européens ...qui produire plhetores de textes et re=églementations qui font marcher l 'europe sur la tete...


vous allez en effet sur le terrain et nous rabattez sans cesse la valeur travail mais qu'en est il du nombre de representant a  l 'ump qui representent effectivement une profession: il ne
s'agit pas de mettre une député qui a autrefois exercé une profession en complet décalage avec les realitées actuelles mais bien des gens qui ont les mains dedans toute l année...


il faut arrreter de prendre les gens pour des cons: ce sont bien les travailleurs qui paient pour faire fonctionner  l'etat, ils connaissent leur outils de travail et savent souvent tres
bien  ce qu il est necessaire d 'entrependre pour optimiser la production, creer des brevets (trop complexe et cher en France. trop d 'administration...)etc.


 

rouhier aurore 25/07/2012 14:14


vous avez tout mon soutien! merci pour votre visite dans les vosges mais aussi votre proximité avec les militants!

Yu Fung LAM 24/07/2012 22:10


Le dévelopement de la filière bois dépend de l'internationalisation comme implantation en Afrique et le faible coût de la main d'oeuvre. Il faut aussi développer la robotique seul qui permet
d'avoir une compétitivité par rapport à la main d'oeuvre chinoise. Il faut aussi développer la distribution des meubles comme Ikea. Ex. l'internationalisation de Conforama.

Brocker Claude 24/07/2012 15:52


En espérant que votre périple vous conduise également en Alsace, pourquoi pas Strasbourg.

MERCIER Jean-Louis 24/07/2012 13:24


Cher Monsieur Fillon... une question : pour quelle raison certains de nos grands Français ne donnent-ils pas leur "entière identité réelle" ? Durand-Dupont... par exemple... !


Pardon Cher Monsieur... et bon courage !

Mes vidéos

Fil Twitter

Recherche