Ce site n'est plus à jour

Découvrez Fillon2017.fr
29 août 2013 4 29 /08 /août /2013 08:57

Discours prononcé hier dans la Sarthe en ouverture des travaux de la journée de reflexion et d'échanges de Force républicaine.

 

 

 

 

Mes chers amis,

 

Merci de tout cœur d’avoir répondu à mon invitation dans la Sarthe où j’ai mes racines.

Sont réunis ici les parlementaires qui me font l’honneur de leur confiance, les représentants départementaux et les bénévoles qui animent Force Républicaine, mais aussi des invités qui s’intéressent à notre démarche et que je salue avec amitié.

C’est une première pour notre association, et je souhaite qu’à l’avenir nous fassions de ce rendez-vous une tradition annuelle.

 

Je vous retrouve avec une détermination à toute épreuve car plus les mois passent plus je mesure l’intensité des évènements qui nous pressent.

En France, je vois le décalage entre un pouvoir qui se satisfait d’un rien et notre peuple qui se désespère de tout ; en Europe, les grands idéaux qui ont présidé à l’unification de notre continent sont en voie d’extinction ; au-delà de nos frontières, l’Egypte, la Syrie, sont au bord de l’explosion et c’est bien tout l’espace méditerranéen qui est en risque.

L’occident déprime, l’orient s’affronte, et au milieu de tout cela la France cherche ses marques.

En préambule de notre rencontre, je veux dire que notre responsabilité politique est grande.

Les forces de l’amertume et de la protestation traversent nos sociétés.

Notre devoir est d’y répondre avec hauteur de vue et efficacité.

 

J’ai voulu cette rencontre pour plusieurs raisons

 

La première, c’est que depuis l’élection de novembre dernier, beaucoup m’ont fait savoir leur volonté de rester unis dans l’action.

Nous avons engagé une aventure collective qui ne fait que commencer et que j’ai bien l’intention de mener vers son but ultime qui est de réussir l’alternance politique.

Et pour cela, nous avons lancé Force Républicaine qui accueille dès à présent près de 10.000 adhérents et qui est en train de se structurer sur tout le territoire.

A l’automne, tous nos délégués départementaux seront désignés, et je leur demanderai d’aller au contact de tous les Français qui veulent se rassembler pour servir notre pays.

Ils devront concentrer leurs efforts sur les élus locaux, les étudiants et les entrepreneurs qui sont les oubliés du gouvernement. Je leur assigne pour mission de me faire remonter les attentes et les idées du pays.

Puisque le gouvernement est incapable de «décomplexifier la France» par le haut, j’attends notamment du terrain des propositions concrètes pour oxygéner notre société.

 

Qu’est ce qui nous fédère ?

 

D’abord une conception élevée de la République qui défend l’intérêt général et l’unité nationale.  Cette conception de la République n’est en rien démodée lorsque l’on voit s’étendre l’incivisme et la violence, le populisme et l’intégrisme.

Il y a chez les Français une demande d’ordre et d’unité autour d’un destin commun.

Il y a aussi une quête de liberté car la France étouffe sous le poids des réglementations ; une quête d’égalité qui n’est pas l’égalitarisme… et lorsque je vois le succès des JMJ ou encore ces mères de famille qui se mobilisent dans les cités contre la violence, je me dis aussi que la soif de fraternité résiste au poison de l’égoïsme.

 

Ce qui nous fédère, c’est aussi une certaine idée de la Politique faite de lucidité et de courage. Avec vous, je crois à la vertu de la vérité car notre pays ne s’en sortira pas avec des illusions et des demi-mesures.

Je fais mienne la formule de Max Gallo.

"Nous subissons, comme cela s’est produit souvent dans notre Histoire, une crise nationale de longue durée ; c’est-à-dire que sans un effort immense, des initiatives courageuses, des sacrifices… nous sommes condamnés à dériver, à nous effacer, entraînés par d’autres civilisations, celles qui sont déjà aujourd’hui sur le devant de la scène."

 

Les déclarations ronflantes du gouvernement au regard des chiffres du deuxième trimestre sont surréalistes. Le débat n’est pas de savoir si la France atteindra 0,1% de croissance ou – 0,1.

Le débat de fond est de savoir si nous pouvons sortir ou non de la régression qui nous mine depuis un quart de siècle.

C’est possible !

Mais pour cela, il faut une thérapie de choc pour répondre aux mutations structurelles qui caractérisent la réorganisation des rapports de force dans le monde.

J’ai à l’époque parlé de «faillite», je parle aujourd’hui de «déclin»…

Les mots sont forts, impopulaires peut–être, mais nous sommes là pour servir la France, pas pour la séduire avec des mensonges !

 

Le processus de déclin est enclenché depuis plusieurs années, et nous y avons tous notre part de responsabilité, moi compris.

En 2007, avec Nicolas Sarkozy, nous avons conçu un projet de rupture, qui correspondait pour une large part à l'analyse que j'avais faite en 2006 dans l’ouvrage, "La France peut supporter la vérité".

La violence de la crise financière et une divergence sur la nature de cette crise ne nous a pas permis d'aller assez loin dans l'effort de redressement.

 

Est-il nécessaire de faire un séminaire sur le passé pour expliquer avec franchise que nous avons souvent pêché par prudence, par empirisme, par conviction aussi ?

Il ne s’agit pas de faire, le temps d’une réunion, un inventaire.

Ce qui importe, c’est d’incarner une lucidité et une franchise en continu, et c’est de mettre cette attitude au service d’un projet nouveau et percutant.

Nous ne gagnerons pas avec des postures, et il est dangereux de penser que les fautes de la gauche feront les succès de la droite.

 

Ce sont les idées qui guident les victoires et les actes.

 

2017 ne ressemblera pas à 2007, ni à 2012.

Le scepticisme des citoyens à l’égard de la Politique s’est encore accru, la crise économique a amplifié nos handicaps, la paupérisation ronge les classes moyennes.

Bref, le pays est dans une situation d’exaspération et de désillusion qui nous éloigne des jeux partisans classiques.   

Sans rénovation intellectuelle et sans transformation radicale, la France chutera.

Le redressement ne s’improvise pas.

Il faut se réinventer, rénover nos logiciels, il faut écouter, discuter et convaincre les Français. C’est ce que je fais depuis plusieurs mois, hors caméras et loin des micros, car sinon la rencontre perd de son authenticité…

 

Cet été, sur le site de Force Républicaine, plusieurs milliers d’internautes ont réagi à nos 35 propositions. Parmi les sites politiques, le nôtre a été l’un des plus visités.

C’est une bonne entrée en matière, car Force Républicaine à vocation à être un carrefour intellectuel.

Dans les prochaines semaines, plusieurs ateliers thématiques seront mis en place, et l’objectif est de donner à la droite républicaine et le centre, le corpus idéologique qui lui fait défaut.

Ma conviction, c’est que nous devons redonner du sens à l’idée de Progrès. Et cette idée de Progrès doit parallèlement s’accorder avec des valeurs profondes : la famille, l’éducation, le civisme, l’autorité, le travail.

Modernité et traditions : il y a une nouvelle synthèse à trouver.

 

Ceci m’amène à dire que l’UMP, notre famille politique dont Force Républicaine doit être l’un des piliers , doit défendre une ligne politique de rassemblement, conforme d’ailleurs à l’identité de l’UMP qui allie gaullistes, libéraux, centristes et radicaux.

Je ne crois pas à la tactique des coups de barres.

Coup de barre à droite pour séduire les uns ; coup de barre au centre pour ne fâcher personne ; puis coup de barre à gauche pour mystifier les derniers.

Je prends la France comme un bloc, avec des problèmes graves qu’il faut régler vigoureusement, et avec des citoyens qu’il faut éclairer et rassembler sans démagogie.

 

 

 

 

Ce matin, j’ai fixé les objectifs de Force Républicaine et je vous les renouvelle :

 

préparer un projet de redressement national ;

réunir les citoyens de tous bords qui ne se reconnaissent pas  dans les structures partisanes actuelles ;

être avec et pour l’UMP, une force d’appui pour toutes les élections : les municipales, les sénatoriales, les européennes, les régionales. Partout, je m’engagerai avec vous avec trois objectifs en tête : incarner une autre France que celle de François Hollande ; adresser au gouvernement l’avertissement qu’il mérite afin de l’obliger à ouvrir les yeux sur l’insuffisance de sa politique ; endiguer la vague protestataire qui ne mène nulle part.

dois-je enfin préciser, que, parmi nos objectifs, nous aurons pour devoir d’être présents et forts à l’occasion des primaires de 2016 qui seront une révolution démocratique pour notre camp.

 

La seconde raison pour laquelle j’ai voulu cette rencontre,  c’est que l’année s’annonce importante pour notre pays qui est confrontée à des questions brûlantes.

 

D’abord celle de la croissance et du chômage de masse.

Pendant un an, le gouvernement a pris une succession de mauvaises mesures qui ont noyé le moteur économique de la France. Trop d’impôts, trop de dépenses, pas de réformes de fond : ce cocktail a mis notre pays à plat.

François Hollande et son gouvernement ont entonné depuis le début de l’été un chant de victoire. La croissance reviendrait et la baisse du chômage est pour la fin de l’année…

On aimerait croire à cette belle prévision mais elle ne repose sur rien.

Le gouvernement fait le pari d’une reprise mondiale qui entrainera l’économie européenne et la France. Il ne compte que sur les autres, leurs efforts, leur travail, leurs réformes pour apporter des réponses à nos difficultés économiques !

Ce fut le pari de beaucoup de gouvernements depuis vingt-cinq ans mais c’est un pari qui n’a plus guère de chance d’être gagné parce que l’économie française est trop affaiblie pour réagir avec vigueur au vent de l’économie mondiale.

Trop d’impôts, trop de règlements, trop de précaution, trop de dépenses publiques alourdissent le bateau France qui est condamné, si rien n’est fait, à une longue période de croissance faible et de récession alternée.

L’urgence est de stopper la spirale fiscale qui est en train d’étouffer notre économie.

Plus de 50 milliards d’impôts supplémentaires depuis l’arrivée de la Gauche : le seuil d’alerte a été franchi.

Nous ne pouvons pas nous contenter de dire que nous baisserons les impôts en 2017 car il sera trop tard pour beaucoup d’entreprises et beaucoup de Français.

Nous aurons perdu des pans entiers de notre industrie et vu s’accélérer le départ des investisseurs et des jeunes, partis tenter leur chance sous des cieux plus cléments.

Nous devons concentrer tous nos efforts, toute notre force d’opposition pour exiger que pas un centime d’impôts supplémentaires ne soit demandé aux français en 2014.

Opposition parlementaire, mobilisation des forces vives, combat des municipales, toutes nos armes doivent être concentrées sur cette bataille fiscale qui n’est pas partisane mais simplement vitale pour l’économie française.

Pas un centime d’impôts supplémentaires y compris pour financer les retraites !

 

Les retraites : c’est la seule réforme structurelle à l’agenda du gouvernement.

Hélas, durant tout l’été, le Premier Ministre et le gouvernement n’ont cessé de préparer l’opinion au renoncement et à la lâcheté qui ont toujours caractérisé les socialistes sur ce sujet.

Non il n’y aura pas de recul de l’âge de la retraite, pourtant la seule mesure efficace et juste pour financer l’allongement de la durée de la vie.

Non il n’y aura pas, semble-t-il, d’augmentation de la durée de cotisation avant 2020.

Oui la réforme des retraites de François Hollande, comme toutes les réformes depuis le début de son quinquennat se résumera à une augmentation d’impôts !

Si c’est bien le cas, ce sera un désastre : pour le pouvoir d’achat des actifs, pour l’économie, pour les conditions de financement de la dette française.

 

Au cœur de la dépression économique actuelle : il y a la question du chômage qui atteint des pics effrayants.

La vérité, c’est que durant cinq années, nous n’avons pas réussi à rompre avec cette terrible spécificité française qui fait que même en période de croissance, le chômage reste chez nous plus important que chez nos voisins.

La France est-elle condamnée à la stagnation et au chômage de masse ? Ce sera notre premier thème de travail.

 

L’autre question brulante qui taraude notre pays, c’est celle de son unité républicaine.

La crise économique explique beaucoup de choses. Mais pas tout !

Le sentiment d’appartenir à la même nation et la volonté de vivre ensemble sont menacés.

L’insécurité est repartie à la hausse, et la querelle entre le ministre de l’intérieur et la ministre de la justice est consternante.

Le problème, c’est que la voix du Président de la République est inaudible sur les questions de sécurité et de justice, d’immigration et d’intégration.

 

N’en déplaise à la gauche, il faut construire de nouvelles prisons, ressouder le lien entre police et justice et cela ne peut se faire sans une réflexion de fond sur notre politique pénale ; il faut donner à l’éducation la volonté d’assumer un combat frontal contre l’incivisme, la drogue, les replis communautaires ; il faut tenir un langage clair sur l’immigration car compte tenu de sa démographie et de sa situation économique notre pays doit réduire l’immigration au strict minimum; il faut défendre bec et ongles la laïcité qui nous rassemble et protège la liberté de conscience.

Les évènements qui ont eu lieu à Trappes en juillet dernier ne doivent pas être banalisés. Une mini émeute s’est déclenchée pour des motifs liés à la religion, en l’occurrence liés à une interprétation rigoriste et provocante de l’Islam. 

Il y a une sorte de choc des cultures qui gronde et qui est un danger pour la laïcité, pour l’unité française, pour nos concitoyens musulmans eux-mêmes qui sont victimes de ces provocations.

 

Cette situation nous interpelle tous : nous, peuple Français, qui avons trop souvent perdu le sens de la République et du patriotisme sans lequel on ne peut fédérer les différences d’origines et de religions.

Elle interpelle notre façon de conjuguer l’intérêt général et les aspirations particulières car à force de dire « et moi et moi et moi », ou oublie de dire «nous».

Elle interpelle aussi directement la religion musulmane qui, par la force des choses, ne fut pas partie prenante du pacte noué en 1905.

Ce sont des questions qu’il faut regarder en face et en débattre.

Ce sera l’objet  de notre seconde table ronde.

 

Cet après-midi, nous concentrerons nos débats sur les échéances électorales à venir.

Les municipales seront décisives, et je jetterai toutes mes forces dans la bataille. Mais n’oublions pas les sénatoriales qui peuvent nous permettre de changer la donne au Parlement.

Pour toutes ces élections locales, nous devons porter un projet pour nos villes et nos territoires.

Par conservatisme et clientélisme, la gauche a  choisi de conforter le millefeuille français. Après la suppression du conseiller territorial, la question de la décentralisation est à nouveau posée.

J'ai été Maire 18 ans

J'ai présidé tous les niveaux de collectivités, je connais l'engagement des élus locaux si souvent injustement critiqués par ceux qui ne s'engagent jamais ; je connais aussi toutes les faiblesses d'une organisation territoriale lourde et complexe.

Je milite depuis dix ans pour sa simplification, et j’en appelle à un pacte entre l’Etat et les collectivités locales car on ne relancera pas l’économie, on ne réduira pas nos déficits et on n’assurera pas la sécurité de tous si chacun continue de défendre son pré-carré.

La République est un tout, et, à cet égard, les accusations du Ministre de l’Intérieur à l’encontre du maire de Marseille sont puériles.

 

Pour les européennes, chacun pressent que le rendez-vous électoral sera difficile.

Il faudra lutter contre le scepticisme ambiant qui entoure l’Union européenne ; lutter contre le populisme qui prétend qu’en défaisant l’Europe on relancera la France, ce qui est une grande supercherie ; lutter aussi contre la langue de bois qui consiste à sauter sur sa chaise comme un cabri en disant « l’Europe, l’Europe, l’Europe ! ».

Oui la France a besoin de l’Europe, et il faudra le dire avec force, et si possible d’une voix commune entre l’UMP et l’UDI.

Mais il faudra aussi dire que l’Europe ne peut pas continuer à vivre sans direction politique ; sans protection et volonté économiques face à la mondialisation ; sans réflexion concertée sur la politique monétaire ; et j’ajouterai, sans ambition de civilisation car le problème central c’est que l’Europe est devenue une sorte de mécanique froide alors qu’elle devrait être une histoire charnelle entre des puissances millénaires et brillantes qui ont une modèle de vie à défendre. 

J’ai voté contre le traité de Maastricht, et je reste fidèle à l’idée que l’Europe a besoin d’une architecture politique digne de ce nom.

Elle a aussi besoin d’être animée par un patriotisme européen qu’il faut symboliser par des actes forts : des investissements du futur communs, des géants industriels, une défense qui ne soit pas de papier, des pôles universitaires et scientifiques imbriqués, une politique migratoire cohérente qui passe par une refonte des mécanismes de Schengen et une meilleure coopération entre les Etats de l’Union. 

 

**

 

Voilà, mes amis, le cadre de cette journée de travail que je vous propose d’aborder en tout liberté, car c’est l’esprit de Force Républicaine.

 

Vous savez ma conviction : le chemin de la reconquête sera difficile, miné par le doute de nos concitoyens.

Pour retrouver leur confiance, nous avons un travail de crédibilité à accomplir.

Crédibilité dans notre attitude qui doit être solide et digne.

Crédibilité de notre projet qui doit être profondément réfléchi et débattu.

Crédibilité dans notre volonté de rassembler les Français et les convaincre qu’il faut passer à la vitesse supérieure.

 

Nous sommes ici au début d’une marche dont vous connaissez le but : gagner et servir la France.

Maintenant, commençons nos travaux.

Vu l’étendue des sujets, je demande aux orateurs de concentrer leurs propos et d’aller droit vers leurs priorités et leurs propositions.  

 

 

Partager cet article

Publié par François Fillon
commenter cet article

commentaires

André et Maria Michelin 15/09/2013 15:28


Vous n'êtes pas la France des "partis", mais celle des Français dont nous sommes. Continuez.


André et Maria Michelin

laurent 14/09/2013 11:49


A propos d'idées et de la polémique qui plait tant aux journalistes sur le front national :


Je suggérerais d'arrêter de fantasmer sur ce sujet. Il faudrait dire, Monsieur Fillon que le front national n'est pas un sujet de discussion ni de polémique et qu'il vaut mieux se tenir sur le
terrain des idées : donner à choisir entre le repliement sur soi-même (retour au franc, sortie de l'Union, préférence nationale) ou l'Union pour affronter un marché international de plus en plus
difficile. Poser ainsi le problème c'est montrer à quel point les idées du FN ne tiennent pas la route dans le monde d'aujourd'hui. Pas besoin d'évoquer le populisme ringard anti-élites et
xénophobe (c'est détestable mais ce n'est qu'une opinon) ; le seul discours sur la nécessité de l'Union pour pouvoir se développer suffit à discréditer les thèses du FN pour leur dangerosité
absolue.

Mathieu 08/09/2013 22:42


Je vous prie de recevoir tout mon soutien et tous mes encouragements pour vous-même et tous les membres de Force Républicaine.


Mathieu, travailleur social

gaetan 03/09/2013 10:50


 


http://www.lefigaro.fr/conjoncture/2013/09/03/20002-20130903ARTFIG00248-heures-sup-le-gouvernement-ne-s-opposerait-plus-a-la-defiscalisation.php


Le ministre du Travail Michel Sapin ........ «Quand pour une entreprise, c'est moins cher de payer plusieurs salariés en heures supplémentaires que d'embaucher un salarié
supplémentaire, eh bien, elle choisit la facilité, c'est-à-dire le chômage», a-t-il assuré.


....., Bruno Le Roux: «Il faut avoir en tête ce que cela générait au sein des entreprises: quand une entreprise allait bien, elle n'embauchait pas, elle faisait faire des heures
supplémentaires», .........


Le socialisme version française pur sucre.


Rien compris à l'économie, le ministre du travail.


Plus qu'une erreur ou un dogme, c'est une faute grave qui vaudrait à un cadre salarié d'une entreprise d'être mis à la porte, tellement c'est une ineptie flagrante. Un tel discours dans la bouche
d'un ministre du travail, dépositaire du pouvoir exécutif concernant le cout du travail, c'est vraiment dangereux tellement c'est faux.


Hé patates, quand une entreprise a un sucroit d'activité stratégique, ce n'est pas 1 % 10 % ou 12,5 %, c'est 30 % sur un an et elle embauche. Cela sert à cela les plannings, bande de gros malins.


Par contre, augmenter le temps de travail, c'est diminuer ses couts fixes relativement au chiuffre d'affaire qu'elle a et c'est lui amener de la souplesse lorsqu'elle a 5 ou 10 % de plus
d'activité.


Souvent, quand je parle à mes interlocuteurs, je leur parle de leur maison ou de leur jardin où ils bricolent, améliorent et je leur demande si pour finir une tâche, acheter un outillage, ils
raisonnent en résultat ou en heures de travail le week end. Pourquoi personne ne veut comprendre qu'une entreprise particulièrement une petite, ce n'est ni plus ni moins la même chose ?


Décidément, depuis 30 ans, nos gouvernants ne comprennent rien à l'entreprise et au marché. Tout juste un vague zéphir qui les effleure de temps en temps quand il faut s'intéresser au chomage.


Désespérant. Vraiment triste de voir que nous sommes seuls à nous battre contre le reste de l'économie mondiale. Aujourd'hui, il vaut mieux utiliser tous les dispositifs fiscaux et acheter des
entreprises munies d'équipements qui tournent tout seuls plutôt que d'embaucher des salariés. Voilà le résultat de 30 ans de dévalorisation du travail dans les actes au milieu de discours qui
disent insidieusement le contraire.


Qu'ils viennent donc dans l'entreprise, ces théoriciens de Bercy et de Grenelle, tous les jours, je leur montre concrètement des cas où ils prendront la même décision que moi et qui sera aux
antipodes de leur dogme socialiste.


 


Jamais Pasteur, Joliot Curie, et Eiffel ne pourrait inventer aujourd'hui la moitié de ce qu'ils ont donné à notre pays avec ces chapes de plomb collectivistes socialistes.


Tous ces dogmes agrémentés de valse hésitation, de moitié de décision, et de réformettes de comptoir, va se payer cash et très cher dans les urnes.


La seule question qui se pose si vous avez réellement un projet pour notre pays est : "comment changer les esprits de notre pays durablement ?" Comment parvenir comme les tories anglais de Mme
Thatcher dont les pas ont été emboités par le new labour de Tony Blair et les think tanks de Ronald Reagan à influencer de manière durable la pensée poliique de notre pays ?


J'ai peur qu'un jour la peste brune bouleverse notre pays tel un balancier du ras le bol.

jeandat 02/09/2013 10:04


n'oubliez pas de vous entourer de messieurs Lemaire et Wauqiez qui vous sont indispensables par leursenergies et leurs idées

Yves Leclercq 31/08/2013 12:09


Je soutiens votre combat depuis son début, et rien ne me fait douter de l'homme qui porte les idées. Car il est facile d'avoir des idées, un peu moins de les faire admettre "pleines et entières".


Je partage vos doutes sur la décentralisation. Les phénomènes météorologiques exceptionnels révèlent le manque de réactivité des services décentralisés, sans doute par la même défaillance de ceux
qui les dirigent....avec démagogie. Dans une ville moyenne proche de chez moi, lors de l'épisode neigeux de l'hiver 2012-2013, le maire, socialiste, a mis en congé intempéries tout le personnel
de voirie. Les habitants se sont débrouillés!


Il y aura peut être à accomplir une révision de la décentralistion, de restaurer l'autorité traditionnelle de l'État. Seule la droit pourra le faire.

Rivet 30/08/2013 11:13


Enfin quelqu'un qui fait l'effort d'etre pertinent et qui sera compétent le moment venu.


Il y a longtemps que cela n'est pas arrivé...


Faisons donc confiance à cet homme de bon sens , son analyse et les solutions proposées sont nettes et courageuses.


Le chemin sera long s'il accepte de l'aide (concrète) je serai heureux de marcher à ses côtés.

SVL 30/08/2013 00:06


Monsieur le premier ministre;


Je ne me suis pas trompé !!!!!!! Vous êtes l'homme politique le plus lucide sur la situation actuelle de notre pays. Faites vous entendre des médias !  Allez-y ! foncez ! la France entière
doit non seulement vous entendre mais vous écouter car vous êtes crédible car vous parler vrai reconnaissant que tout n'a pas été positif. Militant UMP. je demeure plus que jamais à votre
service.


 ! 

lecanu 29/08/2013 15:58


bonjour m fillon


un discours lucide combien de français vont vous écouter


 énormément j espére  et encore plus en 2016 et 2017


respectueusement


 

gaetan 29/08/2013 15:30


http://www.lefigaro.fr/flash-eco/2013/08/29/97002-20130829FILWWW00276-retraites-1000-par-trimestre-aux-jeunes.php


 


SI je résume. Pour les jeunes, on leur offre la possibilité de racheter des trimestres pour les années où ils n'ont pas travaillé et qui vont leur manquer.


Puis pour les trop usés, on ouvre un compte pénibilité qui permettra de partir plus tôt à la retraite.


 


Il y a un truc que les socialistes n'ont pas compris. C'est que la retraite n'est pas la timbale dorée que l'on cherche à attraper pour ne plus avoir à travailler tout en touchant le même salaire
ou approx.


La retraite du travail, la pension, c'est tout simplement un acte de solidarité des actifs qui disent aux plus vieux, "je prends une partie de mes revenus pour financer la vie de tes vieux jours
car une société où un jeune qui ne prendrait pas soin de ses ainés dans le besoin serait une société sans avenir"


Une partie de mes revenus. Cela signifie que le jeune en question ait assez de revenus.


La solidarité va dans les deux sens. Il faut donc ne pas tuer opu plutôt étouffer la poule aux oeufs d'or. Ce n'est pas une corne d'abondance. Cela veut dire que les actifs en forme doivent
continuer à faire tourner la machine et ne pas chercher à aller au plus vite à la retraite.

Yvon GUEZENOC 29/08/2013 12:34


Bravo François Fillon pour cet excellent discours. J'adhère entièrement je vous soutiens depuis de nombreuses années .

Bernard Lacasasgne 29/08/2013 12:27


Mr le 1er Ministre,


J'adhére a votre analyse, la France a besoin de sortir de sa peur, de son immobilisme.


Vous étes au début d'une longue marche, ne baissez pas les bras.  


 


 


 

ruguet annie 29/08/2013 11:07


M. le 1er MINISTRE


Accompagnatrice hier à ROUEZ de la sénatrice de Maine et Loire Catherine DEROCHE j'ai participé à cette journée


Je vous remercie sincèrement pour m'avoir rédonné espoir dans la vraie politique


qui n'est pas celle des aboyeurs médiatiques


l'UMP a raté l'occasion d'avoir un homme d Etat pour la conduire mais ce n'est pas plus mal car vous avez ainsi la possibilité de votre liberté de paroles et d'actes


Avec tout mon respect


AR

WANTELLET 29/08/2013 10:54


J'adhère à donf! Bravo pour ce discours lucide, rassurant qui donne envie de vous soutenir dans vos actions Monsieur Fillon.

Mes vidéos

Fil Twitter

Recherche