Ce site n'est plus à jour

Découvrez Fillon2017.fr
5 mars 2012 1 05 /03 /mars /2012 14:02

 


 

 

Depuis le début de la campagne, il y a un doute qui s’installe dans l’esprit des Français sur une question : est-ce que François HOLLANDE peut gouverner le pays ? Est-ce qu’il en a les capacités et le caractère ? Cette question ne se pose pas pour Nicolas SARKOZY. Il y a des gens qui aiment le président de la République, il y a des gens qui ne l’aiment pas. Il y a des gens qui n’aiment pas son style mais personne ne se pose la question de savoir s’il est capable de gouverner le pays dans une période qui est une période extrêmement difficile.

 

Quand on change en permanence de point de vue sur tous les sujets, qu’on annonce des choses qu’on sait qu’on ne fera pas sur le nucléaire, sur les retraites – quand on dit aux Français qu’on peut cotiser beaucoup plus longtemps mais maintenir la retraite à soixante ans ; chacun a compris juste que c’est impossible. Le dernier exemple en date, c’est la participation de la France à l’OTAN. François HOLLANDE était l’orateur du groupe socialiste pour porter une motion de censure contre mon gouvernement parce que nous avions décidé de rentrer complètement dans l’organisation de l’Atlantique nord ; il explique aujourd'hui que finalement ce n’est pas si mal et qu’on n’en sortira pas. Où est le caractère pour diriger notre pays ?

Partager cet article

Publié par François Fillon - dans INTERVIEWS
commenter cet article

commentaires

Hesault Jacques 13/03/2012 18:06


J'avance et je recule, je dis et je défais, je fais de l'opposition systématique contre le gouvernement actuel sans regarder si telle ou telle action a un sens positif,  telles sont
"les valeurs incarnés" par François Hollande candidat à l'élection présidentielle.


Est-ce en cela des capacités pour gouverner ? 


Non ! je ne puis croire en un tel personnage, ainsi je prend cette ferme décision de soutenir Nicola Sarkosy, non seulement vis à vis de la présidentielle mais aussi pour les législatives
(il ne faut pas les oublier même si masquées par la présidentielle) où la candidate representant L'UMP sur le périgord vert aura tout mon soutien. Ce ne sera peut être qu'une toute petite goutte
d'eau mais ce sont les gouttes d'eau qui font des océans.

MARIANE 12/03/2012 12:45


HOLLANDE commence à prendre des risques dit par son fils THOMAS


Ca fait peur d'avoir HOLLANDE comme Pésident :


LE FIGARO DE DE .JOUR


Interrogé sur les critiques sur le manque de charisme de son père, Thomas Hollande réplique : "Depuis le meeting du Bourget, les gens le regardent différemment. Il
a réussi à faire taire les doutes, y compris au sein du PS, sur son absence de stature présidentielle. Le François Hollande d’il y a trois mois n’est plus le François Hollande d’aujourd’hui. Il a
effectué un travail sur lui-même, sur sa façon de s’exprimer. Ce travail de présidentialisation a été réussi". " Je ne suis pas inquiet : le candidat commence à prendre des risques sur le fond",
analyse celui qui oeuvre au sein de l'équipe web du candidat socialiste.


 

Leray Claude 12/03/2012 10:10


Bravo Monsieur le Premier ministre, votre discours à Villepinte était dense, mobilisateur. J'espère qu'il pourra être entendu par un maximum de français.


Merci pour l'ensemble de votre action.

Philippe Besseyre 10/03/2012 19:10


QUI SUIS JE ?

Mon père était un riche bourgeois ( Médecin ORL, propriétaire de Cliniques ) et il militait à l’extrême droite aux côtés de Maître
Tixier-Vignancourt et pour l’OAS.
J’ai passé mon enfance à Bois-Guillaume,ville très résidentielle ( sur
les hauteurs de Rouen) où habitent les "riches normands".
Je fus élève chez les « bourges du privé », que je critique constamment, à « St Jean-Baptiste de la Salle à Rouen ».
Puis j’ai continué mes études dans la commune des aristocrates et des grands-bourgeois : à NEUILLY où mes parents avaient acheté une superbe propriété.
Dans les années 70, sortant de l’ENA qui a pourtant coûté très cher,je sens que la droite va perdre et que Mitterrand est sur la pente ascendante, pour assurer mon avenir je choisis alors de
rejoindre le
PS.
Je n’ai jamais dirigé une grande ville.
Je n’ai jamais dirigé une grande région.
Je n’ai jamais été ministre et j'ajouterai que je ne paye pas d'impôts sur la fortune, ISF !!!! .


Je ne déjeune pas au Fouquet's mais je vais dans un endroit encore plus chic où j'ai fêté ma récente victoire aux primaires
et où dernièrement j'ai été l'invité d'un assez pauvre, Pierre BERGE (attention les notes sont salées, encore supérieures à celles du FOUQUET'S - Ma cantine , c'est chez LAURENT


Alors ? Qui suis-je, au juste ????


Je m’appelle François HOLLANDE


Allez-vous voter pour moi ?


Je n’ai pas de véritable programme mais je parle bien.
J'envisage d'augmenter de 45 milliards d'euros les impôts et taxes en tout genre car c'est plus facile que de diminuer le nombre de fonctionnaires, je souhaite d'ailleurs en embaucher 65.000 ...
Ce qui coûtera 100 milliards à la FRANCE !!!


Vive la France et les vaches à lait de contribuables que vous êtes !...
Je n’aime pas les riches qui gagnent plus de 4000 euros par mois mais j'en gagne 7,5 fois plus avec mes 30.387 € par mois !!!
Donc plus que le Président de la République que j'accuse d'être proche des riches ...

MARIANE 08/03/2012 08:30











 




Foot : Hollande prudent sur la taxe à 75% des joueurs



 



 


 


Alors que le monde du football adresse un carton rouge à sa proposition de taxer à 75% les très riches, le candidat socialiste atténue sa position en évoquant un «mécanisme de
lissage». Laurent Fabius, lui, parle de mesures temporaires.





François Hollande, qui a annoncé récemment qu'il taxerait à 75% la tranche des revenus
supérieurs à un million d'euros, fait marche arrière, alors que le monde du foot présage l'exode des joueurs. «Ce serait la mort du foot français»,
«cela coûterait un milliard d'euros au foot français», «on perdrait tous les droits télé», «cela entrainerait la rétrogradation de la Ligue 1 française en deuxième division
européenne», etc.


Le candidat socialiste, lui-même fan de football, ne s'attendait sûrement pas à ce que sa proposition faite il y a une semaine , qui concerne un nombre de Français «symbolique»,
annonce la fin du sport préféré des Français. Lui qui visait avant tout les grosses têtes dirigeantes du pays et notamment ceux dont les rémunérations «n'ont pas de rapport avec le
talent, l'intelligence ou l'effort». Et qui vantait un «acte patriotique» que «d'accepter de payer un impôt supplémentaire pour redresser le pays».





Désolé, cette vidéo n'est pas disponible sur votre appareil.
 


 


Lisser l'imposition des footballeurs


C'est ainsi que François Hollande, ce mercredi matin sur les ondes d' Europe 1 , a rétrogradé: «Il faudrait trouver des
mécanismes de lissage pour l'imposition sur le revenu», a-t-il suggéré, précisant que ce lissage existait déjà pour les revenus exceptionnels. Toutefois, il s'agit d'un «mécanisme
fiscal encadré qui permet, quand surviennent des pics de revenus exceptionnels qui ne sont pas liés à l'exercice normal de son activité, de les étaler pour ne pas glisser trop vite
dans une tranche supérieure d'impôts», explique Valérie Harnois-Mussard, avocat fiscaliste chez Fidal. Autrement dit, cela concerne les indemnités de licenciement, ou des primes de
mobilités exceptionnelles. «Les footballeurs ne rentrent pas dans ce cadre là. Et ces sportifs sont à de tels niveaux de rémunération qu'un tel lissage serait minime», poursuit-elle,
notant qu'une taxe sur les très hauts revenus (plus de 250.000 euros pour un contribuable célibataire, et plus de 500.000 euros pour un couple marié) de 3 à 4% en plus du taux
d'imposition à 41% existait déjà.


Autre nuance, apportée cette fois par Laurent Fabius, à
l'antenne de RMC et BFM TV : «Nous sommes dans une période exceptionnelle (...) et il est légitime que ceux qui ont la chance d'avoir des très très hauts revenus paient
une taxe exceptionnelle», laissant entendre le caractère temporaire d'une telle mesure. Valérie Harnois-Mussard note à ce propos qu'en matière de fiscalité, des mesures annoncées
temporaires ont été bien souvent pérennisées.






MARIANE 07/03/2012 14:13


Apparemment le point que redoute M. HOLLANDE est de devoir parler de sa compagne salariée du groupe BOLLORE.


Il suffit de lire les commentaires ce jour sur RTL et LE FIGARO


A EXPLOITER au maximum


 


 

TN Pas Cher 07/03/2012 12:27


C'est avec cette technologie qu'apparait à partir du 19e siècle, d'abord le capitalisme puis ensuite la classe moyenne par les mécanismes de redistribution tels que socialisme, impot sur le
revenu.

Ryu930 06/03/2012 19:40


Non, mais d'où François Fillon se permet de remettre en cause le rîte Hallal, C'est un rite religieux, il n'a pas à y toucher à moins de se mettre la moitié de la france sur le dos soit une
moitié qui est étrangère voire Arabe! Il ne peut pas s'occuper plutôt de problèmes plus urgents?! 

MARIANE 06/03/2012 19:08


La gauche peut voter un régime pour le sénat avec tous les mandats qu'ils ont à coté : exemple REBSAMEN 2éme PS
François Rebsamen ex-administrateur de DEXIA Crédit local de France
Administrateur à l'Agence nationale pour la rénovation urbaine
Président du Conseil d'administration du Crédit Municipal
Sous-préfet hors cadre, conseiller territorial
Président du Grand Dijon
Sénateur de Côte d'Or,
Maire de Dijon
Associé SCI
Pour savoir pourquoi il est ex-administrateur DEXIA
http://www.fil-info-france.com/francois,rebsamen,dexia.htm

gaetan 06/03/2012 16:43


Evidemment, qu'il n'a pas les capacités d'être Président. Son surnom, c'est Flanby ou culbuto. Il change d'avis comme de chemise, c'est le seul homme en France capable de faire la synthèse sur
des thèmes incompatibles ou d'être d'accord avec tout le monde.


Mais, ce genre de débat n'a jamais empêché un quidam de devenir Président de la République.


En 1981, les socialistes avaient pour slogan "Changer la vie", et malgré le discours de VGE sur le thème "ce gars n'a pas l'étoffe d'un président", F. Miterrand est devenu Président de la
République et pour deux mandats encore.


Alors, je me demande s'il faut jouer sans cette cour.

gilles 06/03/2012 16:33


Allez vous dire la vérité aux français ?


L'essentiel n'est pas dans le halal, la parité, l'imposition à 75 %, le référendum populaire. Allez au coeur de notre civilisation occidentale, celle de de l'énergie et des matières premières, de
la création de richesse et de la classe moyenne depuis 200 ans. C'est là que se joue l'élection et pas ailleurs. Tout le reste n'est que chamailleries gauloises et ligne Maginot.


A partir de 1800, un seau de charbon produit autant d'énergie que dix hommes au travail pendant une journée grâce à la machine à vapeur. C'est entre le cout


C'est avec cette technologie qu'apparait à partir du 19e siècle, d'abord le capitalisme puis ensuite la classe moyenne par les mécanismes de redistribution tels que socialisme, impot sur le
revenu.


A partir de là, il y a les pays qui décollent car ils maitrisent cette technologie (la France, l'Angleterre, l'Allemagne et les USA) et ceux qui ne l'ont pas (Empire Ottoman, Chine) et en sont
restés à la charrette et l'énergie des bras. C'est la 1e révolution industrielle


Par ricochets, les pays qui l'ont, vont exploiter les matières premières peu demandées car inutiles à ceux qui n'ont pas d'industrie et développer d'abord un système de comptoir puis un système
colonial.


A partir du 20e siècle, apparait ensuite, le pétrole et le motheur thermique. Avec un seau de pétrole, cette fois, c'est l'énergie et le travail de plus de 1000 hommes pendant 1 journée qu'on
obtient. Une corne d'abondance de richesse.


C'est la 2e révolution industrielle qui prend sa maturité à partir des années 50. une énergie disponible en grande quantité, quasiment à volonté avec beaucoup de dérivés (l'électricité ...). La
classe moyenne se développe jusqu'à devenir majoritaire et chaque innovation accélère le niveau de vie, le confort et la richesse individuelle de cette classe à un tel point que ce mode de vie
semble être éternel.


Quelques accrocs avec l'augmentation brutale du prix du pétrole en 1973 puis 77 viennent secouer un peu le modèle, mais les années Reagan avec le contre choc pétrolier viennent relancer le
modèle, parallèlement, la productivité et les innovations viennent compenser les pertes même si une part de la population non formée reste au bord de la route.


Arrive ensuite les années 2000, et les pays précédemment sous développés prennent la 2e revolution en marche ce qui raréfie les énergies.


En 2008, ce ne sont pas les subprimes qui ont arrêté ce modèle économique, c'est un prix du baril à 150 $, vidangeant net les économies des classes moyennes qui se retrouvent sans travail.


A 150 $ le baril, le mode de vie occidental s'écroule. Entre une énergie, des matières premières qui augmentent et des prix de vente fixes, se trouvent nos salaires de classe moyenne. 2012 voit
le baril revenir au delà de 120 $.
Pas besoin d'être prix nobel d'économie pour se rendre compte que le chomage va exploser durablement et que pour un même niveau de vie, il va falloir travailler plus ou pour un même travail,
récolter moins de richesse. Alors, on taxe à la socialiste et on fait du chomage, ou on augmente les horaires pour un même salaire à la capitaliste ?


C'est le coeur des dix ans qui viennent, toute le reste n'est que manoeuvres dilatoires et personne n'en parle.


Allez vous dire la vérité aux français ?

Jean-Jacques 06/03/2012 15:27


Tout à fait d'accord avec votre déclaration d'hier sur les viandes hallal et casher ainsi que sur  les traditions religieuses.

MARIANE 06/03/2012 09:49


Il faut que SARKOZY parle de ce qu'il a fait et parler des affaires des hommes politiques du NORD, du SUD.


 


réforme de la justice, peine plancher, peine de sureté plus dures,



réforme des universités


réforme des impôts (regroupement des centres d'impot et des trésorerie)


réforme de l'ANPE


R.S.A. avec HIRSH


heures supplémentaires défiscalisées pour les travailleurs


contrat auto-entrepreneur


augmentation de 25 % de l'Allocation adulte handicapé


augmentation de 25 % du minimum vieillesse


etc..........


 


Il faut qu'il se défende sur l'image qu'on lui a mise, mais quand même quand on voit samedi embrassait REMBASEM , 2ème du PS, à la fin de son discours alors qu'il a sur le dos
et pas plus tard qu'en 2011 l'affaire DEXIA


 


FRANCE - BELGIQUE -
DEXIA - CRISE - 9,5 milliards de dollars d'actifs toxiques liés à l'immobilier américain et une commission d'enquête parlementaire à l'Assemblée
nationale : Mis en demeure par la Commission européenne de céder ses actifs pour éviter la
faillite, le groupe franco-belge Dexia vient d'annoncer que l'accélération de son programme de cessions d'actifs aurait un impact négatif de 3,6 milliards d'euros au deuxième trimestre 2011.
"Le titre bondit de plus de 8 %" en bourse, annonce le quotidien économique "Les Echos". C'est en pleine crise financière que François Rebsamen (photo), alors numéro 2 du Parti socialiste, administrateur Dexia
Crédit Local, filiale à 100 % de Dexia, "quittait le navire" épinglé par le Canard enchaîné qui révélait un bonus annuel de 20 000,00 euros soit 44 fois le revenu minimum d'insertion. Mais si
l'administrateur François Rebsamen, accusé d'avoir "joué avec l'argent du contribuable" dans le plus grand secret, a quitté Dexia Crédit Local, les collectivités ont dû faire face à des
emprunts spéculatifs à taux variables, qualifiés de "toxiques", anéantissant des projets entiers de collèges, de lycées ou autres établissements publics. Certains élus de tous bords politiques
avaient même parlé "d'arnaques


http://www.fil-info-france.com/francois,rebsamen,dexia.htm



 

frederique 05/03/2012 19:48


Monsieur,


si l'enjeux n'était pas si important, je trouverais tout ce cirque tres drole entre les mesurettes et les promesses qui ne seront pas tenues ( l'experience nous l'a prouvé) malheureusement je
pense qu'actuellement nous devrions plus pleurer que rire, car nous sommes dans un gouffre et ne sommes pas prets d'en sortir avec le choix qui s'offre à nous...


Je mettrai un cierge à l'église du coin de la rue en esperant que cela nous sauve.


FP

Véronique Archer 05/03/2012 18:28


Monsieur le Premier ministre,


Ce qui est chaque jour un peu plus inquiétant dans la campagne que mène Monsieur Hollande, c'est qu'il promet tout et son contraire, change d'avis et de stratégie sur tous les sujets ou presque,
prétend ne pas se préoccuper des "polémiques" certes aussi exaspérantes que lassantes mais ne peut néanmoins s'empêcher de répondre à chacune d'elles à l'occasion de chacun de ses meetings. La
France a pourtant d'autres urgences, me semble-t-il, avec ses millions de chômeurs ... sans parler des millions de Français qui se tuent la santé à travailler pour gagner une misère et dont
pratiquement personne ne parle !


Mais plus grave encore, la campagne de François Hollande, c'est la campagne du Mépris absolu, celui qui consiste à imaginer que les Français ne seraient pas suffisamment instruits et/ou
intelligents (les deux ne sont pas forcément liés, hélas) pour se rendre rapidement compte que nombre de ses propositions sont économiquement et budgétairement parlant tout simplement
irréalisables. Bref, pour parler avec ma franchise habituelle qui méconnaît contours et détours, le candidat Monsieur Hollande prend les Français pour des abrutis prêts à avaler n'importe quelle
salade.


Moi, Monsieur le Premier ministre, je me méfie beaucoup d'un candidat à la magistrature suprême, homme ou femme du reste, en l'occurrence de Monsieur Hollande, à ce point si sûr de lui qu'il se
convaincrait d'ores-et-déjà que notre magnifique nation ne serait forte que d'un peu plus de soixante millions d'âmes creuses au point de boire ses paroles comme on boirait un tout petit chocolat
bien sucré.


Monsieur Hollande ne connaît strictement rien à la France qui a besoin d'un peu de temps. Et s'il ne connaît rien à la France, c'est avant tout parce qu'il ne saisit pas ce que signifient les
racines profondément européennes de cette terre que moi, personnellement, je porte si fort dans mon sang et dans mon coeur. Ses racines européennes et bien au-delà en vérité car la France ne doit
jamais oublier la vocation universaliste de son message humaniste. J'espère qu'elle ne l'a pas oublié, ce message humaniste.


Cordialement,


Mademoiselle Véronique Archer

Jean charles Brosse 05/03/2012 15:36


Monsieur Le Premier Ministre, 


 


Je suis profondement concerne par l aptitude a ce poste de President. Vis a vis des sondages a l'election Presidentielle et des journalistes qui promotionne ces idees en vrac et sans logique. Je
me crois dans un mauvais reves. 


Est ce que les Francais n'ont plus tous leurs sens ?


Sarkozy ne peut pas plaire a tout le monde mais Il faudrait apprecier  le vote utile pour nos generations souvent pris en hotage pour faire du clientelisme ? 


pour en finir, N'est il pas condannable la mauvaise gestion et les formes d'abus d' un gouvernemant a ne pas preserver l'interet du peuple francais et de la Republique ? (Francois Hollande par
example)


 


Jean charles Brosse

brigitte Petit 05/03/2012 15:02


Je suis absolument sûre qu'il ne sera pas capable de gouverner mais , ce qui est pire , il se laissera "envahir" par ses copains socialistes qui ne feront que l'influencer , il ne pourra pas
gouverner lui-même , il n'a pas l'étoffe d'un meneur !!!


Son effet d'annonce de taxation à hauteur de 1 million d'euros a été lancé "par erreur" il en est même arrivé ce jour là à parler de 1 million d'euros par mois puis s'est repris : un million
d'euros par an !!!Maintenant j'entends comme aujourd'hui que seuls les dépassements de un million d'euros seraient imposés , on nous prend vraiment pour des imbéciles . Courage , Monsieur le
Premier Ministre .

Anton-Perret Marie-Jeanne 05/03/2012 14:30


Monsieur, le Premier Ministre,


Comme aux autres partis et candidatsj je vous fais part de quelques unes de mes réflexions. Je suis tout simplement une citoyenne, effrayée, inquiète, contrariée etc... par les tournants que
prend notre société et notre pays depuis de nombreuses années. Aujourd'hui j'ose les dire.


Je rajouterai, concernant votre parti, au cas où Monsieur Sarkosi serait réélu Président, qu'il serait urgent et indispensable qu'il s'entoure d'autres personnes que Messieurs Guéant, Hortefeux
ceux de même style et à renouveler, et rajeunir les représentants. Les autres partis ont eux aussi a mettre sur la touche certaines de leurs têtes en vue.


Respectueusement,


 


"Nos prétendants et leurs entourages politiques
directs


 


            Le spectacle commencé depuis déjà quelques mois se
poursuit !


            Quel niveau !


            Aucune décence quant aux contenus des interventions. Aucune
compétence d’orateur.


            Orateur qui devrait parler pour être entendu, compris. Orateur qui
devrait être respectueux de son auditoire en parlant correctement français (construction des phrases et utilisation d’une bonne grammaire et d’un bon vocabulaire).


            Contrairement aux références faites en permanence par les
« politiques » et les journalistes, des élections présidentielles et autres, ne sont pas des spectacles artistiques, sportifs ou de duels.


            Faire de la Politique, au sens noble du terme, n’est pas un jeu
mais un choix de mettre ses compétences au service d’un territoire, qu’il soit municipal ou national. Sans pour autant être nécessairement altruiste.


 


Jean-Paul Delevoy nous dit :


 


-        « … Restaurer la politique
renouant avec une certaine éthique… »


-        « La frontière n’est plus
entre la droite et la gauche mais entre ceux qui récusent ou non la mondialisation »


-        Nous sommes dans « une
démocratie d’émotions et non une démocratie de convictions » (ceci concerne entre autre tous les politiques à quelque parti qu’il adhère)


-        « … Quand on n’a plus le
champ des espérances on exploite le champ des peurs et des humiliations »


-         « Nous ne pourrons pas
reconstruire une responsabilité collective sur des irresponsabilités individuelles. Le politique est face à un défi lourd, puisqu’on lui demande de changer les comportements. Cela ne pourra se
faire avec des politiques publiques fondées sur des modèles cartésiens : nous devons impérativement intégrer les ressorts psychologiques et sociologiques qui fondent notre société pour être
à nouveau maîtres de notre destin. Si nous ne le faisons pas, d’autres le feront bientôt à notre place !  »


 


Est-ce que nos politiques (la majorité d’entre elles et eux) se décideront enfin à se comporter comme des adultes responsables et à
considérer les électrices et électeurs comme des adultes responsables et sains d’esprit ?


Laquelle ou lequel parlera des questions internationales telles que les famines, les sécheresses, le désir des peuples dit émergents
ou en voie de développement, leur désir légitime d’accéder à une réelle démocratie chez eux, à un niveau de vie décent et, donc des conséquences que cela aura obligatoirement sur nos sociétés que
nous le voulions ou non ?


 


J’ai bien peur que ce ne soit pas encore pour cette fois !!!"


 


Marie-Jeanne Anton-Perret, le 17 février 2012


 

Mes vidéos

Fil Twitter

Recherche