Ce site n'est plus à jour

Découvrez Fillon2017.fr
24 septembre 2014 3 24 /09 /septembre /2014 15:17

Discours prononcé cet après-midi lors du débat devant le Parlement sur l'engagement des forces armées françaises en Irak.

 

 

 

 

 

Monsieur le Président

Monsieur le Premier ministre, mes chers collègues,


Avec plusieurs membres du groupe UMP, je me suis rendu au début du mois en Irak pour témoigner de notre solidarité aux Chrétiens d’Orient.

Ils sont là depuis 2000 ans, témoins d’une très longue histoire qui vit peut être ses derniers jours.

Aujourd’hui, ils n’ont pour choix que la fuite ou la mort et ils voient dans la France, la nation protectrice qu’ils appellent à la rescousse.

Dans les camps de réfugiés, j’ai écouté les témoignages.

A cinq heures d’avion de Paris, on tue, on viole, on torture, on vend des femmes sur les marchés, on détruit des églises, on dynamite des mosquées séculaires. Des milliers de morts, près de deux millions de personnes déplacées.

Les fanatiques de l’EIIL ne forment pas une organisation terroriste comme nous avons pu en affronter autrefois.

Cette organisation ne vit pas dans l’ombre, elle a pris le pouvoir sur des provinces et des villes.

Elle a des moyens financiers avec les revenus tirés de la vente de pétrole.

Elle a une assise territoriale, qu’elle veut étendre en bousculant les frontières fragiles du Moyen Orient.

Elle détient de puissants moyens militaires tirés du chaos irakien.

Elle a une connaissance intime de nos sociétés et de nos points de vulnérabilité.

Elle s’appuie sur des groupes vassaux qui nous défient directement, comme en Algérie où l’un de nos compatriotes est menacé d’exécution.

Tout doit être entrepris pour sauver Hervé Gourdel vers lequel vont à cet instant toutes nos pensées, mais nous ne pouvons pas céder aux ravisseurs.


Dans son histoire, la France a souvent été exposée au terrorisme.

Dans chaque cas, ce terrorisme prenait la forme d’un chantage macabre, mais il y avait cependant toujours présent l’idée d’une revendication, d’une négociation.

Avec l’Etat islamique nous avons changé de monde.

On ne négocie pas, on tue.

On ne cherche pas à sauver sa propre vie, on souhaite la mort, dans un combat salvateur contre un monde prétendu décadent : «l’Occident infidèle» bien sûr, mais aussi les «mauvais» Musulmans, jusqu’à ce que le califat règne sur la terre et impose à tous sa lecture de la Charia.

Refuser d’intervenir ? Ce serait assurer, aux portes de la Méditerranée, l’instauration d’un Etat fanatique ; ce serait être complice d’un crime contre toutes les valeurs de l’humanité.

Lorsque l’essentiel est en jeu, c’est-à-dire la liberté et la démocratie, lorsque la sécurité des Français est directement menacée, l’opposition ne se dérobe pas.


Aujourd’hui, il n’y a pas la droite, il n’y a pas le centre, il n’y a pas la gauche… Il y a la République debout !

Face au terrorisme, le groupe UMP ne tergiverse pas : il est pour l’action et pour l’unité nationale.

Nos armées peuvent compter sur notre soutien pour porter des coups décisifs à la capacité offensive de l’EIIL et appuyer tous ceux qui, sur le terrain, se battent pour faire reculer les djihadistes.

 

Mais ce moment d’unité nationale doit aussi être un moment de transparence.

On ne part pas en guerre les yeux fermés : pour cela, j’invite le gouvernement à clarifier sa position sur des points décisifs.

Nous sommes engagés dans une coalition internationale. 29 pays où organisations se sont réunies à Paris pour répondre à l’appel de la France.

Mais qu’en est-il aujourd’hui de cette coalition ?

Seuls la France et les Etats-Unis sont réellement engagés dans la bataille. Où est l’Europe ?

Lundi, vous étiez, Monsieur le Premier ministre, en Allemagne. Avez-vous reçu l’assurance d’un renforcement du soutien allemand et d’une participation à la coalition sur un plan autre qu’humanitaire?

De même, où est l’Italie, pays lui aussi très sensible à la cause des chrétiens d’Orient ?

Il faut intensifier la mobilisation diplomatique et battre le rappel.

L’action de la France répond à une demande formelle des autorités irakiennes mais cela ne nous dispense pas de passer par le conseil de sécurité des Nations Unies.

La résolution 2170 ne prévoit pas de recours à la force.

Il faut une nouvelle résolution. Sans elle, la coalition pourrait n’être internationale que de façade.

Il faut le faire maintenant, alors que les chefs d’Etat sont réunis, à New York, et que le Conseil de sécurité doit adopter ce soir une déclaration sur les filières djihadistes.

Malgré les blocages sur la Syrie de l’année 2013, ne nous laissons pas entraîner, dans le dépit et le contournement du Conseil de sécurité pour éviter la Chine et la Russie.

La lutte contre l’EIIL constitue une occasion pour renouer à l’ONU avec ces deux puissances qu’il faut réintégrer dans le jeu diplomatique. Car ce n’est qu’unie que la communauté internationale vaincra cette menace globale.

Face au danger où sont les pays de la région ?

Ils sont les premiers concernés par cette crise, par ces crimes, par cet affront lancé à la haute spiritualité de l’Islam. Où sont les héritiers d’Averroès ? Où est la révolte que devrait leur inspirer ces fanatiques ? 

Nul n’a intérêt à laisser accréditer l’idée que cette intervention serait celle de l’Occident.

Certains s’engagent concrètement, mais la plupart sont sur leurs gardes, pour éviter une conflagration encore plus grande entre sunnites et chiites, entre arabes et non-arabes.

Grâce à sa tradition diplomatique, la France peut jouer un rôle.

Pour parler à l’Iran, dont on ne pourra se passer.

Pour parler à la Turquie, qui voit la menace à ses portes mais s’inquiète des ambitions kurdes.

Pour parler aussi aux Etats du Golfe, auxquels nous sommes liés – en particulier l’Arabie saoudite et le Qatar.

Sur ce point, il est impératif que notre diplomatie rompe avec le suivisme et conduise nos partenaires arabes à clarifier leur position.

Je le dis solennellement : la retenue ne saurait être l’ambiguïté.

On ne peut à la fois dire aux Européens : « intervenez, et nous vous soutenons financièrement», et dans le même temps fermer les yeux sur tous ces financements privés qui partent du Golfe ou d’ailleurs pour alimenter les réseaux fondamentalistes.

Cette duplicité a trop duré !

C’est pour y mettre un terme que j’ai proposé que la Cour pénale internationale puisse être saisie contre les auteurs des crimes de masse sur les territoires contrôlés par l’Etat islamique et contre ceux qui les financent.

Dernière interrogation : dans cet Orient en miettes, notre stratégie diplomatique et militaire est-elle bien claire ?

Depuis plusieurs mois, nous agissons au fil des évènements, dans le sillage de nos amis américains.

J’ai dit en son temps qu’il me paraissait hasardeux d’intervenir en Syrie sans mandat de l’ONU, que pour la moi la solution passait par un accord avec la Russie et l’Iran.

La suite des évènements n’a fait que confirmer cette conviction.

En découlent alors plusieurs interrogations : si la France intervient aujourd’hui, à juste titre, contre l’armée islamique, comment entend-elle conserver son autonomie de décision par rapport à une stratégie américaine, dont le moins qu’on puisse dire c’est qu’elle a été difficilement lisible ces dernières années.

Quel est le but de guerre assigné à nos forces aériennes dans ce conflit ?

Est-il raisonnable de considérer que la mission s’arrêtera à la frontière de la Syrie, alors même que les bases-arrières de l’Etat islamique sont situées dans ce pays ?

J’ai été surpris d’entendre le Président de la République indiquer le 18 septembre que nos frappes viseraient uniquement l’Irak, et dire que les Américains s’éloigneraient de la légalité internationale s’ils frappaient la Syrie.

Curieux revirement, alors qu’il y a un an il expliquait qu’il fallait frapper en Syrie, même sans autorisation du conseil de sécurité...

Aujourd’hui, les Etats-Unis ont choisi d’agir sur le territoire syrien.

Cette question se posera vite à nous.

Que cherchons-nous ? Un simple repli des combattants de l’EIIL ou leur destruction ?

Si c’est leur destruction, alors nous n’aurons pas le choix car en matière de stratégie, rien n’est pire que les demi-interventions.

L’EIIL dispose d’une solide implantation en Syrie, où il est parvenu à rallier certains groupes extrémistes. De Syrie, il peut se projeter vers la Turquie, déstabiliser le Liban, la Jordanie. Restera-t-on les bras croisés ?

Nous avons livré des armes en Syrie sans d’ailleurs que le parlement en soit informé. A qui ont été livrées ces armes ? Où sont-elles aujourd’hui ? Vous nous devez une réponse.

Je connais le raisonnement selon lequel l’EIIL et Bachar Al Assad seraient des alliés objectifs… Je mesure l’argument mais je vois l’impasse.

Qu’on le veuille ou non, le combat contre l’Etat islamique ne sera victorieux que s’il est livré sur tous les fronts et sous toutes ses formes.

Dans les airs, nous faisons le travail, mais c’est sur le terrain que la victoire décisive devra être obtenue par les peshmergas Kurdes et l’armée irakienne, et, le moment venu, avec l’appui des tribus sunnites qu’il faudra convaincre.

J’ai rencontré les soldats kurdes.

Ils sont vaillants, expérimentés, mais leur armement reste rudimentaire malgré les livraisons d’armes qui restent insuffisantes pour faire la différence.

 

Nous devons aux Français la vérité.

La vérité, c’est que cette intervention expose notre territoire à des risques de représailles. La force de notre démocratie se juge à sa capacité à tenir le choc.

Le groupe UMP s’est pleinement associé au Projet de Loi visant à lutter contre la menace djihadiste, même si nous regrettons que nos amendements pour renforcer ce texte n’aient pas été retenus et si le cafouillage qui vient de se produire avec la famille Merah nous conduira à soutenir l’initiative de  d’Eric Ciotti et de Pierre Lellouche de constitution d’une commission d’enquête.

La vérité, c’est que parmi les recrues étrangères de l’EIIL figurent un certain nombre de nos compatriotes.

Le virus est en France.

Il faut voir les messages insensés qui pullulent sur les réseaux : anti France, anti-juifs, anti musulmans. Un souffle malsain mine notre concorde nationale.

Il faut entendre les appels à la barbarie de ces français musulmans ou convertis à l’Islam, pour mesurer l’ampleur du défi qui est face à nous.

Pourquoi l’appel djihadiste rencontre un tel écho chez eux ?

Echec de notre modèle d’intégration ? Faiblesse de nos valeurs ? Impuissance des instances musulmanes officielles, pourtant les mieux placées pour montrer en quoi la dérive djihadiste n’a rien à voir avec la pratique de la religion ?

Ces questions ne doivent pas être taboues et la réponse ne peut se réduire à la surveillance étroite de ces jeunes qui préfèrent mourir pour un califat intégriste que vivre dans le pays des droits de l’Homme.

La vérité enfin, c’est que cette guerre peut être longue et difficile.

La question de la durée et du coût de cette opération est posée.

A l’occasion de la Loi de programmation militaire, j’ai tiré le signal d’alarme.

Malgré le dévouement et le professionnalisme de nos soldats à qui nous rendons hommage, nos armées peinent à remplir leurs missions déjà très lourdes.

Le budget de nos armées baisse mais le nombre et le rythme de leurs interventions augmentent.

Prenez-garde, Monsieur le Premier Ministre, à ce décalage car il n’y a pas de faute plus grave, pour un gouvernement, que celle qui consiste à ne pas se donner les moyens de sa politique extérieure.

Faire la guerre est parfois nécessaire, mais penser à ceux qui la font au péril de leur vie l’est encore plus !

 

Mes chers collègues,

Face au terrorisme, l’intérêt national est notre seul guide.

Unité face à la menace, solidarité avec nos armées, vigilance vis-à-vis des questions que soulève notre intervention : tel est, Monsieur le Premier ministre, le choix responsable de l’UMP.

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Publié par François Fillon
commenter cet article

commentaires

Chartier Jean-Christophe 25/09/2014 18:40


Un discours emprunt de solennité celui d'un Homme d'Etat, pour un évènement très grave pour la France. 

Serge DAUDET 25/09/2014 18:04


Nous sommes tous émotionnellement affectées devant des actes barbares et nous avons une forte compassion pour les Otages exécutaient sauvagement et
pour la douleur que vivent leurs familles.


Si je puis me le permettre de faire un historique des années antérieures :


Les grandes Nations Occidentales et avec leur grands Penseurs « qu’ils soient de Droites ou Gauches » ont une très grosse part de
responsabilité.


A l’époque ou régné Le Chah d’Iran Mohammed Reza Pahlavi, un grand homme de pourvoir pragmatique et visionnaire. Sa première et très dure a réalisé,
il a fait passer grasse l’argent du pétrole son pays du Moyen age au Vingtième siècle. En investissant dans la haute technologie, dans l’Industrie, dans la connaissance. Dans une rapidité ou le
peuple vivant presque à état féodal entretenue par les religieux, la transitions fut mal perçue par une majorité du peuple d’Iran. Ces pauvres gens non instruis ont commencé à manifester leur
mécontentement. Et les religieux intégristes et conservateurs voyant que leur privilèges étaient en train de disparaître ont profité de cet brèche en poussant les Iraniens à la révolte pour
prendre le pouvoir.


Que fit les grandes Nations Occidentales : Rien… ! Et pourquoi… ?.


A cette époque , ce fut le premier pays « Oriental » ou un dirigent était avant-gardiste. Il pensait l’après belle periodique pétrolière…
Sur le plan économique ils allaient perdre des marchés, Voilà ce qu’ont eu peur les grandes nations occidentales. Ils ont
préférélaisser ce grand pays en
pâture aux fanatiques religieux pour les replonger dans l’ignorance. La Grèce est le berceau de notre civilisation, mais quant Alexandre La Grand conquit la Perse, il fut émerveillé par la Beauté et la grandeur de cette civilisation. Pour ma part La
Perse fait aussi partie de notre berceau. (L'Iran, autrefois connu sous le nom de Perse,
a donné naissance il y a 2500 ans au premier empire à vocation
universelle. Depuis lors, les plateaux iraniens
ont abrité des civilisations du plus extrême raffinement, qui n'ont rien à envier à l'Occident comme à l'Orient.)


 


Oui je persiste et je dis haut et fort, que les Grandes Nations Occidentales sont
responsables de la naissance de l’intégrisme Islamique. Car si à l’époque ils étaient venu en aide militairement au Chah d’Iran. Nous n’en serions pas là. Serge DAUDET

bibi 25/09/2014 14:40


BONJOUR M FILLON


rien à ajouter  à tout les commentaires j espere que vous interviendrez de plus en souvent à l assemblée nationale

Jean-François Chaussier 25/09/2014 11:05






À mon niveau, il est difficile d’apprécier les tenants et les aboutissants et les moyens militaires et diplomatiques à engager sur le long terme, mais c’est une intervention convaincante d’homme
d’état qui devrait faire prendre conscience du danger de la situation.

RANVIAL Liliane 25/09/2014 09:30


Tuot à fait d'accord avec vous.


Respectueuses salutations.

Michel 25/09/2014 08:01


Action, transparence, et vérité face aux djihadistes...  


Avec François Fillon, l'on se demande pourquoi la France se trouve, seule de l'Union Européenne, aux côtés des Etats Unis. Seule, aussi, de tous les Etats méditerranéens, alors que de grandes
nations en auraient les moyens.


"Le virus est en France", dit F.Fillon. Si tel est le cas, bien des questions se posent : Comment des gens ayant eu la même éducation, supposés adhérer aux mêmes valeurs, peuvent ils se réjouir
du meurtre de sang froid d'écoliers ou de visiteurs de musée, et pour certains, partir rejoindre les djihadistes égorgeurs ?  en effet, aucune question ne doit rester taboue.

Berthet Jeanne 25/09/2014 01:30


Mr Fillon, vous pronez l'unité nationale mais ,nuance, vous ne donnez pas  un chèque en blanc au gouvernement socialiste d'aujourd'hui...Si Hollande n'avait pas fait le fanfaron ,Mr
Gourdel serait peut-être encore en vie ,il fallait laisser le temps à L'Algérie de mener  à bien les recherches...Comme toujours ,l'imbécile président a trouvé bon de faire des déclarations
au nom des Français pensant épater les Américains,la discrétion ,il ne connait pas ,  le résultat est l'abominable supplice qu'a subi  Mr Gourdel....je suis écoeurée par le
discours de hollande écrit à la va-vite par un de ses conseillers,  ,un ton monocorde ,une parole hachée,pas la moindre émotion , un visage inexpressif,des paroles creuses ,toujours les
mêmes à chaque catastrophe ,je pense qu'il a en arrière pensée de pouvoir rebondir dans les sondages en se propulsant ainsi au devant de la scène...on connait le
bonhomme.....puisqu'en ce moment nos hommes politiques sont plein de bravoure ,ils sont pour l"action" qu'ils s'arment donc et aillent au combat,il y a, en France, une grande menace mais les
discours en tribune sont plus sécurisants et moins éprouvants,ce soir hollande et d'autres dormiront sans plus se soucier de notre avenir, demain ,sera un autre jour où il sera de bon ton de
montrer sa compassion  hypocrite , son faux intêret  pour les affaires sociales et politiques..l'intêret,  grande cause personnelle pour hollande, se résume
en  voyages, gloriole  et honneurs ,banquets et cabrioles nocturnes, discours  vaniteux,blagues idiotes,  quand à son comportement , il varie
entre: irrespectueux  (notamment envers le pape François et la reine d'Angleterre) et débile (hollande sous la pluie) ....... En politique extérieur (affaires étrangères)
Mr Chirac avec Mr Villepin étaient les meilleurs ,le précédent quinquennat (N Sarkozy) a vu notre indépendance s'envoler et notre entrée en guerre en Lybie ,on ne peut se recommander du
Général de Gaulle quand on détruit  ce qu'il a construit....vous étiez de ce gouvernement, ne recommencez pas les mêmes erreurs....  à vous lire,tout de même, un peu
d'espoir refleurit  tant  vos discours sont justes et nuancés...


Jeanne Berthet

Martin Alexandre 24/09/2014 23:19


Mr Fillon,


J'ai écouté votre discours au 20h de France 2, et je dois avouer que j'ai été agréablement surpris...


Je suis de gauche , de part mon éducation, puis par conviction, mais depuis 2007 , je ne vote plus par certitudes...


Je ne me désinteresse pas pour autant de la politique de notre pays, qui me préoccupe au plus haut point...


Mr Fillon, vous me semblez être un homme politique honnête , dans votre discours du moins, ce qui est une denrée rare de nos jours, alors je vous souhaite de remporter les primaires au sein de
votre famille politique, car , sérieusement, les autres candidats ne sont pas crédibles ou non pas la "carrure", sans parler de l'ex président/business man déchu,qui a terni l'économie de notre
pays , la réputation de votre parti et dont plus personne ne veut...


Cordialement,


Un (ancien) gauchiste qui n'aurait jamais pensé écire ces quelques mots...

leclercq carole 24/09/2014 21:43


d'accord avec votre analyse.


la haine engendre la haine...

FrancoisCarmignola 24/09/2014 21:06


Prenons garde à ce qu'on ne s'habitue à voir un homme politique Français voyager, représenter la France, décider des actions à mener en fonction d'un point de vue élaboré avec soin, proposer des
réformes en fonction d'expertises soigneusement rassemblées, bref un président. Le prochain. 

gbri 24/09/2014 19:24


Super discours !! tout s'y trouve...on est complétement d'accord. Valls dans sa réponse a laissé paraître combien vous l'aviez impressionné, et ça se voyait à la TV !


Merci M. le Premier Ministre !..le travail, le sérieux, l'honnêteté tout cela se retrouvera.

R-o-l-a-n-d 24/09/2014 18:41


Monsieur le Premier Ministre, Monsieur FILLON,


 


Je vous remercie pour votre engagement devant la Représentation nationale. 


Merci aussi d'avoir insisté sur l'Intérêt Général et l'absolue nécessité de saisir le TPI.


Nous avons foi et ... confiance en votre détermination et en la puissance de votre message.


 


Votre concitoyen respectueux.


 


 

Bernard 37 24/09/2014 18:24


Pas grand-chose à ajouter. Tout
est dit, ou presque.


Dire et redire que la Chine et la
Russie doivent devenir nos alliés est un engagement fort à porter à votre crédit.


 


Le Don Quichotte Fabius et ses
conseillers ne sont pas de cet avis, et il est peu probable que ce rapprochement  intervienne sous la hollandie. D’ailleurs , la Russie s’occupait
seule de ses islamistes tchétchènes et la Chine, de ses Ouigours. Une attitude courageuse qui leur attirait les foudres verbales de toute la gôche de compromission avec le fascisme vert.
Aujourd’hui, la menace est globale et la guerre engagée par ce fascisme* islamiste menace la planète dans sa totalité. Il est important d’avoir ces deux grandes puissances à nos côtés.


Et puis n’est-ce pas la CIA qui
avait livré le leader indépendantiste Kurde Ochalan à la Turquie d’Erdogan, alors qu’elle utilise aujourd’hui les Kurdes d’Irak ? Ne sont-ce pas le régime saoudien et le Quatar qui financent
le djihad mondial, la guerre « sainte » islamiste absolue contre la démocratie ?  Drôles d’alliés !


Merci Mr Fillon d’être le
porte-parole de la Raison simple, de la raison banale, si banale qu’elle paraît incongrue au petit peuple des chaumières.


* Le fascime définit tout régime, organisation, parti... dont les membres assassinent tous ceux qui ne sont pas de leurs avis. En ce sens , l'islamisme
politique radical est réellement un fascime.

gilles 24/09/2014 17:40


Ils agissent en faisant appel à nos peurs. C'est de la rage qui s'éveille lorsque j'entends que ces salopards ont filmé un de nos compatriotes français, européen ou américain égorgé et
décapité comme un vulgaire animal.


Il faut avoir de la démence et de la barbarie dans la tête pour singer un maitre et avoir le bras qui va jusque là.


Nous avons des services spéciaux. Qu'ils agissent. Ces barbares nous envoient des messages vidéos ? Qu'à cela ne tienne, qu'on leur envoie aussi des messages comme les corps de ces bouchers
enveloppés et tués dans une peau de cochon.


Et de préférence que cela soit des femmes qui les tuent, pour qu'ils ne puissent pas aller au paradis selon leurs croyances de m.....


A moins de 500 kms de nos cotes. On en revient à l'époque pré-coloniale, où il ne fallait pas qu'un européen s'aventure sur les continents nord africains et moyen orient.


Quand aux algériens, ils ne sont même pas fichus de contrôler un vulgaire territoire montagneux à moins de 100 km de leur capitale ?


C'est fou.


Détruisons ces bouchers.


 

alice 24/09/2014 17:08


MERCI  Cher François Fillon.....MERCI...!!!!.....fiers d'être à vos côtés...!!!!.............alice

dom delandre 24/09/2014 16:57


discours précis et responsable mais qui met le doigt où cela fait mal: non intégration de la RUSSIE, la CHINE et l'IRAN dans les processus décisionnels, ambiguités des états du golfe, frilosité
de l'EUROPE, dichotomie entre les actions et les moyens de notre politique extérieure, défaut de vision tactique et stratégique à moyen terme.


Situation explosive représentant un véritable danger pour nos démocraties!

Granatino 24/09/2014 16:45


Mr Fillon, j'ai écouté  votre
discours ce jour , le 24 septembre 2014 . C'est le Discours du véritable homme d'état que vous êtes.  

Balourdet 24/09/2014 16:43


J'attends encore une fois que des instances d'obédience musulmanes en France protestent contre l'enlèvement de notre compatriote en Algérie. Mais peut-être suis-je mal informé.


Je crois que vous avez tort, monsieur Fillon, de distinguer entre Islam et religion musulmane : il n'y a pas de différence puisque l'un comme l'autre obéit aux préceptes du coran. C'est bien la
raison qui fait que les musulmans ne protestent pas en France. Il est loin d'être certain que l'on puisse donc leur faire confiance....

Mes vidéos

Fil Twitter

Recherche