Ce site n'est plus à jour

Découvrez Fillon2017.fr
11 mai 2010 2 11 /05 /mai /2010 17:01

François Fillon, Premier ministre, répond à Jean François Copé sur la crise traversée par la zone euro à l'occasion des questions d'actualité à l'Assemblée nationale le Mardi 11 mai 2010.

Mesdames et Messieurs les députés,

Monsieur le Président COPÉ,

 

Nous avons vécu une crise extrêmement sérieuse puisque, au fond, ce qui était en cause à la fin de la semaine dernière, c'était l'existence même de l'euro.

Je pense que la gravité de cette crise est due, pour une part, aux atermoiements qui ont présidé à la mise en œuvre d'une solution aux problèmes de la Grèce. Au fond, ce que les marchés ont testé à la fin de la semaine dernière, c'est la capacité de la zone euro à s'organiser, à réagir, à articuler une solution, à faire preuve de solidarité et donc finalement, c'est la mise en place de ce gouvernement économique que la France réclame de ses vœux depuis des mois et des mois.

 

Nous avions déjà, d'une certaine façon, fait naître ce gouvernement économique en réunissant à Paris, au moment de la crise des banques, l'ensemble des chefs d'Etat de la zone euro pour articuler la réaction de l'Union européenne. De la même façon, vendredi dernier, c'est largement à la demande de la France que cette réunion des chefs d'Etat a été organisée et au fond, pour répondre à votre question, Monsieur COPÉ, on voit bien que c'est dans la réunion des chefs d'Etat et de Gouvernement de la zone euro que se situe le gouvernement économique, qui doit être mis en place avec des structures permanentes pour pouvoir réagir à toutes les attaques, à toutes les crises, et impulser une véritable politique économique.

 

Nous avons, vendredi dernier, puis dimanche, et je voudrais en féliciter et en remercier Christine LAGARDE, qui a été notre interprète, obtenu une réponse massive de la part de l'Union européenne, une réponse articulée autour de quatre niveaux. D'abord, 60 milliards d'euros immédiatement disponibles, mis en œuvre par la Commission sur la base d'un article du Traité. Ensuite, 440 milliards d'euros sous la forme de garanties apportées à un Fonds de stabilisation européen pour qu'il puisse, le cas échéant, venir en aide aux pays qui rencontrent des difficultés. Il s'agit d'une garantie et on peut espérer que nous n'aurons pas à la mettre en œuvre. 250 milliards d'euros de la part du Fonds Monétaire International, parce qu'il est normal que le Fonds Monétaire International participe, mais nous ne voulions pas qu'il soit majoritaire et qu'il conduise cette opération contre les spéculateurs, parce que c'est notre responsabilité. Et enfin, et c'est peut-être le plus important, une décision de la Banque centrale européenne d'intervenir pour la première fois sur les marchés de dette publique.

 

Alors oui, Monsieur le Président COPÉ, il faut s'appuyer sur la double expérience de la crise des banques et de la crise de l'euro que nous venons de connaître pour mettre en œuvre un véritable gouvernement économique européen, et j'espère que l'ensemble des forces politiques de notre pays nous aidera à convaincre les Européens de la nécessité absolue de cette politique économique, industrielle, monétaire européenne, pour assurer le développement de notre mode de vie et de la société qui est celle que l'Europe incarne.

 

 

Partager cet article

Publié par François Fillon - dans TRIBUNES ET DISCOURS
commenter cet article

commentaires

Claude Raulet 13/06/2010 12:35



Bj Monsieur


Je viens ic i vous crier mon dégout par rapport à vos différentes déclarations. Vous vous prennez pour le chevalier blanc ... En définitive vous ne faites que préserver les avantages acquits de
vos groupes de "supportaires" autrement dit de ceux qui vote pour vous "des lobbys" représentants peu de membres mais trèys puissances sur le plan financier. Vous ne gouvernez pas pour l'ensemble
des Français mais pour les plus puissants.


Vous et toute votre bande "UMP" êtes complément hors course. Puisque vous avez participez avec Sarkozy à l'analyse de la situation pré présidentielle; on ne peut pas dire que vous ayez brillé par
la finesse de cette analyse ou ces analyses. La situation que nous vivons depuis 2 ou 3 ansétait prévisible avant 2007. Toutes vos décisions n'ont fait que aggraver la situation.


Donc aucune capacité d'analyse, renflouement des banques, aides au plus puissants etc ... et maintenant vous présentez la facture à l'ensemble des sans grade de la nation ... Favorisant toujours
les mêmes.


Il conviendrait d'abord de vous remettre en cause avant de le demander aux autres. Les hommes politiques sont complétement déconnectés des réalités que vivent la majeur partie des Français.
Commencez par réduire vos trains de vie. Ceux de la représentation nationale ... celle du gouvernement, de l'Elysée.


Vous me faites penser à Colluche lorsqu'il "à propos du technocrate qui s'adresse aux plus humble" dites moi ce qui vous manque je vous expliquerai comment vous en passer.


Il conviendrait aussi d'éviter les passes droits des proches de vos amis. Bref commencez par réflêchir A votre action avant d'agir. Et surtout il convient de répartir les efforts sur tout le
monde en fonction des ses moyens.


Pour finir le mieux pour la France serait que Sarkozy, vous et vos semblables quitterez rapidement le pouvoir. Vos insultes à l'égare de ceux qui ne pensent pas comment vous sont indécentes.



André Guidi 18/05/2010 13:33



Monsieur le Premier Ministre de la France,


 


je soutiens votre initiative de gouvernement économique européen.


 


Salutations respectueuses.


 


André Guidi



Mes vidéos

Fil Twitter

Recherche