Ce site n'est plus à jour

Découvrez Fillon2017.fr
29 août 2011 1 29 /08 /août /2011 18:19

 


 

François FILLON a visité la centrale nucléaire du Bugey dans l'Ain avec Nathalie KOSCIUSKO-MORIZET et Eric BESSON afin d'évoquer le sujet de la sûreté nucléaire, le lundi 29 août 2011.(video 1/2)

 

 

Mesdames et Messieurs.
Je viens de visiter la centrale nucléaire du Bugey et, en particulier, le bâtiment qui abrite son réacteur numéro 5 qui est actuellement à l’arrêt. Comme le prévoit la loi française, tous les 10 ans chacune de nos installations nucléaires est soumise à une visite de contrôle de l’Autorité de Sûreté Nucléaire, avec l’expertise de l’Institut de Radioprotection et de Sûreté Nucléaire.

A l'occasion de cette visite décennale, comme vous avez pu le constater, l’exploitant met à l'arrêt l’installation concernée, il engage un programme de travaux qui participent à l’amélioration de la sûreté et qui sont validés par l’ASN. Il met en œuvre à cette occasion les derniers retours d’expérience acquis sur l'ensemble du parc nucléaire français. Concrètement cela signifie qu’en France, toutes les centrales nucléaires tournent sur des équipements constamment améliorés et régulièrement révisés.

C’est un engagement intangible des pouvoirs publics et, particulièrement, de mon Gouvernement que d’assurer ainsi, dans un processus continu et exigeant, la qualité et la sûreté de notre parc nucléaire. Nous accompagnons et nous soutenons son évolution. Nous avons d’ailleurs décidé dans le cadre du programme d’investissement d’avenir de doter le programme nucléaire du futur – et notamment de 4ème génération – d’un milliard d’euros.

Dans ce domaine, nous pouvons en être fiers, notre pays conserve une avance technologique et une maîtrise internationalement reconnues. Nous bénéficions de l’expertise solide d’entreprises d’EDF au premier rang, d’AREVA, qui peuvent elles-mêmes s’appuyer sur la compétence scientifique du Commissariat à l’Energie Atomique. Il y a 50 ans, la France a fait le choix résolu du nucléaire civil. C’est un choix stratégique, c’est un choix qui s’est révélé judicieux mais c’est aussi un choix qui impose un grand sens des responsabilités.

L’accident nucléaire de Fukushima a rappelé de façon dramatique qu’on ne transige pas avec la sûreté nucléaire, et qu’il est de notre devoir d’envisager tous les scénarios, même les plus improbables. Ce drame nous a aussi rappelé qu’il était impératif d’informer constamment la société civile, et de lui faire la démonstration concrète des progrès permanents réalisés en matière de sûreté. En 2006, la France a d’ailleurs inscrit cette exigence de transparence dans la loi. De là est née notre autorité de sûreté indépendante, l’ASN. Désormais, l’indépendance de l’ASN est l’aiguillon indispensable à la crédibilité de notre parc nucléaire. Ses critiques, ses observations et ses prescriptions sont toujours rendues publiques. Et cette transparence est un gage de sûreté majeur. Elle oblige en effet nos pratiques à évoluer en permanence et aujourd’hui, tous les exploitants en connaissent bien le processus.

Sur la sûreté nucléaire, nous sommes et nous serons intransigeants ! Après l’accident de Fukushima, le Gouvernement s’est immédiatement mobilisé pour tirer les enseignements de cette catastrophe.  Nous avons, sans attendre, décidé de soumettre toutes les installations françaises à des tests de résistance. Et dans un souci de transparence totale, nous associons à ces tests les pays frontaliers de la France qui, eux aussi, sont directement intéressés par la sûreté de notre parc, dans une logique d’inspections croisées. Qui plus est, les résultats de ces tests seront soumis à une revue européenne par les pairs, et ils seront partagés avec des représentants de la société civile, notamment à travers le Haut comité à la transparence, à l’information et à la sécurité nucléaire.

Pour la réalisation de ces tests, l’ASN a élaboré un cahier des charges, dont je voudrais indiquer qu’il va bien au-delà du projet adopté au niveau européen. D’abord, le champ d'application de ce cahier des charges est plus large : il ajoute aux centrales de production d’électricité les autres sites nucléaires d’importance, comme par exemple l’usine de retraitement des déchets d’AREVA à La Hague ou les installations de recherche du Commissariat  à l’Energie Atomique.

Ensuite, l’évaluation portera non seulement sur les mesures de prévention, mais aussi sur les mesures de réduction des conséquences d’un éventuel accident. Nous avons aussi choisi d’accorder une place privilégiée aux facteurs humains, sociaux et organisationnels en évaluant, par exemple, la capacité de l’exploitant EDF à associer étroitement ses partenaires aux démarches et aux procédures de sûreté. Je sais que c’est une préoccupation des organisations syndicales, et je veux remercier le Haut comité pour la transparence et l’information sur la sécurité nucléaire d’avoir proposé à l’ASN d’approfondir sur ce point le cahier des charges. Dès la fin de cette année, l’ASN rendra ses premières conclusions, nous saurons alors par quels moyens et par quelles procédures améliorer encore nos procédures de sûreté, en prenant en compte les leçons de Fukushima. C’est un exercice d’une ampleur exceptionnelle qui viendra compléter les études et travaux habituels de l’ASN.

Sur le plan international, la France a également pris des initiatives, pour que soient partagées par le plus grand nombre, les exigences qui incombent aux Etats en matière de sûreté nucléaire. Sous l’impulsion de la France, les pays du G8 se sont engagés à promouvoir les plus hautes normes de sûreté, à mettre en place des tests de résistance des installations nucléaires existantes et à réaliser des évaluations périodiques de la sûreté des installations. Le 7 juin dernier, nous avons accueilli en France le séminaire de l’Agence pour l’Energie Nucléaire qui associe les ministres de 33 pays. Ce séminaire a permis d’élaborer des lignes de consensus qui reprennent une grande partie des propositions françaises. Mais nous voulons que les coopérations puissent aller encore plus loin que le stade de consensus auquel nous sommes parvenus. J’ai d’ailleurs eu l’occasion de le dire à Kiev au mois d’avril : la communauté internationale doit mettre sur pied un mécanisme d’intervention rapide, sous la forme de mises à disposition d’experts, d’équipements spécialisés pour répondre, si le besoin s’en fait sentir, à la demande en urgence d’un pays victime d’un accident nucléaire.

Depuis le mois d’avril, la France porte ce message sans relâche, à  chaque occasion. C’est une initiative qui ne peut fonctionner que si elle obtient la mobilisation de tous. Et je veux vous dire que la France est déterminée à obtenir un accord sur le principe de la part du plus grand nombre de pays possibles.  Nous sommes aussi convaincus que la création d’un centre de formation à la gestion de crise, pour les exploitants nucléaires et les autorités gouvernementales, constituera un socle efficace pour organiser la meilleure riposte en matière d’accident nucléaire. Cette conviction, nous voulons aussi la faire partager. Et parce qu’il n’existe pas aujourd’hui de corpus commun de connaissance et de méthodes sur ces réponses d’urgence, nous voulons le construire, nous voulons le diffuser et nous voulons promouvoir l’échange des bonnes pratiques.

S’il faut impérativement un processus de convergence, ce centre international n'a pas nécessairement vocation à être une structure unique ; on pourrait envisager une organisation à deux niveaux étroitement coordonnés : d’un côté les pays disposant d'une expérience réelle, qui mettraient en place une structure nationale de formation ; et d’autre part, un niveau de consolidation internationale né de la mise en réseau de quelques structures nationales labellisées et qui serait doté d’un secrétariat permanent qui pourrait être assuré par exemple par l'AIEA. Cette organisation à deux niveaux permettrait à la fois de mobiliser les responsables nationaux, en maintenant un lien avec la réalité de terrain, et de renforcer le partage des expériences au niveau international.

Après Fukushima, nous devons reconsidérer les moyens de gestion de crise à tous les nivaux. C’est vrai pour les exploitants nucléaires, qui doivent assurer la sûreté de leurs installations dans des circonstances analogues, en cas de rupture d’alimentation électrique, de perte des circuits de refroidissement, pour prendre deux exemples qui nous ramènent à cette catastrophe. C’est vrai aussi pour les pouvoirs publics qui ont le devoir de protéger les populations. Après Tchernobyl, nos trois exploitants – EDF, AREVA et le CEA – ont développé un Groupement d’Intérêt Economique, le « GIE INTRA » qui leur permet de mutualiser les outils à moyen et long terme face à un accident nucléaire. Je les invite aujourd’hui à réexaminer le dimensionnement de ce Groupement d’Intérêt Economique pour tirer les enseignements de Fukushima.

Toutes les réflexions que nous conduisons en France pourront servir de creuset à une initiative internationale en faveur d’un centre de formation de crise, qui permettrait de mutualiser l’ensemble de nos connaissances, et qui alimenterait le travail sur la mise en place d’un mécanisme d’intervention rapide. L’efficacité de tels dispositifs reposera sur une cohérence sans faille de l’action des exploitants et des pouvoirs publics dans la gestion de la crise. Je souhaite que ces propositions puissent être développées dans le plan d’action que l’AIEA va détailler dans les prochaines semaines. Sous son pilotage, nous allons devoir construire des référents uniques en matière de gouvernance, de normes et de moyens interopérables.

Mesdames et Messieurs, après Fukushima chaque pays a réagi à sa façon. L’Allemagne a pris une décision radicale, celle de fermer toutes les centrales nucléaires en fonctionnement d’ici 2022. En France aussi, certains demandent un moratoire sur le nucléaire. Des inquiétudes se sont exprimées ; il est légitime d’y répondre avec précision, avec sang-froid et sans aucun tabou. Nous avons clairement affirmé au cours des derniers mois que nous continuerions à assumer, avec une clairvoyance renforcée, le choix du nucléaire et la place essentielle que le nucléaire occupe dans notre économie et notre bien-être quotidien.

En même temps, plusieurs facteurs nous encouragent à ouvrir nos modèles énergétiques vers de nouvelles perspectives complémentaires : la hausse inévitable sur le long terme du prix du baril de pétrole, notre engagement contre les effets du changement climatique, et récemment encore le débat sur les gaz de schiste. C’est la raison pour laquelle Nathalie KOSCIUSKO-MORIZET et Eric BESSON réfléchissent, avec le Centre d’analyse stratégique, aux scénarios concernant l’offre et la demande énergétique française à l’horizon 2030/2050.

Permettez-moi sur ce sujet de vous livrer mes convictions. Le nucléaire est une source d’énergie aux qualités incomparables : c’est une énergie fiable, c’est une énergie disponible, parce que non soumise aux aléas météorologiques, peu émettrice de CO2 et donc respectueuse de nos engagements dans la lutte contre le changement climatique, et c’est une énergie compétitive qui nous assure des prix de l’électricité parmi les plus abordables en Europe. C’est une source d’énergie irremplaçable.

Lorsque le président POMPIDOU a lancé le programme électronucléaire français, lors du premier choc pétrolier, il l’a fait pour réagir à la montée des prix de l’énergie sans perspective d’accalmie. Grâce à ce choix, nous avons réduit notre dépendance énergétique de 75% à 50%. Nous avons offert à tous les Français un accès à l’électricité à un prix modéré et, par un mécanisme de solidarité nationale, nous avons étendu ce bénéfice à tous nos territoires qui ne sont pas raccordés aux centrales nucléaires comme la Corse et les territoires d’Outre-Mer.

Si l’accident de Fukushima nous rappelle que le nucléaire comporte des risques potentiels, il ne doit pas occulter ses avantages considérables. Je récuse fermement les approches manichéennes dans lesquelles beaucoup voudraient nous enfermer, entre la sortie du nucléaire et le tout nucléaire, il y a une voie responsable ! La France a besoin du nucléaire. Mais j’ai aussi conscience que nous avons  besoin de développer les énergies renouvelables.

En 2007, nous avons choisi de diversifier notre bouquet énergétique. Avec le Grenelle de l’environnement, un virage a été amorcé et il va se poursuivre, conformément aux engagements européens que la France a pris. D’ici 2020, notre consommation d’énergie devra être issue à hauteur de 23 % de sources renouvelables, et nous sommes en train de nous en donner les moyens. Ce sont des secteurs où le potentiel industriel a besoin d’investissements importants en matière de recherche et développement. Nous travaillons à construire des filières qui, à terme, devront devenir exportatrices et porteuses de valeur ajoutée pour l’économie française.

Notre effort en matière de recherche et développement dans les énergies renouvelables et des technologies d’amélioration de l’efficacité énergétique, de captage et de stockage du Co², de l’hydrogène, porte notre engagement à parité avec celui en faveur du nucléaire. Au sein des programmes consacrés aux investissements d’avenir, 1,350 milliard d’euros sont dédiés aux énergies renouvelables et aux procédés de production décarbonée. Comme nous avons misé dans les années 70 sur le nucléaire, nous misons aujourd’hui aussi sur ce futur secteur d’excellence.

Voilà, Mesdames et Messieurs, les réflexions que je voulais partager avec vous. L’après-Fukushima nous fixe un cadre renouvelé, dans lequel nous allons continuer d’assumer toutes nos responsabilités. Notre choix aujourd’hui et pour l’avenir, c’est d’investir fortement dans la sûreté, c’est la priorité des priorités. Et les Français doivent savoir que la vigilance des pouvoirs publics, notre exigence, notre transparence sur ces sujets sont absolues. Ils doivent savoir aussi que les équipes qui assurent la sûreté dans les installations nucléaires sont d’une très grande qualité, et qu’elles ont un très grand sens des responsabilités.
Et c’est l’occasion pour moi, pour terminer, de dire à tous les personnels, notamment ici dans cette centrale du Bugey, le respect et la confiance que m’inspire le travail qui est le leur. Voilà Mesdames et Messieurs, je suis à votre disposition pour répondre à quelques-unes de vos questions.

 

 


 
François FILLON répond aux questions de la presse lors de sa visite de la centrale nucléaire du Bugey dans l'Ain avec Nathalie KOSCIUSKO-MORIZET et Eric BESSON afin d'évoquer le sujet de la sûreté nucléaire, le lundi 29 août 2011.(2/2)
JOURNALISTE
Bonjour Monsieur le Premier ministre, Géraldine AMIEL, Dow Jones Wall Street Journal. Deux questions, vous réitérez un appel à la création de standards internationaux, de normes internationales. Et dans ces cas-là, vous dites que ça va prendre du temps, est-ce que notamment l’une de vos difficultés ne serait peut-être pas d’enrôler les Etats-Unis puisque, notamment lors de la réunion du 7 juin, le régulateur américain a bien dit que ce qui s’était passé à Fukushima était un accident japonais, un problème japonais et qu’eux allaient très, très bien. Ma deuxième question c’est : une centrale française actuelle n’est pas capable de résister à un acte terroriste si je ne m’abuse, en tout cas tel qu’envisagé pour la conception de réacteurs de 3ème génération, est-ce que vous ne pensez pas que ça, ça pose un vrai problème,  notamment parce que maintenant, le nucléaire s’est invité dans le cadre de la campagne électorale et que l’opinion publique n’a pas le même temps que le temps des stress tests ? Merci.

FRANÇOIS FILLON
Il ne faut pas tout mélanger, la campagne électorale et la sûreté nucléaire, heureusement ça n’a rien à voir. D’abord sur notre volonté de parvenir à des standards internationaux au plus haut niveau de sûreté, c’est exactement la politique que conduit la France en se basant sur deux choses : d’abord sur notre expérience qui est très grande dans ce domaine. Et puis deuxièmement sur une constatation qui est une évidence, un accident nucléaire a des conséquences internationales, il concerne l’ensemble de la communauté internationale et, donc, il est naturel que cette communauté internationale se dote des plus hauts standards de sûreté. C’est vrai que jusqu’à maintenant, chaque pays avait ses méthodes et ses standards, ça ne peut pas continuer et tout l’effort de la France, l’effort conduit par les ministres, l’effort qui sera conduit dans le cadre des organisations internationales vise à amener l’ensemble de la communauté sur ces standards. Alors qu’il y ait des résistances, qu’il y ait des discussions c’est normal, la route sera longue mais on ne lâchera pas sur ce sujet. Et je pense que chacun doit bien comprendre que c’est une des conditions de la crédibilité du nucléaire. Si on veut rassurer l’ensemble de nos concitoyens sur ces questions de sûreté, il faut que les standards soient les mêmes dans tous les pays qui exploitent des centrales.
Sur la question de la sûreté face aux attentats terroristes, les centrales sont naturellement dimensionnées et surveillées pour résister à un certain nombre d’attaques terroristes. Le sujet auquel vous faites allusion, c’est l’idée d’un gros porteur qui serait lancé contre une centrale, à l’image de ce qui s’est passé aux Etats-Unis le 11 septembre. Nous avons d’ailleurs conçu les nouvelles centrales que nous construisons pour résister à ce type d’attaque. En même temps, il y a d’autres moyens que le béton pour empêcher ce type d’attaque. Et je n’ai pas besoin d’en dire plus, sachez simplement que nous sommes extrêmement vigilants sur tout aéronef qui s’approche d’une centrale nucléaire. Et il y a toute une série de dispositions en matière de surveillance et d’intervention qui est prévue pour assurer cette sécurité. Monsieur ?

JOURNALISTE
Monsieur le Premier ministre bonjour. Fabrice NODE-LANGLOIS du FIGARO. Vous venez de le dire, la sûreté est la priorité des priorités, elle a un coût, elle a un prix et, sauf erreur de ma part que Monsieur PROGLIO pourra corriger, il a déclaré (il me semble) il y a quelques semaines que la sûreté notamment pourrait justifier de porter le fameux tarif AREN à 46 € contre 41 aujourd’hui. Est-ce que vous le suivez sur ce point ?

FRANÇOIS FILLON
D’abord, il y a des décisions qui ont été prises sur le tarif AREN qui, je crois, ont été des décisions de bon sens et qui ont été saluées par tout le monde comme telles. Bien sûr, il faudra prendre en compte les dépenses liées à la sûreté mais pas seulement les dépenses liées à la sûreté. Il faudra prendre en compte aussi toutes les dépenses qui sont liées au développement des énergies renouvelables. Vous savez que pour développer ces énergies renouvelables, nous avons choisi de mettre en place des tarifs qui sont très incitatifs, mais ces tarifs incitatifs ont des conséquences sur le prix de l’énergie. Donc oui, il y a une augmentation du prix de l’énergie liée à l’ensemble de ces contraintes, mais le rôle du Gouvernement c’est de veiller aussi à ce que cette augmentation soit la plus maîtrisée possible, qu’elle ne vienne pas peser de façon brutale par des accoups sur le pouvoir d’achat des Français, qu’elle ne vienne pas mettre en cause la compétitivité de l’industrie française qui bénéficie d’un avantage de compétitivité grâce au nucléaire. Et donc nous avons une discussion permanente avec les exploitants sur ce sujet, pour faire en sorte de lisser l’ensemble de ces investissements. Madame ?

JOURNALISTE
Oui, Tara PATEL de BLOOMBERG. Est-ce qu’il y aura d’autres centrales nucléaires construites en France après Penly pour compenser l’arrêt en Allemagne, c'est-à-dire de renforcer le pouvoir d’exportation d’énergie nucléaire ?

FRANÇOIS FILLON
Ecoutez, pour l’instant on a lancé la construction de deux nouvelles centrales, qui sont des centrales d’un type nouveau, qui apportent une amélioration considérable en matière de sûreté. L’objectif de la France, c’est d’abord d’assurer son indépendance énergétique. Naturellement, il y a un maillage de l’ensemble des réseaux européens qui permet à ces réseaux de se soutenir les uns les autres, et d’étaler des pointes qui ne sont pas forcément les mêmes dans tous les pays. Enfin l’objectif de la France, ce n’est pas de construire des centrales nucléaires à la place de l’Allemagne qui n’en veut plus. Je ne dis pas qu’il n’y aura pas des échanges entre l’Allemagne et la France, mais il faut qu’il soit clair que la solution au problème énergétique allemand ne se trouve pas dans la construction de centrales nucléaires en France. Une autre question ?

JOURNALISTE
Journaliste pour l’Agence Environnement et Développement durable. Comment réagissez-vous au rapport de l’ASN concernant l’EPR de Flamanville paru cette semaine dans Le CANARD ENCHAINE, qui remet en cause… qui pointe notamment le coût et des problèmes de sûreté et de maintenance ?

FRANÇOIS FILLON
Alors d’abord, il faut savoir qu’il n’y a pas besoin du CANARD ENCHAINE pour connaître ce rapport puisqu’il est sur le site Internet de l’ASN depuis le début. Donc j’invite tous ceux qui ont besoin de s’informer sur les questions de sûreté nucléaire, ce n’est pas la peine de lire Le CANARD ENCHAINE, il suffit d’aller sur le site de l’ASN, vous aurez l’ensemble des informations avant qu’elles soient publiées naturellement dans cet excellent journal. L’ASN fait son travail, elle analyse le chantier qui est un chantier d’une tête de série, donc d’un premier réacteur. Elle l’analyse au regard de l’expérience que nous avons acquise dans la gestion des installations nucléaires. Et donc elle fait des suggestions. Elle a fait notamment une suggestion pour faire en sorte que le bâtiment de contrôle de cette nouvelle centrale nucléaire soit résistant aux séismes. EDF va devoir mettre en œuvre, comme c’est une obligation pour l’exploitant, toutes les suggestions de l’ASN. Donc il n’y a pas de secret, il y a une totale transparence et un mécanisme qui permet en continu d’apporter des améliorations, y compris sur un chantier comme celui de l’EPR.

Partager cet article

Publié par François Fillon - dans TRIBUNES ET DISCOURS
commenter cet article

commentaires

Marco 12/12/2011 17:07


euh une question bête les structures permettant l'arrèt /refroidissement des "reacteurs" supporteraient elles un "orage " electromagnétique d'origine solaire ?


en gros des systeme mecaniques/chimiques (azote/verins hydrauliques/ air comprimé/etc.) existent ils pour palier a des deficits electriques majeurs...?

BOIZOT 28/09/2011 13:50



Bonjour Monsieur Fillon,


 


Sur les informations du jour voici ce que je lis :


 


Comme prévu, le déficit public (Etat, collectivités locales, Sécurité sociale) doit passer de 5,7% du Produit intérieur brut (PIB) cette année à 4,5% l'an prochain puis 3%, le plafond
fixé par les traités européens, en 2013.


Le déficit refluera à 2% en 2014 et, pour la première fois, le gouvernement s'engage à le ramener à 1% en 2015.


L'amélioration des comptes publics en 2012 passera notamment par un recul du déficit du budget de l'Etat, attendu à 81,8 milliards d'euros après 95,5 milliards cette année, selon le
projet de loi de finances présenté en Conseil des ministres.


 


Ne trouvez-pas ridicule de ne pas avoir plus d’ambition et de ne pas réduire plus vite ce déficit qui nous tue !!!


Trouvez-vous cela raisonnable ?


 


Gérard Boizot


 



constantin 02/09/2011 14:39



la promesse de sortie rapide ou non du nucléaire voulue par le PS ou imposée par leurs alliés verts est inquiétante pour la sécurité de notre pays : quel étudiant à 20 ans va se diriger vers
le nucléaire s'il a le sentiment que ses études aboutissent à une impasse ; compte tenu du besoin en ingénieurs de la filière (1200 par an pendant 10 ans) dans quelques années notre sécurité sera
assurée par des ingénieurs chinois ou japonais



Contribuable-Alsacien 02/09/2011 09:00



Bonjour, pour quelqu'un qui " veut dire la vérité " aux citoyens français, il faudrait déjà commencer par appeler un chat un chat. Depuis quelque temps nous subissons la RIGUEUR qui est le terme
approprié que TOUS les Pays de la zone euro utilisent. Et hier, comme c'est de mise parmi les élu(e)s UMP, Mme MORANO invitée à Canal Plus a menti sur son traitement. Il est plus près des
15-20.000 euros mensuels, avantages en nature compris que les 11.000 qu'elle a annoncé.De même le Ministre de la Ville avait annoncé que 70% des jeunes qui avaient été embauchés pour le chantier
de rénovation en région parisienne ont trouvé un travail depuis. C'est FAUX et ARCHI-FAUX. A peine 30% et je suis " large " ont trouvé un emploi. Les autres touchent pour la plupart le RSA-Jeune
et 2 de mes Amis travaillant à PÔLE-EMPLOI et à la CAF du secteur concerné me l'ont confirmé. Je prépare ces chiffres et d'autres sur l'emploi, ainsi que les REDUCTIONS ou SUPRESSIONS des
subventions accordées dans divers domaines, comme au niveau des Associations qui s'occupent de la DEPENDANCE que je vais peut être communiquer à qui de droit pour la prochaine échéance
électorale.



Jeannot 01/09/2011 07:49



Concernant le juge Prévost Desprez: il vaut mieux en rire un bon gros coup de pub...


mettre autant la presion sur de petite gens(infirmière) est indigne...


 



Mes vidéos

Fil Twitter

Recherche