Ce site n'est plus à jour

Découvrez Fillon2017.fr
10 mars 2011 4 10 /03 /mars /2011 18:54

 

François Fillon assiste à une cérémonie de remise des décrets de naturalisation à la Préfecture de police de Paris le 10 mars 2011.

 

 

 

Mesdames et Messieurs,

Mes chers compatriotes,

 

Vous allez recevoir, dans quelques instants, vos décrets de naturalisation.

Je suis heureux de partager avec vous ce moment, qui est un moment solennel, qui est un moment de joie, qui marque votre entrée dans notre communauté nationale.

 

Je mesure l’importance que revêt cette cérémonie pour chacun d’entre vous.

C’est l’aboutissement d’un parcours, et c’est une nouvelle étape de votre vie, ainsi que de celles de vos enfants.

 

Les raisons qui vous ont conduit dans notre pays sont multiples.

Certains sont venus pour étudier, pour travailler; d’autres, pour fuir la guerre ou l’oppression politique; d’autres encore, pour des raisons privées.

 

Aujourd’hui, vous avez souhaité non plus seulement vivre en France, mais devenir Français !

Ce doit être pour vous un honneur de rejoindre une grande nation qui vous accorde sa confiance, et je veux que vous sachiez aussi que c’est aussi un honneur pour notre patrie de pouvoir vous compter parmi les siens.

 

Votre démarche ne se résume pas aux formalités administratives que vous avez accomplies.

Etre Français, c’est adhérer à des lois, à des valeurs, à des règles de vie commune.

C’est adhérer à une nation libre et démocratique.

C’est s’assimiler à un héritage que je vous invite à porter avec fierté.

 

Tout au long des siècles, des femmes et des hommes venus du monde entier ont apporté à la France - comme vous le faites aujourd’hui - leur talent et leur force de travail.

 

Issus des horizons les plus divers, ils ont aimé la France, ils l’ont servie, ils l’ont défendue, en prenant les armes lorsqu’elle était menacée.

Tous, célèbres ou inconnus, ont pris part au destin du peuple français qui est devenu le leur, comme il devient aujourd’hui le vôtre.

 

Devenir Français, c’est être à son tour l’acteur d’une histoire que nous continuons à écrire ensemble.

Devenir Français, c’est s’intégrer à une culture qui a fasciné le monde et c’est s’exprimer dans une langue qui a donné à l’humanité une littérature et une pensée de premier plan.

Devenir Français, c’est accéder à la citoyenneté, avec ses droits et ses devoirs.

 

En votant ou en étant élu, vous allez pouvoir décider de l’avenir de notre pays.

Cela vaut aussi à l’échelle européenne, puisqu’en devenant citoyen français vous devenez en même temps citoyen européen.

 

Quant aux devoirs, ce sont ceux qui sont inscrits dans nos lois, où s’exprime la volonté générale dont chaque citoyen est partie prenante.

 

Au premier rang des principes que chacun d’entre-nous doit respecter, il y a la laïcité.

Elle fait partie de notre histoire.

Elle fait partie de nos valeurs.

La laïcité, c’est d’abord la liberté de conscience.

C’est ensuite la neutralité de l’Etat et du service public.

C’est aussi l’idée que les règles de la vie en société ne doivent pas être bouleversées par des revendications religieuses.

 

C’est enfin l’affirmation que le droit doit reposer sur des principes universels et se tenir à l’écart des formes diverses que peuvent prendre les dogmes de la foi.

 

La laïcité ne signifie pas – et n’a jamais signifié - la négation du fait religieux. Elle le respecte et elle le respecte dans sa diversité dont elle est le garant.

 

Si la France est si attachée à la laïcité, c’est parce qu’elle a connu autrefois le déchirement des guerres religieuses.

 

C’est parce que la philosophie des Lumières a promu la tolérance dont la laïcité est l’héritière.

C’est parce qu’avec la déclaration des droits de l’homme et du citoyen, la Révolution française énonce que la souveraineté provient de la Nation et non d’une transcendance divine, et que la loi émane de la volonté du peuple et non pas de dogmes religieux.

 

La laïcité est liée aux trois principes de notre devise républicaine.

Elle est liée à la liberté, puisqu’elle garantit à chacun la possibilité de choisir le sens spirituel ou philosophique qu’il entend donner à son existence.

Elle est liée à l’égalité, puisqu’elle implique de ne pas faire de différence entre les confessions.

Elle est liée à la fraternité, puisqu’elle défend l’unité du peuple français par-delà les convictions intimes de chacun.

 

La France n’est pas fondée sur les appartenances religieuses, la France n’est pas fondée sur les origines; elle n’est pas et ne doit pas être l’otage des communautarismes !

 

La laïcité est en France un principe intangible.

C’est un principe vivant, que nous devons entretenir en regardant en face les réalités et les défis de notre époque.

 

Comment préserver les valeurs énoncées en 1905, dans une société qui a changé depuis lors ?

Jusqu’où peut aller la manifestation des cultes et quel doit être le pouvoir d’encadrement des autorités républicaines ?

La plupart des dispositions existantes offrent déjà des réponses aux problèmes rencontrés et je ne souhaite pas que l’on touche à la loi de 1905. Mais s’il faut envisager des aménagements réglementaires pour mieux faire respecter la laïcité et la dignité des cultes, alors nous agirons !

 

A des situations complexes, nous devons apporter des solutions pragmatiques qui recueilleront le consentement de tous.

 

Mes chers compatriotes,

 

La France est par tradition un pays ouvert sur le monde. C’est une terre d’accueil.

Mais nous devons veiller aux conditions sans lesquelles la qualité de cet accueil ne saurait être préservée.

 

L’hospitalité a ses lois et cela n’est pas renier nos valeurs que de s’assurer qu’elles soient respectées.

 

Le gouvernement lutte contre l’immigration irrégulière avec une détermination qui ne fléchira pas.

 

Il importe que ceux qui aspirent à rejoindre notre communauté empruntent pour cela les voies de la légalité, comme que vous l’avez fait.

 

Nous ne devons pas opposer la fermeté qui prévaut dans l’application de nos lois et l’ouverture à ceux qui adhèrent à nos valeurs et que nous donnent en partage leurs ambitions et leurs capacités.

 

La France est fière d’attirer les talents.

Elle est fière des espérances que placent en elle tant d’hommes et de femmes venus du monde entier.

Elle est fière des héritages et des forces actuelles qui lui valent ce prestige.

Je vous invite à partager cette fierté et à œuvrer pour que la France continue d’être une grande Nation.

 

La France, c’est ce pays qui a inspiré depuis plus de deux siècles les peuples qui aspirent à maîtriser leur destin.

 

La France, c’est ce pays libre, ce pays en paix, ce pays où chaque citoyen, quelle que soit ses origines, ses choix spirituels, sa couleur de peau, appartient à la même famille nationale.

Nous sommes tous égaux, nous sommes tous unis, mais nous sommes aussi tous responsables du sort de la République.

La République exige civisme, patriotisme, solidarité et sens de l’intérêt général.

 

Mes Chers Compatriotes,

Je vous souhaite avec amitié et avec confiance la bienvenue dans notre communauté nationale qui est désormais la vôtre.

 

Vive la République ! Vive la France !

 

Partager cet article

Publié par François Fillon - dans TRIBUNES ET DISCOURS
commenter cet article

commentaires

Mes vidéos

Fil Twitter

Recherche