Ce site n'est plus à jour

Découvrez Fillon2017.fr
18 octobre 2010 1 18 /10 /octobre /2010 17:34

 

François Fillon réaffirme que la réforme des retraites sera votée, à l'occasion d'un entretien avec Claire Chazal sur TF1 le 18 octobre 2010.

 

 

 

 

Claire CHAZAL

Bonsoir Monsieur le Premier ministre.

 

François FILLON

Bonsoir.



Claire CHAZAL

Merci beaucoup d’être là. Alors, après plusieurs semaines de conflit, avec même un risque de durcissement que l’on sent ce soir, est-ce que vous pouvez proposer une solution concrète pour sortir de la crise ?



François FILLON

J’ai écouté François CHEREQUE hier sur votre antenne ; il a notamment indiqué que le blocage venait du Gouvernement. François CHEREQUE sait que ma porte est ouverte. Il se souvient que nous avions signé ensemble en 2003, un accord sur une réforme des retraites qui s’applique aujourd’hui et qui est d’ailleurs acceptée à peu près par tout le monde…



Claire CHAZAL

Mais il dit aujourd’hui que vous n’avez pas assez négocié et assez discuté.



François FILLON

La vérité, c’est que le blocage est lié au fait que les partenaires sociaux, en tout cas les organisations syndicales, depuis le mois d’avril, depuis que nous discutons avec elles de cette réforme des retraites, refusent de discuter d’un sujet qui est celui du report de l’âge légal de 60 à 62 ans. Or cette question, c’est la clef du financement des retraites demain. Si nous ne pratiquons pas cet allongement de l’âge légal de départ à la retraite, alors nous ne pourrons plus financer les retraites, c’est la question qui est posée…



Claire CHAZAL

C’est quelque chose de symbolique pour eux, on l’a bien compris et ils demandent le report…



François FILLON

Oui mais les symboles… c’est justement la clef du financement et quand madame AUBRY dit, comme on vient de le voir « suspendez votre réforme », ça veut dire quoi ? Ca veut dire qu’on suspend le paiement des retraites ?! Ca veut dire qu’on continue…



Claire CHAZAL

C’est une réforme qui est une réforme pour l’avenir, donc à l’heure d’aujourd’hui, ce n’est pas parce que vous suspendez le débat…



François FILLON

Mais on est déjà aujourd’hui en déficit s’agissant du financement des retraites des Français. Il y a déjà une retraite sur dix qui est payée par l’emprunt et les mesures que nous proposons, les mesures d’âge, sont les plus efficaces et les plus rapides à entrer en vigueur.



Claire CHAZAL

Ca veut dire que concrètement vous refusez cette suspension du débat… il ira donc à son terme au Sénat.



François FILLON

Bien sûr, le débat ira à son terme au Sénat…



Claire CHAZAL

Et ce sera voté mercredi en principe, cette loi, en fonction des amendements…



François FILLON

Ce sera voté… le Sénat va à son rythme, je ne sais pas si ce sera voté mercredi, mais ce sera voté et j’ajoute que François CHEREQUE qui est un homme de dialogue, ne peut pas ne pas voir que cette solution de l’allongement à 62 ans est très raisonnable par rapport à tout ce qu’ont fait les autres pays européens autour de nous : les Allemands sont en train de passer de 63 à 67 ans, les Danois sont en train de passer de 65 à 67 ans ; les Espagnols, les Portugais, les Italiens, les Britanniques sont en train de discuter de l’allongement de l’âge légal de départ à la retraite. Ce n’est pas réaliste de nier cette solution…



Claire CHAZAL

Mais ce que proposent les partenaires aujourd’hui, c’est aussi une autre forme de financement, François FILLON. Vous, vous taxez le travail, en tout cas vous allez peser sur ceux qui travaillent ; eux, ils proposent de taxer aussi davantage le capital ; est-ce que vous êtes d’accord avec ça ?



François FILLON

Les propositions qui sont faites par l’opposition sur ce sujet, en réalité, c’est une sorte de… je vais employer un mot un peu fort, mais d’escroquerie ! La taxation du capital n’a jamais permis de trouver des financements suffisants pour les masses qui sont en cause en matière de retraite.



Claire CHAZAL

Ca peut être un complément déjà…



François FILLON

C’est ce que nous faisons dans la réforme pour financer un certain nombre de mesures de justice sociale, sur la pénibilité, sur les carrières longues, qui sont financées grâce à une imposition des plus riches. Mais, quand madame AUBRY la semaine dernière a expliqué qu’ils reviendraient, si demain ils revenaient au pouvoir, sur la retraite à 60 ans, mais qu’ils continueraient à allonger la durée de cotisation au-delà de 41 ans, il faut que le Français comprennent bien ce que ça veut dire : ça veut dire qu’avec les socialistes, on pourrait peut-être toujours partir à la retraite à 60 ans, mais avec une retraite extrêmement diminuée, c'est-à-dire avec une retraite qui ne permettrait pas de vivre décemment. C'est-à-dire que c’est un choix qui en réalité n’en est pas un.



Claire CHAZAL

Alors qu’est-ce que vous répondez à François CHEREQUE, on va l’entendre de façon très courte, mais c’est important ; il parle de ceux qui commencent à travailler à dix-huit ans et qui en vertu de votre réforme, vont devoir cotiser pendant 44 ans. On va l’écouter juste un instant.



François CHEREQUE, secretaire general de la CFDT

Tout le monde sait qu’il faut faire un effort. Mais pourquoi cet effort n’est fait que par les ouvriers et ceux qui ont commencé à travailler jeunes ? Aujourd’hui si vous avez commencé à travailler à 18 ans, vous cotiserez 44 ans ; si vous avez commencé à travailler à 22 ans, que vous avez fait des études, que vous êtes devenu cadre, vous cotiserez 41 ans. Pourquoi c’est l’ouvrier qui paie pour les autres ? C’est ça l’injustice !



Claire CHAZAL

Alors qu’est-ce qu’on peut répondre ?



François FILLON

D’abord ce n’est pas exact ce que dit François CHEREQUE, il me le pardonnera, mais la plupart des ouvriers ont des carrières complètes et arriveront à 62 ans avec l’ensemble de leurs annuités ; ce sont plutôt ceux qui ont commencé à travailler beaucoup plus tard, notamment parce qu’ils ont fait des études longues, qui seront obligés, en tout cas s’ils veulent avoir une retraite complète, d’aller au-delà de 62 ans. Mais j’ajoute que cette situation n’est pas nouvelle ; c’est le principe même de la répartition. Depuis que le régime de retraite par répartition a été instauré au lendemain de la Seconde guerre mondiale, ça a toujours fonctionné comme ça. C'est-à-dire que quelqu’un qui commence à travailler plus tôt, cotisera plus longtemps que quelqu’un qui a commencé à travailler plus tard…



Claire CHAZAL

D’autant plus que l’âge de la retraite est retardé…



François FILLON

Pas d’autant plus Madame CHAZAL. Il aura deux ans de cotisations de plus comme tout le monde. L’ensemble du système bouge de deux ans.



Claire CHAZAL

Mais pour ces carrières longues, c’est vrai que c’est difficile.



François FILLON

Quand la gauche était au pouvoir, pendant de très longues années, elle n’a pas trouvé ce système si injuste que ça, puisqu’elle ne l’a pas modifié. J’ajoute et François CHEREQUE le sait bien, que nous avons pris en compte ceux qui commencent vraiment à travailler tôt. Dans la réforme de 2003, avant, ce n’était pas le cas ; ceux qui ont commencé à travailler à 14, 15, 16 ans peuvent partir avant soixante ans ; et dans la réforme qui est en cours de discussion, ceux qui ont commencé à travailler juste avant 18 ans. Il y a donc une vraie avancée sociale dans cette réforme. Si cette réforme n’était pas votée, ça veut dire que ceux qui ont commencé à travailler à 17 ans, continueraient à partir comme les autres. J’ajoute enfin, que le système dans lequel chacun pourrait partir en fonction de son effort de contribution, c’est un système individualisé, c’est un système qui ressemble beaucoup plus à la capitalisation qu’à la répartition. C’est donc un système qui est contraire à l’esprit même de solidarité qui avait prévalu à la création du régime des retraites au lendemain de la Seconde guerre mondiale.



Claire CHAZAL

Alors Monsieur le Premier ministre, on sent bien tout de même que ce mouvement se durcit ; les syndicats attendaient un geste de votre part ; ils ont annoncé un durcissement du mouvement. On a bien le sentiment que maintenant l’économie risque d’être bloquée, en tout cas c’est le cas depuis quelques jours. Qu’est-ce que vous pouvez faire concrètement, j’allais dire ce soir, pour assurer pour les Français qui vont travailler demain matin un approvisionnement en essence par exemple ?

François FILLON

Je voudrais dire qu’il y a eu beaucoup de gestes déjà de faits, notamment au Parlement sur les retraites des mères de famille, sur les longues carrières, sur la pénibilité. On est maintenant au bout du système parce qu’au-delà, la question qui est posée, c’est la question des 62 ans et si on revient sur cette question des 62 ans, alors on ne paie plus les retraites des Français demain. Ce que je veux dire sur la question du carburant, il y a aujourd’hui des difficultés qui sont liées en particulier à une augmentation très forte de consommation ; il n’y aura pas de pénurie. Pourquoi il n’y aura pas de pénurie ? Parce que nous allons prendre les décisions nécessaires et je n’ai pas besoin de les détailler devant vous, pour faire en sorte…



Claire CHAZAL

C'est-à-dire avec des déblocages autoritaires de dépôts…



François FILLON

que notre pays ne soit pas bloqué. Le droit de grève est respecté en France mais le droit de grève, ce n’est pas le droit d’empêcher l’accès à un dépôt de carburant ; ça c’est une action illégale. Ce n’est pas non plus le fait d’interdire l’accès des locaux de travail à des salariés qui ne sont pas grévistes. Donc je le dis, je ne laisserai pas bloquer notre pays, je ne laisserai pas l’économie française étouffer par un blocage de l’approvisionnement en carburant. J’ajoute, qu’au moment même où la reprise économique se manifeste, ceux qui prennent ce genre de décisions devraient réfléchir à deux fois, parce que ce sont des emplois derrière qui vont disparaître.



Claire CHAZAL

François FILLON, est-ce que vous n’avez pas le sentiment aussi qu’il s’agit d’un mouvement plus profond de protestation et même de protestation contre le pouvoir en place, type mai 68 puisque certains l’ont dit…



François FILLON

Si j’en juge par cette mobilisation qui est à peu près la même, même un peu en baisse, mais qui est à peu près la même depuis plusieurs semaines, franchement, ceux qui aujourd’hui présentent le pays comme dressé contre le pouvoir et la politique qu’il conduit, font un peu d’exagération. J’ajoute que nous sommes dans une situation économique et financière difficile au sortir d’une crise difficile. Quand vous regardez autour de nous, ce qui se passe en Espagne, ce qui se passe en Allemagne, ce qui se passe en Grande-Bretagne, il y a aussi des mouvements de contestation parce que c’est difficile, la sortie d’une crise économique et financière comme la nôtre. Simplement nous, nous avons choisi de prendre nos responsabilités. Quand le Parti socialiste dit « suspendez la réforme », ce qui est surtout suspendu chez le Parti socialiste, c’est son courage à affronter les réalités.



Claire CHAZAL

On disait opposition peut-être plus globale ; est-ce que vous avez le sentiment que c’est une crise importante qui peut justifier, disons les choses, un remaniement ministériel ou en tout cas un changement d’équipe gouvernementale ?



François FILLON

Je ne crois vraiment pas que la réponse à une crise sociale dont nous sommes en train de sortir, dont nous essayons de sortir, à une crise économique et financière dont nous sommes en train de sortir, soit dans un remaniement. La réponse, c’est la politique que nous conduisons, ce sont les choix que fera le Président de la République. Mais je peux vous dire qu’avec lui, nous sommes dans nos conversations quotidiennes, totalement concentrés sur la sortie de la crise sociale. Le Président de la République suit cette crise heure par heure, nous en parlons tous les jours, nous en avons encore parlé cet après-midi ; et puis nous travaillons à la sortie de la crise économique et financière, en particulier avec le budget dont la discussion va commencer demain au Parlement.



Claire CHAZAL

On va en parler dans un instant, mais est-ce que l’annonce de ce remaniement - pardon de rester sur ce sujet mais c’est important – est-ce que ça n’a pas d’une certaine façon gelé l’action des ministres et votre propre action d’ailleurs, quand on l’annonce si longtemps à l’avance ?



François FILLON

Vraiment cette question du remaniement, c’est une question qui est de la compétence du Président de la République. C’est un choix qu’il fera le moment venu…



Claire CHAZAL

Oui, enfin ça vous concerne, vous, en tant que Premier ministre…



François FILLON

Mais ça ne m’a absolument pas empêché de continuer à travailler avec les membres du Gouvernement et en particulier s’agissant de cette réforme des retraites. Vous pouvez constater que le calendrier a été respecté, les débats au Parlement se déroulent normalement, la démocratie fonctionne, le dialogue social a eu lieu, il y a eu un temps pour ce dialogue social et le Gouvernement est là, présent et à la disposition de tous ceux qui veulent parler avec lui.



Claire CHAZAL

Vous aurez le sentiment, si vous avez fait voter cette réforme importante des retraites, que vous aurez, d’une certaine façon, accompli votre mission à Matignon ?



François FILLON

J’aurai accompli en tout cas une mission, en faisant voter deux fois une réforme des retraites dans notre pays, qui correspond au sens que je me fais du devoir en politique.



Claire CHAZAL

Le budget va être examiné à partir de demain. Est-ce qu’au cours de la discussion, vous allez proposer ou vont être examinées la suppression du bouclier fiscal et une modification de l’impôt sur la fortune ?



François FILLON

Non, nous avons dit clairement avec le Président de la République, que ce débat-là serait un débat pour l’année 2011 et pour le budget 2012. Pourquoi ? Parce que ce n’est pas une réforme qui s’improvise. Il y a quatre milliards d’euros, grosso modo, qui correspondent aux rentrées de l’impôt sur la fortune ; on ne peut pas faire un trait sur ces quatre milliards d’euros dans un pays qui a autant de déficits que le nôtre. Donc il faut trouver des recettes de substitution, si on veut corriger un certain nombre d’anomalies de notre système fiscal. Pour le moment, nous avons préféré ouvrir un grand débat avec les parlementaires, avec l’ensemble de l’opinion publique.



Claire CHAZAL

Mais c’est dans les têtes, c’est en germe, c’est en réflexion…



François FILLON

Je crois que tout le monde constate que l’ISF est un impôt qui a des bases qui sont des bases injustes. Nous avons mis en place le bouclier fiscal pour corriger les injustices de ce système. On peut dans une grande réforme fiscale, qui ne concernerait pas d’ailleurs que l’ISF et le bouclier fiscal, apporter plus de justice et en même temps plus d’efficacité économique. Parce que le but c’est bien, à la fois la justice sociale à travers la fiscalité et la redistribution, mais en même temps aussi une économie qui fonctionne, une économie qui attire les investisseurs, une économie qui ne repousse pas vers les pays voisins ceux qui pourraient créer des emplois chez nous.







Claire CHAZAL

Un dernier mot peut-être sur la fiscalité : les propositions du rapport ATTALI, il y a notamment une augmentation de la TVA dans cet effort pour réduire le déficit budgétaire. Est-ce que vous êtes d’accord ?



François FILLON

C’est une proposition qui n’engage que monsieur ATTALI. Il n’y aura pas d’augmentation de la TVA. La France est un pays qui a déjà un taux de TVA élevé. En réalité, tous ceux qui réfléchissent à des miracles fiscaux, devraient se poser une seule question : comment réduire la dépense publique ? La question ce n’est pas d’augmenter les impôts, c’est de réduire la dépense publique.



Claire CHAZAL

Merci beaucoup Monsieur le Premier ministre d’être venu sur ce plateau. Merci infiniment.



 

 

 

Partager cet article

Publié par François Fillon - dans INTERVIEWS
commenter cet article

commentaires

Ju'âne Pedro 13/11/2010 10:03



 Bonjour !


Et ben voilà, à lire les commentaires , tout le monde est content !


C'est déjà ça, non?


On se demande qui manifeste dans ce pays en lisant les encouragements des uns et des autres !


A bientôt !


 


 


 


 


 



BOUTIGNY Malika 20/10/2010 16:29



Bonjour,


Afin que la réforme des retraites soit mieux acceptée par les Français, ne serait-il pas souhaitable d'accorder en contre-partie une semaine de congés supplémentaire. Cela apporterait un certain
confort de vie ! Les Français seraient, je pense, moins réfractaires à travailler plus longtemps. C'est juste une idée. Qu'en pensez-vous ? Bon courage à vous !



Venise Venise 20/10/2010 15:06



a propos de Marseille(voir plus haut) la sécurité civile c'est bien aussi



boiteau 20/10/2010 08:21



monsieur le premier ministre


meme si les retraites doivent etre réformées.....pas comme cela......pas avec tant d'injustice


vous avez affirmé devant claire chazal qu'il a toujours été nécéssaire d 'atteindre l'age légal de la retraite pour partir.....


FAUX !


avant la réforme mitterand vers les années 60 il était possible de partir en retraite a 60 ans avec une forte minoration il est vrai !  mais cela regardait chacun......c 'était le gaullisme


mon grand père l'a fait........et il a eu raison


personnellement j 'ai travaillé 43 ans alors que 40 ans me suffisait.........une véritable injustice........après un cancer je suis usé......moralement...


alors si vous voulez débloquer ce conflit je vais vous suggerer au moins une idée.....


il suffirait peut etre de déclarer que ceux qui ont leur années de cotisations pourront partir dès qu'ils le souhaiteront...............et avant  62 ans ce ne serait que justice et en tant
que sympathisant UMP......il me semble que la droite y gagnerait beaucoup pour redorer son blason......qui croyez moi est beaucoup plus mal en point que le microcosme parisien peut le
penser.......


bon courage monsieur le premier ministre


 


 


F



Marcant Marie 19/10/2010 21:15



Monsieur le Ministre, COURAGE et oserais-je dire BONNE HUMEUR; la rue n'est pas la démocratie. Comment des insensés nantis osent-ils geindre sur ce qui n'est finalement qu'une réformette
et se complaire à reproduire indéfiniment 1789 alors que tant de peuples souffrent de vraie guerre, de dictature et autres oppressions. Pourquoi en France les mots ont-ils perdu
leur sens ? qui ose dire aux lycéens "allez donc à l'école, là est votre place, rêvez, aidez, soyez amoureux" ? pourquoi les medias n'ont-ils qu'un discours et ressassent-ils à
l'envie aux Français qu'ils sont malheureux ? NON, B..... (vous voyez ce que je veux dire), la France n'est pas malheureuse, qu'elle arrête seulement de se regarder le nombril et
qu'elle ouvre grand les yeux sur le monde.


Avec mon profond respect pour votre travail, je vous adresse mes salutations les meilleures.


Mon mari se joint à moi sans hésitation ainsi que nombre de personnes et amis de notre entourage


M.E. Marcant



ange101 19/10/2010 20:56



bonjour,


je pense tout simplement que monsieur a raison sur la réforme des retraites.



BZH 19/10/2010 20:38



prise de la température en centre Bretagne les gens en ont marre.


ce soir Hollande et De villepin on s'en "tape" completement...!



DEGROITE 19/10/2010 20:28



EVIDEMMENT C EST UN GOUVERNEMENT DE DICTATEUR



bruno thiriet 19/10/2010 20:19



Tenez-bon M. Fillon!! Les non-grévistes vous soutiennent. Bruno Thiriet


 



Fabrice Tonicello 19/10/2010 17:26



encore une fois, Monsieur le Premier ministre, tenez bon face à la rue !


le comportement du Parti socialiste et de la gauche dans son ensemble, visant à aller débaucher les lycéens et le faire descendre dans la rue est INQUALIFIABLE ! Ces gens, dont au premier plan
Madame Aubry, sont indignes ne serait-ce que de prétendre exercer les plus hautes fonctions de l'Etat.  


Et les jeunes marchent ventre à terre ! Lamentable. 


"La flatterie de la jeunesse est la marque des peuples bas" comme l'écrivait le philisophe Grec PLUTARQUE.


La gauche devrait méditer cela, mais c'est sans doute trop demander !



risso 19/10/2010 15:34



quand je vois les ministres mort de rire a l'assemblee alors que c'est le bordel    je suis degoute



Guy ABENS 19/10/2010 15:16



Je vous écoute avec beaucoup d’intérêt à chacune de vos interventions et particulièrement celles qui concernent la reforme des
retraites.


 


Les moments, que le Président de la Républiques, vous-mêmes et votre équipe vivent, ne sont évidemment pas simples, mais vous devez absolument
tenir et ne pas céder.


 


Il n’y a pas d’autres solutions ou alors il ne faut plus appeler cela « retraite par répartition ».


Il est dommage, que nous ‘’ la majorité silencieuse’’ nous ne soyons pas dans la rue, personne dans ce pays (moi y compris, par
méconnaissance) n‘est capable d’organiser une action en faveur de ce projet.


 


Par contre vous devriez montrer un peu plus de fermeté vis-à-vis de tous ces empêcheurs de travailler.


Car, si le droit de grève est acquit, celui de travailler et de circuler l’est tout autant.


 


Il n’est pas concevable, que dans un pays soit disant démocratique comme le notre, soit tolérer les excès dont nous souffrons
tous au quotidien. Entre les prises d’otages des transports publique, les routes barrées, les dépôts de carburants assiégés,   les zones industrielle bloquées, etc., STOP


 


Et tous cela par une minorité bruyante, que représentent tous ceux qui manifestent par rapport à 63.000.000 d’habitants ?


 


Et ou sont tous ceux qui ont votés pour le changement et les réformes ?


 



SVP courage, l’histoire vous remerciera



Jerri Can 19/10/2010 11:46



A quelques jours des vacances:


si a la cellulle hydrocarbure ils ne sont pas capables de faire en sorte que pendant les 24 prochaines heures, l'ensemble des stations services doivent etre approvisionnées: vous passerez
d'un point de vue populaire (politique) pour des incapables!


renseignement humain il n'y a rien de tel  www.carbeo.com
 



GOUPIL 19/10/2010 10:58



j'accorde toute ma confiance au premier ministre pour traiter ce sujet



andré Guidi 19/10/2010 09:55



M. le Premier Ministre,


c'est une réforme difficile que vous menez.


salutations respectueuses.


 


André Guidi



castetsjj 19/10/2010 09:53



Monsieur le Premier Ministre,


Même si tout est perfectible, bravo pour votre engagement.


En parlant de reforme juste, je pense , même si les ordres de valeurs ne sont pas de la même grandeur, qu'il aurait été judicieux et pédagogique que la réforme nécessaire soit initiée par une
réforme en profondeur des régimes opaques des élus et dont les émoluments  apparaissent scandaleux à nos yeux :


-Rémunérations et cumuls


-Cumuls des mandats


-Retraites et cumuls


Ces économies non négligeables  auraient permis de mettre en avant les valeurs démocratiques et républicaines dont nos élus sont porteurs, si je ne m'abuse sur le sens de la République...


Comment prendre au sérieux des acteurs qui ne montrent pas l'exemple du sacrifice demandé aux citoyens, toutes tendances confondues, même si je prend bien la mesure de la réelle difficultée à se
tirer une balle dans le pied.


Un élu est au service de la République et du citoyen, il n'est pas là pour se servir, c'est à cela que l'on reconnait l'engagement passion pour la Politique et non pour la gamelle.


Je n'abuserai pas de votre temps précieux, merci par avance de me lire.


Respectueuses salutations et courage pour la suite, un citoyen qui tente de réfléchir aux réels problèmes de la mondialisation et qui ne se joint pas à la masse hurlante des foules irréfléchies
par nature.


CJJ



Arc 19/10/2010 09:36



Bonjour Mr Fillion,


je doute fort que vous lisez cet email, cependant je trouve que vous êtes le seul homme qui a dans ce pays "du courage"et je vous en félicite car la tâche est dure.


Ces jours ci, nous avons a faire à des gens gâtés. Comme les enfants capricieux qui se jettent par terre afin d'obténir ce qu'ils veulent. Mais comme ils ont tjs eu ce qu'ils veulaient ...voilà
"la soit disant crise".


Cependant, je vous invite à penser à nous, les 57 millions de personnes qui travaillent et veulent continuer à léver ce pays même en nous sacrifiant niveau transport! Il ne faut pas s'aveugler
pour 3 millions de petits sprits qui n'ont rien compris. Quand je pense que déjà mes petits enfants (pas encore nés) sont endettés, très franchement cet épisode reste ignoble dans un pays
"développé".


Resistez! et j'espère que notre président ne fera pas comme les mamans poules qui pourrisent leurs enfants!


Bien à vous,


Carole Arc



gilles 19/10/2010 07:06



La question ce n'est pas d'augmenter les impôts, c'est de réduire la dépense publique


Et de savoir comment se crée la richesse qui permet ensuite, de la redistribuer



Venise Venise 19/10/2010 01:37



pendant que les français s'inquietent de savoir si demain ils pourront aller au boulot, madame se balade à Venise voir ici ... je me disais aussi ce matin en l'écoutant: elle n'a rien à raconter? pas
reveillée??


La droite se gondole de rire (oui je sais c'est nul)


d'autres de s'inquiéter à savoir  si lors de la toussaint il leur sera possible de se retrouver en famille?


Vous devriez penser que ceux qui souhaitent rejoindre leur famille lors de la Toussaint font leur plein ou des reserves en prevision de ces départs!


si la grève devait durer au dela de la Toussaint: il est vraisemblable que les grevistes passent pour des anes...


Concernant Marseille: il faut que l'Armée fasse le menage en nettoyant les rues c'est une question de salubrité publique! et cela prouverait que vous avez le souci de ceux qui ne peuvent s'exprimer!


 si notre armée n'est pas foutue de le faire ben c'est dramatique...



françoise le ray 18/10/2010 21:01



continuez ou alors.....;celà fait 30ans que nous espérons des changements forts dans notre pays,meme si c'est difficile pour nous et pour vous bien sur,à un autre niveau;nous faisons partie de la
majorité silencieuse,pas la meme culture que les manifestations ou les blocages,mais si nous nous y mettions nous aussi, à dire notre ras le bol et notre écoeurement de ce qui se passe dans ce
pays;je pense que çà ferait beaucoup plus que 3 millions de personnes,sans guerre des chiffres;çà suffit ou alors nous nous sommes trompés en 2007 et celà nous ne le croyons pas encore;avec tout
notre soutienet notre fidélité.



TEKAYA SERENE Steve 18/10/2010 19:17



Monsieur FILLON, 


Je vous soutiens à 200 % et suis heureux d'entendre que votre gouvernement tient bon. Il en va de la crédibilité de celui ci mais également de celui de la France. Quelle image donnerions nous, si
le gouvernement courageux que nous avons, devait reculer sur cet réforme phare du quinquennat, alors que l'équilibre financier du régime de retraite est en jeu. Je souhaite que vous soyez
maintenu à votre poste, même si vous n'en êtes pas le décideur. Dans tous les cas, je vous dit Bravo pour votre travail et votre courage.



Cousin Guy 18/10/2010 19:14



Monsieur le Premier Ministre, j'admire votre détermination, continuez dans ce sens car une grande partie de Français vous soutient, quoiqu'en disent les sondages et le PS.Il serait peut être
opportun que les partis de la majorité organisent des manifestations de soutien à la politique du gouvernement, car nous en avons plus qu'assez de subir tous ces saboteurs de l'économie sans
pouvoir réagir, d'autant plus que ceux qui protestent le plus sont ceux qui sont le mieux lotis en ce qui concerne les retraites.


Avec mes respects.


 



mathieu 18/10/2010 18:48



je suis étudiant, vous dites une infantillisation de la jeunesse. Mais vous oublier que vous n'aurez pas de problème d'argent car simplement votre paye suffit a votre retraite et  d'autre
comme nous devrez travailler plus pour rien gagner et être à moitié ''handicapé " à l'âge de 62 ans. Vous ne voulez pas affronter la vérité recherchons dabord de votre côté au mieux de sortir de
loi qui n'ont pas de sens



Mes vidéos

Fil Twitter

Recherche