Ce site n'est plus à jour

Découvrez Fillon2017.fr
4 novembre 2009 3 04 /11 /novembre /2009 18:44

François Fillon répond à l'opposition sur le bilan de la majorité à mi-mandat à l'occasion des questions d'actualité à l'Assemblée nationale le mercredi 4 novembre 09.

"Monsieur le Président,

Mesdames et Messieurs les députés,

Monsieur le Président Ayrault,


Merci de me donner l'occasion de féliciter la majorité de cette Assemblée pour le bilan qui est le sien à mi-mandat.


Gouverner la France, vous le savez bien, ça n'a jamais été facile, et nous ne sommes pas en 1983, nous n'allons pas changer de politique. Une partie de la majorité ne va pas nous quitter, et nous n'avons pas l'intention d'imposer aux Français la rigueur après avoir conduit comme vous l'aviez fait pendant trois ans, une politique qui a été une politique d'échec.


Si vous voulez faire le bilan, alors il faut comparer les performances de notre pays à celles des autres pays européens.


En 2009, nous allons faire deux fois mieux que les autres pays européens en termes économiques. La récession qui frappe l'ensemble du monde sera de 2,2 en France quand elle sera entre 4 et 5 % en Allemagne, en Italie ou en Grande-Bretagne. Et en 2010, l'Union européenne nous crédite aujourd'hui du meilleur taux de croissance de la zone euro avec 1,5 %. Même s'agissant du douloureux dossier du chômage qui monte dans les pays développés en raison de la récession, nous allons faire 10 points de moins que la moyenne de la zone euro grâce aux mesures qui ont été prises par le Gouvernement.


Ces résultats, qui sont acquis dans un climat social qui est aujourd'hui caractérisé par le dialogue et par le sens des responsabilités des acteurs, nous le devons aux réformes qui ont été conduites sous l'autorité du président de la République. Nous les devons à la rupture que nous avons conduite avec le président de la République et avec cette majorité.


Rupture avec l'autonomie des universités : trente ans d'immobilisme et de refus d'agir, alors que les universités françaises étaient en train de chuter.


Rupture sur la représentativité syndicale sur laquelle personne n'avait voulu agir depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale.


Rupture avec le Revenu de solidarité active, qui met fin à des années et des années de politique d'assistanat.


Rupture avec les 35 heures, dont personne aujourd'hui ne réclame plus la remise en œuvre.


Rupture avec le Grenelle de l'environnement qui nous a permis de passer des grands discours sur l'environnement aux actes, à la mise en œuvre des actions, à la mise en œuvre des financements, du changement.


Rupture avec la politique que nous avons conduite sur la carte judiciaire, sur la carte militaire, avec la réforme des ports, ou encore avec le soutien que nous avons apporté aux créateurs menacés par l'utilisation frauduleuse des nouvelles technologies.


Eh bien, mesdames et messieurs les députés, cette politique de réforme, elle va se poursuivre, et elle va se poursuivre malgré les difficultés liées à la crise. Le Parlement examine aujourd'hui une réforme de la fiscalité locale que nous allons conduire parce qu'elle permet d'améliorer la compétitivité des entreprises françaises. Nous allons conduire une réforme de l'organisation du territoire, parce que nous avons besoin de simplifier l'organisation du territoire. Nous allons vous proposer dans quelques semaines de choisir ensemble les dépenses d'avenir, les investissements d'avenir pour donner à notre pays la croissance dont il a besoin.


Alors où en serions-nous si nous avions suivi les solutions que vous nous proposez ? Nous aurions nationalisé les banques, et comme le proposait monsieur Emmanuelli, joué en Bourse l'argent des Français, s'agissant de leur capital. Nous aurions baissé la TVA comme l'ont fait certains autres pays européens qui le regrettent amèrement aujourd'hui, en se privant des marges de manœuvre nécessaires pour soutenir l'investissement. Nous aurions augmenté la fiscalité sur les entreprises rendant inéluctable et irréversible la désindustrialisation de notre pays.


Quant aux leçons de morale que vous nous donnez, s'agissant de la régulation financière, je voudrais vous faire remarquer que les stock-options n'existent pas seulement depuis 2002 ou depuis 2007, ils existaient quand vous étiez au pouvoir, vous n'avez rien fait pour les taxer. Les retraites chapeaux existaient quand vous étiez au pouvoir, les problèmes de régulation financière, les paradis fiscaux, c'étaient bien des questions qui se posaient. Non seulement nous avons agi sur tous ces sujets, mais le président de la République française a de surcroît pris la tête du combat international pour la régulation financière, du combat international dans la lutte contre les paradis fiscaux, pour une meilleure gouvernance mondiale, ou encore pour faire en sorte qu'à Copenhague, nous soyons en mesure de signer un véritable accord sur le climat.


Voilà la réalité, monsieur Ayrault. Alors, certes, il reste beaucoup à faire, et j'invite la majorité à se mobiliser pour poursuivre son action. Mais il y a une chose qui est certaine et que les Français savent, c'est que nous avons remis la France en mouvement, nous avons dégrippé les moteurs du changement. Je ne confesse qu'un seul échec : nous n'avons pas réussi à remettre en mouvement le Parti socialiste !

Partager cet article

Publié par François Fillon - dans TRIBUNES ET DISCOURS
commenter cet article

commentaires

TOUSSAINT NOVIANT 17/11/2009 19:20


MR FILLON
J'ai entendu votre discours sur les collectivités et la taxe pro...
Enfin , vous étes là
je suis avec vous!


CH CHIPAULT 10/11/2009 08:41


Je tiens à féliciter les actions engagées par le gouvernement. J'apprécie les actions et les discours de Mr Fillon. Je déplore par contre par moment la politique un peu spectacle de Mr Sarkozy.
Je suis un chef d'entreprise d'une PME et je souhaite que cette réforme sur la taxe professionnelle soit menée à bien. Elle me permettra de recruter un commercial qui permettra de continuer le
développement de ma PME et par répercution donner du travail à l'ensemble du personnel et donc d'améliorer la situation de la région d'ALBERT (retour positif pour les collectiviter)
C.C. 


Caroline Morard 05/11/2009 00:53



Par la hauteur, la dignité et l'efficacité de cette réponse vous vous posez en véritable et incontestable PATRON de la Majorité.


Votre bilan est suffisamment éloquent et sans précédent par ses réalisations pour ne souffrir aucune contestation et encore moins l'ironie insoutenable de l'opposition.


La « rupture » les Français la mesure au quotidien dans les évolutions concrètes de la société acquises depuis 2 ans et demi.


N’oublions pas non plus sans exhaustivité, ni chronologie, ni primauté :



- La loi de modernisation de l'économie (LME) qui a développé la
concurrence dans la grande distribution, réduit les délais de paiement des entreprises et créé le statut d'auto-entrepreneur.


- La loi Tepa qui a défiscalisé les heures supplémentaires


- L’autorisation du rachat de RTT


- La refonte des régimes spéciaux de retraites


- L’instauration du service minimum dans les transports et les écoles.


- La revalorisation du crédit d'impôt recherche


- La refonte de la formation professionnelle,


- La fusion de l'ANPE et des Assedic en Pôle emploi,


- La réforme territoriale de l'hôpital,


- L’introduction des peines planchers,


- La nouvelle procédure de rétention de sûreté


- La mise en oeuvre du droit au logement opposable,


- L'assouplissement de la carte scolaire,


- La suppression des cours dans les écoles le samedi,


- Le rattachement de la gendarmerie au ministère de l'Intérieur


- La réforme constitutionnelle qui a revalorisé le travail parlementaire…



Ce sont autant d’engagements de campagne du candidat Sarkozy tenus que de victoires sur le front des conservatismes et du déclinisme rampants de notre nation.


Dans un monde qui change pour la même manière pour tous, ce qui fait la différence c’est la capacité des hommes et des organisations à défier leurs certitudes et à se remettre en cause pour
construire l’avenir autrement. 
Nous savons que jusqu'au terme de ce mandat, le chemin sera difficile, semé d’embûches et de résistances au changement mais le fondement de l’engagement politique est de porter des projets
d’avenir qui servent le bien commun, même et surtout quand ils dérangent les autruches dispersées à notre gauche.


M. Ayrault a dû se sentir bien misérable, solitaire, et impuissant face un tel plaidoyer empreint de la volonté, de la probité, de la loyauté et de la responsabilité qui ont toujours et
continueront à signer votre action politique et fondent la confiance et la fierté des Français.



Marie 04/11/2009 21:02



 Un  merci  justifier à Monsieur le Premier Ministre  Francois  Fillon qui ne
parles pas  pour  ne rien dire  ......qui  à su  si bien répondre  J.Marc  AYRAULT toujours pauvre d'idée objectives et si négatif
 



Mes vidéos

Fil Twitter

Recherche