Ce site n'est plus à jour

Découvrez Fillon2017.fr
30 janvier 2013 3 30 /01 /janvier /2013 20:15

 

 

 

 

 

Monsieur le Président,

Madame le Ministre,

Mes chers collègues,

 

«Présider la République, c’est refuser que tout procède d’un seul homme, d’un seul raisonnement, d’un seul parti»: voici les mots du candidat François Hollande, prononcés au Bourget, en Janvier 2012.

 

A l’évidence, ce projet de loi contredit cette proclamation.

Il  procède de la volonté du Président de la République qui a choisi de passer outre les centaines de milliers de manifestants opposés à ce texte.

Qui a choisi d’ignorer les inquiétudes exprimées par les représentants des cultes.

Qui a choisi de négliger l’avis de l’Académie des sciences politiques et morales.

Qui a choisi de ne pas s’en remettre au référendum.

Bref, qui a choisi seul, avec sa majorité, d’imposer un changement profond du droit de la famille et de la filiation.  

 

Hier, le parti socialiste accusait le Président Sarkozy d’autoritarisme et il ne ménageait pas son soutien à tous ceux qui battaient le pavé contre mon gouvernement.

Aujourd’hui, il goûte au pouvoir présidentiel et majoritaire et conteste celui de la rue. 

Contrairement à la gauche, je n’ai jamais critiqué les prérogatives du Chef de l’Etat, mais ceci dit, je regrette de les voir utilisées de façon discrétionnaire, sur un sujet sensible qui aurait mérité une approche pragmatique et rassembleuse.

 

Le projet gouvernemental devait, nous disait-on, susciter le consensus.

Eh bien il n’y a pas consensus !

Les centaines de milliers de Français qui ont manifesté le 13 janvier dernier n’étaient ni des extrémistes, ni des passéistes, ni des idéologues.

Est-il nécessaire de préciser qu’on peut être contre le mariage pour tous et combattre l’homophobie, qui est une injure faite à la dignité qui entoure chaque être humain.

Dois-je aussi préciser que l’on peut être favorable à ce projet et respecter les arguments de ceux qui ne le sont pas, et réciproquement.

 

Mieux vaut le préciser, car le débat actuel a fait resurgir des tensions, parfois détestables.

Sur les réseaux sociaux, une violence malsaine gronde.

Homophobie d’un côté, anticléricalisme de l’autre: toutes ces dérives qui mutilent notre fraternité sont inquiétantes.

Je dis au gouvernement «prudence». Et je dis au Président de la République qu’il n’agit pas dans un contexte serein. Nous sommes en crise, et autour de nous les repères s’effritent.

Les risques de rupture existent, et son devoir est d’assurer la concorde de la nation.

Il ne doit pas laisser les Français se dresser les uns contre les autres sur des sujets de société qui précisément réclament une pédagogie du rassemblement.

 

Pourquoi cette question du mariage homosexuel ne fait-elle pas l’objet de plus de précaution ?

On ne peut à fois prétendre que ce texte de loi constitue une «réforme de civilisation» et agir avec précipitation, sans au surplus donner la parole au peuple.

On ne peut offrir aux maires «la liberté de conscience» - c’est-à-dire la capacité pour un agent de l’Etat de refuser d’appliquer une loi de la République ! – et légiférer avec insouciance.

Si François Hollande a cru bon d’évoquer devant les maires cette liberté de conscience, c’est bien que l’affaire est grave. Et si l’affaire est grave c’est qu’il y a un problème de fond qui ne sera pas réglé en quelques semaines au Parlement.

 

Quel est le problème ?

Il est que ce projet de loi remet en cause le cadre juridique et social du mariage qui structure la société et la filiation depuis des siècles.

On me rétorque que cette conception du mariage se heurte aux mutations de notre temps.

Je ne suis pas dans un déni de réalité car je sais qu’il y a des situations de fait que le législateur doit résoudre.

Je ne m’érige pas non plus en juge car je ne doute pas des capacités d’affection et d’éducation d’un enfant par un couple homosexuel ou encore par une femme ou un homme seul.

 

Ce souci d’assumer la réalité sans la juger ne me conduit pourtant pas à accepter le principe d’une égalité totale des droits.

Les citoyens sont égaux, ce qui n’implique pas que les situations entre couples homosexuels et couples hétérosexuels soient totalement égales.

Beaucoup de choses ont été dites par mes collègues sur ce sujet, et je veux juste insister et alerter nos concitoyens sur un point que le slogan de l’égalité dissimule: celui du « droit à l’enfant».

 

Si le principe d’égalité est suffisant pour le gouvernement pour justifier de chambouler l’institution du mariage, s’il est suffisant pour relativiser le bien-fondé de l’altérité et élargir le droit à l’adoption, alors il sera rapidement considéré comme suffisant pour accorder aux couples de femmes l’assistance médicale à la procréation.

 

Nous touchons ici à une question très profonde.

Car un enfant conçu par ce procédé au sein d’un couple de femmes, ou par une femme seule, pourra-t-il réparer ce double manque: celui de ne pas savoir d’où il vient et celui de ne pas avoir de père qui l’élève ?

 

Sur l’extension de la PMA, le Président de la République a saisi le Comité national d’éthique.

C’est sage mais bien tardif et c’est au demeurant vain, car j’ai cru comprendre que sur ce sujet la majorité socialiste était largement prête à franchir le pas dans quelques mois.

 

Une fois ce pas franchi -  au nom de l’égalité toujours ! - les couples d’hommes ne manqueront pas d’exiger le droit à la gestation pour autrui.

Beaucoup la réclament déjà et certains n’ont pas hésité à y recourir à l’étranger.

Ce jour-là, quel argument le gouvernement leur opposera-t-il ?

Celui de l’inégalité ? Surement pas puisqu’il fait de l’égalité des droits le fil directeur de son projet !

Celui de l’interdiction de marchander son corps ?

Naturellement cet argument sera avancé, mais il sera rapidement démonté par qui vous convaincront que le recours à une mère porteuse est aussi «estimable» que le recours à la science et à un tiers donneur anonyme. 

Ils évoqueront les quelques exemples étrangers où la PMA est ouverte à tous, et certains dénonceront le vide juridique qui entoure leur enfant né ainsi hors de nos frontières.

 

 

Sur ce point Madame la Ministre, votre circulaire qui facilite l’acquisition de la nationalité française pour les enfants nés de mère porteuse est, d’une manière ou d’une autre, une brèche vers la légalisation de la gestation pour autrui.

 

Les partisans de la GPA s’y engouffreront, et tous ne manqueront pas de reprocher à la France d’être à la traine du «progrès».

Que n’a-t-on dit et exigé au nom du progrès sans se poser la seule question qui vaille: vers quel monde courons-nous et pour quel humanisme ? 

 

Ceci pour dire, qu’au nom de l’égalité, le gouvernement ouvre une boite de pandore, et croyez-moi, il sera difficile de la refermer.

Ceux qui me rétorquent que les ruptures fondamentales de la PMA et de la GPA, ne sont pas à l’ordre du jour, seront les mêmes qui dans quelques temps affirmeront que le «droit à l’enfant» est respectable.

Car oui, derrière le mariage pour tous, il y a le droit à l’enfant pour tous et par tous les moyens.

 

Aujourd’hui, la majorité nous dit qu’il n’en est rien. 

Mais très bientôt, je ne doute pas que pour légitimer ce nouveau droit les motifs les plus généreux et les plus sincères seront alors employés: dont celui de vouloir avoir un enfant et de l’aimer.

Une fois encore, le poids des sentiments imposera sa loi.

 

A ceux qui pensent que j’anticipe des évolutions qui ne sont pas inscrites dans ce projet, je rappelle qu’en 1999, le PACS nous était présenté par le gouvernement socialiste comme l’étape législative ultime de l’union entre deux personnes du même sexe.

Jamais, nous disait-on, le législateur n’ira ni ne devrait aller plus loin ! Jamais ?

Par délicatesse, je ne citerai pas toutes les phrases prononcées dans cet hémicycle par l’ancienne Garde des Sceaux, chargée de faire voter le PACS.

Son opposition au mariage homosexuel et à l’adoption était sans ambiguïté et elle concluait son propos avec une formule qui résonne étrangement dans notre hémicycle : «Je n’ignore pas  -je la cite-  le procès d’intention sur un éventuel «après » de cette proposition qui préparerait des évolutions plus fondamentales de notre droit. Je m’élève avec la plus grande énergie contre de telles insinuations.»

Voilà les mots d’hier qui nous disaient «jamais». 

 

Une décennie plus tard, ce qui était formellement refusé en 1999 est officiellement accepté: le mariage est ouvert aux couples homosexuels avec l’adoption. 

Cette  course ne s’arrêtera pas en chemin et il ne faudra pas longtemps pour voir la majorité s’accommoder de la procréation médicalement assistée et la gestation pour autrui qui sont les «horizons naturels» de ce projet de loi.

 

Il n’est nul besoin de se livrer à un procès d’intention pour envisager ce scénario. Il est seulement la conséquence logique d’une quête effrénée de l’égalité absolue; la conséquence du «tout pour tous».

 

Avec ce projet de loi, nous entrons donc dans une spirale dont les répercussions risquent d’être lourdes, et il est bien présomptueux de penser que nous pouvons légiférer sans avoir la main qui tremble.

La querelle qui nous divise est d’autant plus regrettable qu’il existe une voie pragmatique pour avancer ensemble, de façon consensuelle.

En disant «non» au mariage pour tous, l’opposition ne dit pas «non» à des évolutions juridiques ciblées, elle ne dit pas «non» à la reconnaissance que recherche les couples homosexuels car chacun est libre de vivre sa vie amoureuse sans être défié ni jugé par les autres.

 

Nous pouvons travailler à un PACS renouvelé, renforcé de droits nouveaux.

Sur la base d’une nouvelle forme d’Union Civile, il répondrait aux attentes des couples  et ne bouleverserait pas les cadres du mariage et de la filiation.

 

Je crois, Mes chers Collègues, que le gouvernement n’a pas pesé toutes les incidences juridiques, sociales et éthiques de son projet.

Ce projet divise la France au moment où elle devrait être rassemblée, et il pose les jalons d’une société où le droit et le désir des adultes passeront avant ceux des enfants.

 

Les Français qui s’opposent à ce texte de loi ne sont pas entendus. Ils étaient pourtant des centaines de milliers à descendre dans la rue pour défendre leur cause.

Inutile de les compter ou de les recompter… Ils sont de toute façon très nombreux et ils sont, à leur façon, les portes parole d’une tradition qui n’a pas fini d’être moderne.

 

Aujourd’hui, la responsabilité de l’opposition est de relayer leur voix, car cette France que le gouvernement n’écoute pas doit être respectée.


Notre responsabilité est aussi de parler clair.

La PMA et la GPA sont des lignes rouges.

Le flou des réponses du gouvernement sur ces sujets révèle la faiblesse de ses convictions.

Si ces lignes rouges étaient franchies, il est du devoir de l’opposition d’avertir qu’à l’heure de l’alternance – par ce qu'il y aura alternance – nous réécrirons la loi pour stopper cette dérive car elle consacrerait une régression de notre conscience humaine.

Partager cet article

Publié par François Fillon
commenter cet article

commentaires

paul reynard 11/02/2013 18:43


Monsieur le Premier Ministre,


La loi sur le "Mariage pour tous" doit-elle obligatoirement être écrite en français au sens du dictionnaire de l'Académie Française, sous peine de nullité ? En effet, ce dictionnaire indique que
le "mariage" est l'union de deux personnes du sexe opposé.


Très respectueusement. Paul reynard

Dominique 06/02/2013 11:24


Concernant le mariage pour tous, je me pose quand même une question: le mariage ouvre des droits, certes.Mais il suppose tout de même un devoir préliminaire. Pour l'homme celui de passer par la
femme et pour la femme de passer par l'homme. Tout le reste coule de source (l'enfant, la famille et les droits protecteurs de cette famille). Les homosexuels font fi de ce "devoir conjugal" du
fait de leur orientation sexuelle. Est-il normal qu'ils revendiquent alors les droits qui y sont afférents?


Ils ont parfois des enfants naturels, nés d'unions précédentes, donc je comprends qu'il faille encadrer leur famille existante. Mais comment faire pour que la loi puisse protéger ces enfants qui,
au final, n'ont pas demandé grand chose, sans pour autant, perpetuer les conditions pour que ces familles si particulières deviennent habituelles?


En cas de désaccord sur le nom à donner aux enfants à naître, il est question de donner à l'enfant les deux patronymes à suivre. Mais lorsque les enfants seront adultes, s'ils rencontrent une
personne portant aussi deux noms, ils porteront quatre noms?

shade 06/02/2013 05:51


URGENT . C'est bien de débattre de la loi sur le mariage pour tous . Par contre pas un mot sur les conséquences en matière de DIVORCE pour tous . Comment ça se passera ? Auteur de la demande ,
procédure , conciliations , mesures provisoires etc Nos tribunaux sont ils prêts à traiter ces situations ? Une intervention à ce sujet serait utile , à mon humble avis . Cordialement

gaetan 05/02/2013 18:30


http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2013/02/05/97001-20130205FILWWW00552-pierre-moscovici-fustige-l-anti-patriotisme-de-l-ump.php


Cela nuit à l'image du pays. Elle est bien bonne. Et pourquoi pas contre révolution réactionnaire pendant qu'on y est !


Vraiment des gros niais. Je préfère croire que c'est de la manoeuvre politicienne, plutôt que de penser qu'ils y croient vraiment.


n'importe quoi.

FAUDEMAY Christian 05/02/2013 13:09


Monsieur, concernant l' identite d'enfant de couple homosexuels, est-il correct que ces enfants soient identifiés par le fait qu'ils possèdent deux noms, l'un derriere l'autre. Le conseil
constitutionnel peut il accepte que des enfants ne soient pas à la naissance égaux par rapport aux autres?


 Merci pour tout ce que vous faites, Monsieur Fillon.

Ar-men 04/02/2013 22:54


Monsieur le Premier Ministre, il semble que Mme Kosciuko-Morizet soit en première ligne pour la Mairie de Paris. Toute polytechnicienne bobo qu'elle soit, elle vient de scier la branche sur
laquelle elle trônait, en affirmant qu'elle s'abstiendrait pour la loi Taubira, en étant d'accord sur le principe mais en découvrant tout à coup la PMA et La Gestation pour autrui....


Il y a actuellement une telle défiance en France quand à la parole des politiques, que vous semblez désormais le seul capable de reprendre la capitale.


Ce n'est pas négligeable et vous y auriez les feux de la Ville-Lumière gérée comme vous pourriez le faire après tant d'incurie dispendieuse.


Peut-être n'est-ce pas votre projet... Néanmoins, veuillez prêter l'oreille à la voix de ceux qui n'ont qu'un bulletin de vote pour peser dans l'histoire de 2014.


Croyant, Monsieur, à votre caractère, je serais à l'occasion votre soutien cordial


 


 


 


 

Georges CHAUSSIN 04/02/2013 12:46


Monsieur le Premier Ministre, vous êtes le seul à dire qu'il faudra revenir sur cette loi en 2017 lorsque les socialistes auront été éliminés par leur propre incompétence. Soyez assuré que de
très nombreux français qui ne veulent pas du meilleur des mondes vous soutiendront dans cette entreprise. Nous ne voulons pas de cette société prométhéenne qu'une poignée d'intellectuels branchés
veut nous imposer. On ne piétine pas la loi naturelle sans de graves conséquences. Tout être humain a le droit de connaître ses origines et si possible d'avoir un père et une mère. Faute de quoi
nous vivrons dans une société violente et névrotique.


Bien cordialement.


 


 


 


 

Ar-men 02/02/2013 23:44


Enfin, Monsieur Fillon, on vous entend...


Nous attendions de vous, avec une certaine impatience, une parole forte et argumentée sur un ton de sincérité dépassant le discours politique. Nous, les silencieux, qui formons encore
la trame solide de notre pays. Cette nation qui s'est confiée à quelques voix près aux copains à paillettes de l'actuel président de la République, enivrés par tant de pouvoir.


Le 24 mars 2013, "nous sortirons" dans Paris une fois de plus, avant la détestable loi sur la famille - ou plutôt sur "les familles" -comme l'a dit Mme Bertinotti-. Loi de procréation et de
gestation déplacée qui mettront en jeu trois partenaires pour un seul enfant, si ce n'est quatre pour la co-parentalité lesbiennes-homosexuels, déjà visible sur Internet. Nous n'en voulons à
aucun prix... Calmement, civilement, nous serons encore bien plus nombreux à nous montrer. Il n'est que d'interroger toutes sortes de personnes pourtant bien différentes entre elles. Une fracture
se fraie rapidement un chemin dans le terreau de la France désorientée : il n'aura pas fallu longtemps à M. Hollande pour cliver ce qu'il promettait de rassembler.


Cette bataille démocratique sera une grande parmi d'autres, toutes importantes pour l'avenir du pays aujourd'hui en régression, et pire, démoralisé.


Il va falloir une combativité de chaque instant, sans se laisser aller, comme vous le soulignez au règne de l'émotionnel, l'arme des bien-pensants de gauche.


Il faudra aussi une véritable qualité de communication avec tous les moyens actuels.


Force d'âme, force de l'intelligence, force d'une vision à plus long terme... C'est beaucoup demander à un homme, à son équipe.. Mais nous n'avons pas le choix.


Croyez, Monsieur le Premier Ministre, à mon espoir respectueux, 


 


 


 

DUMONT 02/02/2013 11:09


Bonjour,


tout d'abord félicitations pour votre intervention à l'Assemblée, clarté, précision et hauteur de vue.


Maintenant que le gouvernement ne cache plus son intention d'aller au dela du mariage pour tous vers la PMA puis la GPA c'est à dire vers la commercialisation du corps humain, sa vente, sa
location, ne serait il pas possible de le pousser au bout de sa logique en déposant un amendement visant à abroger la loi "Marthe Richard" interdisant les maisons closes?


Merci et bon courage.


 

Salques Dominique 01/02/2013 20:40


Monsieur le Ministre,


C'est avec une attention soutenue que j'ai suivi votre intervention à l'Assemblée nationalelors de votre intervention sur le projet de loi relatif au mariage pour tous; intervention dont j'ai
profondément apprécié la justese et la profondeur des réflexions et remarques.


Au delà de ce sujet de préoccupation intense, il en est un autre qui ne manque pas également d'attiser ma réflexion, en l'occurence les travaux de réorganisation de l'UMP et la prochaine élection
prévue à l'automne prochain.


Bien que vous réserviez encore votre décision finale quant à une nouvelle participation à cette élection, si je ne me trompe, il a été annoncé que vous alliez entamer une tournée sur le terrain
au mois de mars. Vous serait-il possible d'envisager une anticipation de votre calendrier ? Le temps est précieux d'autant plus qu'il s'écoule bien rapidement.


Veuillez agréer, monsieur le ministre, l'expression de ma plus haute considération.


 

Pierre Bellenger 01/02/2013 19:31


Merci de votre intervention, principalement de rappeler à Hollande ce qu'il reprochait à Sarkosy, dans son discours du Bourget..


Hollande a un problème majeur : éviter par tous les moyens que le débat promordial du Changement d'organisation de notre vie en société, ne vienne en premier plen. Alors, il lance le peuple de
france sur un débat  moral qui sera houleux, et qui fera diversion. Hollande serai-ilt un doctrinaire sectaire ou un émissaire de l'oligarchie financière. Cette dernière sait que sa doctrine
de la Pensée-Unique ne peut faire fonctionner notre vie en société correctement ; elle livre un combat d'arrière-garde. !


Monsieur Fillon, évitons de nous  enfermer dans ce piège. Vous savez très bien que la première urgence est dans une nouvelle organisation de notre vie en société. Nous sommes encore en
Démocratie, et nous pouvons le faire. C'est une affaire de courage politique, d'intelligence du progrès humain.

Tiphainev 01/02/2013 13:23


Monsieur le premier Ministre,


merci pour ce discours clair, construit, sensé et surtout très faternel. Je vous avoue qu'il m'a fait vous découvrir sous un nouveau jour, vous que j'ai espéré comme président un temps, et avec
qui une incompréhension s'est installée face aux différentes mesures dites progressistes de votre Minsitre Luc Châtel. Que vous écoutiez cette France des traditions d'une réelle modernité nous
comble de joie M. le premier ministre ! 


Vous redorer le blason de l'UMP qui, depuis quelques temps, est pourtant bien gagné par la rouille...


Merci, Merci, Merci

portzer 31/01/2013 21:08


Merci pour ce discours d'une grande clarté qui rassemble et qui apaise !


Sans aucune homophobie, je me sens opprimée, violée dans ma conscience de mère. Une colère sourde gronde au plus profond de moi que je n'explique pas.


 

petit brigitte 31/01/2013 20:53


Encore une fois Bravo !!!! nous continuerons à faire triompher nos idées et nos valeurs !!!!


continuez François Fillon, nous sommes une grande majorité, militant ou sympathisant


pour vous soutenir afin de gagner tous ensemble les prochaines échéances électorales !!!!


bien chaleureusement, Brigitte - militante UMP - 76130 MSA ....


 


 

Jacques 31/01/2013 19:37


Vers un éclaircissement juridique de la loi sur « le mariage pour
tous » ?


Merci monsieur le Premier Ministre pour votre intervention de grande qualité. Pour l’instant, constatons
qu’elle n’est pas relayée par les médias.


De nombreux concitoyens semblent un peu noyés devant l’avalanche  de mots échangés et le mélange de notions, tantôt humanistes, tantôt juridiques, tantôt sentimentales, etc.


 Puisqu’il s’agit de
légiférer, raisonnons déjà simplement en droit. Et là tout s’éclaire et tout est simple.


Le MARIAGE a vocation à créer un foyer et donc vocation à accueillir la naissance d’enfants. Les conséquences
du mariage sont simples, et DONC, si les lesbiennes peuvent se marier, elles réclameront pour ce faire  la Procréation Médicalement Assistée ; et
si les gays peuvent se marier, ils réclameront la Gestation pour autrui (GPA).


Les conséquences juridiques de La GPA sont simples : par la vente d’ovules et la location d’un utérus,
c’est à dire l’achat de la fabrication d’un enfant, on admet que l’on peut vendre et louer le corps humain (alors que celui-ci est jusqu’à présent, « hors commerce » dans notre loi),
par voie de conséquence la prostitution et le proxénétisme (interdits par la loi française) seront de fait légalisés à terme (comme en Espagne), et plus rien ne pourra empêcher la vente
d’organes.


La circulaire de Madame Taubira ne fait pas qu’ouvrir une brèche, il semble qu’elle vise à contourner la loi
française en permettant la légalisation d’actes interdits en France simplement parce qu’ils sont commis à l’étranger , DONC elle serait « HORS LA LOI ». De surcroît elle constitue une
prime à l’argent puisque les catégories sociales les moins favorisées ne pourront y recourir.


Les Français ont BESOIN D’UN ARGUMENTAIRE JURIDIQUE, LEQUEL EST SIMPLE ; il faudrait le faire
connaître.


Il n’est pas sûr du tout que vous puissiez, plus tard, revenir sur une telle
loi.


IL FAUT SE BATTRE MAINTENANT : nos élus doivent œuvrer pour que chaque député puisse VOTER EN
CONSCIENCE et en TOUTE LIBERTE ! Pour que chaque élu ait sa liberté de conscience.


SINON, cela signifie, toujours d’un point de vue juridique, que notre REGIME  POLITIQUE EST, POUR LE MOINS, INDIGNE D’UNE DEMOCRATIE.


Nous sommes bien entendu d’accord pour étendre les droits des personnes de même sexe au sein d’une
union civile et reconnaître le statut du beau parent.


A toutes fins utiles, on peut lire le dossier d’analyse juridique du mariage fait par l’UNAF (Union
Nationale des Associations Familiales).


Bien cordialement et bon courage.

Christine 31/01/2013 17:40


Cher Monsieur Fillon,


Discours bien construit comme toujours mais qui, hélas, ne changera pas le vote final. On fait des lois sur mesure pour des enfants gâtés qui veulent tout et n'importe quoi et qui n'assument plus
rien. On veut un enfant comme un Ipad. C'est une honte. Le gouvernement socialiste actuel est le pire de tous, sectaire, jusqu'au-boutiste, amateur et dangereux. A côté, MM. Mitterrand,
Bérégovoy, Badinter, Delors nous paraissent comme des monuments d'intelligence. Nous sommes nombreux à être extrêmement inquiets de la tournure actuelle des choses. Nous comptons sur vous,
Monsieur Fillon, pour combattre sans relâche cette majorité.

gaetan 31/01/2013 13:58


Vous vous engagez bien loin, dites donc, et sur un sujet dont tout le monde se f.... éperdument dans quelques semaines.


L'économie est entrain de couler. Le chomage, les retraites, çà c'est du lourd. ALors que la GPA, GMA, .... 


C'est là que se situe le débat et vous êtes désespérément silencieux.


Un salarié est venu me trouver pour demander une rupture conventionnelle. Surprise, j'ai constaté que le gouvernement a augmenté le forfait à payer de 20 % au 1er janvier.


Le chomage partiel de nouveau soumis à autorisation préalable, l'augmentation du cout des heures supp qui cela dit en passant, ne sont pas un choix pour toutes les entreprises qui ont il y a plus
de 10 ans embauché leurs salariés en 39 h, les indemnités de licenciement qui crucifient littéralement les PME et TPE qui ont des soucis de trésorerie et n'en parlons pas des grosses difficultés
à faire du résultat. Sujet maintes fois dénoncé comme incohérent par le FMI, l'OCDE, et l'Union européenne comme facteur aggravant du chomage en France et du manque de compétitivité.


Et la formation des chomeurs interdite, car le fromage de 40 milliards, oui 40 milliards exclusivement réservé aux actifs sert également de corne d'abondance aux syndicats chargés de le gérer -
majoritairement la CGPME et FO -.


Pourquoi êtes vous si muets sur ce sujet.


Sortez du placard nom de Zeus, vous êtes gaulliste d'inspiration, c'est sur un sujet aussi lourd qui rendra la PMA et la GPA, le mariage pour tous quoi qu'on en pense, totalement secondaire
lorsque la misère aura atteint le coeur de la classe moyenne.


Faites vous entendre. C'est là qu'est la nouvelle société de 2017.


Le gouvernement vous endort tel l'orchestre du Titanic avec le mariage pour tous, la suppression du terme "race" de la constitution alors qu'il n'y a plus de chaloupe depuis longtemps.


Agissez

laurent PAUL-PETIT 31/01/2013 13:38


Bravo M. le Premier ministre pour votre intervention ferme contre le projet de mariage gay.


Je souhaite seulement que lorsque vous serez à nouveau aux commandes, vous ne fassiez pas que"réécrire" ce texte (s'il est promulgué, cela reste à voir) mais que vous l'abrogiez purement et
simplement : la loi de la république n'est pas habilitée à remettre en cause le fondement naturel de la famille et de la filiation.


avec mes sentiments respectueux.


 


Laurent Paul-Petit

Yves de Lignières 31/01/2013 13:03


Bravo et Merci pour votre intervention qui résume parfaitement l'esprit de cette loi dangereuse pour la société et divise la nation avec un sectarisme honteux qui sert de paravent aux difficultés
économiques de notre pays.Cordialement.  

Dominique 31/01/2013 12:06


Bonjour Monsieur Fillon


J'essaie de suivre le plus possible les débats autour du mariage pour tous à l'Assemblée Nationale et je dois dire qu'aujourd'hui, j'éprouve un sentiment de colère et de révolte face à ce que
nous subissons dans nos convictions profondes.Un mariage d'homosexuels est un non sens, car ces deux termes s'opposent. C'est comme si on disait "monter en bas" ou"rentrer dehors". Cela confine à
l'absurde. Le mariage est pour moi un contrat moral et réciproque d'un homme et d'une femme, tourné vers la necéssité de faire grandir l'enfant. Adossée à la loi naturelle de procréation et de
sexualité humaine, cette institution s'est révélée capable de constituer  une armature à notre société depuis des siècles..On cherche à la réduire aujourd'hui  à une simple cérémonie
propre à ouvrir des droits!! Cette conception consumériste et imposée de façon arbitraire est d'une grande violence.


Merci de votre intervention qui m'a remis un peu de baume au coeur, de même que celle de Laurent Vauquier et celle d'une autre personne qui a parlé de l'inversion des valeurs en ce qui concerne
l'adoption et le droit dans le mariage pour tous. C'est vraiment là que l'on vous attend. Aborder le fond des choses, redéfinir le sens, la Loi, donner une perspective par rapport à l'évolution
de la société, donner des limites, mettre à jour les mensonges et les manipulations...


C'est parce que le combat sera difficile que cela vaut la peine d'être mené. On voit bien que vous avez en face de vous des gens aveuglés par leur dogmatisme, convaincus de leur supériorité de
soi-disants progressistes, maniant très vite l'ironie et l'invective. Non, ce ne sera pas facile!! car vous le faites en plus dans les pires conditions puisque vous êtes minoritaires. Ne vous
fourvoyez pas dans des propos agressifs ni dans des attitudes d'obstruction qui vous nuieraient. Si vous perdez la bataille parlementaire, vous pouvez largement la gagner sur le plan de
l'intelligence, de la tenue et des valeurs.Et si les socialistes la gagnent, ce ne sera pas forcément à leur honneur.


On vous soutient et on est avec vous


 

Marie-Luce 31/01/2013 12:04


Monsieur le Premier Ministre, je vous soutiens et je partage vos convictions.


Votre éclairage sur la vie de la société et la vie politique va dans le sens de l'évolution;


J'attends avec impatience que de nombreux citoyens se regroupent autour de vous et que nous , les militants et les sympathisants ,apportions avec votre aide,une dynamique , une espérance
,une vision optimiste à l'ump


 

Cieslik 31/01/2013 11:30


Je trouve que les politiques devraient s'occuper des 3,4,5,6 millions de chomeurs et de fixer des vrais obejectifs au pays. Mais que cela, à priori ils ne savent pas bien !


Un pays à besoin d'objectifs claires et qui donnent de l'espoir aux hommes et aux femmes. Faudra-t-il attendre une évolution des mentalités pour y tendre ?


Franck

Toque 31/01/2013 09:50


Bonjour Monsieur,


A l'heure des débats houleux, il serait vraiment bienvenu que la droite n'entre pas dans le jeu des passions. En regardant les chaines parlementaires, nous, simples citoyens, sommes souvent
choqués par les exclamations de nos députés.


Peut être qu'une injonction de votre part permettrait plus de calme, et donc de pertinence, de la part des représentants de l'UMP.


 


Sachez en tout cas que nombre de citoyens vous soutiennent en pensée.


 


Bien cordialement,


 


FT

dubois 31/01/2013 09:25


Félicitations, Monsieur le Premier Ministre. On n'en attendait pas moins de vous. Vous rappelez à juste raison que nous ne sommes pas homophobes et que nous respectons les différences. Mais cela
ne signifie pas l'abandon de  nos valeurs.


Pourtant on peut s'interroger sur notre société en train de perdre tout bon sens pour ne pas dire autre chose! Il nous semblait à beaucoup d'entre nous qu'il y avait un lien direct
entre mariage et  filiation. Aujourd'hui, ce qui nous est proposé, c'est d'officialiser des unions par le mariage, institution qui a été pourtant bien malmenée depuis des décennies
et de dénaturer sa finalité. Quel revirement!

beaucourt alain 31/01/2013 09:22


Monsieur le Premier Ministre,


Merci pour votre intervention qui,je crois,renforce l'opposition.Afin de continuer à vous soutenir je participerai, samedi 2 février,à la manifestation organisée par la Fédération UMP
Haute-Vienne(triste Fédération,sans Président,sans Secrétaire Départementale).Mais nous sommes bon nombre à attendre votre présidence...


 

alice 31/01/2013 08:30


"...ces choses là sont rudes il faut pour les comprendre avoir fait ses études..."...cher  Victor Hugo.........éclaire nos pensées........alice

jean-François Chaussier 31/01/2013 07:25





Monsieur Fillon, comme d’habitude j’ai apprécié votre analyse, claire et précise. Vous avez raison d’en appeler au président de la République, car le premier ministre ne semble pas tenir ses
troupes, sinon il ne devait pas avoir d’incident Taubira. Dans ce contexte, comment légiférer avec sérénité lorsque le trouble et la confusion s’installent sur un sujet qui bouscule et interpelle
les consciences ? Mise à part la peine de mort, je n’ai pas souvenance d’une mobilisation aussi importante des consciences. Nous sommes dans l’incohérence et l’irresponsabilité. Dans ces
conditions, il appartient à l’opposition d’apporter de la rationalité au débat comme vous venez de le faire dans votre communication. 

vale 31/01/2013 06:56


F Fillon,


Comment ne pas subir l'influence des US de B. Obama, comment refuser ce que l'Espagne, la Belgique,le Danemark ont déjà ou vont accorder ?


Tout ceci nous dépasse car il s'agit de légaliser ce qui existe déjà.


Nous devons protéger les enfants issus de ces couples. Quant-à la PMA, il faudra encore rembourser celà et la securité sociale coulera un peu plus...


Alors que faire ?


votre discours est si logique, si cohérent que s'il ne peut-être entendu aujourd'hui, c'est que la société evolue ( vers le bas ).


Les US envient la façon dont nous élevons nos enfants, et bien tant pis, bientôt nous pourrons dire que nous faisons tout, comme eux !


Ce gouvernement connaît beaucoup d'homos en son sein et il va bientôt nous faire savoir que le peuple français n'a pas son mot à dire sur le sujet. L'année prochaine, on aura droit à autre
chose...la légalisation des quatuors peut-être ??....


Battez vous François, on vous attend à la prochaine présidentielle car vous en avez l'étoffe et la dimension. Merci de zapper Paris, vous aurez mieux, comptez sur nous.


Amicalement


vale   


 

TRAHAY 31/01/2013 06:35


Votre discours au sujet du mariage pour tous est celui d'un Président de la République rassembleur et non démagogue.


Les paroles d'Hollande sont encore celles d'un chef de parti qui ne sait pas intégrer en lui sa fonction présidentielle.


Chercher l'erreur de casting. Vous devez aider le peuple à remettre les pendules à l'heure en 2017.


Chef réel de l'UMP, les Français vous demande de préparer les élections municipales pour bouter le plus possible les soutiens de Hollande hors de nos collectivités : une vague bleue en
2014...


Alors l'arogance et la suffisance des socialistes, pour tous les démocrates intolérables, cesseront jusqu'à la fin du mandat.


 

MCG 31/01/2013 01:06


Merci Monsieur le Premier Ministre pour cette intervention qui rassure . certains de vos anciens ministres, Bon nombre de nos députés livrent à juste titre une véritable bataille  . Mais est
il vrai que nous ne puissions rien faire ? 


Nous sommes de tout coeur avec vous Monsieur le Premier Ministre.

PHILIPPE SVL 31/01/2013 00:49


Monsieur le premier ministre. Vos arguments sont très bons. Je suis scandalisé par la manière de faire des socialistes notamment de M. Bartolone président de l'assemblée nationale qui a
déclaré...on va laisser parler l'opposition mais cela ne changera rien au final....ou encore M. Jack Lang qui considère les opposants au mariage comme des facistes ou encore M. Bergé comme des
antisémistes.


Le président de la République et son gouvernement préfère s'occuper de problèmes de société tel le mariage pour tous, le vote des étrangers et masquer les dures réalités de la crise que notre
pays traverse depuis 2008 : le chômage.


Ras le bol de ces donneurs de leçons qui considèreent que ce qui est bon pour eux est mauvais pour les autres. Pourquoi dresser les français les uns contre les autres sur ces sujets de société ?


Militant UMP je déplore le manque de combativité, de motivation le manque réel d'opposition face à ce gouvernement socialiste.


L'opposition à l'idéologie, au sectarisme des socialistes doit être faite, le matin, le midi et le soir. Il faut harceler ce gouvernement, le déstabiliser et démontrer ainsi aux français 
leur incompétence, leur irresponsabilité à mener les affaires de notre pays.


Soyez unis pour ce combat...nous attendons beaucoup de vous.


Avec mon profond respect.

Jean-Pierre C. 30/01/2013 22:57


Merci Monsieur Fillon pour votre intervention si claire! Quand je constate la mobilisation sans précédent de la population contre le mariage homosexuel et l'adoption (les gens de toute part
suivent les débats, s'envoient des pétitions, votn à nouveau manifester, etc), cela confirme que la population réalise bien ce qui se cache derrrière le mariage homosexuel: la théorie du genre,
la PMA, la gestation pour autrui, etc. La façon dont le gouvernement nous ignore et veut passer en force avec tellement de dé-information n'honore vraiment pas la vie politique. Merci de votre
intervention et de votre engagement à enlever le mariage homosexuel à la prochaine alternance. 

ROCHE GICQUEL Chantal 30/01/2013 22:50


Bonsoir


Formidable ! Impressionnat !


Vos promesse pour l'avenir des lois socialistes nous réchauffent l'âme !


Mais en attendant tout cela fait peur pour notre société et cela est bien dommage...


Courage et Merci


Chantal ROCHE GICQUEL


 

Bonnier 30/01/2013 21:44


Nous savons très bien que ce gouvernement nous entraine dans une spirale infernale dans beaucoup de domaines.En tant que militante ce que je trouve déplorable c' est que depuis les élections du
18 novembre j' ai l' impression qu'il n'y a plus personne dans l'opposition.Monsieur Fillon mon mari et moi meme, et de nombreuses de notre entourage souhaiterions pouvoir discuter avec vous
comme nous l' avions fait à plusieurs reprises lors de vos déplacements.Aujourd' hui nous nous sentons complétement abandonnés.Pour nous Monsieur Copé est exclu de notre soutien.Pour nous nous
prions très fort pour votre retour ent tant que président.


 


 

Mes vidéos

Fil Twitter

Recherche