Ce site n'est plus à jour

Découvrez Fillon2017.fr
19 juillet 2014 6 19 /07 /juillet /2014 15:54

Découvrez dans son intégralité le texte de mon interview publiée dans le journal Le Monde daté du 20 juillet    

 

Le conflit au Proche-Orient s'intensifie. La France devrait-elle être davantage à l'initiative ? 

 

Israël a droit à la sécurité. Les tirs de missiles du Hamas sont des actes de guerre et il est normal d'y répondre d'une manière militaire. Mais la riposte doit être proportionnée, ciblée. Tant qu'il n'y aura pas un Etat palestinien, il n'y aura pas de solution à ce conflit. Le processus de paix est au point mort. L'Occident est coupable et premièrement les Etats-Unis. Dans ce contexte, la France fait diplomatiquement ce qu'elle peut. Le plus utile serait qu'elle parvienne à convaincre le conseil de sécurité de l'ONU de la nécessité d'intervenir pour obliger Israéliens et palestiniens à mener des négociations de paix. 

François Hollande a eu raison de dire que le conflit israélo-palestinien ne doit pas s'importer en France. J’encourage le gouvernement à être encore plus ferme. Les manifestations dont ce conflit est le prétexte doivent être interdites. L'antisémitisme n'est pas une opinion mais un délit et un poison qui n'est pas acceptable sur le territoire de la République française. En France, pro-israéliens et pro-palestiniens devraient chercher des solutions pacifiques pour surmonter leurs douleurs réciproques.

 

Le 14 juillet, François Hollande a assuré qu'une « nouvelle impulsion » est donnée pour lutter contre le chômage. Êtes-vous convaincu ?

 

Il a surjoué l'autorité mais en réalité, François Hollande est hors-sol, dans une bulle, au-dessus de la réalité. Il a reconnu qu'il s'était trompé en promettant la baisse du chômage mais il a immédiatement récidivé en se réjouissant des prévisions économiques pour l'année prochaine. Or, la situation financière de la France se dégrade. Notre pays va connaître un taux de croissance qui sera à peu près le tiers de celui la Grande-Bretagne et la moitié de celui de l'Allemagne. Nous risquons à tout moment un accident de financement majeur de la dette française auquel François Hollande ne donne pas le sentiment de se préparer du tout. Il donne au contraire le sentiment d'être un capitaine de bateau annonçant que la météo est bonne et la mer calme alors qu'en réalité, les indicateurs économiques et politiques sont au rouge. 

 

 

Son pacte de responsabilité, qui consiste à aider les entreprises, baisser le coût du travail et la fiscalité sur les entreprises, ressemble pourtant à la politique que vous prônez...

 

Ce pacte va dans le bon sens mais le remède est totalement insuffisant. Il ne permettra pas de redresser l'économie française. François Hollande a été élu en mentant sur la réalité de la crise puis a conduit une politique désastreuse pendant 18 mois. A présent, la seule chose qu’il fait, c'est d'essayer de corriger ses erreurs originelles. Il a gâché deux ans alors qu'entre temps, la situation économique s'est aggravée.

 

De votre côté, vous avez exposé un projet de réformes très libéral en proposant la fin des 35 heures, la retraite à 65 ans ou la fin de l'ISF : ces réformes sont-elles adaptées à la France?

 

Tous les pays européens qui ont connu une crise similaire à la nôtre ont réagi par une rupture, c’est-à-dire un changement radical de politique : la Grande-Bretagne avec Thatcher ou l'Allemagne avec Schröder, l’Espagne et le Portugal de manière imposée. La France, elle, ne l'a jamais fait. Je n’ai pas de pulsion idéologique m’amenant à considérer que seules les solutions libérales sont efficaces mais je considère qu’une ligne rouge a été franchie en terme d’accumulation de règlementations et d’impôts qui ruinent l'économie française. Il faut simplement retrouver un peu d’équilibre et de bon sens pour libérer notre capacité à entreprendre. Cela passe par un nouveau code du travail plus allégé, par une sortie des 35h, par une réduction de la fiscalité sur les entreprises, par une baisse drastique des dépenses publiques…

 

Comment comptez-vous faire passer ces réformes ?

 

Il ne faut pas considérer la France comme un pays incapable de changer. Les Français mesurent l'ampleur de la gravité de la crise. Pour ma part, j’ai tiré l'expérience des échecs du passé : je sais par exemple que pour réussir ces réformes, il faut un gouvernement extrêmement restreint, préparé en amont à entrer en action. Les textes devront être prêts et la concertation préalablement conduite. L’impératif de résultats rend le temps utile pour réformer de plus en plus court. Il faut donc concentrer l'effort sur les cinq ou six réformes majeures pouvant redresser l'économie française. Elles devront être appliquées immédiatement après la présidentielle, en utilisant tous les moyens que permet la Constitution, y compris les ordonnances et les référendums. Dans la foulée de la présidentielle, je pense d’ailleurs qu’il faudra consulter le peuple sur la réforme territoriale et sur l'introduction dans la Constitution de règles impératives sur l'équilibre budgétaire et la réforme de l'Etat.

Pensez-vous comme certains que l'UMP est morte et qu'il faut un nouveau parti ?

 

Non, si je le pensais, je n'aurais pas accepté de faire partie de la direction transitoire qui cherche à redresser le parti et si j’avais dû quitter l'UMP, je l’aurais fait après l'élection volée de 2012. La grande famille politique de la droite et du centre est en crise dans sa structure partisane mais elle reste extrêmement forte et puissante dans le peuple français. Ma conviction, c'est que l'UMP, à condition qu'elle se réforme en profondeur, de la cave au grenier, est capable de porter l’espoir du redressement national.

 

Quel est le bilan de l'examen de la situation financière de l'UMP ?

 

Nous sommes confrontés à une double crise : nous avons perdu les élections européennes dans des conditions qui ne doivent pas être minimisées car pour la première fois depuis le début de la Ve République, l'extrême droite a été majoritaire en France. Et nous sommes frappés par un scandale financier majeur. Cette situation n'est pas le fruit du hasard : c'est le résultat de la façon dont l'UMP a été gérée depuis des années. Après un effort de redressement très important de 2008 à 2010, la situation s'est dégradée pour deux raisons : l’endettement immobilier, qui était un choix pour préparer l’avenir, et surtout à cause du poids absolument invraisemblable du financement de l'action politique en 2012. L’essentiel du problème financier de l'UMP vient de cet excès de dépenses. Aux juges de faire la lumière. Nous en tirerons les conséquences ensuite.

 

L'UMP peut-elle s'en relever ?

 

Avec Alain Juppé, Jean-Pierre Raffarin et Luc Chatel, nous essayons d'abord d'éviter une faillite financière de l'UMP. L'audit montre que c'est possible en faisant des économies très importantes sur les dépenses de fonctionnement et d'action politique, ce qui va malheureusement nous handicaper lourdement pour mener les futures campagnes électorales. La situation reste extrêmement fragile et tendue. Nos engagements avec les banques ont été repoussés jusqu'aux élections présidentielle et législatives.

 

Les sarkozystes et les copéistes vous soupçonnent d'être à l'origine des fuites dans la presse...

 

Totalement à tort. Les fuites participent d'une tentative structurée de décrédibilisation de la direction actuelle de l'UMP.

 

Serez-vous candidat à la présidence de l'UMP lors du congrès de novembre prochain ?

 

Après le fiasco de l’élection interne de 2012, j'ai fait le choix de partir à la rencontre des Français, de préparer un projet politique et de présenter ce projet à la primaire pour la présidentielle de 2017. Rien ne me détournera de cet objectif. Je considère aujourd'hui que le redressement financier, la réorganisation et l’apaisement de l'UMP est une tâche qui doit être accomplie par quelqu'un qui s'y consacre à temps plein et qui ne devrait pas avoir en même temps l'intention d'être candidat à la primaire.

C'est la raison pour laquelle j'ai appelé à ce que cette élection soit l'occasion d'établir la jonction avec la génération montante. Dans ces conditions, je ne serai pas candidat à la direction de l'UMP.

 

Pour vous, le futur président de l'UMP ne devrait donc pas être candidat à la primaire ?

 

Rien ne l'interdit dans nos statuts mais je considère que ce n'est pas la bonne formule, ni la bonne solution. L’UMP se trouve dans un état terrible. Celui qui s'engage à redresser le parti, et à y remettre de la convivialité ne devrait pas être candidat à la primaire.

 

Vous ne soutenez donc pas la candidature de Nicolas Sarkozy à la présidence de l'UMP ?

 

Chacun est libre d'être candidat. Plutôt que d'une candidature qui verrouille le débat, l’UMP a besoin d'une candidature d'apaisement, qui ramène de la sérénité et permette d'organiser la primaire dans un climat de confiance, de façon à aboutir à une compétition maitrisée. Si Nicolas Sarkozy a un projet pour la France, il pourra le confronter aux autres à l'occasion de la primaire.

 

Les affaires peuvent-elles empêcher le retour de Nicolas Sarkozy ?

 

En tout cas, ce ne sont pas les affaires qui participent à l'établissement d'un climat serein au sein de l'UMP et d’un lien de confiance avec les Français. La crise de confiance à l'égard des responsables politiques est d'abord liée à leur incapacité à prendre les mesures pour redresser le pays. Si vous y ajoutez une multiplication d'affaires financières, donnant l'impression que les responsables se considèrent au-dessus des lois, tous les ingrédients sont réunis pour une révolte contre le système établi et une crise nationale. C'est naturel de penser à son destin personnel. Mais chacun devrait aussi avoir à cœur de réfléchir au danger qui menace la République.

Nicolas Sarkozy se dit victime d'un acharnement de la part des juges. Partagez-vous sa remise en cause de l'indépendance de la justice ?

 

J'ai trouvé très excessive la mise en scène de sa mise en examen. Mais le rôle des responsables politiques – en particulier un ancien président ou un ancien Premier ministre – n'est pas de remettre en cause les institutions judiciaires quelles que soient leurs imperfections. Veillons à ne pas affaiblir les piliers de la République déjà fragilisée par la crise.

 

Propos recueillis par Alexandre Lemarié et Vanessa Schneider  

 

 

 

3655445_fillon.jpg

 

 

 

Partager cet article

Publié par François Fillon
commenter cet article

commentaires

gilles 26/07/2014 21:36


http://www.lefigaro.fr/conjoncture/2014/07/26/20002-20140726ARTFIG00083--le-spiegel-pointe-les-demons-qui-hantent-la-france.php


J'emm.... ces allemands et leuir supériorité.


Dévaluons les prix et les salaires de 20 % en France et on va voir qui sont les démons


 

Bonnier 21/07/2014 15:47


Bonjour Monsieur Fillon.


Quand l' opposition va-t'-elle réagir à tout ce qui se passe en France , qui va payer la casse toujours les mêmes.Le gouvernement en place ne fait qu' aggraver les inégalités sociales , je pense
que bientôt c' est tout le pays qui va se révolter, nous en avons assez,nous avons perdu toutes les valeurs que nos grands parents, nos parents nous ont inculqué, le respect des autres cela n'
existe plus.Maintenant nous avons inversé les rôles, plus vous êtes malhonnête ,voyou plus vous êtes considéré.


Aujourd'hui on a vraiment l' impession que tout va bien en France , on ne cesse de parler que des problêmes, qui malheureusement durent depuis toujours dans ces pays qui  ne pensent qu'aux
massacres.Et pendant  ce temps la France s' enfonce dans la crise.


Monsieur FILLON entièrement d' accord avec votre intervew , mais soyez plus présent, on aimerait vous entendre davantage.


Avec tout notre soutien.Bien à vous. Odile et Marc Bonnier.

Jean-François Chaussier 21/07/2014 07:40






Concernant Nicolas Sarkozy, le postulat et l’argumentation sont parfaitement objectifs. Le plus préoccupant est l’état de décrépitude de la droite qui nécessiterait de redéfinir un programme
fédérateur pour la France et François Fillon semble être le seul à la tâche.

Berthet Jeanne 21/07/2014 01:24


Bonsoir Mr Fillon,le Hamas est un parti islamique criminel,les médias ne se penchent pas beaucoup sur la fondation de Gaza,ils ne nous informent pas non plus sur les hopitaux Israêliens qui
soignent les blessés palestiniens,ce n'est pas la peine de vous parler des tunnels creusés  en vue d'exterminer la population Juive , des lancements de roquettes à tout va,des boucliers
humains utilisés par le Hamas,vous savez tout ça,les exactions commises par ce parti  dont le nom est sans équivoque, n'ont rien a envier à celles qui se déroulent en Syrie et dont on ne
parlent plus guère...les émeutes en France ,pas les manifestations ,appelons les par leurs noms,sont le reflet de notre société trop laxiste,pouvons-nous encore souffrir un tel désordre sur notre
sol?.. après les syndicats ,ce sont les communautés qui font diriger notre pays ? ..trop c'est trop ...Hollande n'a jamais été crédible ,il est hors circuit depuis son élection...l'UMP s'empêtre
dans ses dissensions ..les Français sont tellement divisés que la moindre étincelle enflammera le pays ..pourquoi ne condamnez -vous pas le NPA? il faut dissoudre ce parti haineux ..La Shoah a
exister ,il faut s'en souvenir...l'escalade de violences entre Israêl et la Palestine est bien dû au fait que le Hamas  dont les chefs, super friqués et bien à l'abri,vouent une haine féroce
à l'état d'Israêl qu'ils voudraient voir disparaitre...Maintenant comment apaiser ce conflit meurtrier quand on voit ce qu'il est advenu des pays du Moyen Orient, l'Occident est responsable de
ces désastres ,en particulier les Américains ( la France aussi pour la Lybie) , Hollande est une girouette , son électorat met la France en feu et... vous nous parlez de Mr Sarkozy !!c'est
le sujet  principal du PS et de l'UMP,et bien avec un tel programme Marine Le Pen, qui ne faisait plus guère recette ces derniers temps ,va rebondir  en flêche !!! il faut tourner la
page ...Mr Sarkozy fera ce qui lui plaira ,à nous,symphatisants et militants, de décider qui sera le plus apte a évincer les socialistes du pouvoir...

Dominique 20/07/2014 20:12


Bonjour monsieur Fillon


Je n'interviens plus beaucoup sur votre blog car je suis en colère.


D'abord les dérives scandaleuses de l'UMP, premier parti de France, qui réussit le tour de force de terminer en faillitte financière malgré l'apport des cotisations de milliers d'adhérents et
dont vous dénoncez les pratiques et la corruption, sans pour autant vouloir la quitter.!! Je ne crois absolument pas dans la refonte à venir de ce parti sur les ruines du précédent et encore
moins en cette période électorale à venir qui risque d'exacerber davantage les individualités, oppositions et règlements de compte et non à recréer l'unité que vous prônez. Vous soutenir oui,
mais à l'intérieur de ce parti, cela risque pour moi d'etre beaucoup plus difficile.


Colère encore en me souvenant de vos propos sur votre "ami" Poutine, dont on voit bien aujourd'hui que c'est le genre d'homme qui n'a pas craint d'armer les séparatistes ukrainiens pro russe avec
des armes d'une incroyable puissance et sans aucune mesure avec l'importance d'un conflit qui n'était que local, et qui s'aplique aujourd'hui à détruire les preuves de sa bavure et à en rejeter
la faute sur d'autres. Quel grand homme!!


Colère enfin à propos de votre position sur le conflit Israelo Palestinien!!! Israel a droit à sa sécurité, certes. Mais les palestiniens , alors, ils n'y ont pas droit à leur sécurité? Votre
humanisme n'irait-il que dans le sens de ceux qui ont la force, l'argent, les armes? Et ceux qui n'ont rien, on n'en parle même pas, c'est tellement mieux! Après le meurtre des quatre gamins
palestiniens sur une plage de Gaza, j'ai cherché sur ce blog un simple message de compassion ...et je n'ai rien vu!! Les dirigeants d' Israel sont des gens qui deviennentt complètement
paranoïaques et qui jouent la victimisation en permanence. On voit dans les reportages télé une population de gens aisés, branchés, modernes, qui mettent en scène la peur en se précipitant dans
des abris dès qu'ils entendent un missile qu'ils suivent avec leurs téléphones portables et dont tout le monde sait qu'il aura 99% de chance de se faire intercepter sans victime, vu la
sophistication de leur défense. Dans le même temps ils deversent sans sourciller des tonnes de bombes sur leur voisins misérables affamés, sans moyens ni soins médicaux, entassés les uns sur les
autres dans cette souricière en ruine qui se nomme Gaza avec son cortège de victimes assurés. La disparité entre ces deux forces est totalement choquante.Incompréhensible également 
l'interdiction que vous soutenez de manifester pour les palestiniens. C'est une véritable provocation pour ce peuple déja éprouvé par trente ans de voisinage avec Israel et de colonisation
illégale.Dans la France d'aujourd'hui, on soigne quelqu'un qui se plaint d'avoir mal à la main mais on baillonne celui qui hurle de douleur parce qu'on lui arrache le bras.


Si l'ONU avait un peu de courage, elle protègerait la ville de Gaza le temps de faire cesser les tirs du Hamas et de remettre tout le monde autour de la table, puis elle rendrait la ville aux
palestiniens après les négociations car cette ville leur appartient. Si rien n'est fait pour ce pays, chaque palestinien qui meurt est une nouvelle graine de haine qui refleurira dans les
générations à venir.


Dominique

de Monts Hervé 20/07/2014 18:09


Monsieur le Premier ministre,


Vos contributions au débat politique sont particulièrement bienvenues dans le moment de l'histoire que nous vivons et vos pistes pour la construction du modèle économique et social sont
approuvées par de nombreux français.Vous etes celui , souvent le seul, qui les porte honnetement.


Le systeme politique de notre démocratie fait qu'il convient, comme vous vous y employez , de faire coincider ces idées de fond avec leur incarnation par vous et votre équipe pour les prochaines
échéances électorales.


Mon constat d'échanges avec de nombreux citoyens électeurs est que "l'incarnation"n'est pas encore reconnue et vous le mesurez bien sur.


Alors courage pour la route !


Bien fidèlement


(un modeste électeur de votre circoncrip

alice 20/07/2014 18:06


« Rien n’est juste que ce qui est honnête, rien n’est utile que ce qui est juste » M.de
Robespierre « l'Incorruptible ».......


Merci François Fillon d’être le Gentleman de La Politique, raisonnable, travailleur,
honnête et  "JUSTE"  en toutes choses......... Merci !!!!!!........


alice

bibi 20/07/2014 17:12


comme souvent clair net et précis  mais la palestine a le droit a un territoire si la manifestation n avait pas été interdite il y aurait  peu etre eu moins de violence ? j
attends la sortie de votre livre  j espere que de plus en plus de francais vont vous rejoindre pour vous soutenir 

Fabrice Tonicello 20/07/2014 16:56


Bonjour M. Le Premier Ministre,


l'idéal serait surtout que Alain Juppé ne soit pas candidat en 2017 ni même à la primaire comme il semble pourtant le laisser entendre (cf. son interview à Europe 1 de la semaine dernière).


Il faut partir au combat avec un homme encore neuf mais expérimenté comme vous l'êtes.


Alain Juppé aussi brillant soit-il, est à présent trop âgé et usé par des décennies de combats politiques. Idem pour Raffarin, il a fait son temps.


Il faut tourner la page et regarder de l'avant.  


Je n'ose imaginer comment nous finirons si Hollande refait un second mandat...

buatois didier 20/07/2014 16:10


Au sujet d'Israël.   Nous nous entendons tous pour condamner la violence d'où qu'elle vienne, et pour souhaiter la paix dans cette partie du monde. Mais il faut considérer la situation
depuis 1947. La France pourrait aujourd'hui encore approuver la création de cet état, comme elle l'a fait à cette époque. Réaffirmer cette décision est un préalable qui me semble important. C'est
pour cela que nous soutenons Israël, nous et l'Amérique, et d'autres. Mais Israël est en Palestine. Et en Palestine vivent les palestiniens. Les palestiniens, ceux qui habitent la Palestine, sont
en réalité, des " arabes " palestiniens, des israéliens  palestiniens, et des chrétiens palestiniens. La création d'un deuxième état ne réglera rien. Il y aura toujours trop de raisons pour
continuer à se déchirer, au sujet du partage de la terre, de l'eau, et de mille choses encore. En ce monde,  Israël ne sera pas le premier état multiculturel, et d'ailleurs, il l'est déjà.
Il vaut mieux selon moi défendre la création d'un grand Israël, d'un état ouvert, obligeant les autorités à partager un peu du pouvoir, obligeant les gens à vivre ensemble et à se connaître, afin
de se respecter. " L'état " palestinien doit comprendre qu'il n'a pas d'avenir sans Israël. Israël doit comprendre qu'il n'aura pas de sécurité sans inclure les " arabes palestiniens "
dans sa communauté nationale. Que tous y prennent une place légitime en prenant exemple sur la France. L'exemple d'un état laïc qui laisse à sa place la religion. Les morts d'hier, ceux
d'aujourd'hui trop nombreux, les haines et les rancunes, la souffrance endurée et celle qu'on inflige aux autres, dressent un mur bien plus grand que les plus grands murs de béton. Il va falloir
que le dernier avatar du judaïsme et son inspiratrice, apprennent les vertus du pardon. Ce sera forcément difficile. Mais qu'est-ce qui est facile aujourd'hui ?  Se réunir plutôt que se
séparer. Se respecter plutôt que se combattre. Construire une nouvelle société, additionner ses potentiels pour s'enrichir et faire taire les intégristes, les ultras, et laisser le génie humain
s'exprimer avec bonheur.  Moi ce que j'aimerais, c'est une France qui défende ce point de vue de bon sens et le propose dans un premier temps aux " arabes palestiniens de l'intérieur " ainsi
qu'aux israéliens, laissant ainsi aux gens de la bande de Gaza, le temps de mesurer l'importance d'une telle décision, et la possibilité de faire un pas vers la paix et la sécurité. Partager la
terre, les lieux saints qui sont communs, y rendre la justice pour tous avec tous, cela pourrait-être un beau programme d'avenir et cela nous changerait des banalités gonflées de bonnes
intentions, ainsi que des commentaires affligés dont on nous abreuve habituellement.  Le grand Israël serait alors peuplé de palestiniens et non plus d'israéliens. Cela serait bien normal
dans une région du monde qui se nomme la Palestine.

Yves Leclercq 20/07/2014 14:51


Comme abonné au "Monde"(nobody perfect!), j'ai lu votre interview (envoyé aux abonnés par messagerie électronique) avant son insertion sur votre blog. Je suis d'accord sur l'essentiel. Sur le
dernier point, celui des rapports de Nicolas Sarkozy avec la justice, ils n'avaient pas été bons pendant son mandat, et un règlement de comptes reste soupçonnable. La fonctionnaristion de notre
justice, héritée de l'ancien régime, me semble un point faible. Là encore, une réforme ne serait pas inutile.

Stéphanie 20/07/2014 13:56


Merci de continuer à être serein, ferme et lucide face aux situations actuelles dans notre pays ou dans le monde.


Nous vous soutenons pour continuer la présentation de votre projet pour la France en 2017.


Cordialement,

FrancoisCarmignola 20/07/2014 10:58


C'est clair c'est net et pourtant étonnamment délicat. Voilà qui augmente le cout du retour de Sarkozy: celui ci devra donc assumer le parti, l'origine de ses problèmes plus la candidature à des
primaires ouvertes. Au fait une majorité des  électeurs de ces primaires souhaite la suppression de l'UMP. Ce que Fillon a toujours refusé, et dont on ne lui fait toujours pas crédit; il le
rappelle hautement.


Pour ma part, bien que profondément choqué par la conduite de ce parti, et aussi de ce groupe parlementaire, je ne puis que respecter la constance de Fillon, intraitable et majestueuse.


Quoiqu'il en soit, militant UMP ou pas, la désastreuse situation actuelle a une alternative identifiée. 

MICOUD 20/07/2014 10:56


Toujours aussi claire votre pensée. malheureusement les journalistes ne relèvent que les question de politique politicienne. Concernant votre analyse, la capacité des français à vouloir une
rupture semble réelle dans les sondages. Mais ils se méfients les uns des autres (selon Hubert Vedrine). ils sont donc conscients des enjeux, mais se demandent où le couperet va tomber. Je suis
sûr que dès le moment où une politique sera annoncée clairement, comme vous le suggérez, les énergies seront libérées. la France tiendra t elle jusqu'en 2017?

Bertrand L 20/07/2014 07:54


 


 


Que ce soit sur la situation de la France, celle de l'UMP, sur Nicolas Sarkozy ou François Hollande, on constate que vous n'alimentez
aucune polémique stérile, vous n'avez aucune outrance, aucun mot vengeur, les mots que vous utilisez sont pesés, la pensée est juste, le discours paraît équilibré, les idées sont claires et
paraissent reposer sur une réflexion et un travail de fond, au final l'interview est utile, enrichissante, convaincante pour le lecteur. Continuez à plancher sur les futures réformes qu'il faudra
faire dans notre pays, montrez que vous n'êtes pas seul et qu'une équipe travaille autour de vous. Continuez à montrer aux Français que quelque part en France, il y des gens qui travaillent sur
des sujets de fond et qu'une alternative sérieuse se prépare. Continuez, vous représentez l'espoir en France. Bertrand L (de Parigné le Pôlin)

Valois 20/07/2014 04:40


Seul François Fillon pourra redresser la France.

Arnaud de Vendeuvre 19/07/2014 23:18


Monsieur,


il me semble naturel, souhaitable, que des français manifestent contre les crimes commis par Israel à Gaza. Si le gouvernement français avait eu ún peu de conscience morale il aurait lui 
aussi exprimé une condamnation de ces crimes épouvantables, inhumains, inacceptables .


Comme ce courage élémentaire lui manque il traite d´antisémites les manifestants. C´est trop facile, la ficelle est un peu grosse. Nefaites donc pas comme lui.


Salutations.


Arnaud de Vendeuvre.

gbri 19/07/2014 23:03


Entièrement d'accord, la ligne apparaît de plus en plus claire, ça redonne le "moral" de vous lire !


"Il (Hollande) a menti" c'est tellement une évidence aujourd'hui et son incompétence et son cynisme...Il faut garder des idées simples et fortes comme cette simple phrase : "il a menti", plus
beaucoup d'autres sur l'économie, l'état du pays en général, le vote des étrangers qu'il remet sur le tapis uniquement pour faire monter le FN, et les répéter sans cesse. Parallélement proposer
un programme de rigueur et de vrais changements,s'il n'est pas déjà trop tard, car il sera compris par une grande  majorité...


C'est vous qui avait raison ! merci de votre engagement, M. le Premier Ministre.

fegueux 19/07/2014 20:52


je vous approuve totalement-je suis adherent ump et force republicaine isere 9eme-rene fegueux moirans38430

Mes vidéos

Fil Twitter

Recherche