Ce site n'est plus à jour

Découvrez Fillon2017.fr
30 septembre 2014 2 30 /09 /septembre /2014 18:48

Interview parue ce matin dans le journal "Les Echos"

 

 

Le gouvernement juge qu’aller au-delà de 50 milliards d’économies sur trois ans pénaliserait la croissance. Votre plan de 110 milliards sur cinq ans ne va-t-il pas trop loin?

Je réfute l’argument selon lequel il y aurait une corrélation entre mesures d’économies et effet récessif sur la croissance. C’est un alibi pour ne pas faire les réformes. Tous les pays qui ont fait des plans d’économies massifs dans le passé, comme le Canada et la Suède, ont dans la foulée connu de fortes croissances.

 

En 2007, vous évoquiez « un Etat en faillite ». Et aujourd’hui ?

Je crains que la France ne soit à la veille d’un accident financier grave qui pourrait faire éclater la zone euro. Pour l’heure, notre pays ne tient que parce que les taux d’emprunts sont bas. Mais cette bulle n’est pas durable : pas de croissance, un chômage qui progresse, une dette qui explose et dépasse les 2.000 milliards, des déficits qui ne se résorbent pas et l’impossibilité de ramener le déficit sous les 3% même en 2017… la crise ne fait que s’aggraver. Face à cela, il faut une véritable refondation économique et sociale. Pas une « trépanation » mais une guérison.


Le débat sur vos mesures existe dans votre camp, et notamment avec Alain Juppé ou Nicolas Sarkozy…

Oui il y a un débat sur l’urgence et l’intensité des changements à conduire. Depuis trente ans, y compris moi, nous prônons la réforme progressive… Mais c’est l’honneur d’un responsable politique de reconnaître qu’il s’est trompé et que les remèdes d’hier ne sont plus à la hauteur de la situation. L’idée qu’un grand pays doive ramener ses dépenses publiques au niveau de ses ressources me paraît incontournable. Si la crise économique se double d’une crise politique, c’est parce que les Français jugent que les solutions mises en œuvre par les  responsables politiques depuis 20 ans ont toujours été insuffisamment courageuses.


« Il n’y a pas de plan d’économie qui soit indolore », a dit François Hollande. Le vôtre va plus loin. Comment le faire accepter par l’opinion ?

La meilleure façon, c’est d’abord d’assumer ces mesures plutôt que de continuer à proposer des programmes électoraux alléchants avec un concours de dépenses. Les Français sont prêts à des réformes puissantes. Ils sont capables de comprendre qu’un pays qui croule sous les déficits est en sursis. Ils doivent être pris à témoin lors de la présidentielle et des législatives sur le principe de la baisse du poids de la dépense publique. On me dit que c’est électoralement dangereux. Moi je fais le pari de la vérité. Ce qui est dangereux c’est la faillite économique. Après l’échec de la gauche, la droite devra redresser le pays avec un courage sans précédent sinon c’est la porte ouverte aux extrêmes.

 

L’Etat doit il se recentrer sur certaines missions ?

Je suis convaincu que l’on peut réduire le poids du secteur public sans remettre en cause ses missions essentielles. Les exemples étrangers montrent que même dans les pays où le poids de la dépense a été fortement réduit, il y a peu de secteurs où l’Etat s’est retiré complètement. C’est pourquoi, je propose de réduire, en 5 ans, les effectifs des fonctions publiques de 600 000 postes, de porter le temps de travail à 39 heures hebdomadaires, d’offrir de meilleures perspectives salariales aux agents de la fonction publique. Ces propositions permettent de réduire la dépense publique et de maintenir les missions de l’Etat.


Pour les collectivités, vous voulez passer de 4 à 2 échelons. Quels échelons supprimer ?

J’ai toujours défendu la fusion des départements et de régions et celle des communes et intercommunalités. C’est l’un des sujets les plus difficiles à faire accepter, non pas parce que l’opinion publique y est défavorable, mais à cause du poids des élus locaux dans notre système législatif. C’est pour cela que j’ai proposé de longue date un référendum sur la fusion des collectivités et de la réduction du nombre de parlementaires.


Nicolas Sarkozy vient de reprendre cette proposition…

Je m’en réjouis !


Vous voulez encadrer le pouvoir de fiscalité des collectivités et leurs effectifs. Cela va à l’encontre de leur libre-administration.

Mais ce référendum proposera aussi sur ce point la modification de la Constitution. On ne peut pas continuer à avoir un système dans lequel on veut réduire le poids de la dépense publique et s’interdire de contrôler la dépense locale. Je propose en échange que l’on fixe une règle intangible : quand l’Etat transfère une compétence, qu’il laisse les collectivités la gérer comme elles l’entendent. Quant aux dotations, elles devront encore être réduites.


La moitié de vos économies sont programmées sur les régimes sociaux. Soutenez-vous celles annoncées par le gouvernement sur la famille ?

Non ! Car il s’y prend toujours avec la même méthode en refusant de faire des réformes structurelles et en procédant par des coupes injustes. Et avec ce gouvernement, cela tombe toujours sur le même public. Plutôt que d’allonger la durée du travail, on grève le pouvoir d’achat des retraités. Plutôt que de toucher à l’AME, on touche au congé parental. Réduire le congé parental à ce niveau, c’est violent. Et faire croire que c’est une mesure d’égalité homme-femme est hypocrite !


Pour les ménages, vous ne prévoyez pas de baisse d’impôts à court terme. Est-ce tenable ?

L’urgence nationale c’est la croissance et l’emploi. Je propose un effort prioritaire sur les entreprises avec une baisse des charges financée par une hausse de 3,5 points de la TVA. Je propose aussi une refonte de la fiscalité du capital. La baisse de la fiscalité des ménages viendra quand se feront sentir les premiers résultats sur la croissance. C’est réaliste et c’est un discours que les Français peuvent entendre.

 

 

1048317_francois-fillon-la-france-est-a-la-veille-dun-accid.jpg

Partager cet article

Publié par François Fillon
commenter cet article

commentaires

bibi 03/10/2014 14:17


entierement d accord  mais cela va etre dur a faire admettre a certains francais

Mary Jacqueline 03/10/2014 08:48


Bonjour Monsieur Fillon,


 


Je suis d'accord avec vous sur le fait de refonder la France mais il faut dire la vérité entière et sans concessions aux français afin que
chacun comprenne qu'il n'y a pas d'autres d’échappatoires pour survivre. Oui cela fait bien longtemps que chacun fait ce qu'il veut dans son coin sans se soucier des autres, mais ce temps là est
terminé bel et bien. Si chacun d'entre nous est face à cette vérité qui dérange, il sera sans doute très douloureux de faire passer les réformes structurelles en profondeur nécessaire afin que
l'on puisse respirer une goulée d'air frais d'ici à 5 ans minimum et pas avant. Il y aura toujours des récalcitrants pour dire non aux réformes mais il faut tenir bon car c'est vital. Est-ce que
les gens veulent aussi que la sécurité sociale leur rembourse leur vie aussi et en même temps? Est-ce normal que chacun demande toujours plus sans se préoccuper des conséquences ? Non il
faut rendre les gens responsables de leurs actes, rendre responsable chacun devant la loi. Je n'ai pas de compétences pour vous dire comment faire, seulement que je suis effarée la légerté de
certains français face au mur qui vient droit devant et que les dégâts seront irréparables si personne n'est aux commandes du pays qui meure asphyxié des tournicotons du gouvernement actuel. Le
modèle français n'est plus crédible aujourd'hui, il faut le réinventer pour entrer vraiment dans le 21ème siècle, tout est faisable à conditions d'avoir une très grande volonté avec la vérité
pour bâton de pèlerin pour soutenir ce qui sera sans doute le travail le plus difficile à faire pour un homme politique. Je pense Monsieur Fillon que vous êtes cet Homme là, alors je vous soutien
de tout mon cœur dans ce que vous faite pour notre pays. 

michandre 02/10/2014 16:02



servetti 02/10/2014 10:20


Bonjour Monsieur Fillon,


J'ai lu avec attention l'interview aux Echos où vous proposez une série de réformes structurelles.


En voici une que je ne vois jamais parmi les politiques et qui permettrait de réaliser des économies de gestion sans toucher aux droits sociaux : fusion des CAF et des CMSA.


Salutations,


O. Servetti

Yves Leclercq 02/10/2014 07:44


Vivant dans un département rural, j'ai le sentiment que la décentralisation de services publics, comme la DDE, a eu des conséquences négatives. Je ne vois donc pas d'avantage à aggraver cette
décentralistion, en attendant qu'on revienne sur une partie. Le congé parental est une mesure coûteuse, à la fois pour les finances, et pour les carrières des bénéficiaires. C'est pourquoi les
hommes le boudent. Il y a une contradiction entre cette mesure et les réductions du quotient familial. Il me parait préférable de revenir à un taux de TVA spécifique des produits de luxe. Le prix
moyen des achats de voitures neuves serait, en France, de 26.000 euros, ce qui veut dire que ce sont les grosses berlines allemandes et autres qui ont les préférences
des acheteurs. Un taux différent pour  les valeurs supérieures à 20.000 euros serait juste.

Paul 01/10/2014 18:46


Bonjr,


D'accord avec vos propositions, sauf la hausse du tx normal TVA, qui est deja tp élevé à 19,6%


Cdt, Paul.

Bertrand L 01/10/2014 18:06


Cher François Fillon, vos idées sont minoritaires et impopulaires. Pourtant
elles me semblent tomber sous le sens, comment ne pas voir que les pays qui s'en sortent mieux que nous sont les pays qui ont appliqué ces remèdes ? comment ne pas entendre ceux qui, à gauche ou
à droite, préconisent la même chose ? comment ne pas voir que les rapports sur les problèmes économiques de la France se suivent en répétant la même chose que ce que vous dites
?


Comment les Français peuvent-ils être aveugles et sourds à ce point pendant
autant d'années ? C'est tout à votre honneur de vous battre pour renverser le cours des choses et de proposer une politique courageuse. Continuez à montrer que vous avez autour de vous une équipe
qui travaille.


 


Merci, continuez. Vous menez un noble combat. Avec vous, Bertrand L (de
Parigné le Pôlin)

Christine 01/10/2014 17:07


Bonjour Monsieur Fillon,


Il a fallu plus d'une décennie pour faire comprendre aux Français qu'il était impératif de reculer l'âge de départ à la retraite, et encore ! Combien de temps faudra-t-il pour leur faire
comprendre qu'il est impératif de réduire le nombre de fonctionnaires et d'organismes inutiles (genre CESE) et libérer les entreprises pour créer des emplois (beaucoup étant persuadés du
contraire). Vous allez être taxé d'ultra-ultra libéral ! mais peu importe, nous comptons sur vous pour continuer à marteler votre message. Bien sincèrement.

Romain 01/10/2014 16:50


Merci Monsieur Fillon,


A l'heure où la France coule, Monsieur Fillon est l'un des seuls à dire la vérité, pensez-vous qu'il y a d'autres solutions pour sortir de cette crise ? 


Comment a fait l'Allemagne ? Les demis-réformes n'ont jamais marchées !


Un grand plan d'économie, de vraies réformes et alors tout comme l'Allemagne nous pourront respirer.


Les extrémistes n'apporte que la division et le malheur, n'oubliez pas la passé, alors même si Madame Le Pen veut destituer son père du statut de "Président d'honneur du FN" le FN retse le FN, un
parti qui vie sur le malheur des autres, un parti d'amateurisme total.

alice 01/10/2014 16:25


 


Excellente
analyse, excellent travail…… A ce stade de la maladie,  seule une thérapie de choc redonnera sa belle santé à notre Beau  Pays . Les Français sont courageux, volontaires, travailleurs, cartésiens. …ils suivront la voie de  La
Raison…..et c’est celle de François Fillon… !!!...................alice

bertin jp 01/10/2014 15:01


 


    ET LES COUCHES MOYENNES SALARIEES ....VOUS LES PRENEZ POUR QUI ...?


 


Votre indifférence à l'égard de ceux qui font "marcher",les petites,moyennes


et grandes entrepreprises a quelque chose d'hallucinant..!!!!


Manifestement ,votre point de vue est plus proche des actionnaires


bon ou mauvais qui gouvernent pour des dividendes et non sur les bons


salariés et la valeur ajoutée..!


Les bons patrons de PME me comprennent.!


Les mauvais se prennent pour des capitalistes.....pauvres.....!


Fillon - Macron ,.....mème combat.!


A bientot après votre prestation devant les Medias!

leclercq carole 01/10/2014 14:42


Je suis entirement d'accord avec vous.


Ce sera douloureux mais ce sera indispensable.

Peillon Robert 01/10/2014 14:30



Pour faire accepter votre plan d’économie par l’opinion vous pensez que « les français sont prêts à des réformes puissantes et qu’ils sont capables de comprendre qu’un pays qui croule sous
les déficits est en sursis ». La récente grève des pilotes d’Air France permet d’en douter.

RANVIAL Liliane 01/10/2014 13:04


Je suis d'accord avec vous ; Mais , malheureusement , je crains que de nombreux Français ne


soient pas assez "adultes " pour comprendre que nous devons tous faire des efforts pour


pouvoir sortir notre pays de ce déclin . Les médias ne font rien pour arranger les choses ; ils


prennent les gens pour des "imbecilles" , ne nous parlent que de gadgets ...style le dernier


Ipad ..;; ; Lorsqu'ils invient un responsable politique , ils ne posent pas les quetions


interessantes  et surtout ils ne veulent faire que du spectacle ...Vous avez un projet précis


et réaliste et j'espère que vous allez réussir . COURAGE et merci pour votre COMBAT.


Respectueuses salutations .

leon Jourandeau 01/10/2014 12:56


Quid des pros de l'allocation logement, des pros de la dépense sécu, des fraudeurs? La droite, comme la gauche, enclenche réellement un processus anti-français.


Taper sur les fonctionnaires, quoi de plus facile? mais les profs, ou les policiers, font un travail très difficile, les profs ont les élèves les plus agités d'Europe, sont les moins bien payés
d'Europe et travaillent, croyez-moi, travaillent... 

Monnet 01/10/2014 12:09


Bonjour Mr le Premier Ministre,


J'ai lu avec attention votre interview aux Echos et je tiens à vous dire mon entière approbation aux propositions que vous y faites et vous exprimer mon total soutien.je me permettrais simplement
de vous dire que je ne pense pas que la majorité des Français ait une réelle appréciation de la profondeur du gouffre dans lequel nous tombons et surtout de ce que tout cela implique pour notre
futur. Aussi, je pense qu'il faut que les politiques responsables se concentrent sur un intense effort de veritable pédagogie et non de discours sophistique pour d'une part leur inculquer une
peur Hobbésienne de l'avenir si rien n'est fait et d'autre part leur donner l'espoir que rien n'est perdu si on a le courage de regarder la vérité en face.


Bien respectueusement à vous

Bernard COURBE 01/10/2014 11:47


J'ai lu avec beaucoup d'attention l'article du Figaro qui reprend l'essentiel de votre plan d'économies pour la France.


Néanmoins, je pense que votre propos pêche par sa présentation. Pour faire passer une telle pilule, il faut, à mon sens:


- présenter un plan qui touche TOUS les corps sociaux EN MEME TEMPS. Il faut que chaque français se sente solidaire. J'entends trop souvent dans mon magasin des clients qui me disent : "Ah les
politiques, ils ne se gènent pas, eux, pour s'augmenter". Ou bien des retraités qui ont le sentiments d'être les seuls à faire les frais de la rigueur. 


Les mesures doivent, à mon avis,  être claires et et ne pas laisser supposer que des catégories passent au travers. Ainsi, si l'on touche aux professions règlementées (pharmacies, taxis,
etc, comme le préconisait d'ailleurs le plan Attali), il faut que l'on annonce des suppressions d'avantages pour les fonctionnaires, etc... Surtout, TOUT annoncer d'un coup.


Une potion amère pour tous, peut être, mais également présenter des perspectives au bout du chemin. Façon Churchill.


 


Cordialement

Bernard Muyl 01/10/2014 11:40


Je suis 100% d'accord avec les mesures proposées par FFillon.


Et notamment sur la réduction des coûts de fonctionnement des Collectivités Locales , qui ne sont contrôlées par personne . On voit par exemple que les dépenses des Intercommunalités ont explosé
, sans que , pour autant , les dépenses des Communes aient baissé.


Cependant , si l'Etat impose la diète aux Collectivités , le risque est grand ( et c'est probablement une certitude ) que les impôts locaux augmentent , comme ils n'ont cessé d'augmenter depuis
la décentralisation . Il faut donc que l'Etat joue pleinement son rôle en contrôlant l'évolution des taxes locales , faute de quoi les efforts réalisés pour améliorer le pouvoir d'achat des
administrés partiraient en fumée


Bernard Muyl , conseiller municipal.

Jean-Louis PETIT 01/10/2014 11:29


Puissiez-vous être entendu par la majorité de nos concitoyens !                                    


Je pense cependant qu'il faudra, le moment venu, ajouter à ce programme économique nécessaire mais au fond un peu "triste", une dimension politique plus "enthousiasmante" en proposant une vision
de la France dans le monde (position remarquable de la recherche française notamment dans les sciences dures, niveau exceptionnel et apprécié dans le monde entier de nos écoles d'ingénieurs,
écoles de la deuxième chance à créer pour nos cités sensibles, axe politique privilégié Paris - Berlin - Moscou, puissance de la francophonie avec ses conséquences heureuses à long terme,
partenariat avec l'Afrique, puissance maritime avec le deuxième espace maritime du monde, etc ...)                       

Bruno JEROME 01/10/2014 10:50


Monsieur le Premier ministre,


tous les observateurs et les instituts prévoyaient un taux de prélèvement obligatoires à 46.1% ainsi qu'un ratio de dépenses publiques sur PIB de 57,1%. Bref un record depuis 1945


(http://blog.francetvinfo.fr/electionscope/2014/09/20/les-prelevements-obligatoires-et-la-depense-publique-ces-ennemis-de-la-croissance.html).


Finalement on nous annonce un taux de PPO en 2013 de 44,7 et un ratio de DP/PIB de 56,4%! Les effets d'annonce ne suffisant plus, désormais on change les chiffres.


Pensez-vous commenter cette manipulation sur BFMTV ce soir?


 


 

Bernard 37 01/10/2014 10:35


Nouveau look, nouvelles ambitions, nouveaux projets ?


La baisse des impôts des sociétés, les entreprises viennent d’en avoir une
costaude, non ? 50 milliards de « pacte », un engagement unilatéral de la hollandie sur la bonne mine des entreprises, ne faites pas ça !


Quant aux baisses d’impôts attendues par les classe moyennes après ces
augmentations démentes du même président du PS, vous devriez y réfléchir…


C’est toute la fiscalité directe qui est à revoir. Pourquoi seuls 45% des ménages
paient-ils l’IRPP alors que nombreux sont les Français et étrangers qui perçoivent de somptueuses allocations familiales, sociales, aides et indemnités chômage qui ne paient rien ?


Bon ! Vous êtes interviewé par les Échos. Mais  l’économie et la politique sont si intimement liées  qu’on ne peut oublier ce qui n’est pas
« économique », c'est-à-dire TOUT le reste.


Tiens: l'éducation. Le second plus important corps constitué après l'armée
Chinoise, c'est l'éducation nationale française. Le moins qu'on puisse dire est que le nombre n'est pas significatif de la qualité. À quand un projet de lutte contre les corporatismes
protégés?


Pour aller plus loin: à quand un projet détaillé sur la restauration de la
Laïcité, des Libertés Républicaines, de  la sécurité  citoyenne ? À quand l’abrogation des lois et
des instances "hautement autoritaires" qui instituent le blasphème religieux ?  À quand la fin  des
communautarismes ethno-religieux dans notre Nation France ? À quand la mise au pas du 3ème pouvoir, de cette justice dépendante de la rosi-vertitude ? Etc...etc.


À quand LE programme complet du candidat Fillon ?

jfv 01/10/2014 10:06


Très bien M. Fillion pour ces mesures ineluctables.  Réduire les dépenses sans avoir un plan d'investissement massif en partenariat avec le privé avec en plus la dérégulation du marché du
travail et la simplification du code du travail- ne pourra être que recessif. C'est un volet indispensable et qui a été aussi appliqué par les pays que vous citez.


Il faudra que le secteur privé (ou coopération public / privé) assure pour un temps l'investissement ou qu'une hausse de la TVA importante ne vienne fournir les ressources au public pour investir
et contre balancer en partie ces mesures recessives.


jfv Lyon - gérant d'entreprise

patrick Mennessier 01/10/2014 10:04


Monsieur Fillon,


Vous etes un homme politique que j'apprécie mais vos dernieres propositions me font intervenir. Vous semblez ignorer parfois le " quotidien " vécu. Vous évoquez les fonctionnaires, la retraite a
65 ans, la suppression de la pénibilité.... Permettez moi de expliquer la réalité de tout celà. Je suis technicien biologiste , un bac +3, un diplome universitaire délivré par la faculté de
médecine. une activité en transfusion sanguine depuis maintenant 30 ans.... de nuit !  Nous n'avons aucune perspective d'évolution dec carriere, aucune. Ni d'ailleurs de réelle augmentation
de salaire au " mérite " ou pas. Cela avait été promis, je crois, par votre gouvernement. Alors que notre charge de travail ne cesse d'augmenter on prévoit la fermeture de nouvelles
restructurations en 2015 avec la fermeture de nombreux labos de transfusions. La nuit c'est 12 h de garde de 20h a 8h , a Paris , j'habite a Angers. Tout cela, au bout de 30 ans, avec des
diplomes, et un salaire d'environ 2500 euros par mois. Bien sur on peut travailler jusqu'a 65 ans ( 65 ans c'est facile pour un politicien professionnel ) , on peut supprimer la pénibilité (
venez travailler de nuit dans un hopital ...), on peut nous promettre aussi monts et merveilles qui n'arrivent jamais,  mais la réalité de ce que nous faisons, de ce que nous vivons... les
politiciens en sont bien loin, malheureusement. 


Cordialement.


Patrick Mennessier


Ex responsable DLR sur le 49. 

Daniel Salomé 01/10/2014 09:59


Bravo, il faut rétablir la confiance en repartant d'une base saine. Il faut relancer les investissements en ne sounettant pas à l'impôt sur les socités les bénéfices réinvestis dans l'entreprise.
Des mesures fortes, simples et immédiatement applicables pour nous sortir du m..

Mes vidéos

Fil Twitter

Recherche