Ce site n'est plus à jour

Découvrez Fillon2017.fr
4 août 2012 6 04 /08 /août /2012 09:31

 

Je vois depuis quelques jours dans la presse le débat sur les 35 heures reprendre de la vigueur au sein de notre majorité. Je m'en réjouis. Pour ma part, ma position reste constante et déterminée : il faut assouplir la durée du temps de travail dans le cadre le dialogue social.


Premièrement, il faut rendre aux employeurs la liberté de moduler le temps de travail au delà des 35 heures.

Privées par la majorité socialiste de la souplesse des heures supplémentaires défiscalisées, les PME, déjà acculées par la crise économique, vont perdre des parts de marché et par conséquent moins recruter voire licencier.
 Le carcan des 35 heures porte une lourde responsabilité dans la dégradation de la compétitivité des entreprises françaises au tournant des années 2000.

Le choix que nous avions fait avec Nicolas Sarkozy était celui de la souplesse. Avec la défiscalisation des heures supplémentaires notre majorité a pu desserrer ce carcan et atténuer l’impact des 35 heures sur le coût du travail. Il y a encore des étapes à franchir et j'accepte la critique sur le fait que nous ne sommes pas allés assez loin dans l’assouplissement. Mais nul ne peut contester les progrès qui ont été réalisés dans cette voie. Le recours aux heures supplémentaires a bénéficié aux entreprises et à près de 9 millions de salariés; pour un gain moyen de près de 450 euros annuels par salarié. C’est la valeur du travail qui était récompensée.

A gauche, on n’a toujours pas compris que plus les Français travaillent plus la croissance augmente, et plus le chômage diminue. Cela fait 30 ans que les socialistes pensent que c’est en partageant le travail qu’on améliore la situation économique du pays et cela fait 30 ans que les faits les démentent tous les jours. Dans les autres pays européens personne ne songe à partager le travail : la priorité c’est d'améliorer la compétitivité de l'économie pour favoriser la création d'emplois. Dans un monde où des pays comme la Chine, l’Inde, le Brésil, sont assoiffés de progrès, assoiffés de partager les richesses mondiales, les Européens, et parmi les Européens, les 65 millions de Français ne peuvent plus céder à la facilité et les responsables politiques n'ont plus le droit de les illusionner sur les conditions exigeantes du progrès et de la compétition mondiale.

La vérité, c’est que qu’il faut multiplier notre effort productif et non pas le diviser en rationnant le travail, comme continue à le rêver la gauche.

La vérité, c’est qu’on ne pourra par sortir de la crise et réduire nos déficits sans travailler plus et dépenser moins.

La vérité, c’est que la France ne restera une grande nation qu’en mobilisant toutes ses forces de production, en travaillant plus et en se formant mieux.

 

Ensuite, il faut que cet assouplissement se fasse dans le cadre du dialogue social.

Toutes les entreprises, tous les métiers n'exigent pas de travailler de facon identique. Certaines entreprises sont plus soumises que d'autres à la compétition internationale et il y a des travaux qui sont plus pénibles que d’autres. En Allemagne et Europe du Nord, les pays qui utilisent depuis longtemps déjà cette méthode du dialogue au sein des entreprises ont pu sauver beaucoup d’entreprises et d’emplois.

Avec Nicolas Sarkozy nous avons d'un commun accord avec les partenaires sociaux engager la modernisation du dialogue social dans notre pays. Avec la réforme de la représentativité des organisations syndicales, nous avons mis en place les instruments qui vont permettre d’avoir en France des organisations syndicales puissantes et démocratiques qui pratiquent un dialogue apaisé et responsable.

C'est l'une de mes fiertés que d’avoir conduit pendant 5 ans un dialogue social exemplaire au sommet de l’Etat. Nicolas Sarkozy et moi n’avons eu de cesse d’associer les partenaires sociaux à l’effort de redressement national. L’état d’esprit inverse de celui qui avait permis à Mme Aubry et à M. Jospin d’imposer les 35 heures sans la moindre concertation avec les syndicats.


Le temps est venu d’ouvrir avec l’ensemble de nos concitoyens un débat sans tabou sur la question du temps de travail. Le temps est venu de refaire de la France une terre de production de richesses. Ce sera tout l’enjeu du pacte productif que je vais porter auprès des militants UMP dans les semaines qui viennent.

 


Partager cet article

Publié par François Fillon - dans POINTS DE VUE ET TEMOIGNAGES
commenter cet article

commentaires

michele ANTONI 27/10/2012 09:00


D'accord pour supprimer les 35 H à condition d'augmenter les salaires en conséquence de façon à favoriser le pouvoir d'achat...

MOINIER 20/08/2012 19:40


Bonjour Mr FILLON,


Je suis d'accord sur presque sur toutes vos orientations, mais il y a un point sur lequel je ne suis pas du
tout d'accord (dans la situation actuelle), c'est sur la flexibilité du travail au delà de 35 heures.


POURQUOI ?


J'ai déjà écris sur ce point à Me PARISOT. Dans une situation de déficit et de dettes de l'état, les
entreprises vont utiliser le temps de travail en fonction de leurs carnets de commandes et pour être compétitifs, vont minimiser le nombre d'heures travaillées. Ce qui va à l'encontre de
l'équilibre des finances.


Il faudrait commencer à passer aux 40 heures et ensuite adapter le temps de travail au-delà des 40
heures.


Un pays social tel que le notre (et beaucoup de ceux d'Europe) ne peut vivre en équilibre sans un minimum
d'heures travaillées. Ce minimum ne peut en aucun cas être inférieur à 40h. C'est aussi un temps d'activité minimum (moyen) sur la durée de vie en nombre d'heures payées. Ce nombre devra être
réévalué en fonction de la durée de vie (et surtout de la durée de vie en  de retraite)


Ce qui représente aujourd'hui, pour être en équilibre : 40h et 66 ans de départ moyen en retraite.


Tous les pays d'Europe pourraient être au minimum en équilibre, si le temps de travail était relevé.


C'est le travail qui apporte le travail, le social financé, la consommation, la croissance, les
investissements, augmente le niveau de vie, réduit les inégalités, réduit fortement la délinquance, la pauvreté, augmente l'optimiste, la confiance en soi, aux institutions...


Il faut moins de 3 mois pour que la relance s'établisse, c'est tout de même 199€ de plus par mois pour
quelqu'un au SMIC


C'est un prix de revient diminué de 3 à 13% pour les entreprises


C'est 13% d'encours de plus pour les banques


C'est 35% de rentrées de charges supplémentaires pour l'état (retraites, Sécu, ASSEDIC...)


C'est 6% d'impôts en plus


C'est 11% de rentrées de TVA supplémentaires


La seule difficulté, faire passer le message. Expliquer tous les avantages pour tous et pour le pays.


Daniel MOINIER


WWW.daniel-moinier.com


 

olagnier 12/08/2012 10:27


nous nous felicitons aussi,, mais il va falloir aussi a la droite dont j epere que vous saurez la reincarner un peu plus de courage politique,, et au dela des mots, detricoter offciellement cette
mesure absurde,, la crise qui frappe le monde ouvrier ouvre la voie a une pedagogie envers eux qui est une ooportunite,, en revanche , n allons pas au dela de ce que la flexibilite et la
competitivite europeenne exige,,permettre une flexibilte raisonnable dans la zone 41 A 43 HEURES, est acceptable et pourrait sauver l industrie automobile par exemple,,, mais , meme si je
suis  chef d entreprise, j'appelle a la vigilance car, autour du medef notamment, existe un noyau dur, de patrons ultra liberaux, qui veulent plus,  sans accepter de donner un
peu,, et le modele francais,, patronal n 'est pas assez participatif,, il faut aussi donner des contrepartries a l abandon des 35 HEURES, et amener un modele de gouvernance plus moderne dans les
entreprises francaises,, les ouvriers y ont droit aussi,, et cela nous sortira du carcan syndicaliste francais, qui est un front du refus, et peut faire emerger une autre forme de partenariat
syndical, bonne chance MR FILLON

reno 11/08/2012 23:42


que de contradictions, les PME seraient penalisées par les 35h, or commercants artisans n'ont jamais autant accumulé de patrimoine...mais comme dit de closet, quelque soit la categorie c'est
toujours plus car toujours trop cher le poids de ce qui ait la solidarité...et que dire des grosses entreprises....le poids de la main d'oeuvre serait de 10% dans le prix des voitures....trouver
l'erreur!! si l'on baisse de 10% le prix de la main d'oeuvre, ca fait 1% de baisse de prix sur la voiture!! cela n'empeche pas les francais d'acher plus cher chezvolswagen ou audi ou mercedez ou
bmw car tout va vers le paraitre riche!!!!


cette logique nous conduira au tombeau un jour

Boucon Jean-Louis 08/08/2012 20:58


Souvenons nous des années 70 quand les produits japonais ont déferlé sur l'Europe. Comme aujourd"hui nous pensions que l'industrie automobile française ne s'en remettrait pas.
Qu'avons-nous fait alors ? Nous nous sommes remis en cause et nous avons développé des produits plus proches des besoins clients, de meilleure qualité, dans les délais. Le résultat ? Renault et
PSA sont devenus des acteurs mondiaux de premier rang.
Ne considérer le problème des heures sup que sous l'angle des coûts de production est trop réducteur, même si c'est important. Nous devons aussi réapprendre à développer les produits
d'aujourd'hui, d'une qualité qui justifie la différence de prix et dans les délais attendus: les exemples de l'A380 et de la centrale EPR suédoise sont affligeants. Pour cela aussi il est
indispensable de faire des heures supplémentaires et pas forcément pour gagner plus mais simplement pour garder son job.


 


 

La droite silencieuse 08/08/2012 15:13


Nous ne pouvons pas être une grande puissance mondiale en ne travaillant que 35h.


Nous ne pouvons pas être une grande puissance mondiale en accablant nos entreprises de charges sociales.


Nous ne pouvons pas être une grande puissance mondiale en faisant fuir les entrepreneurs qui créent de la valeur et de l’emploi.


Nous ne pouvons pas être une grande puissance mondiale en mettant un frein aux incitations à la réussite.


Nous ne pouvons pas être une grande puissance mondiale avec un Président qui ne travaille que 8 semaines avant de prendre des vacances (dans n’importe qu’elle entreprise, il est impossible de
prendre des congés avant de les avoir acquis !)


Il est important que la France garde sa culture traditionnelle, mais si l’on veut se remettre sur pied, il faut libérer la France de ses contraintes du marché du travail, l’orienter vers un esprit
entrepreneurial permettant la création de valeur et cela dès maintenant !


En savoir plus sur  : http://www.ladroitesilencieuse.fr/?p=333

Quoineaud 08/08/2012 09:45


Je suis d'accord pour le débat des 35 heures.

Danielle Quoineaud                 72540 LOUE

Jean-François Chaussier 06/08/2012 05:34



L'argument
le plus pénalisant concerne la rigidité imposée à la flexibilité du travail. Il serait trop long d'en faire la démonstration, mais en un mot, lorsque les marchés se contractent par la
mondialisation et qu'il faut améliorer le taux de service à la clientèle pour les conserver, il faut de la flexibilité sinon on perd des marchés et les conséquences sont alors dramatiques, car
s'en suit la sous-traitance, les délocalisations puis le chômage et en fin de compte la fermeture d'entreprises et la désindustrialisation.



À la flexibilité, il faut ajouter la baisse des charges salariales et nous retrouverons comme l’Allemagne le chemin de la croissance même si c'est contraignant, mais c'est notre avenir industriel
qui est en cause. Les socialistes doivent en prendre conscience rapidement sans tergiverser et détricoter ce qui allait dans cette direction en particulier sur les heures supplémentaires
défiscalisées sinon le réveil risque d’être brutal et douloureux.

cumenal 05/08/2012 19:03


Si le gouvernement socialiste supprime le paiement d' heures supplémentaires à des personnes qui veulent gagner plus d' argent , il ne faudra pas s' étonner d' une baisse de consommation et d'
une augmentation du travail illégal .....Le gouvernement veut supprimer des fonctionnaires mais veut employer plus de personnes à la surveillance du travail illégal , à quoi serve les ordinateurs
et tous les regroupements possibles entre URSSAF , CAF, SECURITE SOCIALE??? Il faut revoir la durée du travail par branches car comparer un métier d' hôtesse d' accueil derrière un bureau avec
celui d' une infirmère nous fait penser que la difficulté du travail n'est pas tout à fait la même !!! 

hebergement web maroc 05/08/2012 09:17


super ... j'ai trop aime l'article. 

lor 04/08/2012 22:15


Les 35 heures ont tué les PME et le travail, on s'en rend compte chaque jour, ainsi que le coût du travail.

pierre gallo 04/08/2012 15:46


oui votre parole est vraie et nous y adhérons, mais pourquoi ; pourquoi ne pas avoir eu le courage de supprmer les 35 heures qui en plus coutent très chers au budget de l' état!!???? mettez un
groupe  d'etudes d 'experts pour savoir comment $en sortir!


il faut etre réaliste le dialogue sociale a ses limites avec une cgt qui est le cancer économique de la france depuis 30 ans!

MOINIER 04/08/2012 12:10


Je vous souhaite en premier bon rétablissement après votre accident de CAPRI, ile où j'avais passé un
excellent séjour l'an dernier.


En ce qui concerne les 35 heures, je suis d'accord avec vous, sauf pour instituer de la flexibilité. Au
delà de 40 heures, je suis d'accord, mais en dessous non. Pour la simple raison, qu'il faut déjà combler le trou de la Sécu, des retraites et celui du déficit annuel et sans un minimum de 40 h/S,
cela est impossible. Avec la flexibilité, les entreprises vont adapter leurs horaires et ne feront pas spécialement 40h. De plus, à partir de quel horaire s'établirait les H/S ? La flexibilité
pourra ensuite se faire au-delà. (comme lors des 30 glorieuses)


40 heures, c'est la condition obligatoire pour aboutir à une relance immédiate, la baisse du
prix de revient entreprise, avoir des rentrées de charges, TVA rapides et ensuite des impôts, une baisse du chômage, des commandes supplémentaires pour les entreprises.


Daniel MOINIER


 

Frédéric Blanc 04/08/2012 11:56


En effet les 35 heures doivent cesser d'exister, c'est une abérration que seule la France porte dans le monde. D'ailleurs, cela aurait été bien de les remettre en cause quand nous avions la
majorité. En attendant le gouvernement Hollande a supprimé la défiscalisation des heures supplémentaires et privé des millions de français de revenus complémentaires leur permettant de joindre
les 2 bouts, qui plus est, juste avant la rentrée propice aux dépenses et qui voit poindre le bout du nez des impôts. 


Monsieur Fillon, j'ai été fier d'avoir un premier ministre comme vous qui a su gouverner avec notre président la France dans les turbulences. Aujourd'hui je souhaiterai que vous relayiez l'envie
d'expression de beaucoup de Français qui souhaitent également que la défiscalisation des heures supplémentaires fassent l'objet d'un débat et non soit la cible d'un détricotage
anti-sarkozyste.


Ainsi, je vous le demande Mr Fillon, soutenez notre pétition : http://chn.ge/M0xgSW


Merci de m'avoir lu.


Les Français feront toujours tout pour que la France aille dans la bonne direction.


Cordialement,


Fred Blanc

Mes vidéos

Fil Twitter

Recherche