Ce site n'est plus à jour

Découvrez Fillon2017.fr
8 novembre 2013 5 08 /11 /novembre /2013 12:42

La dégradation de la note française annoncée ce matin est une très mauvaise nouvelle pour la France et pour tous les Français. C'est la confirmation du diagnostic que je formulais depuis des mois et des mois. Ce que nous dit aujourd'hui l'agence de notation qui a choisi de baisser la note de la France, c'est que le niveau d'impôts a dépassé le maximum acceptable et que l'absence de réformes structurelles rend impossible le rebond de l'économie française.

Ce diagnostic, je l'ai formulé à plusieurs reprises et j'avais le sentiment de prêcher dans le désert. J'ai même senti cet été un peu de commisération de la part de ceux qui pensaient que l'économie française allait repartir toute seule, portée par les vents de la reprise américaine. Il n'en est rien ! 


Cet événement est venu malheureusement s'ajouter à d'autres événements politiques graves ces dernières semaines et donne le sentiment d'une sorte de vacance du pouvoir, d'une hésitation permanente du Président de la République. Je dis au Président de la République : c'est vous qui avez constitutionnellement la responsabilité de prendre les initiatives nécessaires pour redresser le pays. Personne n'a de conseil à vous donner mais prenez une initiative ! Ne restez pas inerte ! Comme je lui avais dit il y a un peu plus d'un déjà "il est temps que vous deveniez le chef de l'Etat" !


Je demande aujourd'hui au président de la République de prendre l'initiative forte qu'il estimera à la hauteur de la situation. Il peut, comme François Mitterrand l'avait fait en son temps, prendre acte de l'échec de sa politique économique actuelle et changer radicalement de politique. Il a beaucoup d'options que lui offrent les institutions. J'ai du respect pour l'institution présidentielle. Je le manifeste en particulier en ne lui dictant pas sa conduite aujourd'hui.

Partager cet article

Publié par François Fillon
commenter cet article

commentaires

gilles 28/11/2013 15:57


http://www.lefigaro.fr/politique/2013/11/28/01002-20131128ARTFIG00137-inversion-de-la-courbe-du-chomage-l-embrouillamini-de-hollande.php


La promesse est enterrée. "Moi président..."


Et on peut dire que non seulement, la courbe de chomage ne va pas s'inverser, mais elle va accélérer sa montée. Les entreprises sont trop mal.

Regard Robert 25/11/2013 22:40


il faut soutenir NKM 


ne recommençons pas notre  trahison de Philippe SEGUIN que je voyais très souvent lorque j aidais le docteur Edwige ANTIER


FAITES LIRE MON SITE www.robertregard.fr


j'accompagne PY Bournazel dans le 18 où je vote


lire mon article sur Pauvre justice, tristes prisons et la police dans tout ça;


Paris est sale, Paris est dangereux, Paris n'est plus le fer de lance de la France


Monsieur le Premier Ministre , votre voie est tracée ; croyez en votre destin d'autant que vous êtes honnète en plus de tout


fidèlement et c'est vrai

gilles 21/11/2013 18:54


http://www.lefigaro.fr/conjoncture/2013/11/20/20002-20131120ARTFIG00519-smic-en-allemagne-le-patronat-se-rebiffe.php


Lisez le contenu. Regardez la hauteur du débat.


On ne parle pas de commisération, de gestion de l'instant d'émotion, de social, mais d'impact clair, de différence entre les lander de l'Est et de l'Ouest, de niveau de formation différent, on
est au coeur


Et moi, est ce que je dois souhaiter , que les allemands aient un SMIC ?


Je n'en suis pas sûr. Si les entreprises allemandes exportent moins, alors elles ramèneront moins de richesse dans les pays de l'union européenne. Est-ce que cela résoudra les problèmes des
salariés des länder de l'est dont la formation est moins élevée que celles des Ossis ?


Je ne crois pas.


Et nous avons les mêmes soucis avec d'autres paramètres de législation du travail.


La seule vraie question est celle de la création de richesse. Et de la formation nécessaire pour y arriver.

gilles 19/11/2013 09:57


Quand on parle de fiscalité, on en voit la queue.


 


Je viens de recevoir le dernier volet de la taxe CVAE - CFE. Les deux taxes qui remplacent la taxe professionnelle supprimée par N Sarkozy.


J'ai le déplaisir de vous annoncer que l'ensemble de ces deux taxes petit à petit remonte pour être plus élevé que l'ancienne taxe professionnelle alors que l'entreprise fait face à un
contexte concurrentiel et marché difficile comme jamais..


Inutile de préciser que l'entreprise en question est une PME industrielle qui exporte (enfin, essaie d'exporter). et fait face au marché international que ce soit à l'extérieur de France ou
à l'intérieur.


Notre pays est toujours dans la logique de l'Etat providence, de la relance par la demande, l'impot et l'interventionisme d'Etat, que les entreprises n'ont qu'à y gagner et de l'entreprise qui
s'nerichit quel que soit le contexte.


Le problème de notre pays est profond, très profond. A Bercy, la mondialisation est un vague zéphyr, et ce pachyderme n'a toujours pas intégré l'Euro comme valeur étalon de la concurrence entre
les différents pays de l'Euro.


Et comme les fonctionnaires de Bercy sont à 90 % électeurs de F Hollande, je doute qu'il soit fait quelque chose, on continue donc la descente.


 

gilles 19/11/2013 09:29


http://www.lefigaro.fr/impots/2013/11/18/05003-20131118ARTFIG00604-ayrault-veut-une-fiscalite-plus-lisible.php


Encore des tambours et trompettes pour nous annoncer le grand soir et faire un lifting de façade ?


Sans compréhension du fond, c'est encore et toujours la classe moyenne qui va être frappée, celle qui travaille, créée mais est ponctionnée un peu plus à chaque rupture.


La grosse patate chaude autour de laquelle la gauche - comme d'ailleurs d'autres gouvernants feraient à leur place - tourne comme une poule qui a trouvé un couteau dans une basse cour, c'est
comment faire de la déflation.


Tous les symptomes sont là : Un problème de compétitivité impossible à résoudre par une dévaluation, les entreprises outils de création de richesses qui disparaissent ou font plan social sur plan
social, un Etat qui dépense plus qu'il n'a de recette. Il n'y aura pas de remède miracle pour diminuer ce différentiel présent sur toutes les balances financières de notre pays que ce soit
sur notre commerce extérieur, notre PIB ou notre solde gouvernemental.


Actuellement, l'Etat pompe sur la richesse privée pour boucher ses déficits publics et n'a pas le courage de faire la division par 1,1 ou 1,2 en reportant tout sur l'impot.


Laisser détruire les entreprises, c'est enrichir par l'euro les entreprises allemandes en leur reportant tout le chiffre d'affaires. A la sortie, c'est peut être une déflation encore plus brutale
qu'il faudra avaler.


Alors la remise à plat de la fiscalité, c'est un peu le Munich de l'économie française. Le pire, c'est que je commence à me demander si F Hollande, et JM Ayrault comprennent quelque chose
dans l'économie de notre pays et l'économie en général.


Vers quel danger nous emmènent ils.


En face, il y a une UMP qui est encore empêtrée dans son problème de leadership.


Je suis maintenant convaincu que tant que N Sarkozy se maintiendra dans la course, cela rendra inaudible votre voix. Il y a besoin d'une voix haute et au dessus. Celle de N Sarkozy, c'est avant
tout celle de l'immobilisme derrière l'agitation permanente, alors qu'il faut une réforme profonde autour de la création de richesse qui entrainera celle autour du travail.


Parce qu'à part la loi TEPA, N Sarkozy n'a rien fait après 2008.


Pendant ce temps, la CGT s'en va tranquillement abaisser via la cour européenne, les seuils sociaux des entreprises, parce que virtuellement, c'est ce qu'ils sont entrain d'obtenir en incluant
les apprentis, et toutes les personnes qui étaient hors effectifs.


Une seule manière de répondre à tout cela : Recentrer notre discours autour de la création de richesse et pas de la distribution/répartition de richesse.

rigaux 14/11/2013 18:08


ce matin, notre président touche le fond avec 15% de bonnes opinions. cela devient lamentable. cependant à droite, personne ne bénéficie de cette situation. il est temps de faire preuve d'unité
et d'afficher un programme cohérent. avec tout notre soutien.

gilles 12/11/2013 19:24


J'ai écouté l'interview de F Hollande sur l'inversion de la courbe du chomage.


C'est encore pire que je ne pensais. Une véritable hypocrisie. "L'inversion de la courbe du chomage est acquise pour les jeunes".


Une véritable escroquerie sur l'information. En disant cela, il vient d'accroitre la colère de tout ceux qui sont dans l'action de l'effort et du sacrifice sur le terrain. Des emplois jeunes
créés à coup de taxes et d'impots supplémentaires.


Ce qui est grave, c'est de persister dans une erreur si grossière pour des raisons de dogme et de "J'ai raison et je persiste"


J'ai interrogé à un ami US dans le business pour lui demander pourquoi les 2,8% de croissance en 2013 ne créait pas d'emplois et de commandes industrielles.


Sa réponse : "Dus aux hydrocarbures et gaz de schistes, emplois temporaires mais pas durables donc mal payés, donc pas de reprise de l'investisssement et de la consomation d'autant qu'Obama a
augmenté les taxes et ne donne pas confiance dans le business"


Nous, on n'a même pas les hydrocarbures.


 

gilles 12/11/2013 17:44


Je me demande si vous y croyez.


F Hollande est têtu comme une mule. Il est connu pour ne jamais rien céder et de n'en faire qu'à sa tête même s'il donne l'impression, de plier par devant.


Je pense qu'il ne changera pas d'avis et que pour stopper son mouvement, il faut une déferlante.


http://www.youtube.com/watch?v=B8ZwdHYA2v4


 

Dom DELANDRE 11/11/2013 20:42


Ce président ne peux prendre aucune initiative. Il est totalement discrédité. Incapable de décider, c'est l'homme du consensus mou, rappelez vous dans quel état il a laissé le PS après dix ans à
sa tête! MELENCHON l'ayant suffisamment côtoyé l'a comparé à un capitaine de pédalo, comparaison osée mais tellement juste et prémonitoire.


Cet homme est une catastrophe. Il a été élu sur un discours très à gauche et tente une politique plus social démocrate. Mais il n'a pas reçu de mandat pour cela et sa majorité composite ne peut
la soutenir. C'est le mariage de la carpe et du lapin.


D'autres présidents ont eu, hélas, la même attitude avant lui, mais avaient une autre stature et autorité.


Je crains que nous soyons entrés dans une période pré insurrectionnelle. L'histoire des "bonnets rouge" est symptomatique, on constate l'agrégationn de divers mécontentements totalement aux
antipodes les uns des autres.


Mais les français sont grandement responsables de cette situation, nous avons les gouvernants que nous méritons.


Un sondage paru hier dans le JDD montre le paradoxe de nos concitoyens. Ils refusent les hausses d'impôts mais en même temps ne veulent aucune baisse des dépenses publiques.


Vous pensez que les français sont mûrs pour entendre la vérité et voter pour des politiques responsables leur promettant "des larmes et du sang", je crains que cela soit prématuré. Une nouvelle
fois la stratégie démagogique du FN semble porteuse : haro sur les împots et glorification du tout état.


Le travail de pédagogie reste immense


Bon courage!!


 

PAROLIER 11/11/2013 14:48


Plaidoyer pour la liberté d'entreprendre et pour la liberté des entreprises :///
et ce dans le but de créer des emplois: ///

Ce qui a vraiment changé (depuis les années 60) :
c'est surtout et avant tout le manque très concret de liberté d'entreprendre :
et ce pour les industriels, les commerçants et les professions libérales
(d'une manière générale pour l'ensemble de tous les employeurs).
Le blocage idéologique des fonctionnaires politiques de tous poils (gouvernements et surtout syndicalistes)
(sans oublier aussi la complicité fumeuse de la plupart des médias à la mode ) :
ont tout à fait miné la volonté et le courage des entrepreneurs.
Tous le reste n'est que paroles superficielles et illusions trompeuses de ceux qui ne peuvent pas comprendre
ce qu'est vraiment le monde des entreprises.
Le désir réel et profond ainsi que le souhait actuel d'un Chef d'Entreprise
(que j'ai été pendant plus de quarante années)
ce serait vraiment de revenir comme dans les années 196O.
En ces années là (années de liberté) , le salarié : en toute, pleine et consciente liberté,
pouvait entrer et sortir d'une quelconque entreprise :
tout à fait librement et ce selon le bon vouloir du salarié
et selon les besoins professionnels de son employeur.
Ces mouvements continuels et ces mouvements permanents avaient et trouvaient , en eux-mêmes,
la force et la réelle capacité de vraiment créer des emplois.
Dans l'attente d'une réponse d'un membre du gouvernement :
responsable de l'emploi plutôt que de la gestion permanente et bureaucratique du chômage organisé...!!!

Par ailleurs, je suis vraiment trés fortement étonné et surpris par le "Jememêledetout"
de la part du dit gouvernement français.
En effet : ce n'est vraiment pas à des ministres ou à des députés ou autres politiques
à se mêler de la marche et de la conduite d'une quelconque entreprise.
Mais qui aura donc enfin le réel courage et la vrai force pour dire haut et clairement à ce gouvernement :
qu'il s'occupe d'abord et avant toutes choses de ses propres affaires
et qu'il ne mette surtout pas le nez dans des affaires qui sont uniquement du ressort des chefs d'entreprises.

(La sincérité dans l'erreur ne constitue pas la vérité.)

bertin jp 10/11/2013 12:26


   " NOUS SOMMES AU SEUIL D'UNE REBELLION"


             Non Sire d'une révolution !


Voilà le dilemme que vous devez ou avez trancher.


Votre analyse minimaliste de l'état du pays,est-elle politicienne ou politique?


Peut-on segmenter les problèmes,alors qu'ils interréagissent et s'agrègent


dans la collectivité .


La république,qui sert à toutes les sauces,est instrumentalisée par les


élites pour repousser l'analyse en profondeur et les mises en cause.


Conclusion;les  mots qui désignent le mal français sont-ils:populisme,


racisme,......ou désintégration socio-culturelle,favorisée


par une dégradation économique dont les "manettes" échappent aux politiques?


Les médias ont évidemmment tranché,dans le sens bien connu,avec un ton


percutant et sans appel!


Le politique ,dépendant ,apeuré,se rebelle et vite courbe l'échine.


QUE dirait de GAULE de tels comportements?


 

LC 09/11/2013 06:40


Oui tout le monde a raison, vous avez fait un discourt digne d un vrai Président.Helas il faudra attendre encore 3ans et demi avant de voir Hollande soit disant le Pere NOEL  est ses LUTINS
partir  . Il lui reste qu une chose a faire s il a LE COURRAGE!!!!!C EST DE DISSOUDRE L ASSEMBLEE APRES LES ELECTIONS MUNICIPALES. Donc Monsieur FILLION continuez a nous donner le
courrage,qu il nous fois pour supporter CE QUE LA FRANCE N A JAMAIS VU. AUJOURD HUI J IRAI A LA MESSE  DU 9 NOVEMBRE EN L HONNEUR DE L ANNIVERSAIRE DU DEPART DU GENERAL DE GAULLE ET JE
PRIERAI , pour voir le pays  revenir tel qu il était il y a quelques  ANNEE. CONTINUEZ NOUS SOMMES A VOS COTES. AMICELEMENT

gilles 08/11/2013 23:11


François Hollande 14 Janvier 2012 : "C'est une politique qui a été sanctionnée, celle de Nicolas Sarkozy, pas la France."


Ce que j'aime dans notre monde d'aujourd'hui, c'est qu'il faut seulement moins de deux ans pour qu'on vérifie les inepties dites par nos hommes politiques là où il y a dix ans, on ne s'en
souvenait pas. Tous les amateurs et les beaux parleurs se font balayer.


S&P ne fait que juger la capacité de notre pays a rembourser ses dettes par son économie à moyen terme, c'est à dire sur dix ans.


L'impression globale est que les politiques en font trop sur ce sujet. Les marchés pour l'instant s'en moquent, les taux d'intérêt restent les plus bas d'Europe car les marchés financiers sont
des moutons, ils ne raisonnent que par le passé en croyant que l'avenir s'écrit comme le passé. Et c'est logique puisque les marchés réagissent et anticipent seulement sur un horizon de 6 mois
grand maximum. il n'y a donc pas urgence sur le court terme.


L'évaluation de S&P doit être vue différemment : Elle reflète une capacité de réaction à dix ans. Et là, effectivement, S&P juge qu'à terme, nous restons dans les problèmes. A titre
personnel, je suis vraiment convaincu que c'est l'industrie sous toutes ses formes qui est au bout de dix ans de crise et sous les coups du welfare state, d'une politique de la demande alors
qu'il faut faire une véritable politique de l'offre, est arrivée à bout. Au bout de ses marges, à bout de son carnet de commandes vide, et à bout de sa trésorerie.


S'il n'y a pas urgence pour les intérêts, il y a par contre urgence pour nos entreprises pour leur redonner de la compétitivité et des carnets de commande. Car une fois les injections de sérums
effectuées, il faudra du temps pour qu'elles se fassent sentir. Et c'est là que cela devient urgent. De la compétitivité, tout de suite.

gilles 08/11/2013 22:54


Il y a quelque chose d'intime dans votre relation avec Philippe Seguin. Je ne l'ai pas perçu de cette façon, sans doute parce que je ne l'ai connu que par média interposé.


Il fait sans doute partie des grands, discret et oeuvrant avec puissance et dévouement, distillant ses valeurs qu'on retrouve aujourd'hui sans que nous en ayons vraiment la conscience, dans
les racines de notre pays.

POMPIDOU 08/11/2013 21:00


Cher François Fillon,


La France se voit rétrogradée en AA par les organismes de cotation mais le gouvernement s'engage à hauteur de 3,5 milliards d'euros de subventions pour favoriser l'élection de son
candidat à la mairie de Marseille.


A l'heure d'une augmentation de la dette publique, d'un accroissement inacceptable des impositions, l'inertie du Président et la générosité ciblée du gouvernement sont incompréhensibles.


Avec mes cordiales amitiés.

lionel 08/11/2013 20:53


Comme toujours un message très pertinent Monsieur le Premier ministre ; mais hélas insuffisant. L'opposition doit proposer des solutions à la hauteur du désastre ; elle doit démontrer qu'elle est
en capacité de pouvoir faire radicalement autrement et mieux si demain elle se retrouvait en situation.


Car si demain, le Président décidait une dissolution (que le PS perdrait évidemment) ou qu'il proposait un gouvernement d'union national ; que feriez-vous . Quelle serait votre politique ?
Qu'avez-vous tiré comme enseignement de vos 5 années à la tête de l'état ?


FH est mou, ne sait pas trancher, doit composer avec une majorité sans aucune cohérence idéologique ; mais si NS n'avait pas les mêmes défauts, ils ont tous les deux un point commun : ce sont
d'excellents hommes politiques mais hélas cette qualité est antinomique avec celle d'homme d'état.


Vous avez sûrement plus l'étoffe qu'eux deux mais il va falloir le démontrer vite car la montée délirante de Marine Le Pen repose sur l'absence d'un homme d'état.


Si je puis me permettre un conseil "Think Different" ; oubliez tout ce que vous avez appris ; ré-initialiser le logiciel ; posez-vous chaque question dans l'intérêt des français et pas dans ce
que vous pensez être leur capacité d'acceptation ; ne pensez surtout pas comme un homme politique, le rejet est trop fort ; etc.


Et puis chaque soir, regardez La Dame de Fer (le film est mauvais mais le contexte historique saisissant) ; et voyez ce qui vous attend si vous y arrivez.


Si par contre FH continue comme çà ; alors on se reverra en enfer car jamais la France n'arrivera en 2017 (et c'est un entrepreneur qui vous le dit).


Je vous souhaite, respectueusement, un bon w-e Monsieur le Premier Ministre

MICOUD 08/11/2013 18:30


Monsieur Fillon,


AH! le gentil garçon que vous êtes! bien sûr vous avez raison sur le fond, mais les Français ont aussi besoin d'un leader qui sache aussi mordre et donner le cap. Même si vous respectez la
fonction, vous pouvez critique vertement la politique actuelle; à moins que celle-ci ne soit dans la continuité de celle que vous aviez engagée après la crise 2 ans plus tôt? bref
on continue à faire tout le contraire de ce qu'il faudrait.  Allez y franchement, montrez nous que vous pouvez aller au bout de vos convictions, et ne laissez pas le choix de la
politique économique, fiscale et sociale, au Président, imposez la vôtre, on vous suivra! Cordialement

lecanu 08/11/2013 16:54


bonjour M FILLON


oui cela fait des mois et des mois que vous dite que l économie française est au bord du gouffre mais personne a L UMP ne vous suit il serait grand temps qu il vous  écoutent et
vous soutiennent mais je vous trouve trop bon avec le chef de l état il ne comprendra que lorsque tout les français seront dans la rue et lui demanderons sa démision ALORS FAITE LE VOUS ET VOS
AMIS  AVANT UN  CAHOT    votre discours  a à NANCY est tres digne    respectueusement

alice 08/11/2013 15:27


..".hélas avant d'être Capitaine, il faut être Matelot.....!!!."...espérons que les français auront  ...désormais ....bien compris......qu'on ne"
s'improvise" pas Président de la république....et que l'eau d'une source de montagne perd de sa limpidité dès qu'elle devient vagabonde.........!!!!!....il est plus que certain que nous
allons  "droit dans le mur"....combien de Force et de Courage il va vous falloir pour faire à nouveau émerger notre beau pays, soyez rassuré, ...nous serons très nombreux à vos
côtés ...alice

Christine 08/11/2013 14:42


Bonjour Monsieur Fillon,


Vous demandez à M. Hollande de prendre une initiative forte. Mais quelle intiative si ce n'est la remise en cause de ses alliances mortifères et donc une dissolution de l'Assemblée National ? Ne
soyez pas trop respectueux avec ce Président qui se comporte avec un cynisme absolu et ne semble avoir comme volonté que celle de démolir la nation France. Monsieur Copé a cru bon hier de saluer
un beau discours !!! N'importe quoi. La célébration du centenaire de la guerre peut attendre encore un an.

Henry Wallez 08/11/2013 14:20


Il est clair que l'inertie n'est pas une...force ! Votre intervention va dans l'intérêt de la France avec tout le repect que vous lui accordez...Ou le Président change radicalement ou il laisse
sa place ! Là, il y a urgence, et ne rien faire serait un constat de la pauvreté dirigeante ! Respectueusement, Henry Wallez

MarcC 08/11/2013 13:59


Monsieur le Député, Monsieur Fillon,


Les initiatives à prendre sont simples, et vous les connaissez bien pour avoir commandé deux rapports à l'IGF juste avant votre départ. Les leviers d'action proposés, si ils étaient suivis
seraient déjà un bon départ. C'est sur, on peut faire mieux.


Pourquoi ne pas suivre à la lettre les recommandations de la Cour des Comptes, qui années après années, s'essaie dans un exercice, qui met en doute l'utilité de cette institution, tellement ses
recommandations ne semblent jamais suivies?


Une question que je me pose, Monsieur Fillon, est :"Comment serait-il en mesure de changer de cap aujourd'hui alors qu'il a consacré la première partie de son mandat à défendre la mariage pour
tous, et que l'on sait que les grandes réformes ne sont généralement conduites que dans les 12 premiers mois d'un mandat?"


Ensuite, quand on voit le manque de courage de ce président, et son incapacité à décider,(c'est ma perception, perception partagée je crois), on peut vraiment se poser la question de ce qui
pourrait changer son comportement? On a déjà le dos au mur. C'est un manque de lucidité formidable que d'avoir fait le pari d'une reprise. Et qui plus est dangereux !


Il est assurément incroyable que l'on arrive pas à équilibrer un budget. Il est délirant de faire une réforme sur des hypothèses que l'on sait fausse. J'ai le sentiment, mais je peux me tromper,
que les hommes politiques n'ont finalement assez peu de courage. Les gens savent se serrer la ceinture en temps de disette. Les gouvernements sont incapables de prendre des décisions qui
fachent... Or il me semble évident que si l'on se décide un jour en France à n'avoir que l'intérêt général en tête, des gens se facheront, mais c'est inévitable.


Pourquoi pensez-vous être en mesure de conduire des réformes pour la France?


Juste pour terminer, Il me semble qu'à partir du moment ou un gouvernement fera ces réformes, dira ce qu'il fait, mais surtout fera ce qu'il dit, le sujet de la montée du FN ne sera plus un
sujet.


Bonne journée


Bien cordialement


 


Marc


 


 


 

schafer 08/11/2013 13:51


Hollande-Ayrault-Moscivici trouvent cette dégradation de la note de la France injuste ! Pour se justifier ils disent que l'agence de notation n'a pas pris en compte les réformes ( ! ) qu'ils ont
faites. De quelles réformes parlent-ils ? Pour l'heure, ils n'ont fait qu'augmenter les impôts, taxes et cotisations. Aucune réforme de structures n'a été entreprise. Aucune réforme des
structures de l'Etat et des collectivités locales et para-publiques n'est même annoncée ! C'est ce qui enfonce la France. C'est cet immobilisme qui est sanctionné.

Mes vidéos

Fil Twitter

Recherche