Ce site n'est plus à jour

Découvrez Fillon2017.fr
3 juin 2014 2 03 /06 /juin /2014 15:52


Discours prononcé ce soir à l'occasion de l'assemblée générale de Force républicaine

 

 

 


Mes chers amis,

 

Force Républicaine a aujourd’hui un peu plus d’un an d’existence et je suis heureux de rassembler ses adhérents pour cette seconde assemblée générale de notre association.

C’est dans un contexte particulièrement grave que nous nous retrouvons.

Notre pays est enlisé dans une crise profonde qui s’accentue.

Crise économique, avec notre modèle productif qui ne génère plus suffisamment de richesses et d’emplois.

Crise existentielle d’un peuple qui doute de son identité et de ses forces.

Crise politique et morale enfin avec un divorce entre les citoyens et leurs représentants.

Tout cela ronge ce que la France a de plus noble : je veux parler de son énergie, de son goût du progrès, de sa fraternité.

 

Les résultats des élections européennes constituent un choc !

Et je tire avec vous l'alarme contre l'indifférence et la tentation du vide.

 

23 millions d'électeurs se sont abstenus et 4 millions d'autres ont voté pour le F.N.

C'est, comme le diraient les astronomes, un gigantesque "trou noir" dans notre espace démocratique.

Le diagnostic est hélas clair: c'est la faiblesse et l'impuissance des politiques qui tirent irrésistiblement vers ce vide.

François Hollande a vidé de son sens la fonction présidentielle; les élites européennes ont vidé de son sens l'aventure européenne; et nous, qu’avons-nous opposé à ce vide ?

 

Pour la première fois de notre histoire l'extrême-droite arrive en tête.

Ce n’est plus un simple mouvement d’humeur.

C’est le signe d’une défiance des Français qui désespèrent de solutions nouvelles et trouvent dans l’Europe un exutoire à leur exaspération.

Ces Français doutent de la capacité de leurs dirigeants. A tort ou à raison, ils les jugent coupables de ne pas tout entreprendre pour redresser la situation.

Dans ce contexte, la promesse illusoire et mensongère d’une France repliée sur elle-même s’étend.

Notre pays est celui d’Europe où l’extrême droite a fait le score le plus élevé. Personne ne peut s’exempter de la responsabilité de ce résultat.

Le président de la République en est le premier responsable : sa déroute aux élections municipales s’est soldée par un changement de Premier ministre quand il aurait fallu changer de politique.

La surenchère fiscale qui a marqué le début de son quinquennat a noyé les moteurs de la croissance.

Le chômage progresse et paupérise des millions de famille, les classes moyennes ont des fins de mois de plus en plus difficiles, l’insécurité gagne les zones rurales, l’immigration n’est pas maîtrisée et le système d’intégration n’enraye plus la peur de l’étranger.

 

De façon inconséquente, le Président a relancé il y a quelques semaines la question du droit de vote des étrangers qu’il sait pourtant explosive ; et il laisse maintenant le soin à Madame Taubira de riposter à la délinquance avec un projet de loi qui alimentera le sentiment d’impunité qui est à la source de la violence.   

Même la nécessaire et légitime modernisation de la décentralisation est partie pour être gâchée  par sa méthode précipitée et technocratique.

Hier soir, dans son bureau, François Hollande a redécoupé la France en 14 régions, de façon arbitraire, illogique et politicienne.

 

La cohérence aurait été de commencer avec les départements qu’il convenait de fusionner avec leurs régions…

Mais la cohérence n’est pas le but recherché : le but c’est de lancer un leurre pour tenter de faire croire qu’il contrôle encore la situation.

 

Depuis deux ans, toutes les mesures qu’on nous sert et ressert sont à côté de l’urgence.

Partout en France, des entrepreneurs, des inventeurs, des citoyens se démènent courageusement et intelligemment, mais pour quels résultats, pour quel but, vers quel cap ?

François Hollande ne cesse de godiller, d’enfumer les faits, d’esquiver les obstacles, et sur l’Europe il est coupable d’avoir accrédité l’idée que Bruxelles était fautif de notre croissance zéro, de nos déficits à la dérive, de notre chômage en hausse…

Je dénonce le discours lâche de ceux qui accusent nos voisins de nos propres turpitudes.

Un  pays qui se défausse sur des boucs émissaires et un pays qui se ment à lui-même : or la grandeur est la récompense de la lucidité et non de la duplicité.

 

Puisque le Président de la République a prétendu entendre le message de cette élection européenne, voici le mien :

«Votre programme a mis la France au bord de la récession, et l’Europe n’y est pour rien. Si notre pays était mieux dirigé, s’il était plus productif, s’il était entrainé par des réformes audacieuses, il serait plus sûr de lui-même, et, ce faisant, il ne craindrait pas d’unir son destin à celui des européens.

Ecoutez, Monsieur le Président, si les Français s’abstiennent ou votent pour les extrêmes, ça n’est pas tant pour faire tomber la République que pour exiger d’elle moins de discours et plus d’actes».

 

Mes amis, la déroute de la gauche aurait dû faire le succès de la droite républicaine.

Mais voilà, l'UMP est aussi touchée de plein fouet par les résultats du 25 mai.

Pourquoi cet échec ?

Parce que depuis la défaite présidentielle et législative de 2012, nous n’avons pas réussi à incarner une alternative solide et vraiment nouvelle. Notre période d'opposition n’a pas été mise à profit pour renouveler nos logiciels.

Etre dans l'opposition, c'est se mettre corps et âme au service du pays; c’est mettre au clair de nouvelles convictions, de nouvelles idées; c’est construire une nouvelle majorité.

 

Tout ça l’UMP ne l’a pas fait, ou mal fait et qui plus est, sur fond de disputes fratricides et de coups tordus.

Problème de leadership, problème de projet politique, problème d’éthique : tout cela nos concitoyens l’ont ressenti, et ils nous l’ont fait savoir sans ménagement lors du scrutin européen.

Certes nous avons gagné les municipales, mais nous le devons moins à l’étiquette de notre parti qu’au rejet de la gauche et au travail de terrain de nos candidats et militants qui ont été admirables de ténacité.  

 

Pourquoi l’échec ?

Parce qu’aussi nous n’avons pas su parvenir à une synthèse des lignes divergentes qui traversent notre mouvement sur la question européenne.

Ca n’est pas nouveau, mais lorsque l’on commence une campagne aussi tardivement, lorsqu’on l’engage sans débat de fond préalable, lorsqu’on ne parle de l’Europe qu’une fois tous les cinq ans, alors les risques de divergences en sont renforcés.

 

Pourquoi l’échec ?

Parce qu’également, l’UMP et l’UDI n’ont pas su se rassembler.

A l’avenir, l’opposition devra y regarder à deux fois avant d’aller aux élections en ordre dispersé.

 

La pression du Front national est désormais suffisamment évidente pour ne pas s’interroger, à chaque échéance à venir, sur nos alliances avec nos partenaires naturels.

Que nous ayons des différences de sensibilité avec l’UDI est exact, mais nous en avons encore plus avec l’extrême-droite et avec la gauche.

Alors il faudra choisir : soit la victoire ensemble, soit le risque de défaite !

Mais la question des alliances ne peut être posé tant que nous sommes en crise et en position de faiblesse.

Nous devons ressaisir nos forces. Redéfinir notre ligne politique et ensuite seulement proposer une plate forme commune de gouvernement.

 

Et puis, soyons clairs : dans cette campagne européenne, l’UMP n’était pas en capacité d’être respectée.

Les soupçons et les affaires nous ont blessés.

Des millions d’euros détournés…

C’est cela la politique ?

C’est pour cela que nous nous sommes engagés ?

La fin justifie les moyens ?

On peut mentir, tricher, détourner l’argent des adhérents et des sympathisants et prétendre représenter la France et les Français ?

Non !

Non !

Non !

Notre engagement – celui de tant d’élus et de militants - est fait de convictions, de sincérité, de volonté de servir. Rien à voir avec ces turpitudes.

 

C’est pour eux, nos militants, nos élus, nos électeurs que je me suis, avec d’autres, dressé.

Ce n’est pas la première fois que je me bats pour l'honneur de mon parti.

Certains parlent à tort de «guerre des chefs», mais peut-on, pour une fois, parler tout simplement d’un engagement élémentaire pour des principes qui fondent notre engagement.

 

Maintenant, la Justice est en marche et nous allons malheureusement vivre au rythme des enquêtes, des perquisitions et des auditions.

 

Sauver l’UMP d’une disparition désormais possible : Voilà l’enjeu des prochaines semaines.

J’ai pris mes responsabilités en décidant de défendre devant le Bureau politique de l’UMP l’installation d’une direction collégiale provisoire.

J’ai été rejoint par de nombreux élus de notre mouvement, et ensemble, nous n’avons fait que notre devoir.

 

Dans un récent sondage, 80% des français disent qu’ils ont une mauvaise opinion de l’UMP.

80% !

Avec Alain Juppé et Jean-Pierre Raffarin nous avons accepté une mission d’urgence.

Il s’agit :

De restaurer la confiance des militants et des Français en contribuant à faire toute la lumière sur ce qui s’est passé ;

De garantir l’unité de notre mouvement dont Alain, Jean-Pierre et moi-même sommes parmi les fondateurs;

D’assurer les conditions exemplaires et transparentes d’un Congrès au mois d’octobre, un Congrès qui permettra de donner toute la parole aux adhérents de l’UMP, car seule la démocratie peut nous sortir d’un tel chaos.

 

L’année dernière, je vous disais que Force Républicaine est au cœur de l'UMP. Cette formule prend aujourd’hui tout son sens.

Tous les adhérents de notre association, je le sais, ne sont pas membres de l’UMP, mais les circonstances nous obligent à donner le maximum pour ce mouvement sans lequel l’opposition républicaine serait inexistante et les chances du redressement national compromises.

 

Pour cela, il faut tirer les leçons du passé avec sincérité car les Français ne supportent plus la morgue de ceux qui pensent avoir toujours raison ; il faut nous repenser, nous refonder.

La ligne politique de l’UMP doit être débattue car un parti qui ne s’interroge plus finit au cimetière… mais du moins, nous savons d’où nous venons !

Nous sommes, pour beaucoup d’entre nous, les héritiers du général de Gaulle, pour d’autres les héritiers de Valéry Giscard d’Estaing.

Nous sommes la droite républicaine et le centre, avec ses valeurs qui ont pour noms le travail, le civisme, la famille, la dignité humaine qui ne doit pas être l’otage des idéologies.

Nous croyons dans la liberté, l’indépendance nationale, la République.

 

Pour nous qu’importe les origines sociales, la couleur de la peau, les religions, une seule chose compte : la vaillance qui inspire chaque être humain et le respect qu’il porte à son pays. 

La France repliée derrière ses frontières, la petite France ressassant ses aigreurs n’est pas la nôtre.

Nous sommes patriotes et européens, et c’est à nous de convaincre que l’intérêt national se confond avec l’intérêt européen.

 

A nous de relancer l’Europe sur des bases plus efficaces et moins technocratiques ; à nous de redonner du sens à la vieille civilisation européenne qui doit se défendre dans la mondialisation. 

 

Nous ne sommes pas dans une situation politique ordinaire, dans l’attente d’une alternance classique, pour mener une politique classique…

Face à la crise, face aux changements du monde qui défient notre pays, la question n’est pas tellement de savoir où nous sommes sur l’échiquier électoral…

Non, la question centrale, celle qui importe aux Français, est : qu’est-ce que nous proposons et qu’est-ce que nous ferons pour redresser la France.

Pour moi, ce redressement n’est ni de droite, ni du centre, ni de gauche: il est national !

 

Ma conviction est que notre pays est mûr pour des changements profonds. Plus que ses élites, mieux que ses dirigeants, le peuple sent que le temps des choix est venu.

Près de 6 millions de français sont au chômage ou en activité partielle… On continue comme avant ou on change ?

 

Chaque français porte près de 20.000 euros de dette publique qu’il faudra un jour rembourser… On continue comme avant ou on change ?

Dans bien des quartiers de France, des petits caïds ont plus d’autorité que les parents, que les enseignants, que la police quand des fanatiques ne poussent pas au Jihad… On continue comme avant ou on change ?

L’année dernière 60.000 entreprises ont déposé leur bilan… On continue comme avant ou on change ?

L’année prochaine, la puissance économique de la Chine dépassera celle des Etats-Unis… On continue comme avant où on change ?

 

Depuis des mois je parcours la France. J’ai rencontré des milliers de français ! J’en suis sur : Ils sont prêts à prendre des risques.  

Pour eux et avec eux, il nous faut bâtir un projet de rupture, un projet précis, crédible, un projet d’intérêt national qui ne se limite pas à satisfaire une partie de l’opinion, mais un projet qui invite tout un pays, qu’il vote à droite, au centre, à gauche ou à l’extrême droite, à se rassembler, à se retrousser les manches pour retrouver l’espoir.

 

Ce projet nous avons commencé à le bâtir.

Nous avons commencé par l’éducation parce que c’est le point de départ de toute entreprise de redressement.

Après des mois de travail, nous avons proposé une réforme radicale de l’école.

Nous voulons recentrer l’école sur les apprentissages fondamentaux.

Nous voulons des établissements scolaires autonomes, avec de vrais patrons, des conseils d’administration ouverts sur la société et l’économie.

Nous voulons des professeurs mieux payés, moins nombreux et plus présents dans les établissements.

Nous voulons une filière de l’apprentissage moderne, organisée avec les entreprises et la formation professionnelle et totalement décentralisée dans les régions.

Nous n’acceptons plus de fermer les yeux sur l’immense gâchis que représente les dizaines de milliers de jeunes français qui quittent l’école sans qualification.

 

Nous allons poursuivre notre travail dès la fin du mois de juin en présentant nos propositions pour redresser la compétitivité de l’économie française, puis à la rentrée, pour réduire sérieusement les dépenses publiques.

 

Force Républicaine doit être le creuset d’un projet national pour relancer la France loin des débats sur le centre, le centre droit, la droite, la droite dure, loin des postures idéologiques infantilisantes de la gauche et des cris de guerre contre la raison de l’extrême droite et de l’extrême gauche.

Face à l’avenir, deux voies politiques s’affrontent :

 

celle de ceux qui pensent que le pays a peur de tout, qu’il est fichu, que le meilleur moyen de calmer son angoisse est de tout bloquer, tout verrouiller : de l’extrême droite à l’extrême gauche, j’entends cette musique qui consiste à dire «arrière-toute», «aux abris» ;

 

mais de l’autre côté, existe aussi dans le cœur des Français une colère salvatrice, une colère saine qui nous dit «allons-y, tranchons, réformons, osons construire une autre France».

 

Entre ces deux voies, la bataille ne fait que commencer.

La première voie à la partie facile car la démagogie est en terrain favorable avec une crise économique qui n’en finit pas, et un pouvoir socialiste en dessous de tout.   

La seconde voie – celle de la rupture et de la modernisation - est aujourd’hui en jachère.

L’UMP doit s’y engouffrer de toutes ses forces et il doit l’incarner, mais, pour cela, l’UMP a des devoirs à remplir.

Le devoir de se réconcilier avec les Français en se comportant avec probité et rigueur.

Le devoir de comprendre l’état de notre pays, sans céder au politiquement correct qui bride notre clairvoyance, sans céder aussi au prétendu politiquement incorrect de ceux qui se targuent de parler de tout n’importe comment.

Le devoir aussi de dire la vérité en renonçant aux facilités électorales qui se retournent toujours contre les bonimenteurs.

Le devoir enfin et – j’y reviens ! - de bâtir un projet d’alternance autour duquel nos concitoyens pourront se dire : «là, quelque chose va vraiment changer !»

 

C’est à tout cela, mes amis, que je nous invite.   

Il ne faut pas se mentir: la droite démocratique n'a jamais connue un tel niveau d'alerte.

 

Bien sûr, on peut toujours espérer que la gauche s’effondrera d’elle-même, que les extrêmes s’épuiseront, que l'appoint d'autres formations politiques nous sera accordé...

Mais ce  n'est  pas avec des si et des mais qu'on gagne les grands combats.

Il faut gagner la bataille intellectuelle contre la gauche.

Il faut gagner celle des valeurs et du bon sens contre le FN.

Le nihilisme, le sectarisme poussent là où la pensée a déclaré forfait, là où le compromis a remplacé la conviction, là où l’anxiété a brisé la force vitale de la jeunesse.

Aujourd’hui, la France tourne, tourne, comme une vieille locomotivee sur un chantier d’exposition universelle.

Elle doit retrouver le goût et le risque de l’avenir.

C'est pour cela que j'ai créé avec vous Force Républicaine.

Je vous ai toujours dit que nous étions au service de notre pays.

Aujourd’hui, soyons aussi au service de l’UMP qui a besoin de nous tous.

 

Mes Amis, je ne vous remercierai jamais assez pour votre fidélité et votre soutien à notre association.

Beaucoup d’entre vous font des efforts pour financer notre action, d’autres n’hésitent pas à donner de leur temps…

Je vous en suis reconnaissant, je vous en suis redevable car c’est grâce à vous que nous sommes mobilisés pour la plus urgente des causes : celle de la France et celle de la République.

 

 



 

Partager cet article

Publié par François Fillon
commenter cet article

commentaires

Jean-Claude Casareto 10/06/2014 16:46


URGENT: Sir, Il est temp de quitter l'UMP, et de créer un nouveau Parti avec Alain Juppé que je vous propose d'appeler simplement "Parti Républicain"qui rassemblera un grand nombre d'électeurs
aux main propres. Vous allez rassembler un grand nombre de membres déçus et furieux des méthodes UMP des scandales et des combines, j'ajoute aussi lésé de facto par le "Sarkoton" &
autres. Vous allez fédérer le Centre UDI en quête d'identité, et récupérer tous les déçus ou septiques de l'UMP & PS.. sans querelle de personnes eu egard à votre libéralisme &
clairvoyance politique..  JC.Casareto, Consultant International

AS11 06/06/2014 23:35


Quel bonheur d'entendre ce discours!


Je m'y retrouve TOTALEMENT.


Nous sommes dans le sens de l'histoire de la France!


Nous sommes en route vers le redressement dans la dignité, la probité et ......


LA FORCE REPUBLICAINE.


 


Je suis fier d'être adhérent.

Bertrand Laulanné 06/06/2014 21:34


Débarrassons-nous des brebis galeuses : une pétition devrait circuler pour demander la démission de Lavrilleux de son mandat de député. Bertrand L (de Parigné le Polin)

pillard 06/06/2014 19:20


Etant donné la situation actuelle, je ne pense pas que F. Hollande puisse continuer ainsi pendant encore 3 ans. Comme il ne voudra jamais abandonner son poste il reste une solution qui est la
dissolution de l'assemblée nationale.


Dans ce cas, il repasse à la droite très malade et pas prête à gouverner la responsabilité de mener à bien le programme annoncé mais pas appliqué car il pourrait très bien être celui de la droite
sur les grandes lignes si on va plus loin. Il coupe l'herbe sous les pieds de N. Sarkosy, et a une petite chance dans 3 ans si la droite arrive à gouverner intelligemment de retrouver une
certaine popularité

Lethiais 05/06/2014 15:51


Analyse bien pensée mais vous omettez de spécifier que un parti avec des gens propres et nouveaux ce serait bien mieux pour tout le monde. Virez que diable vos sociopathes et vous respirerez bien
mieux.

alice 05/06/2014 09:49



 La bave des crapauds ne souille jamais la blanche colombe. N’est-il pas plus sage de déposer un petit mouchoir sur  « les termes fleuris des fleurons » de l’UMP…et surtout ne
jamais « se briser le dos » en se penchant vers les bassesses…ah !….si seulement Richard Branson pouvait proposer de déposer « l’homme aux 5 cerveaux » sur la
planète Mars, il y vivrait heureux  avec ses chers chocolats ...!!!... « le pauvre homme »….n’a aucune idée de  ce qui l’attend en Terre de France…….le rejet absolu !!!!..........en avant François Fillon, poursuivez votre chemin avec courage jusqu’à La Victoire, on
compte sur vous…… !!!………………….alice

BONHOMME Geneviève 05/06/2014 09:43


On entrevoyait un peu la lumière, on espérait une UMP débarrassée de ses démolisseurs et voilà les caporaux de Nicolas Sarkozy qui entrevoient la possibilité de futures places de ministres dans
son prochain gouvernement et qui battent le rappel. Vous offrez à Nicolas Sarkozy sur un plateau la possibilité de se faire élire sans passer par la case primaire. Quand il sera élu président de
l’UMP ( et il le sera car ceux qui resteront alors seront ses partisans en majorité, les autres ne veulent pas rentrer dans ce magma où tout est permis) pensez-vous sérieusement qu’il se pliera à
l’obligation des primaires ? Bien sûr que non, Sarkozy fait plier les règles devant sa volonté. Vous serez berné comme vous l’avez été après l’élection pour la présidence de l’UMP ratée. Les
médias vous boudent et votre absence vous rend inexistant dans l’opinion. A moins d’une opération spectaculaire et rapide pour démontrer vos qualités aux français, vous ne pourrez pas l’emporter,
à notre grand regret. Quelle possibilité vous reste-t-il ? Juppé monte dans les sondages et il a la faveur des médias. Même si nous ne sommes pas fan’s et si nous préférerions que ce soit
vous qui puissiez gouverner la France, ne pouvez-vous vous entendre avec lui et le Centre pour créer un parti neuf et propre, composé de personnes sans reproche qui puisse renouer avec les
français, écœurés de tant de calculs. Avec l’UMP telle qu’elle est devenue, il n’y a plus rien à espérer, on le voit bien autour de nous, les électeurs sont désespérés et prêts à se vouer à tous
les extrêmes. De plus, Sarkozy a cristallisé trop de dégoût, plus par son comportement que par son action et il est rejeté par la plupart des personnes de droite. L’UMP continue ainsi et Marine
Le Pen peut préparer son discours triomphal pour 2017. 

bibi 05/06/2014 09:39


m fillon


svp ne laissait pas luc chatel assurer l interim a l ump chatel = copé = sarkozy il faut vous battre  pour les francais qui croyent en vous  ne soyez plus celui que certain
considére comme un faible qui ne va jammais au bout de se qu il entreprend respectueusement

Bernard Cousin 05/06/2014 07:25


Merci et bravo Mr Fillon 


Bernard

jean claude 05/06/2014 00:52


si N Sarkozy devait revenir a la présidence de l UMP , j espére que vous vous poserez la question s il est bon pour vous et pour notre pays surtout que vous restiez dans ce parti

SVL 05/06/2014 00:48


Bonsoir


Votre analyse de la situation de la France est très juste. 


Je suis adhérent UMP. et élu municipal  - Avec mon épouse nous avons renouvelé notre adhésion pour 2014. Nous en venons à le regretter depuis les dernières révélations dans le cadre de
l'affaire Bygmalion. Je suis révolté et en colère. Que la justice fasse son travail et que les coupables soient traduits devant un tribunal et sévèrement sanctioux qui sanctionnés. La sanction
doit aussi passer par une exclusion immédiate de l'UMP. 


Certains se permettent aujourd'hui de porter des jugements sur certaines personnalités politique pour tenter de se dédouaner alors qu'ils sont déjà passé aux aveux. Que cherchent ces personnes ?
A détruire l'UMP. Excluons les de l'UMP et ce sans ménagement. 


Les militants sont écoeurés. Nous avons participé à des réunions, à des soirées à militer, à rencontrer des gens, à tâcher de les convaincre, à distribuer des tracts, coller des affiches et quel
résultat nous avons aujourd'hui ? Plus rien, des quolibets tous les jours. Une honte ! 


Des problèmes restent à résoudre pour remettre l'UMP sur les rails qu'il n'aurait jamais dû quitter.Cela doit se faire dans la dignité, la rigueur, le respect et surtout que certaines
personnalités politiques de notre parti s'abstiennent de commentaires inutiles, assassins, qui n'amènent que le discrédit sur notre famille politique. 

Anne 04/06/2014 21:42


Cher Monsieur Fillon


Excellente analyse


Je partage en tous points vos conclusions et je vous encourage très sincerement a continuer dans la voie que vous avez tracee


Avec tout mon soutien


Anne

BILIM 04/06/2014 21:04


Merci pour votre discours très constructif Monsieur le Premier Ministre.


En ces temps de crise, votre capacité à imaginer une sortie de crise est indéniable et la vitalité de votre discours me fait penser que nous sommes sur la bonne démarche. Toutefois je ne partage
pas votre avis sur la responsabilité du Président de la République. Je pense qu'ensemble nous avons à gagner à se rejoindre sur l'essentiel pour la France de demain. L'UMP doit changer de nom, de
directoire et de philosophie politique. Tout comme le parti socialiste d'ailleurs. Je crois que l'heure est venu pour cela de part et d'autre de l'échiquier politique afin de proposer aux
français un nouveau visage plus constructif pour l'avenir.


MErci, Que Dieu vous garde.

dom delandre 04/06/2014 19:49


de l'audace, encore de l'audace toujours de l'audace! La patrie est en danger! ok je suis un peu emphatique.


Mais les grandes manoeuvres débutent, le petit caporal envoie ses grognards au front, cette première bataille est primordiale pour la suite. Chacun va se positionner dans l'optique de la
présidentielle de 2017. C'est certes prématuré mais les fossoyeurs de l'UMP lancent cette offensive de diversion pour faire oublier leurs responsabilités dans la faillite morale, financière,
éthique de l'UMP donc de la droite républicaine. Nous n'en pouvons plus de ces turpitudes.


Rester ferme sur vos positions et ne cédez pas devant la mauvaise foi et le culot de ces aboyeurs. Les français vous en seront reconnaissants


fidèlement

CIESLIK FRANCK 04/06/2014 19:49


Nous ne voulons pas d'un retour de Nicolas SAKOZY. Il a fait assez de dégats comme cela !   Pour DIVISER les français il n'y aura pas mieux !  Nous n'en sortirons
donc jamais ?


Qu'il reste ou il est  !!!!! 

Jean-François Chaussier 04/06/2014 19:43






Je suis convaincu par votre discours qui fait échos à mes propres réflexions sur la situation de l’UMP. Toutefois, les affaires continuent d’apparaitre à jet continu et je ne vois pas quand ni
comment y mettre un terme. En attendant, je souhaiterais que Force républicaine montre l’exemple en écartant de son comité directeur les personnes concernées, je pense, en particulier à Éric
Woerth.

Bertrand L 04/06/2014 19:38


L'UMP a perdu plusieurs mois dans son entreprise de reconquête de l'opinion : il faut reconnaître que les militants n'auraient jamais dû se satisfaire d'avoir à sa tête un chef qui a fraudé aux
élections internes. Cela aurait dû scandaliser tous les militants quelles que soient leurs sensibilités ; l'opinion et les médias auraient dû également se scandaliser. Au lieu de cela, par
lâcheté ou calcul politique, tout le monde a tourné la page !


Le fraudeur ayant été écarté, l'horizon se dégage maintenant, il y a un espoir que le parti se réorganise sur de bonnes bases et qu'on travaille sur un programme de gouvernement.


Je suis sûr et j'espère que vous prendrez toute votre place dans ces travaux.


 


Je pense que les Français ne se rendent pas assez compte du travail que vous faites et ne vous en savent pas assez gré. Le travail et l'honnêteté finissant toujours par payer, les Français
finiront par s'en rendre compte tôt ou tard. Continuez, François Fillon, continuez. Bravo pour votre courage et ténacité. Bertrand L (de Parigné-le-Pôlin).

Yves Leclercq 04/06/2014 19:15


Magnifique discours. Tout est dit, le passé, le présent, particulièrement difficile, l'avenir, qui nous engage.


Merci à vous et aux hommes raisonnables qui sont avec vous.

bibi 04/06/2014 18:17


exellent discour


MAINTENANT IL VA FALLOIR VOUS BATTRE FAIRE VOIR QUE VOUS UN HOMME ETAT DECIDé à aller au bout de vos ideés si l ump doit exploser que se soit toute suite ATTENTION AU RETOUR DE N
SARKOZY  beuacoup de députés et de sénateurs etaient présents hier soir entrainaient les avec vous sil le faut former un nouveau partis mais ne nous decevez bon courage



Leclercq Carole 04/06/2014 18:14


Une fois de plus votre  analyse à la fois exhaustive et très claire de la situation économique catastrophique à cause de la "non gestion" par Hollande de la France et les solutions que vous
préconisez pour "changer les choses" la critique lucide et si juste des différrentes  erreurs commises par l'UMP et votre volonté affirmée d'apporter là encore du changement recueillent mon
assentiment et mon approbation. Les  Français que je cotoie sont complètement déroutés par ce qui se passe à l'UMP.


En ce qui me concerne je suis confiante dans la volonté affirmée de beaucoup de nos  politiques et de membres de l'UMP d'y voir plus clair.

cieslik franck 04/06/2014 17:59


OUI et OUI, le redressement est national et les français comptent beaucoup sur vous et tous ceux qui pourrons orienter la france dans des voies limpides et constructives. Une nation à besoin
d'un chef (d'un bon administrateur) garant de régles justes et claires et non pas d'un assomoire fiscal et administratif, d'une bureaucratie qui n'existe que pour elle ; qui est un
peu notre faiblesse culturelle (qui n'est pas nouvelle et n'est pas seulement lié à la république). Elle l'était déjà avant la révolution ...  Mais merci !

gilles 04/06/2014 17:43


http://www.lefigaro.fr/politique/le-scan/citations/2014/06/04/25002-20140604ARTFIG00212-lavrilleux-pointe-le-directeur-de-campagne-de-sarkozy-et-tacle-les-figures-de-l-ump.php


morceau choisi : "Wauquiez c'est une ....


Jérôme Lavrilleux se fait plus sévère sur les différents responsables de l'UMP: «Le problème dans ce milieu, c'est
qu'il y a des gens morts de l'intérieur: ......."


Il n'y va pas de main morte. C'est très imagé, mais effectivement, la description correspond finalement à la gêne qu'on ressent quand au discours TV de telle ou telle personne citée. La politique
n'est pas un lac tranquille, nous le savons tous.


Vous, c'est clair, votre style, c'est la pondération et chacun de nous attend de vous plus d'action. Aujourd'hui peut être, mais demain ?


Quant à N Sarkozy, lui effectivement, il est dans l'action, et s'est batie une réputation de zappeur d'un sujet à l'autre sans pondération, ni modération.


Alors qu'il faut un commandeur dans la tempête, qui dialogue avec tous les ponts du navire.


Je crois qu'il faut prendre le parti pour qu'il n'y ait qu'une seule voix dans les médias pour focaliser l'opposition. N Sarkozy l'a très bien compris. Ou alors une organisation qui délègue la
parole et la centralise sur le futur candidat aux élections présidentielles.


Et pourtant, il ne faut pas se mêler du marais et de ses turpitudes.


Quel dilemne !


Que pouvons nous faire pour vous aider ?


 

Bellenger Pierre 04/06/2014 16:56


Un discours qui tente de noyer le poisson. Le gaulliste Fillon reste un ...... infidèle au gaullisme. Le Général avait restauré nos institutions d'avant la débâcle militaires, à savoir
la Démocratie mariée avec le Keynésisme. Lui il avait le sns du pragmatisme. Faudra-t-il des mots plus forts pour dire votre comportement ?


Dommage ! votre républicanisme achève la république. Seriez-vous de la même génération que Hollande et condorts ?

Francois Crémieux 04/06/2014 16:09


Monsieur Fillon,


Force Républicaine se trouve au centre de la droite et occupe une position plus qu'essentielle. Les forces démocratiques de la république sont aujourd'hui sont situées de telle façon qu'elles
concentrent en majorité au centre. Les extrêmes qu'elles soient de gauche ou de droite, profitent de cette concentration pour recruter ceux qui sont tentés par le populisme au mots simples et
triviaux, parce que deseprés de ne plus être entendu n'entendent pas les réponses qui utilisent des grand mots trop compliqués à leur questions.


Si il est vrai qu'aujourd'hui, l'utilisation du mot austérité pour justifier la situation actuelle de l'économie, ce mot n'exprime rien dans l'esprit des français sauf être un synonime de
recession. En l'absence de l'euro, les politiques auraient utilisé le mot dévaluation, mais cette notion ne peut avoir cours dans l'euro, hors de celle de "Dévaluation compétitive" qui concerne
l'ensemble des membres de la zone Euro. Il ne peut plus avoir de dévaluation mais une restauration de notre économie ajustée au niveau de notre place dans l'euro. On utilise improprement le mot
"Austérité".


Il faut malheureusement un nouveau mot qui décrit cette situation car il n'y a rien qui s'y rapporte. Tout l'opinion se divise en "dévaluation" et "austérité" des économies en zone Euro. Ni l'une
ou l'autre des notions ne peut s'appliquer de façon individuelle. Rien entre les deux, et pourtant, cette troisième voie est bien là. La "Dévaluation" ne peut s'appliquer qu'uniquement à un
réajustement de l'Euro face aux autres monnaies, mais qui n'est pas la préocupation d'une grande partie des pays membre, même l'Italie ou la Grèce. "L'Austérité" n'est pas non plus la véritable
qualification à la situation.


Les accords du traité de Maastricht, amendés par les accords d'Amsterdam en 1997, ont défini les contours des actions des politiques économiques nationales en zone Euro. Or, pour la France, tant
la gauche que la droite, non voulu respecter les accords d'Amsterdam. Ils ont continué à gerer comme si la France pourrait éventuellement un jour dévaluer. C'est la solution impossible que nous
sert les extrêmes car la notion est facile à comprendre mais tant irresponsable, "on dévalue et on recommance", un éternel recommencement.


Or cette troisième voie que l'on peut nommer "Ajustement National aux Conditions exeptionneles economiques" manque cruellement aux traités de Maastricht  et d'Amsterdam.


Les législateurs de l'époque n'avaient pas envisagé à leur décharges, car trop complexes et improbables, une situation où certains dirigeants feraient outre des contraintes.


A la décharge des dirigeants, leurs oppositions aussi ont fait de même dans leurs discours politiques. Peut être même, que personne n'avait envie de dire au peuple qu'en l'état, l'"Austérité"
était en route dés 1997. Vous même vous avez subi les foudres de Chirac pour lui avoir rappelé que les caisses étaient vides en 2004.


Mais rien n'est figé, la zonne Euro doit se doter de ces Ajustement nationnaux avec un encadrement de surveillance. Cela voudrait dire que la zone Europe accepte d'accompagner les états en
difficultés et non présentées comme des sanctions vis à vis des peuples. C'est à dire moduler les fameux critères aux économies. L'économie Allemande est différentes structurellement et
socialement des autres états, il en est de même pour la france ou pour d'autres pays, mais la convergence doit être de régles, sans que chaque pays doit ressembler à l'autre, cela est impossible,
à l'instar des états qui composent les Etats Unis.


L'acceptation d'ajustements nationnaux des critéres indiquerait aux populations que l'Europe de la zone Euro n'est pas faite contre eux mais pour eux. Elle leur garantit que leurs dirigeants ne
pourront pas s'engager dans une gestion irrationnels de l'économie. L'europe ne dirige pas, elle doit être protectrice, elle exprime le sentiment de l'unité dans le respect des différences
économiques et sociales nationnales.


La situation actuelle n'est ni la faute de l'immigration, ni la faute de l'europe, mais bien la notre. 3% de déficits publiques est probablement possible pour la France, mais pas dans cette
période. Ce chiffre doit être revu au cas par cas, de situation exeptionnelle en situation exeptionnelle. Mais ces ajustements ne pourront se faire qu'avec la recherches d'économies, non
seulement du fonctionnement de l'état mais aussi l'abandon temporaire ou non de certains acquis du modéle social. Si nous étions au taquet des économies des dépenses de l'état, il ne faut pas
croire que les déficits sociaux s'arrêteront. Il ne peut être pris en compte pour ces ajustements qu'un taux qui soit indexé sur le chomage, puisqu'en réalité c'est la question économique
centrale. Les propositions politiques notinnales devront se concentrer sur les mesures budgétaires pour l'aide à l'économie pour combattre le chomage pour obtenir ces ajustements. C'est la
garantie de la confiance de la zone Euro, et non comme actuellement où la garantie repose sur la réputation de l'économie allemande.


Force Républicaine, par votre voie se fait championne de porter l'idée que l'Europe est là pour protéger les peuples qui la constitue. Mais sa voie n'est pas assez forte, elle doit s'imposer
comme la valeur des forces républicaines. Monsieur Fillon, votre réputation et votre moralité, vous ne pouvez qu'être cette personne qui peut porter cette voie, cette idée de la novation que
l'europe est la solution et non le fardeau de nos turpitudes.


Le débat politique actuel est attentiste, triste et a coté de nos préocupations. Les francais croient en la liberté, en la propérité aux prix de certains sacrifices, ils ont trop l'impression
d'être tous égaux devant l'injustice, et en premier lieu, les militants de l'UMP.


A l'UMP, on attend plus les idées. Beaucoup de militants attendent que l'ancien Président sorte de l'ombre. Mais grands Dieux que porte-t-il comme idées ? Rien, et c'est bien cela qui fait votre
différence. Il est réputé pour se lancer dans n'importe quelle bataille pourvu de la gagner à n'importe quelle manière. Où sont ses confictions ? Il est un candidat du confort. Or ce n'est pas le
confort qui attend les Français, vous le faites savoir trop souvent parce que vous avez cette conscience morale. Force Républicaine porte le renouveau de la droite républicaine réunit dans la
famille UMP.


Avec tout mon respect,


François Crémieux

Marco 04/06/2014 15:22


j entends parler du souhait de certains de voir N Sarkozy candidat pour presidence  UMP


ok (et encore ...) pas pour  2017


perso je n en veux pas, mes voisins, mes collègues au boulot non plus...

Balourdet 04/06/2014 15:06


Monsieur Fillon,


 


Je souscris à votre discours mais je ferai quelques  observations et un exposé :


Si les Français se défient de l'UMP, ce n'est pas seulement parce qu'elle a déçu après les présidentielles par des paroles creuses, des comportements ou actes douteux qui ont effectivement
affaibli son audience : c'est aussi parce qu'elle n'a pas eu les paroles, le comportement et les actions que le peuple attendait AVANT les présidentielles.


Lorsque vous dites que peu importent les religions, je ne suis pas du tout d'accord. La religion musulmane ne sera jamais ni humaine, ni républicaine, ni amicale envers les autres! Jamais!
Regardez ce qui se passe là où les musulmans sont les maitres, là où ils pensent pouvoir devenir les maîtres : asservissements des filles et des femmes, assassinats par attentats, assassinats
directs, chrétiens pourchassés, églises détruites...et j'en passe. Le jour venu, dans notre pays, TOUS les musulmans suivront leurs prédicateurs CONTRE nous, chrétiens, Français et blancs!


Quant aux entreprises en France, il suffit de voir comment elles sont traitées pour comprendre le nombre impressionnant de dépots de bilans et de fermetures. Je n'en veux pour preuve que ce qui
suit :


Pour me situer,j'ai dirigé une PME de 20 personnes pendant 18 ans et j'ai ensuite été entrepreneur PME de 10 personnes durant 18 ans également, soit au total 36 ans de management. A la suite d'un
brutal changement de situation  totalement imprévisible de mon plus important fournisseur français repris par un groupe qui n'avait rien à voir avec la profession et n'avait pas la même
politique, je me suis retrouvé sans fourniture de matériel durant 6 mois.


J'étais régulièrement félicité par mes banques pour ma bonne gestion : aucune ne m'a suivi! Pire, elles m'ont enfoncé!


Le plus scandaleux a été l'attitude du cadre fonctionnaire directeur du service de la TVA.  Je peux dire qu'il a carrément tué mon entreprise en envoyant SANS M'EN AVISER des avis à tiers
détenteurs à mes plus gros clients pour récupérer la valeur d'un demi-mois de TVA soit  100 000 francs en retard de paiement inférieur à un mois et le plus grave, devant mes protestations,
ce monsieur m'a textuellement dit : Monsieur, vos petites entreprises, on n'en a rien à "foutre"!!!


C'était en 1998!


Je crois qu'aujourd'hui, rien n'est changé! Aussi, ne vous étonnez pas si la France, non seulement perd ses entreprises, mais perd aussi ses futurs créateurs d'entreprises. Comment voulez-vous
que dans ce fratras de lois fiscales et sociales et de leur instabilité lattente que la France connait, devant la mentalité anti-entrepreneur régnant dans l'administration française (et aussi
dans l'esprit de nombreux français) , un créateur ou un repreneur puisse développer suffisamment sa société ? En France, réussir, gagner de l'argent est automatiquement suspect! Ce qui nous
ramène à l'UMP....


Voilà, monsieur Fillon, ce que m'inspire certains points de votre discours.


Quant à la politique menée aujourd'hui, je préfère me taire car je déteste écrire des textes grossiers.

POMPIDOU 04/06/2014 14:40


Cher François Fillon,


L'heure est maintenant à l'action.


Il vous faut révéler votre potentiel aux Français pour rester dans la course.


Avec ma bien cordiale sympathie.

alice 04/06/2014 14:10



….Nonobstant les dires de Monsieur De Villepin, moi, citoyenne de La République, je dis et redis, que si l’« Homme aux 5 cerveaux «  de Madame Carla Bruni, n’a pu se rendre compte
des dépenses « outrancières » dégagées pour «  SA » campagne électorale, et bien, cet « homme aux 5 cerveaux » est incapable de gérer les Finances de notre beau
pays……..et s’il devenait l’unique candidat de La Droite, je ne voterai certainement pour lui !!!!............très sincèrement et avec mon plus profond
respect................alice

gerard 04/06/2014 13:47


très beau discours et ensuite......nous souhaitons que la justice fasse son travail très rapidement et que l'ump en tire les conclusions.


s'il y a eu de la triche tous ceux qui ont participé doivent être inéligibles. le mot d'ordre est transparence et des élus irréprochables. il est grand temps de mettre de l'ordre afin de redonner
confiance aux militants. les amis de NS doivent se plier aux mêmes règles.


cordialement.

gilles 04/06/2014 11:35


http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2014/06/04/97001-20140604FILWWW00105-hortefeux-souhaite-que-sarkozy-soit-candidat-a-la-presidence-de-l-ump-a-l-automne-2014.php


Non, Hortefeux ne souhaite pas que N Sarkozy soit candidat. C'est N Sarkozy qui souhaite être candidat.


Et, noter le "un chef, un projet, un cap". Vos primaires, vous pouvez vous les oublier. Quand à la transparence de la direction du parti UMP, vous vous plaigniez de JF Coppé, ce n'est rien à côté
de ce qui vosu attend si N Sarkozy le prend.


J'espère que vous, vous êtes prêt. Sinon, c'est un 2e quinquennat offert à F Hollande.

jean claude 04/06/2014 11:31


vraiment j espére que vous serez  le candidat de la droite en 2017 , et non N Sarkozy , en qui je n ai aucune confiance

Brenac 04/06/2014 11:15


Monsieur Fillon,


Il y a dans votre discours de quoi s'enthousiasmer, mais aussi de quoi désespérer.


Ainsi quand vous assimilez le Front National à l'extrème droite. Il faut réviser votre vieux logiciel. Le FN d'aujourd'hui n'est plus celui du père, mais celui de la fille. Croyez-vous
vraiment que le quart des votants aux Européennes étaient d'extrème-droite ? Les ouvriers qui votaient autrefois à gauche, sont-ils devenus d'extrème-droite parce qu'ils votent FN ? Ouvrez les
yeux ! Arrêtez avec vos vieux schémas de pensée et vos formules totalement dépassés !


Ainsi quand vous parlez de la « petite France », celle qui ne veut pas se dissoudre dans un magma européen ouvert à tous les vents. Et dire que vous vous réclamez du général de Gaulle ! Jamais il
n'aurait employé cette formulation. Quel mépris pour ceux, et ils valent bien les européistes, qui préfèrent l'Europe des nations aux Etats-Unis d'Europe.


Enfin, je vous entends souvent parler de l'économie. Vous nous annoncez des propositions sur la compétitivité, sur les dépenses publiques. Très bien. Mais quand vous déciderez-vous à nous parler
aussi des valeurs et de l'histoire de France bafouées, du communautarisme rampanty qui ronge la société, de l'insécurité, des réformes sociétales insupportables ? Si vous n'avez à proposer
aux Français que des sacrifices, ils ne vous suivront pas. Ils ont besoin d'autre chose. Ne le sentez-vous pas, vous qui dites avoir sillonné la France et rencontré les Français ?


J'espère que vous êtes conscient que vous avez brûlé une grande partie du capital que vous possédiez il y a deux ans. Même à l'UMP, vous êtes largement distancé. Arrêtez de nous infliger des
cours d'économie, regardez ailleurs, retrouvez l'esprit des discours de Nicolas Sarkozy avant 2007. Sinon, vous serez laminé.


 


 


 


 


 

Olivier L. 04/06/2014 11:00


Beaucoup apposent l'étiquette "extrême droite" sur le FN parce qu'il est symétriquement, sur l'échiquier, à l'opposé du communisme. S'il était d'extrême droite sous la présidence de son
fondateur, il ne l'est plus depuis que sa fille y a opéré des changement passés inaperçus aux yeux de beaucoup, semble-t-il.


 


Relisez bien son programmes et ses propositions : le FN est beaucoup plus proche du communisme que de la droite républicaine, c'est aujourd'hui un parti national populiste. Je pense que nous
faisons une erreur en le combattant sur ce même vieux terrain. Ça ne fonctionne plus, nous nous en apercevons de plus en plus, il n'a aucune crainte à avoir tant que nous n'aurons pas une
argumentation neuve, hors des sentiers battus de la caricature.


 


Banissons le terme d'extrême droite qui semble le rapprocher de nous et parlons de son programme (économique notamment), ce que beaucoup de ses électeurs ignorent. Ils retiennent principalement
trois thèmes : immigration, protectionnisme, sécurité. La droite a des réponses aux problèmes d'immigration et de sécurité, pourquoi en laisser l'exclusivité au FN ? Quant au protectionnisme, il
devrait nous être facile d'expliquer pourquoi c'est une hérésie dans l'actuel contexte économique mondial.


 


Affrontons ce parti de face, en cessant de le diaboliser (il n'attend que ça), calmement, avec rigueur et sur le terrain des idées. Démontrons que son programme est pire qu'un programme
socialiste et que les classes moyennes tentées par le vote FN font une grave erreur d'analyse.


 


Quant à l'UMP... les mots manquent pour évoquer ce gâchis. Il reste les hommes, dont vous monsieur Fillon. Je vous souhaite de parvenir à reconstruire une droite UNIE, quitte à
faire définitivement exploser l'UMP en se disant qu'il vaut mieux faire ça maintenant plutôt qu'en 2016.

bernard37 04/06/2014 10:15


Continuer ou
changer ?


Poser la question c’est apporter
la réponse ! Changer !


 Mais changer quoi ? Les Français ne veulent plus de cette Europe de Delors, de Giscard… et de Sarkozy, c’est une évidence. Il faut tout recommencer... sans
les US et sans les lobbies.


Et puis les Français sont
indignés des inégalités sociales, dans cette république socialo-redistributive qui prend dans la poche des classe moyennes pour redonner aux immigrés et aux grands patrons. Si,si! 


Super imposition des retraités
qui ont cotisé 46 ans, pour payer l’AME  jospiniste aux sans papiers, le RMI aux immigrés ou les allocs aux polygames et les 50 milliards
du « pacte » fait par Hollande avec les grandes entreprises, trop, c’est trop !


Les Français ne supportent plus
cette Insécurité permanente dans les rues des villes et dans les transports publics. Ils en ont assez des cambriolages, des violences et autres « chapardages » violents de sacs, de
portables ou de bijoux portés. Ils en ont ras le burnou des défilés de femmes emburquées dans les rues, dans ces super marchés qui  proposent du halal
et jusque dans les services publics de notre République qui fut Laïque.


 


Pour achever l’exaspération de la
France hollandiste, il y eut cette favorite gourgandine qui a brisé  pour des centaines de milliers d’Euros de ces œuvres d’art  que 51% d’électeurs  avaient confiées à son « jules » ; il y eut un Conseiller du président à la
centaine de chaussures de luxe, qui les faisait cirer par un groom sur les tapis des Gobelins et sur les Savonneries  de l’Élysée ; il y a une
ministricule qui trouve « dégueulasse » les repas à l’Élysée. Et puis il y à Taubira et son penchant pour les malfrats contre les victimes, il y a Royal dont le nom se suffit à
lui-même, il y a Fabius qui se bat pour que les islamistes venus de France mettent à bas la Syrie d’Hassad, il y a tous  ces ministres plus partisans,
plus sectaires, plus incapables que l’on ait jamais vu depuis 1789.


 


Imposition insupportablement
injuste : 48% des ménages sont seuls à payer l’IRPP; insécurité qui touche tout le monde; ridiculitude hollandiste qui fait honte à chaque Français…tout ça, ce n’est pas la faute à l’Europe,
que l’on sache.


Et l’UMP ?  Que n’a-t-elle fait les réformes nécessaires durant les douze années de chiraquie fainéante ou les cinq années de Sarkozisme ?


Mr Fillon, vous n’avez rien à
faire à rester dans ce dernier bastion de grands-pères godillots . Ce triumvirat bidon Fillon Jupé Raffarin est une insulte faite aux militants et une violation des statuts qui proposent les
modalités de remplacement d’un président de l’UMP démissionnaire.


Avec Jupé et ses exigences, la
cause est déjà entendue :  UDI plus UMP  dirigés par Jupé, ça va devenir la pétaudière, avec ce
« centre »  omnivore qui « bouffe » à tous les rateliers. Pour eux, c'est 
l’opportunisme absolu pour être élu. Bayrou peut en témoigner!  Le centre politique est une illusion.


Mr Fillon,vous avez l’opportunité
unique de devenir l’homme d’État qui redressera la France, alors, CHANGEZ TOUT, et en premier lieu, d’alliances. Les 10 à 15% d’electeurs UMP qui ont voté Bleu marine ne reviendront pas dans
cette UMP Jupéiste ou néosarkoziste.


De Gaulle a eu le courage
d’imposer une AUTRE  politique POUR SON PAYS.  Mais pour faire celà, il faut AIMER la FRANCE, faire passer les intérêts de son Pays et
des  FRANÇAIS avant ses intérêts personnels.


Le ferez-vous?

alice 04/06/2014 10:10


Vertu Cardinale, le
Travail, outil de toutes les Espérances nous aidera à faire avancer encore et toujours  La Démocratie. Travail, sur nous-mêmes pour maitriser
nos craintes,  travail , dans les « Ateliers de François Fillon » pour débattre et analyser comment améliorer nos vies. Nous sommes des petites fourmis mais nous sommes une armée !!!!  nous savons  que ces modestes travailleurs de l’ombre,  en engrangeant de minuscules graines dans leurs fourmilières  reconstruisent ,  en un temps record les forêts dévastés par les
incendiaires,  permettant  ainsi à nos chères abeilles, à nouveau,  de butiner  le délicieux pollen des nouveaux vergers…… !!!!...Merci François Fillon d’avoir créé  cette belle Association qu’est Force Républicaine, où chacun trouve ce qu’il y apporte…. !!!………Bravo et merci pour votre magnifique discours…..Vive Le
Libéralisme « éclairé »……. Vive François Fillon…… !!!!......alice

janou de mieulle 04/06/2014 10:09


Bien parlé mais cela ne suffit pas : il faut supprimer l'ump et rebatir un parti des droites, mon village-150 votants-dans le maine&loire, a voté FN pour la première fois, pas par racisme,
par colère, ne sont informés que par la télévision ...


je vous souhaite bon courage et surtout montrez- vous et rassurez nous!


je vous soutiens toujours.


 

gilles 04/06/2014 10:00


bof.


Oui, il y a de l'espérance. Mais où est votre analyse stratégique, votre projet ?


Vous partez de l'école et vous indiquez que c'est le point de départ ? Oui, mais pourquoi ?


Parce que l'école est le moteur de la force créatrice de valeur ajoutée, de l'industrie, seule créatrice de richesse dans ce pays par son effet démultiplicateur. 30 ans de vision utopique de
société sans usine - ou de société par sous traitance si vous préférez - nous ont amené au décrochage. Toutes les activités de service, de la start up informatique à l'agence d'intérim en
passant par les services, les assurances vivent directement ou indirectement de l'industrie productrice de valeur ajoutée démultipliée par rapport à une énergie et une matière première
disponible.


Les google facebook tweeter et autre "achetez dans mon entrepot sans commerce.com" ne peuvent exister que dans une société qui consomme, donc dans une société de citoyens qui a les moyens de
consommer par des salaires suffisants pour cela. Seule l'industrie par ses emplois qualifiés peut le faire, sauf à considérer que la relance Keynésienne par le déficit est une alternative.


Or, - et c'est le crédit qu'on peut donner à F Hollande - tous les partis politiques républicains ont maintenant dû faire leur aggiornamento avec la conversion de notre société à la politique de
l'offre : Notre société doit être capable de produire dans des couts compatibles avec les moyens des consommateurs ou des citoyens si vous préférez. Ce qui change considérablement des
théorèmes précédents.


On peut dire que bon nombre au PS et dans la majorité parlementaires actuelle a bien du mal à avaler cette couleuvre. Et l'opposition, est elle elle même prête à aveler cette couleuvre



On peut dire ce qu'on veut, mais F Hollande en trahissant certes ses promesses électorales intenables a ouvert un boulevard à l'opposition. Mais cette opposition est elle elle même prête ? A
l'évidence, non. Voilà aussi une des raisons qui fait que l'UMP n'a pas rebondi. Il va falloir lui faire avaler aussi l'abandon des recours keneysiens, tout en acceptant de devoir protéger les
plus faibles pour sécuriser toute cette nouvelle organisation.


Il vous reste très peu de temps pour décliner tout ce que veut dire "une politique de l'offre", les devoirs et les gratifications - il y en a à commencer par la diminuton du chomage - que cela
impacte pour chaque citoyen.


Vous avez peu de temps pour faire un discours du 18 Juin qui pose les lignes d'un projet pour les 3 ans qui viennent ou si vous préférez un discours qui définit où nous sommes dans quel monde
nous vivons, par quelles armes ou leviers, nous sommes aujourd'hui défaits, et demain, par ces mêmes leviers, nous surmonterons ces difficultés. Ajouter en plus de notre esprit d'innovation
que nous avons chevillé à notre culture.


Nous sommes le peuple roi de la critique parce que nous avons un esprit cartésien. instinctivement, nous trouvons dans toute nouvelle construction, tout projet qui nous est présenté, le petit
détail qui ne marche pas. Le système D n'est pas notre sport national, c'est notre manière de traiter les difficultés quotidiennes à notre niveau de citoyen du fait de notre esprit cartésien qui
nous est envié notamment par les allemands, qui eux ont comme force culturelle de suivre globalement ce qui leur est donné comme instruction.


Ils ont leur histoire, leurs peurs, nous avons les notres.


Oui, nous sommes pour cela les rois de la critique avant même d'avoir commencé, des grincheux viscéraux. Oui, nous sommes des sacrés fainéants profiteurs du système dès lors que nous avons trouvé
la faille du système qui permet d'en profiter. Et alors, il suffit de dirigeants ou de managers vifs pour ne pas céder aux sirènes démagogues du "demain, on rase gratis"


Car si nous sommes aussi les premiers à trouver la petite bête, et par le même temps les premiers à trouver les solutions. et les premiers, avant tout le monde sur cette planète. Et cette
passion décuple à chaque fois qu'il est besoin, les efforts et le sacrifice que nous sommes tous prêts faire dès lors que nous voyons où est l'horizon.


Souvenons nous de notre histoire. Tout notre redressement est dans nos gènes et a déjà été écrit.


A vous de le réécrire, pour ce nouvel horizon.


 

gbri 04/06/2014 09:50


Le mensonge est le pire crime contre la démocratie, d'ailleurs regardons ce qu'en pensent les Américains...


Mensonge du programme sur lequel on se fait élire : ça c'est M.Hollande, qui a menti en toutes connaissances de cause, il ne pouvait pas croire à son propre discours ! Et pour M. Copé c'est
la même chose, on ment, on triche et on essaie de se persuader soi-même qu'on est honnête...On parle bien sûr à tort de"guerre des chefs" !


Ce n'est pas comme ça qu'on gouverne, ce n'est pas comme ça qu'on fait remonter un parti politique...C'est vrai qu'on est adhérents à Force Républicaine grâce à vous M. le Premier
Ministre et pas à l'UMP, mais dès qu'il n'y aura plus de mensonge et de menteurs, vous verrez la masse des adhérents remonter !! Merci à vous.

Henry Wallez 04/06/2014 09:41


Bonjour Monsieur le Président,


Voilà qui est très clair...! Un " Etat des lieux " sobre et lucide, attristant dans un sens car la fonction de Hollande a effectivement perdu le sien..et un Espoir  qui génère l'Espérance,
pour la France et les français qui le méritent bien !


Que ce soit  lors de la campagne électorale, pendant laquelle je parlais de vous et de Force Républicaine, où actuellement, toutes les personnes rencontrées s'accordent à dire
qu'effectivement, la seule personne digne et irréprochable capable de redonner à la France de sa superbe et le bonheur aux français, c'est...VOUS, Monsieur FILLON !


Suis disponible pour la bonne cause, la vôtre, la nôtre, la France !


Henry Wallez       Force Républicaine    COLMAR


 

JCM34 04/06/2014 09:30


Bravo nous vous soutenons mais quelle diffusion.. ce matin 20 secondes sur une des chaines d'information vers 7h 30 et puis plus rien!! mais en boucle... le rafistolage improvisé des régions sans
étude de la complémentarité de certains départements, si l'on veut une réforme efficace il ne faut vraisemblablement sanctuariser les limites des régions actuelles. Qu'ont de commun Orléans et La
Rochelle. Quelle improvisation irresponsable

bertin jp 04/06/2014 09:20


 


     LE REDRESSEMENT EST NATIONAL,


 


OUI,le redressement n'est ni de droite,ni de gauche,


OUI le mot NATION est fondamental,


OUI la morale est une exigence ,face au peuple,


Bref, çà commence bien! CONTINUEZ !

rousseau 04/06/2014 08:41


bravo , beau discours d'inspiration gaullienne ou gaulliste ! 


aprés les règlements de comptes internes il était temps , grand temps ! 


personnellement j' attend toujours de votre part sur votre blog , un hommage national aux soldats américains du 6 juin 44 . gràce à eux nous sommes encore pour l'instant un pays libre ! 


l'ingratitude et l'oubli sont les pires des choses ! 


il est de votre devoir en tant que chef de l'opposition de saluer leur courage et sacrifice pour libérer notre pays 70 ans aprés ce thème devrait etre fédérateur des bonnes volontés ! 


bien loin des petites combines politiciennes et magouilles en tout genre ....


je me souviens .....

FrancoisCarmignola 04/06/2014 07:18


Bravoi ! 


Et toute mes félicitations pour le "ni droite ni centre ni gauche" (le centre doit AUSSI être écarté! ) 


 

fegueux rene 04/06/2014 03:07


je suis gaulliste avant tout-adherent de l ump et de force republicaine-au soir de ma vie je vous remercie pour vos propos,dignes de l homme d etat que vous etes----halte aux combines -je suis
sur que votre main et celle de la grande majorité de nos resnsables bne tremblera pas pour reconsteruire notre mouvement qui  doit s ouvrir et s unir aux autres courants  republicains
........rene fegueux   moirans   38430

Berthet Jeanne 04/06/2014 01:56


Bonsoir Mr Fillon


Je viens de lire votre discours,il est très long,j'ai pris le temps nécessaire,le contenu représente exactement ce dont la France a besoin..bien besoin...j'ai lu aussi ,dans les médias ,que
Manuel Valls s'est (encore)emporté contre Mr Lellouche qui pourtant n'a pas a recevoir de leçons de ce premier ministre.Mr Lellouche est élu ,mr Valls, nommé,voilà la différence...L'UMP a eu
raison de quitter L'A N.ce n'est pas à M Valls de servir de bouclier à Hollande que je n'appelle même plus Monsieur tant il est minable , la nouvelle réforme des régions le prouve à
nouveau.Jusqu'où va t-il mener notre pays? n'y a t-il vraiment aucun moyen pour l'empêcher de nuire?..J'ose espérer  que vous ferez émerger une UMP forte ,claire dans ses choix,unie et
opposante ,vous avez eu  une majorité aux municipales ,servez vous de celle ci.Les Européennes n'ont pas été si catastrophiques,le PS a été laminé,faites le comprendre à ce gouvernement de
charlots.le FN vous soucie?..bien ..il est temps  d'ouvrir les yeux .. . vous savez sans doute que ce sont les électeurs de gauche qui font son lit...et ce sont ces gens là qu'il faut
convaincre,ils sont tellement déroutés par le comportement du menteur qu'ils ont élu et méfiants avec la Droite ,que ce ne sera pas chose facile...mais.. à l'impossible nul n'est
tenu.... maintenant ,je  suis satisfaite qu'enfin ,vous ne vous embarrassez plus de réserve envers Hollande,si vous nous lisez par l'intermédiaire de ce blog ,vous avez compris depuis
longtemps la détestation que certains (nes) d'entre nous  éprouvent à l'égard de celui-ci.Je n'aimais pas Mitterand,on est de droite ou on ne l'est pas,je n'ai pourtant jamais eu autant de
ressentiment,je ne l'écoutais ou ne le regardais pas ,j'étais mécontente ,fortement, mais envers celui qui veut être plus grand que son ombre,j'ai de la haine,il plonge notre pays dans la
division ,les inégalités sont plus flagrantes,les taxes ,les impôts nous étouffent...la corruption est au gouvernement et pas une voix dans les médias pour la dénoncer,ils préfèrent sortir les
affaires de l'UMP,c'est plus payant ,et ainsi protégent leurs arrières et essayent de faire passer la pilule des réformes grotesques,.J'en reviens avec vos propositions  ,une éclaircie dans
notre désarroi,oui bien sûr une union avec le centre ,mais lequel ? celui, fidèle, qui soutenait tant des nôtres et à qui nous renvoyons la politesse ? le centre comme il est
actuellement,je le trouve pas très crédible et surtout pas le Modem , Mr Bayrou que je considère comme un "traitre'' envers guillemets quand même.. Mr Juppé,Mr Raffarin , avec vous ,ça
risque de faire des étincelles si vous tenez votre ligne de droiture ,d'honnêteté , la tâche que vous voulez bien entreprendre, pour retrouver un parti digne de ce nom, sera laborieuse..il y a
des brebis galeuses ,avec des idées des années passées,et qui cherchent a semer la zizanie ,il faut les mettre en retrait,elles nuisent encore à l'image de l'UMP ...


Bon Courage Mr Fillon et un grand merci pour cette bouffée d'espoir...


avec mes respects


JEANNE BERTHET

julien 04/06/2014 01:41


Je pense que vous n avez pas bien compris a partir du 10 du mois c est difficile pour les classes moyennes alors non je voterai FN ou blanc pour que tous ces magouilleurs aillent en prison.au
attendez vous pour faire voter l inéligibilité a vie ou sont vos projets de loi. Moi et d autres en rageonsj étais militant


nous avons ete couillonné

Jean-Marc 04/06/2014 00:33


oui sans doute mais que reste t il de lUMP?  une coquille vide sur laquelle seraient collées des stickers de type detournement de fonds, de confiance, d 'ideaux.


Vous devez urgemment commander l opposition parce que voila et c 'est dire si c 'est grave je vais vous relater une conversation avec une dame de 80ans...


"JM je ne peux pas le dire a tous le monde mais vous savez meme si mes parents, familles avons souffert de la gestapo , de la guerre finalement lorsque l on voit l etat de la France eh bien
si des peuplades avec un esprit de gens du nord avaient pu nous diriger:c 'etait peut etre finalement pas une si mauvaise idée..


alors voila nous en sommes la...


concernant le jeu de  Hollande qui se dit: j eteins la droite ne resterons plus que moi et Lepen"


il a forcement tort parcequ' a force d 'etre pris pour de cons (le sarkoton en est une belle illustration) le francais s'enterrent dans une solution de vengeance en sacrifiant ceux qui les
briment (vous les politiques)

dom delandre 04/06/2014 00:15


très belle AG ce soir!


pour une première je suis pleinement satisfait de ce que j'ai vu et entendu. Votre discours sobre portant sur les valeurs de probité, d'honnêteté, de fidélité à ses convictions m'a régénéré. Je
ne sais si votre de ligne de conduite sera suffisante pour vous permettre de rencontrer le peuple mais elle est en tout cas nécessaire pour lui redonner confiance en la classe politique et pour
faire barrage à la démagogie la plus barbare et rétrograde.


Votre personne, vos amis me donnent envie de m'engager plus encore. Je vais faire le nécessaire pour tenter de propager votre projet de rupture dans ma région. J'ai eu un bref
entretien avec Serge GROUARD, qui est le correspondant avec Eric DOLIGE de FR dans le LOIRET. Je vais me rapprocher de lui afin de m'impliquer dans vos ateliers thématiques.


J'AI ENVIE ET BESOIN D'Y CROIRE NENOUS DECEVEZ PAS!


PS j'avais déjà  il y a quelques semaines demander de participer aux ateliers, vous m'aviez indiqué que l'on devait me contacter, mais aucun massage...


Fidèlement


 


 


 

bonnier 03/06/2014 23:42


Monsieur Fillon bonsoir,


Ce soir nous étions à vos côtés pour assister à l' Assemblée Générale de Force Républicaine.Nous avons jamais douté de votre droiture,  de votre sincérité , de votre approche de la famille
.Mais ce soir nous avons été réconfortés par votre discours , pour vos projets à venir, et surtout merci pour nous avoir éclairé sur l' avenir de l' UMP.Nous aurions aimé  échangé queques
mots avec vous , mais nous savons que vous êtes  toujours très sollicité.Monsieur Fillon sachez que  ce soir mon mari et moi même seront de nouveau adhérents à l' UMP. Car depuis
l'élection de Monsieur Copé à la présidence du parti nous n' avions plus envie de nous investir.


Monsieur Fillon nous vous renouvelons notre confiance et surtout surtout sachez vous entourer de personnes de valeur comme vous même.Vous en serez récompensé en 2017.


Sincères salutations. Odile et Marc Bonnier.

RANVIAL Liliane 03/06/2014 22:50


Vous avez raison. Avec vous de tout coeur .

Mes vidéos

Fil Twitter

Recherche