Ce site n'est plus à jour

Découvrez Fillon2017.fr
5 novembre 2012 1 05 /11 /novembre /2012 00:09

 

A quelques jours de l'élection du nouveau Président de l'UMP, dimanche 18 novembre, j'ai souhaité adresser une lettre à chacun des adhérents de notre mouvement. Ensemble, nous devons faire de ce rendez-vous électoral une démonstration de force ! Le 18 novembre, tous les Français qui nous regardent doivent savoir qu’une autre voie est possible. Le 18 novembre, l’espoir doit changer de camp.

 

 

 

Mes chers amis,


Chaque jour qui passe renforce l’objectif que je me suis assigné : celui de rassembler les Français autour de l’UMP pour engager le combat du redressement national.


Lorsque j’ai engagé ma campagne, j’avais parlé du risque de déclin qui pèse sur notre pays. La menalinkce se précise. Tous les feux sont au rouge ! La croissance est au point mort, le chômage s’amplifie, les entreprises n’investissent plus...


En cinq mois, la gauche a démontré son impuissance face à la crise. Sa politique anti-entreprise, sa politique dépensière où l’impôt est partout et la réforme nulle part, conduit droit vers la récession, avec son cortège de frustrations et de violences sociales.


Devant l’urgence, notre priorité est d’être les premiers opposants de la gauche.


Notre devoir est de ne jamais laisser les socialistes en paix. Il est d’opposer une digue à leurs erreurs et leurs hypocrisies. Notre devoir est d’alerter les Français et de relayer leur colère. J’entends contester à François Hollande le pouvoir de parler seul pour la France.


La première étape, c’est la reconquête des territoires dès 2014, pour laquelle je m’engagerai partout aux côtés de nos candidats.


Notre objectif fondamental, celui qui dicte tout le reste, c’est de bâtir une majorité nationale capable de battre la gauche pour relancer la France.


Pour retrouver le cœur des Français, nous avons un travail de crédibilité à accomplir.


Nos propositions devront être solides, notre comportement devra être digne, notre force de conviction devra rayonner au-delà de nos rangs : elle devra convaincre les électeurs modérés qui nous ont abandonné, elle devra convaincre nos concitoyens qui sont abusés par le populisme, elle devra convaincre la jeunesse qui ne croit plus dans la politique.


Par le passé, notre nation a déjà connu des heures de démission, mais la flamme de l’espoir ne s’éteint jamais.


A 14 ans, j’avais épinglé la photo du Général de Gaulle sur les murs de ma chambre... Je voyais en lui le symbole de la résistance et de la renaissance française. Tous les jours, je suis aux côtés des adhérents de l’UMP. Eux aussi, sont des militants invincibles ; eux aussi ont cette fierté et cette foi qui peuvent donner à la France la force de se renouveler.


Avant d’avoir eu l’honneur de siéger au Parlement et de diriger le Gouvernement de Nicolas Sarkozy, j’ai été moi aussi militant, puis maire, conseiller général et régional. Toute mon expérience s’enracine dans notre pays dont je connais les atouts et les faiblesses.


Partout où je fus en action, j’ai toujours pensé que la France pouvait supporter la vérité. Et la vérité, c’est que la France que nous aimons ne peut survivre seule dans la mondialisation. Il faut une thérapie de choc pour produire plus, innover plus, dépenser moins, et une Europe qui devienne une place forte dans le monde.


Partout où je fus en responsabilité, j’ai eu la volonté de réformer. Jamais je n’ai cédé aux intimidations de la rue ou aux diktats des sondages. Quand l’intérêt national est en jeu, je ne transige pas.


Partout et toujours, j’ai défendu le respect des valeurs de la République. Ceux qui bafouent l’autorité de nos lois, ceux qui défient l’unité nationale, ceux qui déchirent notre fraternité, me trouveront, avec l’UMP, sur leur chemin.


Partout, j’ai cherché à rassembler. Contrairement aux socialistes, je ne crois pas qu’il y ait un peuple de droite contre un peuple de gauche. Il n’y a que des Français dont nous devons mobiliser la clairvoyance et le courage.


Dans cette campagne, j’ai toujours dit que je n’avais aucun adversaire parmi nous. Mon adversaire, c’est le déclin de notre pays et c’est le dogme socialiste !


Si j’ai votre confiance, j’assurerai l’unité de notre famille politique et de toutes ses sensibilités. Notre unité est la première condition pour fédérer les Français autour de nous. J’associerai tous ceux qui veulent rénover notre mouvement.


Entre nous, le débat sera permanent, le pouvoir des adhérents sera renforcé, personne ne sera jamais coupable d’exprimer ses convictions. Je serai garant de cette liberté de ton et de réflexion, mais je veillerai à ce que la règle de l’unité ne soit jamais brisée.


Dans quelques jours, le 18 novembre, vous élirez le président de notre mouvement.


Ensemble, nous devons faire de ce rendez-vous électoral une démonstration de force !


La participation électorale doit être massive. Je compte sur vous. J‘ai besoin de votre mobilisation, j’ai besoin de vous pour convaincre les indécis, j’ai besoin que partout en France, l’UMP fasse entendre une voix forte et rassemblée.


Le 18 novembre, tous les Français qui nous regardent doivent savoir qu’une autre voie est possible. Le 18 novembre, la gauche doit sentir que le vent de la victoire va bientôt tourner. Le 18 novembre, l’espoir doit changer de camp.


Des milliers d’adhérents et des centaines d’élus ont rejoint la marche militante que j’ai engagée avec Valérie Pécresse et Laurent Wauquiez. Cette marche, nous allons l’accélérer et la faire gagner ensemble. Elle incarnera ainsi le début d’une nouvelle espérance commune.



François Fillon

 

 

Capture-d-ecran-2012-11-05-a-00.35.12.png

 

 

Partager cet article

Publié par François Fillon
commenter cet article

commentaires

nicole SAUBIER 19/11/2012 15:54


Je ne peux pas imaginer un instant que vous ne serez pas le prochain Président de l'UMP, battez vous Monsieur FILLON !! Nous avons tous mis tellement d'espoirs en


vous ! la France a besoin d'un grand Président et vous serez celui ci !!!

BESSAC Alain 19/11/2012 10:32


Bonjour,


J'ai voté à Guitalens dans le Tarn.


A mon arrivée: "Etrs vous d'accord pour prendre un vote par procuration ?", un mr Durand.


"Ok pas de problème"


On me fait signer une feuille et on me donne les 3 enveloppes déja remplies de bulletins. A mon étonnement, on me répond "Il faut respecter la volonté de l'adhérant"


"Ah bon" répondis-je.


Je ne souhaite pas m'opposer, faisant confiance par nature. et je vote gentiment pour François Fillon, mais je suis maintenant très mal à l'aise; ais-je voté pour Copé à mon insu sur le bulletin
procuré ?


Si cette manoeuvre s'est multipliée par centaines nous pouvons dire que le vote est bien truqué donc à refaire !


Bien cordialement


Alain Bessac


3 rue Ampère, 81100 CASTRES


06 67 58 85 25


 

Elys 19/11/2012 08:11


Pourquoi n'ai je pas pu voter alors même que je suis une nouvelle adhérente depuis quelques mois seulement ?

Dominique AVONDE 18/11/2012 18:35


Bonsoir Monsieur Fillon ;


Je suis une adhérente depuis mai 2012, quelques jours après l'élection perdue. Aujourd'hui, j'ai essayé d'aller voter : une panique énorme dans le bureau de vote (à marseille dans le 12éme
arrondissement). Et mon nom ne se trouvait pas sur la liste. On m'a demandé d'attendre d'avoir appelé Paris pour voir si j'étais inscrite : réponse négative. Mais pendant l'heure ou j'ai dû
patienter, plusieurs personnes n'ont pas pu voter pour la même raison. Ma cotisation est largement à jour puisque j'ai même fait un chèque supérieur.


La désorganisation était totale, aujourd'hui. Cela fait un peu peur pour l'avenir ! En l'espace d'une heure, une dizaine de personnes n'ont pas pu voter, pour un seul bureau de vote et ce n'était
pas mieux dans les autres bureaux. Cela ne donne pas vraiment envie !


Malgré que je sois de tout coeur avec vous, cela ne me donne pas envie de continuer.


Sincères salutations.


D. Avonde


 

Meo Nicole 14/11/2012 14:47


nous n'avons pas la liste des réunions de Monsieur François Fillon.dommage puisque nousallons voter dimanche!Jean Méo collaborateur du Général de Gaulle dès 1958 et très impliqué dans la
dévaluation de1958 nous n'avons cessé d'être "gaullistes" au sens où l'entends Monsieur François Flllon.pouvez-vous inclure nos coordonnées dans votre listing.?nous sommes à jour de cotisations
et donc désireux de continuer le combat pour la France et de le gagner.Merci.Jean Méo et son épouse Nicole Méo

LACROIX Marcelle 11/11/2012 09:15


Bonjour Monsieur le premier Ministre,


Je vous assure de mon soutien comme président de l'UMP.


Sincèrement.

William DESHAIS 08/11/2012 23:36


Monsieur Fillon,


prenez position par rapport au mariage pour tous ! N'abandonnez pas la France à la veille d'un désastre nationale. Nous comptons sur vous pour prendre la parole face au désastre annoncé.
Rassemblez-nous sur un sujet qui emporte largement l'adhésion de tous mais qui a besoin d'un LEADER.


William DESHAIS (père de Famille)

AUBER Odette 06/11/2012 17:08


comment puis-je voter puisque je suis au maroc jusqu-au mois de mai, j'habite en france lot et Garonne soutien de Monsieur fillion puisque je suis née au Mans et je vous souhaite d'etre élu, je
suis amie de valérie de la Marnière et en rapport avec les français ici nous demandons que notre nicolas sarkozy revienne remettre de l'ordre en france pour éviter les catastrophes  
qui vont arriver avec le gouvernement actuel amitiées odette AUBER

saurel gabriel 06/11/2012 15:31


LA HAUSSE de la TVA


Si je considère que vous ne comprenez pas que nous vivons dans une société de solidarité entre actifs et inactifs puisque nous alternons ces fonctions dans notre vie. J’admets vivre, comme vous,
dans une société des droits acquis avec son Etat providence et ses entreprises payeuse, alors que ne payent que les consommateurs ou les usagers des biens et des services produits par les seul
actifs.


Dans ces conditions les mesure de Galois  qui, pour créer de la compétitivité, pour ne pas changer le prix d’un bien  ou d’un service, augmente la TVA et diminue les charges sociales,
se justifie. Le prix de nos exportations baisse et le prix de nos importations augmente. En fait il propose le programme SARKOSI à HOLLANDE.


 Malheureusement la majorité des électeurs dont on dit, dans notre modèle de société, que la majorité à toujours raison, ont choisis HOLLANDE  avec ses promesses électorale. Donc, pour
les satisfaires nous n’augmenterons que la TVA et ne baisserons pas nos recettes dites sociales dans votre modèle de société des droits acquis.


Conclusion, le prix de nos produits exporté ne baisse pas, certes ceux de nos importations augmentent mais comme le prix de nos productions augmente aussi dans la nation. La compétitivité des
produits importés demeure. Le seul changement consiste à augmenter les recettes de l’Etat providence et parallèlement diminuer le pouvoir d’achat des consommateurs et des usagers : En contre
partie de quoi ?


a)  Soit en satisfaisant davantage de besoins collectifs ou sociaux, au détriment de besoins individuels. Dans ce cas les outils de productions et les actifs qui s’y activent, ne sont pas
les mêmes pour produire ces besoins différents. Y a-t-il eu  anticipation de cette modification de l’outil de production ou de la formation des actifs pour ces nouveau besoin et les mesures
d’accompagnement pour les anciens producteurs des besoins supprimées ce qui représente un coût. ?


b) Soit l’Etat se sert de cette TVA supplémentaire pour payer les besoins collectifs ou mutualisés anciennement payés par l’emprunt et le déficit est réduit d’autant. Sauf si nous étudions les
effets induits par la perte de pouvoir d’achat provoqué par la hausse de la TVA (Payer un même bien ou service plus cher), ne permettant plus de satisfaire un besoin satisfait avant et qui n’a
plus à être produit : faisant d’un actif un chômeur, supprimant des recettes à  l’Etat et aux caisses sociales et provoquant des besoins accrus pour ces caisses sociales (indemnité
chômage), une nouvelle perte d’achat pour le différentiel entre le salaire et l’indemnité chômage, produisant à son tour les mêmes effets de baisse de pouvoir d’achat et au total  un besoin
financier égal à l’augmentation des recettes de Tva qui ne pourras être combler que par un nouvel emprunt.


  Merci à la majorité qui a toujours raisons et oubli que, cerise sur le gâteau, le chômeur ne produisant plus et les autres actifs pas plus, ses indemnisations ne pourront acquérir des
biens e des services produits à l’étranger. C’est ainsi que notre balance commerciale est passé de  52 en 2011 à 70 milliards en 2011 uniquement du fait de l’augmentation des recettes de
l‘Etat par des taxes diverses, du temps que le nombre des chômeurs à  augmenté. Nous avons là les effets de votre vision idéologique marxiste sur notre société qui dans la réalité n’est
qu’une société de solidarité des actifs envers les inactifs qui demande, à chacun de nous, d’être équitable dans la production des biens et services en période d’activité  et usager ou
consommateur  équitable en période active ou inactive. 

CL 06/11/2012 12:59


Monsieur le premier Ministre,


J'aimerai bien vous suivre, et, en tant qu'entrepreneur, avec toutes les difficultés que nous connaissons, quand je vois ce qui suit, j'ai des doutes :


Selon le
magazine Capital, "les fonctionnaires du Sénat sont payés trois fois plus cher que leurs collègues de l'État"...
Comment expliquer un tel écart ? En raison d'une accumulation de primes dont bénéficient ces fonctionnaires bien spécifiques. Un seul exemple : le versement d'une prime individuelle... de chauffage
! Non seulement l'intitulé prête à sourire (y a-t-il des problèmes de
chaudière au palais du Luxembourg ?), mais le calcul de cette prime laisse rêveur : elle est indexée
sur les cours du pétrole. Comme ceux-ci sont régulièrement à la hausse, il fallait s'y attendre : la prime a
littéralement explosé. "Elle est passée de 1500 euros par an en 2000 à 4035 euros en 2011", selon Capital.Et si on supprimait la prime individuelle de chauffage des fonctionnaires du Sénat pour économiser 3,4 millions d'euros par an
?Dans la même série, un sénateur
touche une prime informatique de 1000 Euros par mois .... Ils doivent changer d’ordinateur tous les 15 jours…ou alors ils les revendent à bas prix ...Le Sénat c'est aussi:- 6,7 milliards placés en actions, en obligations et dans l'immobilier.
- Une retraite pleine au bout de deux mandats
- Sans compter divers avantages "sociaux". Ainsi, première aberration, le Sénat récupère la CSG pour enrichir sa propre caisse sociale !!! Dont les remboursements sont singulièrement généreux pour tous. Notamment en ce qui concerne les lunettes, les soins dentaires et même les
médicaments, remboursés, sans exception, à 90%.Demandons-nous pourquoi nos
gouvernants, tous partis politiques confondus,
ne veulent pas appliquer les bonnes solutions pour diminuer la dette.


Merci de votre
retour

martine valleton 06/11/2012 11:17


Monsieur le Premier ministre,


J'ai adhéré à l'UMP dès sa création. Je venais de l'UDF.


Vous seul pourrez rassembler les modérés.   J'attends impatiemment votre élection pour militer activement avec tous mes amis de la 11ème circonscription de Seine-Saint-Denis.

saurel gabriel 05/11/2012 23:17


Edifiant ce rapport Galois. Il n’a d’égal que les commentaires de nos présentateurs  politiques ou de nos économistes et les élucubrations de nos élus quand ils nous parle de TVA, TVA
sociale, de cgs, charge sociale, charge patronale de tva pour les produit de luxe, d’impôt sur la fortune, sur les entreprises, sur la consommation, sur le revenu, sur le coût du travail, plus
d’un, moins d’autres et ainsi parler de 1000 taxes ou impôts, de revenus sociaux  et les heures passent, hélas  les années aussi. Mais pourquoi ? Parce que nous sommes formatés à
ces termes qui n’ont pour réalités, dans notre vie sociétale, que celle  que l’idéologie de la lutte des classes nous inculque,  en nous faisans croire aux entreprises payeuses et à
l’Etat providence.


Regardez la réalité en face. Chacun de nous alterne dans sa vie des périodes actives et des périodes d’inactivités volontairement ou accidentellement. Cette alternance naturelle implique 
une seule, une unique, obligation de notre vie sociétale : c’est de demander aux actifs de produire tous les biens et services que se partagent tous les actifs et les inactifs. Notre
richesse nationale réelle,  c’est ces biens et ces services produits par nos actifs  et la valeur donnée à ces biens et services : ce n’est qu’une richesse imaginaire qui sert de
processus mathématique, grâce auxquels cette richesse imaginaire est partagée, entre les actif et les inactifs, pour qu’ils  puissent se partager la richesse réelle : les biens et les
services produits par les seuls actifs. Car entre nous et surtout ne le répéter pas, seul l’usage et la consommation de biens ou de services  satisfont nos besoins.


Notre vie sociétale se résume donc au partage solidaire des actifs qui partagent leur production de biens et services ou ceux qu’ils échangent avec d’autres nations. Les actifs en partageant, au
préalable, avec les inactifs, les valeurs imaginaires données à ces biens et ces services, permettent aux actifs et inactifs de consommer  ou avoir usage de ces biens et
services ;  soit de façon individuelle dans la famille, soit collectivement à travers  l’Etat et les collectivités, soit individuellement en mutualisant le coût.  Si l’équité
est la base de notre justice sociétale : chacun des actifs doit consacrer la valeur  d’un même temps de production pour offrir aux inactifs les moyens d’acquérir la part de biens et
services, que ces actifs offrent aux inactifs, sachant qu’ils ont été ou seront, eux aussi, des inactifs. Cette même équité consiste à ce que chaque actifs et inactifs  utilise le même % de
ses revenus pour financer les besoins collectifs ou mutualisés.


Nous voyons que si nous avions regardé la réalité de notre société de solidarité, nous aurions évité celle des droits acquits où, dans le prix d’un bien ou d’un service sont compris une part
destiné à payer,  les biens et services des inactifs ou les biens et les services collectifs ou mutualisés des actifs et des inactifs ; donc de faire payer, aux étrangers qui exporte
nos productions, à la place de nos nationaux, avec le prix d’un bien ou d’un service, une part des consommation ou usage des biens et services des inactifs et des biens et des services collectifs
ou mutualisés des actifs et des inactifs.


 Cette vision de la réalité de notre vie sociétale, clos les discutions sur la compétitivité et, avec quelques lignes de plus, clos les discutions sur le déficit ou  la fiscalité
incapable de résorber ce déficit et aussi sur la crise internationale. Il suffisait, pour cela, de regarder la réalité en face et non se faire dogmatiser par la lutte des classes qui fait les
pauvres plus pauvre, fait croitre le chômage, et augmenter l’écart entre riche pauvre parce que les causes ne sont pas les effet des actes, mais les actes eux même qui provoquent.

DESHARBES william 05/11/2012 13:33


                                 
MR  FILLON    


 


          Vous avez mon soutien pour l election du 18 novembre car vous etes le meilleur candidat .


          Bien amicalement,  william DESHARBES UMP SAINT QUENTIN.

marcenac. jacques 05/11/2012 12:07


Cher Monsieur Fillon,
J'ai bien lu votre lettre et vs dites à la fin et je suis d'accord avec vs :
"La participation électorale doit être massive. Je compte sur vous. J‘ai besoin de votre mobilisation, j’ai besoin de
vous pour convaincre les indécis, j’ai besoin que partout en France, l’UMP fasse entendre une voix forte et rassemblée.


 


Le 18 novembre, tous les Français qui nous regardent doivent savoir qu’une autre voie est possible. Le
18 novembre, la gauche doit sentir que le vent de la victoire va bientôt tourner. Le 18 novembre, l’espoir doit changer de camp."

Seulement voilà,je voulais vs faire remarquer,qu'à Sète "7ème circ.de l'Hérault" on ns dit d'aller voter à Agde(20km) de 9h à 19h. Or dans le 7eme il y a beaucoup de gens agés qui ne ^peuvent pas
se déplacer ! Donc deux solutions : faire voter par internet, ou bien ouvrir un bureau à Sète. 
Merci beaucoup  Cordialement   j.Marcenac

Jean Félix Brouet 05/11/2012 09:09


Nous devons être tous ensemble aux côtés de François Fillon. La France a réellement besoin de se sortir de l'ornière socialiste dans laquelle elle se trouve et surtout dans laquelle elle
s'enfonce de plus en plus.


C’est pour notre pays que nous devons être unis et ce n’est qu’ensemble que nous réussirons.


Permettez-moi de citer  Sénèque, philosophe « Ce n’est pas parce que les choses sont difficiles que nous n’osons pas, c’est parce que nous n’osons pas qu’elles sont difficiles ».


Nous y arriverons avec courage et détermination.    

Saurel gabriel 05/11/2012 08:58


Si vous réfléchissez un temps soit peut, à propos


 a) de vos  droits sociaux et d’une façon générale


 b) vos droits acquits, y compris,


 c) vos taxations des entreprises,


 qui tous diffères d’une nation à une autre : vous devez comprendre que ces droits acquis et
les taxations d’entreprises ne consistent qu’à une des trois choses suivantes.


1° à alimenter par un revenu social  un citoyen qui  n’est pas dans une période active pour
qu’il puisse consommer ou avoir des usages personnel ou familial.


2° à alimenter les caisses des collectivités pour payer des consommations ou usages collectifs des
citoyens.


3° à alimenter les caisses de mutualisations pour financer les dépenses mutualisées des
citoyens.


 Vous observer aussi que ces trois usages consistent à donner des moyens financiers provenant du
prix des biens et services produits nationalement par vos seuls actifs, c'est-à-dire votre richesse nationale.


Vous pouvez alors tirez les conclusions suivantes :


1°  seul les actifs produisent votre richesse nationale donc  a) b) c) ne sont que des
productions des seuls actifs. Et ne sont pas payés par l’Etat et les entreprises  mais directement ou indirectement par ceux qui en ont usage ou les consomment. Qu’elle est donc l’utilité
d’avoir mille et une taxes, cotisations, impôts. Ne suffirait-il pas d’une taxe par besoins 1°, 2° ou 3° besoins et de dispatcher ces recettes en fonctions de catégorie dans chaque cas 1° 2° et
3° besoins ?


 


2) Quand vous exportez vous faites payer aux nations étrangères :


1° le revenu social  du citoyen pour une période d’inactivité (malade, vacances, retraité,
chômeur)


2° le revenu des caisses des collectivités pour payer les usages collectifs des citoyens.


3° le revenu des caisses de mutualisations pour financer les dépenses mutualisées des citoyens.
C'est-à-dire des revenus qui ne sont pas un élément du coût du travail,  mais de l’absence de  travail ou sans relation avec le travail. Auquel cas le manque de compétitivité n’est pas
causé par le coût du travail. Mais par le financement de l’absence de travail ou des taxations sans lien avec le coût du travail.


 


3) En incluant dans le prix de nos exportations :


1° le revenu social  du citoyen pour une période inactivité (malade, vacances, retraité,
chômeur)


2° le revenus des caisses des collectivités pour payer les usages collectifs des citoyens.


3° le revenu des caisses de mutualisations pour financer les dépenses mutualisées des citoyens.


Pensez-vous être plus compétitifs que les nations qui incluent dans le prix de ses exportations moins
de ces revenus sans lien avec le travail ?


 


4) En n’incluant pas dans le prix de nos importations :


1° le revenu social  du citoyen dans une période inactivité (malade, vacances, retraité,
chômeur)


2° le revenus des caisses des collectivités pour payer les usages collectifs des citoyens.


3° le revenu des caisses de mutualisations pour financer les dépenses mutualisées des citoyens.


Pensez-vous  que nos productions qui incluent des taxes sans lien avec le travail

rene fegueux 05/11/2012 08:14


jesouhaite participer a votre combat-il faut que nous puissions aider ceux et celles qui ne peuvent pas se deplacer parce que le bureau de vote est trop eloigne-nous avons encore le temps dans
chaque departement de lancer la bataille des procurations en designant(ce que fait cope)des referents dans chaque circonscription , qui munis de listes de sympathisants puissent assurer le vote
de ces personnes-je suis militant de la 9eme isere et a votre service.  je pense que le team fillon peut jouer un role en la matiere -il faut coordonner notre action-  rene fegueux

alice 05/11/2012 07:54


...et nous serons à vos côtés...en avant vers la victoire......alice.......

Mes vidéos

Fil Twitter

Recherche