Ce site n'est plus à jour

Découvrez Fillon2017.fr
16 septembre 2014 2 16 /09 /septembre /2014 10:19

Intervention devant mes amis députés et sénateurs réunis à l'occasion de la rentrée parlementaire

 

 

 

Mes chers amis,

 

Je voulais vous rassembler pour marquer le début de cette session parlementaire qui débute dans un contexte de crise politique majeure.

Depuis 2 ans, contre vents et marées, je poursuis avec vous une ligne de conviction que les évènements ne démentent pas.

Je dis que la France est entrée dans une phase de déclin qui n’est pas conjoncturelle.

Je dis que l’intégrité et le courage doivent être le fil de notre action et que l’UMP doit retrouver son honneur perdu.

Je dis qu’il faut bâtir un projet nouveau et très puissant car on ne pourra plus prétendre redresser la France avec des postures et des demi-mesures.

Notre pays est au bord du KO et la situation réclame du sang froid et un sens aigu de l’intérêt national.

 

Sur le plan international, la situation est pleine de dangers.

A l’Est, la crise ukrainienne a été et reste à deux doigts de recréer une nouvelle guerre froide.

J’ai eu l’occasion de dire combien je regrettai que la France n’ait pas voulue faire entendre un message singulier vis à vis de la Russie.

Maintenant que les gouvernements ukrainien et russe ont rétabli un dialogue qui est très fragile, faisons en sorte de ne pas gâcher les occasions de réduire les tensions avec Moscou qui est un partenaire indispensable face à la crise que traverse le Moyen Orient.  

Le chaudron du terrorisme intégriste constitue une menace dont j’ai pu mesurer l’organisation et la barbarie.

Avec Valérie Pécresse, Eric Ciotti, Pierre Lellouche et Etienne Blanc, je me suis rendu en Irak pour évaluer la situation et témoigner de notre soutien aux Chrétiens d’Orient.

Hier, la conférence de Paris a permis de mobiliser une vingtaine d’Etats.

Elle n’a, hélas, pas permis de franchir deux obstacles sérieux sur le chemin de la paix en Irak : la question de la participation de l’Iran et celle du double jeu pratiqué par plusieurs Etats de la région.

Et elle n’a pas abouti à des engagements chiffrés, précis, à la hauteur du drame en matière d’aide humanitaire.

Pour autant, nous n’avons pas le choix : avec la coalition internationale, nous devons nous engager dans un combat indispensable pour défendre des valeurs et notre sécurité collective, mais ce combat sera difficile et expose notre territoire.

A l’international, les feux sont au rouge, et sur le plan national, la situation vire au noir.

Cet après-midi, le Premier ministre va tenter de sauver les apparences d’un pouvoir en perdition.

Il obtiendra peut être la confiance de sa majorité mais elle sera dérisoire face à la défiance généralisée du pays.

500.000 chômeurs de plus depuis 2012, 0% de croissance, déflation en vue, immoralité de certains ministres, fronde à gauche… Tout part à vau-l’eau.

Seule la force des institutions – merci de Gaulle ! - permet encore de protéger la faiblesse de l’exécutif actuel.

Face à l’urgence, il faudrait un électrochoc, mais rien ne vient.

A l’Elysée, on n’est pas en guerre contre la déflation et le chômage de masse ! On est dans le déni et dans l’espoir d’une improbable éclaircie.

On attend tout du pacte de responsabilité dont les éventuels bénéfices n’interviendront que dans plusieurs mois ; on prie chaque mois pour que le chômage soit freiné par l’utilisation massive des emplois aidés ; on prend passivement acte de l’augmentation de nos déficits et de la dette qui atteindra 100% du PIB en 2016 ; on implore Bruxelles d’excuser notre pays de ne pas savoir remettre ses comptes publics en ordre ; et puis, on espère tout de Mario Draghi, comme si la BCE pouvait à elle seule relancer la France.

L’installation de la nouvelle commission européenne a démontré l’effacement de la France. 

Honte et inquiétude : voilà ce que j’éprouve devant cet abaissement national qui déséquilibre l’Union européenne et qui ruine un peu plus dans l’opinion française la cause de l’Europe. 

 

On le sait, ce vote de confiance n’est malheureusement pas destiné à refonder une politique qui échoue. Son but est de maîtriser les divisions qui déchirent les socialistes.

On est très loin des préoccupations du pays !

La gauche est en pleine déroute idéologique.

Ceci dit, les critiques contre François Hollande ne seraient pas aussi sanglantes si les résultats étaient au rendez-vous et si au sommet de l’Etat l’absence de leadership n’était pas aussi flagrante.

 

Aucun patriote ne peut se réjouir de voir la France si mal en point.

Je n’apprécie pas M.Hollande, mais j’aime mon pays !

C’est la raison pour laquelle j’ai évoqué dans une tribune parue hier dans le journal Le Monde l’idée d’un agenda national pour sortir la France de sa détresse économique.

Puisque le Président ne veut pas dissoudre l’Assemblée, puisqu’il ne veut pas démissionner, puisque l’option du remaniement gouvernemental est épuisée, puisque sa majorité est déliquescente, au lieu de se bunkeriser, François Hollande ferait bien, pour une fois, d’écouter l’opposition républicaine !

 

En Europe, il y a des exemples de gouvernements qui ont l’audace de prendre en compte leurs opposants, et il y a des opposants qui acceptent de servir l’intérêt national dès lors que les objectifs sont clairs.

Il ne s’agit pas de se fondre dans la mélasse gouvernementale ni de jouer les supplétifs d’un pouvoir aux abois, il s’agit de définir un agenda national, calibré sur quelques mois, ciblé sur des réformes fondamentales pour redresser la France : assouplissement rapide du marché de l’emploi, baisse immédiate et sans contreparties du coût du travail, réduction forte des dépenses publiques…

Voilà les axes autour desquels il serait bien venu de rassembler les volontés avant qu’il ne soit trop tard.

 


Mes amis,

L’actualité de l’UMP est également dominée par l’organisation de notre Congrès.

Pour gérer notre mouvement et surmonter ses épreuves financières et judiciaires, j’ai dit qu’il serait bon qu’une nouvelle génération prenne ses responsabilités car notre parti doit valoriser de nouveaux talents, de nouvelles méthodes…

Mais la compétition est ouverte et c’est aux militants de se prononcer !

Mon rôle au sein de la direction collégiale me commande de rester au-dessus de cette compétition interne.

 

Je rencontrerai tous les candidats. Je veux connaître leurs objectifs, leurs programmes, leurs valeurs…

Il m’intéresse de savoir quel est leur projet et je suis vigilant sur le respect de nos statuts, notamment sur le respect des primaires ouvertes qui sont la seule solution pour unir l’opposition et faire barrage à l’extrême droite.

A vous mes amis, je ne donne aucune instruction.

Je méprise la caporalisation et les pressions qui pourraient s’exercer sur vous.

Vous êtes libres, vous êtes responsables, vous voterez selon votre conscience, car je me suis assez battu pour que la démocratie au sein de notre mouvement soit respectée pour ne pas respecter votre indépendance et celle des militants.

Quant à moi, vous connaissez mon calendrier et vous savez mon objectif : je serai présent à la primaire de 2016 avec mon projet pour la France qui sera un projet sans concession.

Rien n’altérera ma détermination car je me bats pour des convictions et je crois en mes solutions.

Quand son pays est en crise, on ne calcule pas, on assume les combats qu'exige son redressement.

Voilà mon état d’esprit.

 

De façon responsable, j’entends faire entendre ma voix, une autre voix,  car l’UMP n’est pas une caserne.

Le moment venu, les primaires seront précisément là pour arbitrer démocratiquement nos différences.

Alain Juppé a d’ores-et-déjà annoncé qu’il serait aussi candidat.

C’est une candidature de valeur, et j’ai lu avec intérêt son analyse de la situation française et ses orientations.

J’ai le sentiment qu’il est guidé par un réformisme prudent.

Mon jugement est beaucoup plus tranché que lui et mes solutions plus radicales.

Entre nous tous, le débat s’annonce donc intéressant, du moins si l’on consent à parler de l’essentiel : c’est-à-dire de la France.

 

Au-delà de nos destins personnels, dans dix ans, que sera notre pays ?

Une nation que le monde regardera de façon condescendante ?

Une nation sous tutelle du FMI ?

Ou sera-t-elle la première puissance européenne, productive, innovante, confiante dans l’avenir ?

C’est cette question qui nourrit mon engagement.

Dans cette bataille pour la France, j’ai besoin de votre mobilisation pour relayer nos messages, quadriller le terrain, rassembler les Français qui veulent un vrai débat et un vrai changement.

 

Les sondages, les scénarios écrits d’avance... tout ceci n’a aujourd’hui que peu d’importance. C’est l’écume des jours par rapport à la crise économique et existentielle que vivent les Français.  

D’ici 2017, beaucoup d’eau coulera sous les ponts.

La seule chose qui restera c’est le travail de fond, c’est le projet politique qui nous permettra d’être, le moment venu, au rendez-vous de vérité du pays.

C’est ce travail que j’ai engagé avec vous et que je vais poursuivre avec liberté et ténacité.

Partager cet article

Publié par François Fillon
commenter cet article

commentaires

patrice David 01/10/2014 15:08


messieurs les politiques, montrez l'exemple en diminuant vos salaires  et tous vos avantages que je trouve particulierement inadaptés dans ces temps d'austérité..

perrin nathalie 20/09/2014 11:07


Monsieur le Premier Ministre,


Faites exister FR AU NIVEAU LOCAL, l'heure est venue de vous démarquer de l'UMP qui n'existe  plus ; l'UMP bis ne sera que la pâle copie de votre initiative et NS
récupérera les lauriers de la reconstruction d'une Droite (pas de LA Droite), d'un rassemblement qui est le vôtre.


Vous avez les mots justes, les personnes derrière vous prêtes à s'investir, vous avez la sagesse et l'expérience, alors... Oubliez vos scrupules, frappez un bon coup ; vos "opposants",
les journalistes, vos "amis" ont et font une image de vous qui n'existe plus. Il est urgent de faire tomber le masque de l'hésitation et de leur montrer que vous n'est pas qu'un orateur mais
que vous avez bâti un PARTI du rassemblement, avec un vrai projet pour la France et les Français.


Vous ne fragiliserez pas la Droite, vous lui donnerez un nouveau souffle !! Et peut-être que les autres partis se mettront au travail dans le but de faire évoluer la situation de la France plûtot
que de commenter stérilement les "faits divers politiques"...


Individuellement nous n'avons pas les clés de la réussite mais derrière et avec un leader fort l'ensemble des Citoyens qui lisent et participent aux échanges du blog vous aideront à faire de
FR un PARTI qui comptera dans le paysage politique de la France de demain. 


Les difficultés n'existent que pour être surmontées et réduites à néant...


Monsieur le Premier Ministre, nous pouvons réussir alors donnez nous le feu vert...


Vous savez que vous pouvez compter sur mon humble engagement.


Bien respectueusement et bon week-end. 


Nathalie 06


 


 


 

lucette malibran 19/09/2014 18:28


 Monsieur Fillon bonjour,                                              
                                                       
            


Merci pour votre ténacité à suivre votre cap, il est indécent de vous attibuer la dérive financière de l'ump.                        
                                                       
                                  


Nous avons besoin d'hommes et de femmes comme vous, de convictions, où la situation de la France passe avant l'intérêt personnel.                  
                                                


La gauche est très heureuse de voir revenir monsieur Nicolas Sarkozy, car c'est de l'occupation pour les journalistes qui vont détourner leur attention des faiblesses du gouvernement, sans
compter les fidèles aboyeurs de droite qui vont reprendrent du service, je compte sur la sagesse des français , bon courage à vous.                  
   


Très respectueusement.


Delphine

jullin 18/09/2014 18:01


Bonjour, Monsieur le Premier Ministre,


 


J'apprécie votre article clair net et suffisemment détaillé, pour voir l'avenir à vos côtés.


J'adhère pleinement à vos idées. Nous avons eu l'occasion de rencontrer lors de votre venue à Mâcon azns les années précédentes. A cette occasion je vous ai interpellé sur le fameux mille
feuilles. Je maintiens mon idées sur la suppression des départements sous certaines conditions, liées à la Région. Je verrais bien le Préfet de Région, comme représentant de l'Etat.


Je vais adhèrer à votre action.


Bien respectueusement.


H.JULLIN

RANVIAL Liliane 18/09/2014 11:01


Merci , je garde l'espoir grâce à vous ;


Oui , il y a encore en France des hommes politiques qui aiment leur pays .


Je suis de tout coeur avec vous .


Sincères salutations .  CONTINUEZ !

gilles 18/09/2014 08:55


http://www.lefigaro.fr/flash-eco/2014/09/17/97002-20140917FILWWW00413-les-societes-d-autoroutes-epinglees.php


Voilà ce qui nous irrite, ici bas.


Et voilà, ce qui fait la montée duFN, car aussi bien droite modérée que gauche n'ont rien fait pendant les dix ans passés, donnant le sentiment de l'existence d'une caste protégée de tout vivant
sur le dos des autres qui doivent se serrer la ceinture pour avoir les moyens de se payer l'augmentation contrainte.


Pour moi, la règle doit être simple : Pas d'augmentation du PIB lissé sur plusieurs années, pas d'augmentation des tarifs contraints, toute chose égale par ailleurs.

marc galante 17/09/2014 20:13


Merci pour ce discours, realiste sur votre situation, ou les doutes peuvent assaillir vos partisans, avec ces sondages en bernes, et des soutiens peu etre quelquefois defaillants, c'est un
combat. Il va falloir le gagner, et votre force, c'est le fond, associé a ce que vous etes, probité et sincerité. Mon conseil, cultivez ces deux aspects, et ne transiger pas sur la radicalité du
projet. Car au dela de gagner en 2017, ce qu'il faudra apres, c'est reussir economiquement, pour sortir les francais de leur depression qui les entrainent vers le front national presque
inexorablement. C'est parce que je crois que seul un programme de reforme radicale peut le faire et que je crois que vous etes un homme capable de le mener sans faillir que je vous soutiens. Et
je fais le pari qu'au fur et a mesure que les echeances avanceront, de plus en plus de gens le comprendront.

Didier Bennet 17/09/2014 16:18


Bravo pour ce discours Francois Fillon, ce sont mes idées, et vous me paraissez le seul à l'UMP qui ait des capacités d'homme d'état et qui soit honnéte. Mais montrez vous plus combattif (et
charismatique si possible), notamment à l'égard de ceux qui ont échoué : N Sarkosy , battu par Hollande (il faut le faire !) et A Juppé qui a déclenché les plus grandes gréves sans obtenir aucune
réforme et qui a cautionné une dissolution stupide et ratée.


Bon courage, il va falloie en avoir !

Denis V. 17/09/2014 13:35


"Au-delà de nos destins personnels, dans dix ans, que sera notre pays ? Une
nation que le monde regardera de façon condescendante ? Une nation sous tutelle du FMI ? Ou sera-t-elle la première puissance européenne, productive, innovante, confiante dans
l’avenir ?"


Solidaire de votre démarche, je me permets de m'arrêter sur une idée qui me dérange, celle que sous-tend la question "(la France sera-t-elle dans dix ans) la première puissance
européenne ?"


Il s'agit, je le crois, d'une mauvaise question.


Mauvaise question tout d'abord parce que la réponse est évidente : quoi qu'il arrive, et
même si par extraordinaire notre pays réussissait à se réformer, il n'a pratiquement aucune chance de devenir dans dix ans la première puissance européenne. Le Royaume-Uni et l'Allemagne
resteront bien plus puissants que nous, le premier sur le plan militaire et diplomatique, la seconde sur le plan économique.


Mauvaise question surtout parce que ce n'est pas le problème (contrairement au risque de
mise sous tutelle financière qui, lui, est un vrai risque). Les rêves de "puissance" de la France, il faut les oublier. Ils relèvent d'une autre époque, bien lointaine et largement fantasmée.
Cette notion de puissance de notre pays n'évoque plus rien dans l'esprit des "jeunes" générations. Ne vaut-il pas mieux donner aux Français l'ambition de défaire la France de
son image - hélas méritée -  d'homme malade de l'Europe, de vieux pays perclus de socialisme ?

gilles 17/09/2014 12:20


 


"Dans dix ans, une nation première puissance européenne, productive, innovante,
confiante dans l’avenir ?"


Je viens de rencontrer quelques chefs d'entreprise qui faute de chiffre d'affaire suffisant ont dû placer leur entreprise en RJ.


L'un d'entre eux, à la tête d'une petite entreprise informatique de 8 salariés, m'a dit : "Je suis content, je vais sortir de RJ , j'ai remboursé mes créanciers privilégiés" 


Je lui ai demandé à combien il était descendu en effectif. Il m'a répondu qu'il était maintenant seul. Je lui ai demandé s'il allait réambaucher quand cela irait mieux. Sa réponse a été : "Non,
je suis seul maintenant, à 4 ans de la retraite, si j'ai besoin, je sous traite à des free lance. la grosse partie des remboursements que j'ai dû faire, c'était les indemnités de licenciement via
le fonds de garantie sur les salaires"


Le projet de vie de cet entepreneur est maintenant celui-ci : 0 risque et la retraite. Ecoeurant. C'est dire de la fatalité et de la passivité d'une nation, quand ses membres les plus actifs en
arrive là.


Les 8 emplois perdus l'année dernière ne se recréeeront pas dans son entreprise. Et combien d'autres entreprises encore sont dans ce cas ?


Pour moi, le système d'ancienneté que ce soit sur les salaires ou les indemnités de licenciement doit disparaitre car il conduit à la redistribution d'une richesse inexistante, donc à la
destruction d'un capital au sens financier et au sens intellectuel inestimable pour l'avenir, tremplin d'un retournement quand l'économie ira mieux. Il faut protéger les salariés qui deviennent
chomeurs quitte à étendre le filet de protection dans la durée, mais il faut préserver l'entreprise pour qu'elle puisse réembaucher au lieu de disparaitre. Quand une entreprise ne peut plus payer
ses salariés, ce n'est pas le moment de lui demander de payer pour avoir le droit d'être pauvre.


Pour que l'économie aille mieux, il faut qu'on réinjecte de la création de richesse. Quand on a choisi la politique de l'offre - enfin après 30 ans de jacobinisme keynésien et de déficit - , cela
veut dire injecter des heures de travail.


il faut expliquer que les 35 heures ne créé pas d'emploi, mais que c'est la croissance des années 98 à 2002 qui a été redistribuée sous forme de diminution horaire et de congés supplémentaires.
Ce qui a bénéficié au secteur des services. On connait tous un membre de sa famille qui a monté sa pizzéria, son retaurant, a fait une chambre d'hôte, ou retapé de A à Z une vieille maison.


Joli piège sémantique pour qui veut démontrer que les 35 heures n'ont pas créé d'emplois...


Je sais comme redresser une entreprise, mais je ne sais pas franchir les murailles infranchissables des indemnités de licenciement.


Un banquier m'a dit : "Il faut anticiper aussi sur ce sujet". l'hypocrisie la plus totale sur ce fondemental qu'est l'économie d'entreprise dans notre pays. En 3 mots, ce banquier m'a dit tout
simplement, qu'il fallait en permanence avoir en tête de mettre éventuellement dehors les salariés les plus anciens pour ne pas avoir à payer d'indemnité trop forte.


Qui sait dans notre pays que selon les conventions, un salarié de plus de 50 ans a automatiquement selon son anciennenté d'une indemnité de 20 % ? D'un préavis qui peut passer automatiquement de
3 à 6 mois ?


Toute notre législation salariale est basée sur la période de plein emploi des années 70 ou les salariés et les employeurs avaient trouvé dans le système d'ancienneté une manière d'éviter les
surenchères salariales.


Aujourd'hui, c'est à l'entreprise qu'il faudrait décerner une médaille pour avoir réussi à donner du travail à un même salarié pendant 10 ans, 20 ans ou 30 ans. Que de bombes à retardement
explosent dans les PME en ce moment !


Notre premier ministre aime l'entreprise ? Peut être. mais il n'a pas les moyens
politiques de les aider car il est déjà entrain de se couper de sa base électorale du fait de son programme qui à la marge veut faire qq chose pour les entreprises.


Il est loin de ce qu'il faut et il n'aura plus de majorité pour y aller. Ses députés
élus sur la base d'un programme keynésien sont justement furieux car certains de perdre leur siège à la prochaine élection législative.


Oui, heureusement que les institutions de la Ve sont solides. Et il faut qu'elles le
restent solides, n'en  déplaise aux tenants d'un changement à ce niveau.


Car la période qui s'annonce va être difficile. Alors autant qu'il y ait un chef à la
barre. Si en plus, nous avions à gérer des crises politiques de IVe république où irions nous ?



Dominique 17/09/2014 11:17


Bonjour monsieur Fillon


Votre discours est juste comme toujours et correspond tout à fait à ce que je pense.


J'apprécie  d'essayer de tendre la main au gouvernement actuel en mettant en place une sorte de programme commun d'urgence. Puissiez vous être entendu!!


Je retiens aussi l'idée que certaines décisions puissent être prises sur un temps limité. Vous parlez de quelques mois mais ce pourait être aussi quelques années? Dans cette période difficile qui
nous attend certainement, ce procédé permettrait peut-être aux réformes d'etre moins anxiogènes pour les francais?


Continuez à prendre des initiatives. Losqu'elles sont de bon sens, elles sont bienvenues.


Dominique

bibi 17/09/2014 09:38


comme  d habitude exellent discours votre combat contre n sarkozy ne fait que commencer  il faut rappeller ses propos SI JE PERDS ON NE ME VERRA
PLUS  JE NE FERAIS PLUS DE POLITIQUE  BON COURAGE A VOUS ET A VOS SOUTIENS NE DEVENAIS PAS ABSENT DANS LES MEDIATS

Laurent G.S. 17/09/2014 08:11


Bravo pour le discours.
Oui, écoutez aussi ceux qui vous demandent plus d'audace et de rigueur pour tous les aspects tactiques de votre (notre) projet pour la France.
La France a besoin d'une grande coalition centre droit + centre gauche, contre les rêveurs et irréalistes des deux extrêmes. Pas facile avec notre constitution actuelle.

dom delandre 17/09/2014 07:20


je suis globalement en accord avec l'analyse de Brenac (commentaire 5).


Le passé étant ce qu'il est, maintenant vous n'avez plus guère le choix, vous devez foncer afin de trouver un chemin entre NS, AJ et le désespoir bleu marine, voire probablement d'autres.


Maintenant 2 ans et 1/2 (sauf nouveau rebondissement) c'est long en politique, d'autant plus que la justice va probablement bouleverser le jeu.


Avec mon soutien


 

Berthet Jeanne 17/09/2014 01:51


Mr Fillon, si vous avez l'honneur de diriger la France en 2017,ce que je souhaite (aucun des futurs candidats n'a fait d'annonces aussi précises et porteuses d'espoir comme les votres),bien que
n'étant pas toujours d'accord avec vous,j'espère que les dix ans que vous promettez pour  redresser notre pays me permettront de vivre au moins une éclaircie...d'après les commentaires de
votre site ,une majorité d'internautes a un âge certain, ce qui lui permet de vous délivrer quelques conseils ,ayant déjà vécu plusieurs mandatures présidentielles...j'ose croire que vous en
 tenez compte  , quelques uns vous paraissent  certainement de bon sens....Liberté ,ténacité,sont vos plus sûres qualités à l'heure actuelle où l'on nous promet N Sarkozy ou MLe
Pen,l'un et l'autre n'apporteront rien à notre pays ,nous les connaissons ,NSarkozy ,bien qu'il eut géré la crise au mieux,n'a pas changé ,je lui reproche notre entrée dans l'OTAN,antichambre des
Américains,notre libre arbrite perdu, la guerre en Lybie avec les conséquences qui en découlent,les réformes inachevées,et cette façon un peu cru de parler,je n'aime pas l'acharnement des
socialistes sur sa personne,c'est une façon sournoise, indigne de personnes qui sont loin d'être de blanches colombes mais ce n'est pas pour autant lui donner un chéque en blanc pour 
faire de lui un candidat par compassion....M Le Pen ,c'est le renfermement de la France sur elle même mais c'est aussi l'espoir de mettre fin aux privilèges indûment acquis et aux aides
distribuées à tout va  avec le ménage de fond qui va avec pour ceux et celles  qui abusent de cette pratique...Dans votre entourage ,il y a bien des jeunes, bouillonnant d'idées, qui
peuvent apporter  un souffle de modernité...vous avez de fidèles amis qui ne s'en laisseront pas compter ...Voyez le vote de confiance accordé à M Valls, les députés accrochés à leurs sièges
confortables n'ont pas eu le courage nécessaire pour faire entendre la voix du peuple,que de désillusion pour les électeurs qui espéraient être compris ,ils s'en souviendront
prochainement...c'est un gouvernement de nombrilistes ,fermé à toute réforme ,se congratulant d'avoir une majorité pour mieux asseoir leur despotisme et dans queques jours ,on aura Hollande venir
au journal de 20h, vendre son incapacité ,sa folie dévastatrice ,et nous assommer de ses vantardises calamiteuses,sans nous parler bien sûr de ses déboires sentimentaux,mme Trieiweiler n'a
pas écrit un livre indigne ,c'est le cri d'une femme blessée et, au moins, elle  a l'avantage de dépeindre la goujaterie de ce coureur de jupons,moqueur des pauvres ,  occupé a
commémorer  des anniversaires ,a organiser des réunions de chefs d'état ,fort coùteuses qui ne servent à rien ,chacun campe sur se positions...B Obama ,est prodigieusement agacé par sa
perpétuelle  agitation a faire les guerres  ,qu'importe où elles se déclenchent, il s'y précipite  pensant que la terre entière lui vaudra une reconnaissance éternelle...Triste
Image de notre pays ainsi moquée, galvaudée aux quatre coins du monde...Attendre encore combien de mois ,d'années ? mettez votre détermination en exergue,faites vous entendre le plus largement
possible,les médias qui sollicitent N Sarkozy s'apercevront  qu'ils sont dans le flou...votre feuille de route est la plus valable actuellement.. tenez bon...


Jeanne Berthet

marie-luce 16/09/2014 23:12


Monsieur Fillon,


 


Tenez bon . Nous sommes là pour vous soutenir et vous aider quand ce sera nécessaire.


Surtout, continuez à vous exprimer dans les médias car les journalistes vont se focaliser beaucoup trop sur Sarko car il fait de l'audience ou de la vente par sa personnalité , très talentueuse
certes, mais trop clivante;


Courage car j'adore votre programme ""radical": vous êtes le seul à le proposer et c'est ce qu'il faut pour renverser les conservatismes, les diverses rentes enfin nos petits égoïsmes.

FrancoisCarmignola 16/09/2014 21:15


Il vous faut maintenant tuer (oui tuer) Sarkozy. Que des amateurs de politique doués de raison puissent donner un avenir aujourd'hui à l'ex président est stupéfiant. 


Le dépassement des comptes de campagne (le premier fut modéré et il n'a pas daigné rembourser, malgré une rumeur complaisante) double en fait le plafond autorisé ! Cela semble vrai et le
discrédite définitivement. Et pourtant, il semblerait qu'il soit candidat. A quoi on ne sait pas encore trop. 


Vous avez bien fait évidemment de ne pas rencontrer le personnage, qui si ça se trouve renoncera Dimanche... Si ce n'est pas le cas, il faudra y aller et vous aurez le soutien des
gaullistes. 


Les sondages qui vous font mépriser des imbéciles ne sont rien: vous êtes le seul recours. 

Yves Leclercq 16/09/2014 18:27


Merci pour cette communication de ce beau discours, qui résume votre programma, met en relief votre volonté, montre votre esprit rassembleur avec cette invitation faite au Président d'entendre
son opposition, mettre en actes ses bonnes idées.

leclercq carole 16/09/2014 17:48


comme toujours votre vision très exhaustive des choses à la fois très ferme et très modérée apporte un grand réconfort.


le fait de mettre chaque élécteur en face de ses responsabités pour voter est très appréciable car mon parti l'UMP a parfois eu tendance à fonctionner de façon quelque peu militaire, il
me semble...

bertin jp 16/09/2014 17:46


 


  ET SI SARKO PREND LE PARTI....,


AVEC COPE,MINC ,BHL,....WAUQUIEZ Ganelon,et les dettes ,et Pygmalion...etc,


Alors vive la liberté,et avec ténacité AFFICHER VOTRE GAULLISME...!


Arnaud de Vendeuvre,(que je ne connais pas),vous dit avec le bon sens


élémentaire,SORTEZ DE CE PIEGE ....!


UMPSARKOSY,ou UMPS,ADIEU !


JE suis déjà dans l'opposition à umps.


LIBERTE ET TENACITE,comme vous avez raison!


C'est justement mon programme personnel...!

gbri 16/09/2014 17:40


"Liberté, ténacité" tout à fait d'accord, plus courage, honnêteté, franchise et lucidité sur la situation réelle du pays, et par dessus tout peut-être : halte à la démagogie, les gens de ce pays
sont adultes et doivent entendre un discours de vérité qui, au final, les respecte, chacun est  sensible à cela.

MARIE Guy 16/09/2014 17:38


Monsieur François FILLON,


RETOUR de Nicolas Sarkozy


Comment peut-on avoir confiance en cet homme qui a dit « si je suis battu à
la présidentielle de 2012, vous ne me verrez plus, je quitterais la politique ». Je voudrais lui rappelle que les français n’ont pas votés pour F HOLLANDE mais contre
SARKOZY.


Je vous l’ai dit et répète, vous aurez mon soutien et de beaucoup d’autre personnes
( 20% de RPR qui sont partis au FN), mais si vous faîtes et le dîtes une vraie politique gaulliste qui seul pour redresser la France. Les
politiques doivent redevenir intègres et non corrompus, irresponsables et au dessus des lois comme aujourd’hui.


Charles de Gaulle a créé l’ENA, mais ils ne devaient pas
faire de politique. Depuis 1974, les énarques ont ruinés la France, aucun budget en équilibre et encore moins bénéficiaire. Comme l’a si bien dit Coluche « les énarques, si on leurs confié
le désert, dans cinq ans, il n’y aurait plus de sable ».


Il est intolérable comme sur le dernier vote de la sécurité
sociale qui n’y est que 15 députés présents sur 577 inscrits dans l’épicycle. Dans une entreprise si un salarié n’est pas présent, il est licencié. Un élus n’est que le représentant du peuple sa
rémunération est son salaire, donc salarié du contribuable, après cinq ou dix absences il doit être radié. Mais comme ils sont fonctionnaires, ils se croient au dessus des lois.


Tant que nous serons dans un DICTAT ADINISTRATIF, 577 députés, plus 350 sénateurs soit
927 parlementaires dont 90% sont fonctionnaires, IL N’Y AURAT AUCUN CHANGEMENT.


 


On le voit tout les jours à gauche mais également la droite ils ne veulent que des intérêts personnel, Monsieur Raffarin veut être
président du Sénat. Je n’ai absolument rien contre lui, mais tous les politiques actuels sont pareil, l’un veut être ministre- président du Sénat/assemblée nationale, l’autre ceci ou cela la
France ils s’en fichent. Le peuple seul souverain ne peut plus leurs faires confiance.


 


 

fegueux 16/09/2014 17:08


je suis un fidele gaulliste -dans les propos de f.fillon je retrouve les termes du message du general de gaulle-  je les approuve et ,militant de l ump (isere 38 ), soutiens son
action.--r.fegueux moirans 38430

Brenac 16/09/2014 17:01


Cher monsieur,


Travail de fond, c'est vrai, mais aussi beaucoup d'erreurs qui vous ont coûté cher.


Rappelez-vous : lors du départ de Sarkozy, vous disposiez d'un capital de sympathie confortable, tant à l'UMP que dans le pays. Deux ans et demi après, qu'est-il devenu ?


Il s'est effiloché au gré de propos imprudents et mal compris. Les critiques vis à vis de Sarkozy étaient une erreur grave, car en tant que Premier ministre, vous étiez soit solidaire, soit
démissionnaire. Critiquer après avoir avalé des couleuvres, ça ne passe pas.


La bagarre pour la présidence de l'UMP n'a été possible que parce que vous avez raté votre campagne. Vous aviez déjà plus en tête les primaires de 2016 que la présidence du parti. Les
militants l'ont bien compris. Si vous aviez eu au moins 55 % des suffrages, Copé n'aurait pas pu faire ses petites combines.


Certaines paroles - « mon cher Vladimir », ou l'assimilation sans doute abusive de votre programme à celui de Thatcher, vous ont aussi fait du mal. Comme vos propos à l'égard du Front
National.


Et bien des gens qui vous soutiennent regrettent vos silences à l'égard des réformes sociétales imbéciles des socialistes.


Aujourd'hui, où en êtes-vous ? A 17 %, comme Hollande, sans certitude d'être au second tour !


Continuer votre travail de fond en faisant semblant de négliger les sondages n'est pas suffisant pour atteindre l'objectif que vous vous êtes fixé et répondre à l'espoir que vous
avez fait naître.


Je n'ai pas de conseil à vous donner, mais si vous ne sortez pas du champ économique - dette, déficit, croissance, chômage, etc. - je pense que vous n'y parviendrez pas. Elevez le débat,
parlez-nous des valeurs de la France éternelle, aujourd'hui en grand danger, fustigez les folies sociétales des socialistes, ramenez-nous dans la France que nous aimons et que nous reconnaissons
de moins en moins chaque jour.


Merci d'avance.


 

dom delandre 16/09/2014 16:32


beau et bon discours sur la forme et le fond!


tout à fait d'accord pour relayer votre projet sans concession, il faut juste nous en donner les moyens en structurant FR au niveau local, en écoutant et en encourageant les bonnes
volontés. La tâche est immense mais passionnante. Le devenir de la nation, de nos enfants en dépend.

Arnaud de Vendeuvre 16/09/2014 15:46


Cher Monsieur,


l´UMP est un parti qui a montré la plus grande irresponsabilité dans sa gestion financière.


Des soupçons de fraude et de détournements de fonds réalisés par la direction de l´UMP n´ont pas été démentis .


Comment pouvez-vous croire qu´en faisant partie de cet organisme vous obtiendrez la confiance des français?


Salutations.


Arnaud de Vendeuvre

nicole 16/09/2014 15:36


Bonjour Monsieur FILLON,


OUI, résistez et tenez bon !


Nous comptons sur votre probité et sur votre abnégation.


Le pays a besoin de un dirigeant, comme vous,' dénué d intérêts personnels et partisans. 


Loin de toutes ces histoires qui nous encombrent, il nous faut revenir à l essentiel et à l action.


 Loin de l agitation médiatique du pantin qui prône la normalité. 


Proposez ! Agissez ! Telle est votre mission !


Entourez vous des valeurs sûres et compétentes, comme V Pecresse, JF Lamour ...


Ne rentrez pas dans le jeu de ceux qui vont tenter de vous piéger. 


Certains ont laissé passer leur tour.  Pas vous, il est encore temps , mais ne tardez pas !


 


Fidèlement vôtre

alice 16/09/2014 15:15


« Ô Capitaine, mon Capitaine »…oui à La Démocratie…..oui à La
Liberté…..oui à La Ténacité…oui à L’Espérance  du  Bien pour  Tous… !!!....Merci François Fillon pour vos magnifiques convictions qui ne peuvent que nous transporter…. !!!


alice

Mes vidéos

Fil Twitter

Recherche