Ce site n'est plus à jour

Découvrez Fillon2017.fr
8 octobre 2014 3 08 /10 /octobre /2014 15:30

Souhaitée par le groupe socialiste de l’Assemblée Nationale, la modulation des allocations familiales serait une rupture avec le caractère universel de cette prestation qui est au cœur de notre politique familiale depuis plusieurs décennies. Pourquoi sanctionner une politique qui marche et nous assure une forte démographie ? Pourquoi ces attaques répétées contre les familles ? 


Les allocations familiales n’ont pas pour but d’aider les uns au détriment des autres, ou de distinguer selon la situation des familles. Il s‘agit de tenir compte de la charge d’un enfant dans une famille ! Ne nous y trompons pas : derrière cette proposition, c’est l’ensemble des classes moyennes qui est dans le viseur.


Il existe des prestations familiales qui sont soumises à condition de ressources, comme le complément familial, afin d’aider les familles les plus modestes. Il ne faut donc pas tout confondre : les allocations familiales qui doivent rester universelles et les prestations familles soumises à condition de ressources qui visent à répondre à des besoins ponctuels.


La politique familiale a besoin de continuité et de cohérence. Le groupe socialiste n’entend visiblement pas la France qui est très attachée à la valeur de la famille.

Partager cet article

Publié par François Fillon
commenter cet article

commentaires

michel 16/10/2014 15:43


Puis-je me permettre, Monsieur le Premier Ministre d'insister sur un point. Je constate, en effet, que le PS tente de biaiser le débat en tentant d'emporter une sorte d'adhésion automatique. Il
présente le problème en opposant la masse des citoyens modestes,  à des "riches" pour qui les AF représentent effectivement peu. On peut évidemment comprendre et respecter ceux qui sont
tentés par un tel raisonnement. Et, à ce compte, évidemment, il aura toujours la faveur des sondages.


La question (et je n'ai pas la prétention de vous l'apprendre mais il faut sans doute le rappeler à tous) est qu'à revenu équivalent , qu'il soit modeste ou important, on doit "faire une
différence" entre ceux qui ont des charges de famille et ceux qui n'en n'ont pas. Or l'engrenage actuel est à réduire cet avantage avec, à terme et en premier lieu au plan psychologique, des
conséquences importantes.


La question (sans acun doute légitime de la redistribution) passe par d'autres canaux.


Je mesure que tenir ce language est difficile tant il est plus aisé de développer le thème sous un angle démagogiquement complaisant.

jean claude 15/10/2014 22:40


d accord avec la 1ére remarque , et dites qui as pris la décision de donner le minimum vieillesse a des étrangers qui n ont jamais travaillé en France

marc galante 15/10/2014 20:14


Merci d'avoir laissé passer mon commentaire N°19, que j'estime correct  mais qui quand on le lit est probablement un peu too much. Il n'engage que moi, evidement. Bon courage dans ces temps
difficiles. Determination et constance produiront leurs fruits. Osez.

gilles 14/10/2014 23:14


J'ai maintenant l'intime conviction que vous allez gagner la présidentielle. Vous êtes le plus constant de tous et les français donnent raison au plus constant.


Si on y regarde de plus près, NS s'est agité, et c'est un peu entrain de se dégonfler. De surcroit, il a perdu une fois. Il revient sur le mode "j'ai changé", mais nous n'aimons pas les "j'ai
changé trop de fois".


Pour A. Juppé, haut dans les sondages, mais j'ai un peu l'impression que les médias nous refont le coup d'E Balladur en Octobre 1994.


Je me trompe peut être avec mes élucubrations, mais franchement, j'ai l'impression que vous tenez le bon bout.


Maintenant, il nous faut de l'espoir, un grand cadre qui englobe toutes les réformes et nous trace la voie. "la force mécanique qui nous a submergé , submergera l'ennemi etc..."


Le message d'espoir gaulliste ou tout simplement français.

marc galante 14/10/2014 00:05


1


On viellit de plus en plus. Le rapport actif retraité devient de plus en plus lourd. Il n'y a que deux solution: L'immigration ou la demographie interne, c'est a dire la politique familiale.
Facile de choisir, non ?


2


Je vais etre tres politiquement incorrect, et pourtant je ne vais pas parler d'immigration: Les enfants de riches créent proportionnellement plus de richesses que les autres, parce qu'ils ont des
reseaux, de la transmission de connaissance, et de patrimoine, etc. Maintenir une egalité de traitement est peut etre une necessité economique.

mami 12/10/2014 10:31


Pourquoi réformer un système qui fonctionne ?


L Europe entière nous envie notre taux de fécondité la politique familiale ce n est pas que.les allocations données aux parents pour elever les enfants c est aussi la construction et le bon
fonctionnement des crèches la formation des nounous qui s occupe correctement  de nos enfants quand nous sommes au travail. Quand aux abus ils sont réels des lois existe et il faut les
appliquer mais cessons de voir le mal partout et avançons vers des objectifs qui nous éleve. J ai lu quelques commentaires parlant de polygamie je vais avoir 40 ans et je n en ai jamais croisé ne
faisons pas de quelques cas l alpha et l oméga de la politique familliale. L universalité doit être maintenu mais si les caisses sont vide pourquoi ne  pas les déclarer au fisc ainsi ceux
qui vive des allocations rendront des comptes


M FILLON vos idées sont bonnes et je crois en votre programme pour redresser notre beau pays. 


Cordialement soufiane MAMI 

rousseau 12/10/2014 09:47


sortira vainqueur des prochaines élections présidentielles celui qui osera abroger la loi taubira aura le courage à la fois d'appliquer le programme économique de david cameron et s'affranchir de
la tutelle européenne et revenir à une forme de de "souverainisme national " à la de gaulle ! aujourdhui le poids de la fiscalité représente 36% du pib au royaume uni soit 11 points de moins
qu'en france dixit valeurs actuelles ...le reste ce n'est que du baratin électoral mais comme vous lisez rarement votre blog... je doute que ce message soit suivi d'effet ! 

Michel 12/10/2014 07:42


Ce sont toutes les familles, pauvres ou riches, qui doivent bénéficier des mêmes prestations. Etant entendu que, pour les plus riches, la supériorité des revenus a déjà été réglée par le
prélèvement fiscal. 


Question de principe, me semble -t-il.

Berthet Jeanne 12/10/2014 01:53


D'accord avec le commentaire n°1, les allocations familiales n'ont pas été déterminantes pour la naissance de mes enfants,très peu rémunératrices dans les années 60/70,ça n'a pas empêcher de les
élever avec amour et" sacrifices" (si on peut dire) quand le temps des études est arrivé!!!!Les enfants ,ce ne sont pas des jouets,ni des calculs sur un avenir inconnu,ni une source de
revenus....Malheureusement ,c'est ainsi que je perçois la politique familiale actuelle,il suffit d'écouter les réclamations des mères de famille quand approche la rentrée scolaire ou les
vacances:l'Etat providence doit  prendre en charge la totalité des dépenses !!!!!... Il suffit encore, de voir les familles immigrées bénéficier d'un confortable revenu,assuré par leurs
nombreux rejetons, qui permet aux parents de rester tranquillement à la maison...........Vaste travail sur cette politique là ,nous sommes nombreux a la dénoncer.....


 

dom delandre 11/10/2014 12:52


Où est passé le soldat Fillon dans les sondages? Dans le dernier du Nouvel Obs au sujet de la primaire vous êtes à moins de 5%!


Certes après la sarkomania on assiste à la juppemania avant peut être la lemairemania. Mais les médias font l opinion et malgré votre offensive de la fin septembre et début octobre vous restez
désespérément scotché dans les enquêtes d opinion comme si votre message n "imprimait" pas.


Est ce un problème de stratégie ? Un problème de personnalité ?Vous payez toujours probablement vos erreurs de positionnement et discours de 2013 qui semblent vous avoir discrédité aux yeux des
français.


Que faire? Changer de discours? Non car votre programme de vérité est nécessaire et salutaire. Peut être que les Français restent tout simplement dans le déni des réalités et ne sont toujours pas
prêts, contrairement à ce que vous proclamez, à la thérapie de choc?


En tout cas nous avons besoin d être rassurés quant à votre stratégie et votre désir de poursuivre ce difficile combat!


Toujours fidèlement

Bernard 37 10/10/2014 12:44


La famille Française? mais elle a été délibérément sacrifiée depuis 1968. Douze millions de musulmans dans un pays qui compte moins de deux pour cents de catholiques pratiquants,
12.000.000 contre à peine 1.200.000,  n'était-ce pas la fin des "valeurs" chrétiennes qui ont fait ce que notre nation France, diverse et défendant cependant des valeurs communes
de Laïcité et de Libertés. La faute inexcusable des gouvernants de gauche et de droite, Sarko et son équipe de bedeaux et de rainettes de bénitiers en tête, a été de privilégier les
croyances contre l'antithéisme, de favoriser les obscurantismes religieux contre le Rationnel scientifique. On voit le résultat:UOIF, CFCM et autres cellules dormantes de l'islam combattant...


Alors, les allocs modulées, c'est à dix mille lieues des préocvupations du Citoyen Laïque et Républicain.


Ressaisissez-vous! Si vous ne faites pas L'union" sacrée", comme en quatorze avec toute la Droite, Bleu Marine inclus, sinon ce sera le chaos islamo-gauchiste.  

FrancoisCarmignola 09/10/2014 22:10


Je crois que vous avez tort: la relative bonne tenue de la démographie Française n'est pas uniquement due à l'immigration. La population native a bien 2.0 enfants par femme en moyenne et cela
reste très supérieur au reste de l'Europe (UK exclu). 


En tout cas, elle n'est encore pas suffisante globalement (même en incluant les femmes immigrées); la population veillit. Il faut donc encourager les familles et Fillon a raison.


Les décourager, comme le fait le gouvernement actuel est une stupidité sans nom. Honte à eux !  

Weisslinger Andre 09/10/2014 18:01


vous avez raison,mais nous avons beaucoup d'immigrés à familles nombreuses et bénéficiant de la manne sociale française, à qui vous aussi avez accordé vous aussi la nationalité française avec ce
fameux droit du sol.Il faut changer tout cela.Bon courage! 

bibi 09/10/2014 14:14


BONJOUR M FILLON


je ne suis pas d accord avec vous a 100% 100  je pense qu a partir de 7000 euros par mois  pour un menage avec deux enfants 130 euros de  moins par mois cela ne va pas
changer leur mode de vie  par contre il faut faire la chasse aux fraudeurs et la il y a un enorme travail a faire

gilles 09/10/2014 12:20


C'est un sujet beaucoup plus délicat qu'il n'y parait car il touche à la psychologie collective. La démographie française est sur un modèle très dynamique, voire le plus dynamique d'Europe et qui
dérive d'une forme d'insouciance instutionalisée. On fait un ou plusieurs enfants parce qu'on se projette et qu'on en a envie dans un chemin de vie. On se pose effectivement la question
angoissante du :" Saurons nous à deux les élever ? pourrons nous les élever correctement ? Même si cela est loin de couvrir tout, la réponse "allocations familiales" vient apporter quelque
contribution psychologique. Derrière ce vocable, c'est en fait la solidarité de toute la société qui reconnait et mise sur ce qu'elle reconnait comme son avenir. Et les jeunes couples en age de
se poser la question d'avoir ou ne pas avori d'enfants répond positivement et intuitivement à cette reconnaissance ressentie.


Basculer le système dans une logique socialiste est de ce fait dangereux. Déjà que les socialistes ont touché au quotient familial, c'est un peu jouer avec le feu. Car l'édifice peut être
déséquilibré facilement. Rien n'explique basiquement que les français aient envie de faire des enfants plus que les autres européens.


Si d'Allemagne, il est très facile de donner quelques règles au français pour tenir leurs déficits et recréer de la richesse, il est impossible aux français de donner les règles aux allemands
pour rebooster leur démographie. Au hasard, ils ont pioché dans la création de crèches, ils mettent en place une forme de quotient familial, des allocations familiales, mais ils savent encore
moins que nous si cela va fonctionner. C'est en fait une longue inertie, une vague sensation qui feront que les allemands se mettront à faire des bébés !


Dans tout cela, ce qu'on voit, c'est que personne n'oser aller toucher aux horaires de travail et aux 35 heures, alors que c'est le seul robinet d'abondance et de création de richesses en cette
période de faible innovation. C'est fou quand on y pense, cet aveuglement qui conduit chaque jour mesure après mesure à démanteler la cohésion sociale de notre pays.


Car l'Etat providence, contrairement à ce qu'on pense est indispensable. Rien n'est pire qu'une société qui ne traite pas la précarité. Tout homme, femme, c'est bien connu cherche à satisfaire sa
pyramide de Maslow. Le mettre dans la précarité, c'est lempêcher de produire de la richesse donc de contribuer lui même à la solidarité collective.


Les pays émergents l'ont bien compris et se pressent d'en adopter les piliers, les uns après les autres, car ils ont parfaitement compris que c'était la meilleure manière d'arrimer
définitiviement leur pays dans le club des riches.


Je dirigeant d'entreprise industrielle et je suis pour l'Etat providence. Mais contre l'Etat des rentiers, et profiteurs.


Et Dieu sait qu'en France, il y a de la précarité et


QUand j'entends des politiques voire même des ministres socialistes dire qu'on va encore diminuer le système d'allocations chomage, cela me hérisse.


Que va faire un chomeur si on ne lui lasse que 400 euros par mois ? Chercher un travail ou chercher de quoi manger et dormir ?


Pendant que d'autres bien protégés dans leur charge ou leur emploi CDI ont droit à augmentation etc...


Quelle irrationalité de nos décideurs !


 


 

RANVIAL Liliane 09/10/2014 08:32


Vous avez raison .Sincères salutations .

alice 09/10/2014 07:56


"Sous mon bérêt, ma Force d'Inertie"..tout étant "sacré" on ne touche à rien, on ne bouge pas et PLOUF on coule drapé dans notre dignité
!!!!....................et vive Le Libéralisme !!!....alice

Yves Leclercq 09/10/2014 06:13


Entre la faillite qu'il a accélérée, et le sectarisme de ses parlementaires, la tentation de toucher à l'universalité des allocations pourrait être plus forte.


Il ne faudra pas avoir de scrupules, après notre victoire annoncée en 2017, à revenir le plus vite possible sur ces mesures démagogiques.

boutines jean claude 08/10/2014 21:42


comment faut-il faire pour faire comprendre " aux politiciens de gauche" peut-être aux élus de la vague que la famille s'est sacré. comment font-ils dans leur propre famille?. comment imaginer
qu'on sacrifie la famille parce que on est pas capable de faire les bonnes lois et surtout les bonnes économies.

gerard 08/10/2014 18:46


je suis d'accord avec le commentaire précédent sauf que si on module les allocations suivant les revenus, on ne changera absolument rien concernant les personnes citées.


déjà interdisons la poligamie et faisons en sorte de punir sévèrement .

alice 08/10/2014 18:19


Tant pis, si je ne suis pas « Politiquement correcte » mais j’approuve le commentaire n°1 posté par roques (et le réalisme d’un certain  « Michel Rocard »)….par ailleurs….. ne  semble-t-il pas…qu’il est grand temps de contrôler ….à la loupe ….
« toutes » ....les dépenses …. ????


alice

camille 08/10/2014 18:14


Bravo M. Roques


Je partage, comme de nombreux FRANCAIS (plus que vous ne l'imaginez M. FILLON), votre remarque extrêmement pertinente


Au surplus, si chaque fois qu'on veut réformer quelque chose on hurle, comme c'est de tradition chez nous, car plus on est nanti ou protégé, plus on hurle ; il n'y aura pas de réforme sans
douleur et c'est bien parce que la droite a toujours reculé devant la rue que nous sommes où nous en sommes aussi. Pour une fois Hollande a compris qu'il fallait passer outre les hurlements,
jusqu'où sera-t-il plus courageux que les prédécesseurs ?


Allocations en tout genre, aides sociales, indemnisation du chômage, retraite (et en particulier suppression des régimes dits spéciaux) d'un côté, réduction drastique de tous les fonctionnaires
inutiles (l'éducation nationale emploie plus de structure que d'enseignants) de l'autre et il ne faudra pas longtemps pour retrouver l'équilibre budgétaire.


Mais plus de discours lénifiants, des actes par nous-mêmes avant que ce ne soit le FMI qui nous définisse nos limites (le Général doit se retourner dans sa tombe!)


Parlez vrai, vous savez tout cela, osez M. FILLON cela ne nuira pas à votre image ni à vos scores dans les sondages, au contraire.


 


 

roques 08/10/2014 17:30


la forte demographie est assurée aujourd'hui par une population étrangère pour qui les allocations familiales constituent l'essentiel des revenus . Allons-nous encore longtemps financer et par
là-même reconnaitre la polygamie qui permet à un homme d'avoir 4 femmes ,soit environ 20 enfants ,et lui assure une vie tranquille avec des revenus conséquents qui l'exonère de travailler ? Il y
a trop d'abus aujourd'hui Mr FILLON et dans ce cas , on ne peut pas parler de justice sociale .C'est la première fois que je ne partage pas vos idées .

Mes vidéos

Fil Twitter

Recherche