Ce site n'est plus à jour

Découvrez Fillon2017.fr
9 mai 2012 3 09 /05 /mai /2012 15:46

 


François Fillon a fait le bilan du quinquennat devant le Président de la République et le gouvernement à l'occasion du dernier Conseil des ministres le mercredi 09 mai 2012. Il a rappelé que l'engagement principal de Nicolas Sarkozy en 2007 avait été tenu, cet engagement c'était de remettre la France en mouvement.
 

"J’ai fait le bilan du quinquennat devant le Président de la République et devant le gouvernement.

J’ai rappelé que l’engagement principal de Nicolas Sarkozy en 2007 avait été tenu. Cet engagement c’était remettre la France en mouvement. Nous l’avons fait, avec un nombre de réformes qu’aucun autre quinquennat n’a engagé.

Nous l’avons fait dans un climat de crise européenne et de crise mondiale, qui ne sont d’ailleurs pas terminées, et qui ont été d’une violence inouïe, et nous avons mis en place aujourd’hui tous les éléments pour la modernisation de notre pays.

Voilà, et puis j’ai, à titre plus personnel, indiqué au Président de la République la fierté et la gratitude qui étaient la mienne, d’avoir pu servir la France pendant 5 ans, sous son autorité."

François Fillon

Partager cet article

Publié par François Fillon - dans POINTS DE VUE ET TEMOIGNAGES
commenter cet article
7 mai 2012 1 07 /05 /mai /2012 09:28

 


François Fillon accepte le choix du peuple avec respect et rend hommage à Nicolas Sarkozy qui a été le Président du courage. Il s'engage avec sa famille politique pour le nouveau combat des élections législatives.
 

Mes chers concitoyens,

La Nation s’est exprimée et le choix du peuple doit être accepté avec respect.

François HOLLANDE sera notre président de la République. Je lui adresse mes vœux de réussite dans l’exercice de son mandat au service de la France toute entière.

 

Je remercie avec émotion toutes celles et tous ceux qui ont voté pour Nicolas SARKOZY. Avec eux, j’ai défendu l’action et le projet que portait le Président.

Je ne regrette rien de cet engagement. Je suis fier d’avoir été son Premier ministre pendant cinq ans. Je suis reconnaissant à la majorité parlementaire et aux Français qui nous ont accordé leur confiance dans des circonstances difficiles.

 

Je rends hommage au Président Nicolas SARKOZY. L’Histoire lui rendra justice pour les réformes accomplies et la manière dont il a affronté la crise.

Jamais il n’a baissé les bras ! Jamais il ne renonça à moderniser notre pays ! Il a été le Président du courage.

 

Avec les élections législatives, un nouveau combat commence.

A tous les Français qui ont ce soir le cœur en peine, je dis : pas d’amertume, pas de ressentiment, pas d’abattement !

Je m’engage avec eux et avec ma famille politique !

 

La France vit des temps difficiles, et nous devons lui être utiles, par nos valeurs, par notre courage, par notre lucidité. Aucune illusion ne peut dissimuler l’ampleur des transformations du monde. Aucune illusion n’amortira le choc qui atteint notre modèle économique et social.

La France doit affronter la vérité !

 

La force de la nation dépend de notre force de caractère.

L’idéal républicain doit nous élever au dessus des peurs et des extrêmes. C’est ce qui a toujours guidé mon engagement. Je crois en l’honneur de la Droite et du Centre qui doivent unir leurs efforts.

Je sais que notre peuple continuera de se forger un destin à la hauteur de son histoire. Je m’engage à le servir !

 

Vive la République. Et vive la France.

 

Partager cet article

Publié par François Fillon - dans POINTS DE VUE ET TEMOIGNAGES
commenter cet article
30 avril 2012 1 30 /04 /avril /2012 11:41

 


 Nous sommes face à des continents entier qui nous disputent notre leadership économique, politique, culturel, nous avons besoin d'un chef d'état. Je vous demande de vous mobiliser pour faire élire Nicolas Sarkozy, de vous mobiliser pour la France. François Fillon

Partager cet article

Publié par François Fillon - dans POINTS DE VUE ET TEMOIGNAGES
commenter cet article
29 avril 2012 7 29 /04 /avril /2012 11:27

 


Nous avons besoin d'un chef d'état, Nicolas Sarkozy est un chef d'état, il a la carrure, il a le cran, il a le courage pour diriger notre pays, c'est vraiment la raison pour laquelle je vous demande, le 6 mai, de voter pour lui. François Fillon

Partager cet article

Publié par François Fillon - dans POINTS DE VUE ET TEMOIGNAGES
commenter cet article
24 mars 2012 6 24 /03 /mars /2012 10:30

"Il y a une grande différence entre ces hommes du RAID et ceux qui les jugent: les premiers regardent la mort en face tandis que les autres regardent les images quand ils ne se regardent pas eux memes."

Partager cet article

Publié par François Fillon - dans POINTS DE VUE ET TEMOIGNAGES
commenter cet article
22 mars 2012 4 22 /03 /mars /2012 21:44

Je rends hommage aux services de police engagés pour l’interpellation du meurtrier de sept de nos compatriotes à Toulouse et à Montauban. L’enquête a été conduite par les services de police, sous l’autorité du Parquet, avec une grande efficacité. L’intervention courageuse du RAID, toujours exactement proportionnée aux impératifs dérivant du comportement de l’assassin, doit être saluée pour son professionnalisme. Je salue également la diligence des différents services publics de l’Etat et des collectivités locales qui ont été mobilisés depuis plusieurs jours. J’ai une pensée pour le militaire blessé et je veux apporter mon soutien aux quatre policiers du RAID qui ont été touchés hier et ce matin. Je renouvelle mon message de compassion aux familles et aux proches des victimes. L’enquête judiciaire va se poursuivre afin d’éclairer complètement les faits et identifier d’éventuelles complicités. La lutte contre le terrorisme et ses motivations, en particulier le racisme et l’antisémitisme, demeure plus que jamais une priorité absolue pour la République, comme l’a rappelé le Président de la République. Le Gouvernement s’attachera sans délai à la mise en œuvre des orientations fixées par sa déclaration. Je veux saluer l’unité que les Français manifestent au cours de cette douloureuse épreuve.

Partager cet article

Publié par François Fillon - dans POINTS DE VUE ET TEMOIGNAGES
commenter cet article
19 mars 2012 1 19 /03 /mars /2012 19:32

 

  pschoendoerffer2

J'ai rendu hommage aujourd'hui à Pierre Schoendoerffer lors de la cérémonie d'obsèques à la Cathédrale Saint-Louis des Invalides.

 

Lien vers la vidéo de mon discours lors de la cérémonie d'hommage à Pierre Schoendoerffer

 

"Il nous revient aujourd'hui l'honneur et l’émotion d'accompagner une dernière fois le compagnon de gloire et d’infortune de ceux pour qui le drapeau justifie tous les sacrifices.

Drapeau vainqueur, drapeau vaincu, il nous revient d’accompagner une dernière fois l’homme qui aimait les hommes engagés, ces chevaliers des ultimes combats.

D’accompagner l’homme qui discernait dans l’âme des soldats, la part de lumière et la part d’ombre où s’entremêle la vérité de la vie et de la mort.

D’accompagner l’homme de culture au regard inspiré sur les déchirures du siècle passé.

 

Pierre SCHOENDOERFFER, ce sont ses propres mots, avait de toute évidence quelque chose à dire, à nous dire.

Il fut le témoin puis le peintre des sagas lointaines et décriées.

Et toute sa vie de combattant, de reporter, d’écrivain, de cinéaste atteste l’étendue de son talent et la profondeur de son humanisme.

 

S'il choisit d’abord le cinéma parce qu'il ne jugeait pas sa plume à la hauteur de son ambition, s'il choisit d'entrer au Service cinématographique des armées parce que les portes des producteurs restaient fermées, il fit de ces choix une vocation sublime.

 

Sublime car elle servait un intérêt supérieur, un intérêt qui n'était ni le sien, ni celui de la pensée dominante, ni celui de la myopie politique qui ne sut ni éviter la tragédie des conflits coloniaux, ni célébrer l’honneur de ceux qui en revinrent déchirés par l’épreuve.

Un intérêt qui s'incarnait alors en ces hommes et ces femmes à l'engagement sacrificiel, prêts à mourir sur un sol qui n'était pas le leur pour ne pas trahir les couleurs qu'ils portaient.

 

Un intérêt qui était tout simplement celui de l'Humanité, tant le regard que Pierre SCHOENDOERFFER portait sur ces combattants qui mouraient en héros alors qu’ailleurs on ne croyait plus au héros, sur ces abîmes de cruauté, sur ces élans de dignité, oui, tant son intérêt se distinguait et se distinguera toujours par sa portée universelle.

 

Il connaissait l'âme humaine pour l'avoir vu s'exposer là où l'horreur est la plus crue, pour l'avoir écrite et filmée inlassablement.

Il avait mis sa sensibilité et sa subtilité au service de ceux qui chaque jour donnaient de la destinée humaine une image héroïque et tragique à la fois.

 

De ses trois années de guerre en Indochine, où il partagea toutes les épreuves de ses frères d’armes, des sauts sur Diên Biên Phu avec le 1er Régiment de chasseurs parachutistes au camp de prisonniers, il disait qu’elles avaient de quoi remplir une vie entière.

Tant de bravoure et tant de souffrance, tant de fraternité et tant d’amis disparus, tant d’amertume et pourtant tant d’amour pour ces terres d’Indochine : oui il y avait là de quoi remplir une vie entière.

 

Mais de ces trois années, Pierre SCHOENDOERFFER fit alors une œuvre d’art dont la lueur scrutait le coeur battant et vacillant des hommes de devoir.

 

Après tout, rien ne destinait ce baroudeur, cet homme pudique, à devenir l’une des grandes figures du cinéma français.

A l’image de Joseph KESSEL, qu’il admirait tant, il se fit pourtant le fidèle reporter des servitudes et de la grandeur humaine.

 

 

La 317èmeSection, ce film dont la puissance authentique bouleversa les tabous intellectuels et les habitudes cinématographiques d’alors, ce film vrai, ce film qui nous plonge dans le repli désespéré d’une unité où le destin de chaque soldat se double d’une quête personnelle, ce film est immortel.

 

La 317èmeSection, le Crabe Tambour, Diên Biên Phu, sont les volets magistraux de cette œuvre qui rendit leurs lettres de noblesse à l’engagement de nos militaires, à cette jeunesse dont on ne dira jamais assez combien elle souffrit de l’incompréhension, du rejet et parfois de l’oubli de certains de nos compatriotes.

 

Parce qu’il fut l’un des leurs, parce qu’il s’exposa aux mêmes dangers et aux mêmes souffrances, Pierre SCHOENDOERFFER noua des liens très forts avec ses frères d’armes.

Distingué par la médaille militaire, par la croix de guerre des théâtres d’opérations extérieures et par la croix du combattant volontaire, il devint soldat de 1ère classe d’honneur du 1er Régiment de chasseurs parachutistes en 2006.

 

Pierre SCHOENDOERFFER conjuguait sa bravoure à une formidable générosité. Il entretint des amitiés avec les plus grands, du roi du Cambodge Norodom SIHANOUK à son maître japonais Akira KUROSAWA.

 

Par « plus grands », il entendait naturellement ceux qui avaient la passion de la vie et de l’humanité, de la culture et de la création ; ceux qui étaient indéfectiblement dévoués à leurs semblables, investis pour une cause qui les dépassait ; au fond, tous ceux qui, comme lui, avaient quelque chose à dire.

 

Si profondément français, Pierre SCHOENDOERFFER avait le goût du «grand large», cet idéal d’aventure et de liberté qui entraine les hommes là où s’engouffre le vent de l’Histoire, là où ce vent élève les actes et les âmes par delà l’étroitesse de nos vies.

 

Il parcouru le monde, du Cambodge à Haïti, de l’Algérie à l’Afghanistan où il réalisa son dernier reportage de guerre à l’âge de 79 ans.

 

Cet idéal, il l’a retranscrit avec fureur et mélancolie dans Le Crabe Tambour qui obtint le grand prix du Roman de l’Académie Française.

 

Entre la chaleur douloureuse de l’Indochine et les glaces des grands bancs de Terre Neuve, ce film nous emmène vers un rendez-vous impossible entre des héros blessés, écartelés entre le passé et le présent.

En 1982, le film « l’honneur d’un capitaine » viendra sceller la quête de vérité et de justice qui accompagne toute tragédie militaire.

 

« On peut toujours plus que l’on croit pouvoir » assurait le premier de ses maîtres, Joseph KESSEL.

Nul doute que Pierre SCHOENDOERFFER fit de cet adage une exigence, une discipline de vie qui nous laisse aujourd’hui un précieux héritage.

Bien sûr, il a filmé son époque… mais il était bien plus qu’un grand reporter ou un réalisateur de films d’action.

Il savait révéler ses personnages de l’intérieur et sublimer leurs détresses.

 

En un temps où le doute gagnait la France, où l’on disait des morts qu’ils étaient morts pour « rien », l’œuvre de Pierre SCHOENDOERFFER apparaît, avec le recul, comme un monument du courage français, et disons-le, du courage tout court.

 

Nous devons en concevoir une responsabilité pour l’avenir, car s’il est un message que nous adresse Pierre SCHOENDOERFFER à travers son œuvre, c’est un message d’engagement et un appel à la plus vive conscience.

Honneur, courage, sincérité, voilà les couleurs de cette oeuvre universelle qui se mêla aux couleurs de la France.

 

Cette œuvre lui survivra car les grandeurs et les tourments qu’elle évoque sont intemporels, mais l’homme nous manquera.

Sa noblesse manquera à tous ceux qui eurent la chance de le connaître et de partager son parcours d’exception, elle manquera au monde de l’art et de la culture, elle manquera au monde combattant, elle manquera à la France.

 

Mais ensemble, nous sommes là pour témoigner à Pierre SCHOENDOERFFER que ses frères d’armes, ses admirateurs, ses compatriotes, ont mesuré toute l’espérance que nous offre à jamais le souffle de sa vie."

 

Partager cet article

Publié par François Fillon - dans POINTS DE VUE ET TEMOIGNAGES
commenter cet article
28 février 2012 2 28 /02 /février /2012 14:35

On a mené un combat très difficile pour faire en sorte que le budget de la Politique Agricole Commune soit sécurisé, je crois que nous y sommes parvenus, il y a désormais un accord très large pour que ce budget agricole soit maintenu.  Ça n'a pas été facile, chacun sait qu'il y a certain nombre de pays en Europe qui ne partagent pas notre enthousiasme pour la Politique Agricole Commune qui auraient aimé qu'on la diminue, soit pour diminuer le Budget européen - c'est le cas de ceux qui veulent moins d'Europe -, soit pour faire autre chose à l'intérieur d'un Budget européen qui est contraint par la situation économique et financière qui est celle de l'Europe.

Nous nous sommes battus pour que la Politique Agricole Commune bénéficie des mêmes ressources. Et maintenant on va continuer à se battre pour que cette Politique Agricole commune change, qu'elle évolue, qu'elle tienne compte des nouveaux enjeux.

Partager cet article

Publié par François Fillon - dans POINTS DE VUE ET TEMOIGNAGES
commenter cet article
22 février 2012 3 22 /02 /février /2012 17:47

Le député socialiste B.Leroux a prétendu lors des questions au gouvernement à l'Assemblée Nationale que je n'avais pas eu le courage, le 23 juin 1992, de voter contre le traité de Maastricht en ne participant pas au vote.

 

Je déplore que, pour justifier son abstention, le groupe socialiste ait cru devoir falsifier la vérité.

 

Il est de notoriété publique qu’à l’initiative de Philippe Séguin, un groupe de députés RPR, dont je faisais partie, s’est opposé au Traité tout au long de la procédure législative, puis référendaire.

 

J’ai ensuite mené campagne activement pour le Non au referendum, contre l’avis de la direction de mon parti, défendant ainsi jusqu’au bout mes convictions.

 

Le groupe socialiste pourra utilement retrouver dans les archives de l’Assemblée Nationale mon nom parmi ceux qui ont voté, le 5 mai 1992, l’exception d’irrecevabilité défendue par Philippe Séguin. Ce vote était un engagement fort pour la défense d’une Europe politique qui, à nos yeux, faisait défaut dans le Traité de Maastricht.

Partager cet article

Publié par François Fillon - dans POINTS DE VUE ET TEMOIGNAGES
commenter cet article
20 février 2012 1 20 /02 /février /2012 10:37

Depuis cinq ans, l’enseignement supérieur et la recherche sont au cœur de l’action de mon Gouvernement et j’assume avec force, le bilan.
Nous avons réformé les structures, nous avons mis les moyens financiers, nous avons osé nous confronter aux meilleurs standards internationaux. Et tous les discours sur le prétendu déclin français ne résistent pas aux formidables élans qu’on ressent ici quand on visite comme je viens de le faire, le plateau de Saclay. Nous pouvons être fiers de l’engagement de nos scientifiques. Nous pouvons être fiers de la recherche française et nous devons croire à l’idée de progrès qui anime ceux qui repoussent les limites du savoir. Une société qui a peur de la science, qui a peur de la technologie, une société qui voit en toutes avancées techniques un risque, avant de voir une opportunité, est une société qui est condamnée à décliner.

Partager cet article

Publié par François Fillon - dans POINTS DE VUE ET TEMOIGNAGES
commenter cet article
15 février 2012 3 15 /02 /février /2012 22:38

Ce soir, le débat présidentiel est véritablement lancé. Nicolas SARKOZY se tourne vers les Français avec conviction et coeur. Il s’engage pour une France forte et protectrice. Sa candidature, c’est celle de l’intérêt national pour sortir de la crise et tenir notre rang dans la mondialisation. La modernisation économique et sociale engagée depuis 2007 constitue un socle pour aller plus loin. Par delà son expérience, Nicolas Sarkozy incarne cette énergie réformatrice qui réinvente en permanence la République.  Pour construire cette France forte, je m’engage pleinement au côté de Nicolas SARKOZY.


Partager cet article

Publié par François Fillon - dans POINTS DE VUE ET TEMOIGNAGES
commenter cet article
8 février 2012 3 08 /02 /février /2012 19:56

Après la parution de son livre "L'argent de l'Etat", dans lequel il reproduisait des informations inexactes, j'ai invité le député socialiste René Dosière à visiter mon appartement pour lui montrer qu'on me faisait un mauvais procès. Je remercie René Dosière d'avoir eu l'honnêteté de reconnaître que l'appartement du Premier ministre à Matignon n'avait rien d'un palace. Et aussi de me donner acte que je n'ai pas agrandi cet appartement.

 

écoutez René Dosière lors de l'émission "les GG" sur RMC" en cliquant sur le lien ci-dessous :

 

Partager cet article

Publié par François Fillon - dans POINTS DE VUE ET TEMOIGNAGES
commenter cet article

Mes vidéos

Fil Twitter

Recherche