Ce site n'est plus à jour

Découvrez Fillon2017.fr
16 décembre 2015 3 16 /12 /décembre /2015 17:41

Retrouvez la vidéo de mon intervention à l'occasion de la présentation de ses nouveaux locaux à mes amis parlementaires et mes équipes.

Mes chers amis,

 

J’ai voulu cette rencontre avec mes équipes et mes amis parlementaires dont je veux saluer la fidélité et la solidité.

Notre pays traverse une période difficile mais nous sommes ensemble pour le convaincre qu’il y a des solutions pour sortir de la dépression actuelle.

J’ai la conviction que mon projet de redressement national et de liberté d’initiative correspond à la situation d’une France bloquée et inquiète pour son avenir.

 

Depuis deux ans, je vais chaque semaine à la rencontre des Français, et je n’ai pas été surpris par cette élection régionale.

J’ai vu des agriculteurs performants qui travaillent 80 heures par semaine et ne peuvent pas se verser de salaire à la fin du mois.

J’ai vu des entrepreneurs et des artisans qui paient tellement de cotisations, d’impôts et de taxes que leur revenu est inférieur au SMIC.

J’ai vu des médecins dont les conditions de vie se sont dramatiquement dégradées.

J’ai vu des fonctionnaires qui font leur devoir par devoir, mais qui n’ont plus aucune perspective d’évolution de carrière et encore moins d’augmentation de salaire.

 

700.000 chômeurs de plus depuis 2012 ; 6 millions de Français qui pointent à pôle emploi ; 2 millions de jeunes qui ne sont ni à l’Ecole, ni en formation, ni en emploi ; 27% des moins de 25 ans qui travaillent sont employés par l’Etat ou les collectivités locales à travers des contrats aidés.

La vie est de plus en plus dure, l’avenir de plus en plus incertain et on s’étonne que l’extrême droite gagne du terrain !

 

Partout, je sens la volonté des Français de secouer ce système qui tue tous les rêves de progrès. Quand il n’y a plus de progrès, quand il n’y a plus cette énergie économique qui motive l’existence de chacun, alors tout le monde se replie sur soi, avec sa rancune, sa rage au ventre.  

C’est sur ce terreau que s’étendent les questions d’identité nationale, de sécurité, d’immigration. Rien ne pourra être résolu sans un changement très profond de notre organisation économique et sociale. La meilleure rupture, c’est la liberté.

 

Contre le mal français et le vote extrémiste, il faut remettre la France en marche et transmettre à chacun cette soif de vivre dans un pays qui crée des emplois, qui crée des richesses, qui offre aux plus modestes et aux plus travailleurs le pouvoir de monter les échelons de la réussite.

 

La transformation de notre modèle est nécessaire, et tout mon pari consiste à penser qu’on peut gagner une élection en proposant cette transformation et surtout qu’on peut changer la France en la faisant vraiment.

« Faire » ça n’est pas que le titre d’un livre, c’est plus qu’une promesse, c’est maintenant une obligation d’intérêt national. 

 

François Hollande n’est pas le seul coupable du mal être français, mais sa politique l’a aggravé. Ses réformes économiques sont trop insignifiantes pour relancer la croissance et l’emploi. Ses grands discours républicains ne réparent pas concrètement les fissures de notre pacte républicain qu’il a si longtemps niées.

Quant à son absurde réforme territoriale, elle n’est pas pour rien dans la montée du vote protestataire qui s’est engouffré dans ce scrutin sans âme et sans proximité…

Le Président ferait bien de ne pas jouer au monarque au-dessus de la tempête, car lui et son gouvernement sont les premiers responsables du climat délétère dans lequel s’est tenue l’élection régionale.

La gauche sort affaiblie de ce scrutin, mais moins que l’échec du gouvernement ne le laissait présager.

Il est consternant d’entendre dire qu’à l’Elysée on est soulagé de pouvoir faire de la tactique sur des décombres.

Monsieur Hollande a un devoir : faire en sorte que les 16 mois qui lui restent ne soient pas les plus longs et les plus inutiles de la Vème République.

 

Certes, le FN n’a conquis aucune région parce qu’une majorité de Français se refuse à confier des responsabilités à un parti extrémiste dont le programme n’est qu’une litanie de promesses démagogiques le plus souvent partagées avec l’extrême gauche. Parce qu’une majorité de Français sait qu’en fait de recettes, la cuisine le Pen consiste à jeter de l’huile sur le feu.

 

Mais cette majorité raisonnable se réduit d’année en année et pour la première fois, dans une élection nationale, le FN a atteint ou frôlé la majorité absolue dans plusieurs départements.

Marine le Pen a une nouvelle fois été battue mais elle a mis un pied dans la porte du second tour de l’élection présidentielle.

 

Quant à l’opposition, sa victoire est en demi-teinte et le triomphe n’est pas de mise.

L’examen de conscience n’est pas de trop.

Depuis la défaite de 2012, notre parti ne s’est pas réinventé, pas renouvelé.

Quant à notre ligne politique, elle oscille au gré des circonstances comme si nous avions perdu le cap de ce que nous sommes et de ce que nous voulons pour la France.

Il y a un problème de solidité.

La question n’est pas de mettre la barre à droite où au centre, mais de définir une stratégie claire, d’incarner une façon digne de faire de la politique, et surtout de proposer un projet puissant, précis et crédible.

 

Ce projet ne peut être le fruit d’une synthèse molle, mariant artificiellement les sensibilités des uns ou des autres.

Il ne peut pas résulter d’un compromis entre toutes les tendances de la droite et du centre.

Ce projet doit être tranché par des millions d’électeurs aux primaires.

C’est la seule façon pour que l’opposition soit capable de proposer aux Français une stratégie forte et cohérente de transformation de notre politique économique et sociale.

La seule façon d’unir la droite et le centre sous peine de subir un 21 avril à nos dépens. 

Il ne faut pas avoir peur de ce rendez-vous démocratique car c’est précisément lui qui peut nous sauver des artifices intellectuels et politiques qui font enrager les Français.

Il faut que ce rendez-vous soit franc, responsable car nous ne sommes pas en guerre les uns contre les autres, et surtout, il faut que ce rendez-vous soit populaire, ouvert à des millions de Français.

L’organisation est ici cruciale, et il est donc hors de question de bâcler les primaires.

 

Mes amis, j’avance sans calcul car l’état de mon pays me fait mal.

Pour ces primaires, je serais le candidat qui dit la vérité, qui impose les inventaires lucides sur le passé, qui propose des changements précis et puissants.

Puis, il reviendra aux Français de choisir le meilleur projet, mais aussi le candidat le plus à même de rassembler largement les électeurs, et cela dès le 1er tour des présidentielles car notre paysage politique n’est plus bipolaire.

L’objectif n’est plus de convaincre seulement son parti, mais de convaincre son pays.

 

Je m’engage à fond et je veux que nous ayons tous les moyens de notre ambition : des nouveaux locaux adaptés au travail de mes équipes ; un nouveau site internet qui sera opérationnel en Janvier ; des outils numériques innovants ; un renforcement de notre présence sur les réseaux sociaux ; un comité de soutien qui réunira des personnalités de la société civile ; des représentants dans chaque département et à l’étranger qui auront des instructions claires pour défendre notre cause et pour participer à l’organisation des primaires.

 

Nous avons des atouts en main : celui d’un projet pour la France déjà très avancé, qui sera finalisé avant le printemps ; celui de pouvoir compter sur l’appui de nombreux parlementaires, élus locaux et militants de Force républicaine ; et puis, j’ai la conviction que nos concitoyens veulent autre chose que le remake des présidentielles de 2012.

 

Aujourd’hui, personne ne peut prétendre être en pole position.

En réalité tout va bientôt commencer.

Plus que jamais, je me sens libre et indépendant de défendre ce que je crois juste.

J'ai intitulé mon livre "Faire".

Oui, je suis un opposant farouche à la politique des demi-mesures des socialistes et je tire de mon expérience la détermination que m’inspirent le temps perdu et les occasions manquées.

Oui, je suis l'adversaire irréductible du Front National dont le programme abaisserait et ruinerait notre patrie.

Oui, je suis convaincu qu’avec des réformes radicales on peut redresser la situation.

Oui, je suis convaincu que la souveraineté nationale récompense les nations fortes, compétitives, ordonnées sur le plan financier, ouvertes sur l’Europe et bien décidées à peser sur les affaires du monde. 

 

Le combat politique doit toujours revenir à sa source : celle du contact direct avec le peuple français.

Je vais repartir sur les routes de France.

Je vais visiter chaque département de métropole et d’outre mer.

Je vais écouter, débattre, convaincre, entrainer ceux qui veulent que ça change vraiment.   

J’ai vécu ma jeunesse dans un de ces villages qui parmi d’autres villages perd confiance et patience.  

« Pourquoi ferez-vous demain ce que vous n’avez pas fait hier ? » : voilà la question la plus fréquente et la plus sincère qui nous est posée par les Français. 

Je veux y répondre, là où la confiance est brisée, là où l’espoir attend une parole sincère et un projet sans concession.

 

Voilà, mes amis, mon chemin, et voici la belle bataille à laquelle je vous convie.

Prenez des forces à l’occasion des fêtes de Noël, ressourcez-vous auprès de votre «crèche familiale» et revenez en 2016 parés pour la bataille décisive.

"FAIRE" c'est maintenant une obligation d'intérêt national

Partager cet article

Publié par François Fillon
commenter cet article

commentaires

FRANCK 30/12/2015 08:16

Sur le journal le Point, un des terroriste du Bataclan inscrit à Pôle emploi a obtenu 20 000 € de prêt à la consommation, pendant que nous, dirigeants d'entreprises nous tentons d'épargner quelques euros pour pouvoir réinvestir et tirer l'économie. Puis si jamais on demandait quelque chose il faudrait que nous soyons caution. Voilà ce qui tue notre pays : l'assistanat, notre bonne conscience... Ceux qui travaillent parfois 7 j sur 7 sont ignorés et ceux qui arrivent à tirer le pays sont critiqués. Nous sommes comme dans la Rome antique, la fin d'une ère et comme l'écrivait le point un des complices était même dans l'armée française. C'est comme cela que un tirant à alors pris le pouvoir et sommes entrés dans la féodalité. Les armées romaines pour beaucoup composées de légionnaires étrangers se sont dressés contre les romains au lieu de les défendre. Cela me laisse songeur...

ponant bleu 21/12/2015 16:36

bonjour m fillon.toujours fidelement votre.l etat de la france est catastrophique et bien reel.la faute en incombe totalement a hollande et ses amis a ses allies.hollande pensait que tout allait s arranger tout seul,c est de la pure folie qui prouve son incompetence.il n a pas su gerer la correze comment aurait il pu gerer la france.malheureusement des le debut je savais que nous allions decliner mais pas a ce point.mefiez vous m fillon,pour etre au 2 eme tour de la presidentielle il ne fera rien de positif pour la france car il n en est pas capable,mais avec ses amis et allies il fera tout pour favoriser le fn pour que ce dernier soit au 2 eme tour face a lui,vous avez compris le scenario ,honteux.je pense que notre premier adversaire c est hollande ,il faut le combattre constamment,guerre totale et guerilla ,pas de cadeaux.exemple le drian en bretagne,hollande avait dit s il est elu pas de cumul,et bien le drian cumule.il faut le denoncer car imaginer l inverse si c etait la droite,ce serait un deferlement mediatico-politique.pas de concession.assez de cette droite molle qui pousse aussi nos electeurs vers le fn.la meilleure defense c est l attaque et comme le disait le general mangin,je cite,attaquer attaquer toujours.bonnes fetes et salutations.

un fonctionnaire 19/12/2015 16:02

Bonnes fêtes à vous M. FILLON
Recharger les batteries pendant des vacances et revenez nous l'an prochain, avec pugnacité et confiance, pour continuez votre action, elle est juste, vous nous devez ça .
cdlt

Simon 19/12/2015 14:13

Etant fondamentalement un libéral humaniste, je me sens plutôt proche de votre projet. Toutefois pour avoir une chance de gagner la primaire ne devriez vous pas faire alliance avec Mr Lemaire?

bibi 19/12/2015 11:02

rien ne va plus chez les LR il y a longtemps que vous auriez du quitter se parti est il encore temps? Juppé aussi fourbe que Sarkozy les Français ont besoin d un homme libre que la trêve de noël soit bonne conseillère et que 2016 soit l année ou les Français et les médiats découvrent le vrais François Fillon bonnes fêtes a vous et a votre famille

Jeanne Berthet 19/12/2015 02:10

Mr Fillon,
"hollande n'est pas le seul coupable" les bras m'en tombent..peut-être pour les cervaux mous ne l'est -il pas....expliquez-moi donc pourquoi je vivais mieux avant 2012?..pourquoi mes fins de mois deviennent de plus en plus pénibles...pourquoi j'ai reçu une belle lettre de mr Sapin m'expliquant que sans les mesures prises par le gouvernement j'aurais du payer 915 euros d'impôts sur le revenu cette année alors que je n'en payais que 210£ en 2011et 2012..comme mon revenu fiscal de référence est en dessous du seuil retenu,mon împôt est de 13 euros, non prélevé parce que trop faible..et comble, la suppression de l'exonération de l'impôt sur la majoration pour enfants ,j'ai eu quatre enfants,cette suppression a bien failli me coûter chère..et que dire du rétablissement de la demi-part des veufs ?..un défunt n'apporte aucune charge au survivant sauf celui de s'offrir plus de confort sur le dos de la société,je pourrai vous en fournir des exemples à la pelle...parent isolé qui élève seul des enfants ,tout à fait d'accord pour la demi part..mais veufs ou veuves qui vivent en couple non remariés,bonjour la belle vie ...les inégalités vont bon train sous ce président ,je suis bien d'accord avec vous pour tout ce que vous proposez,sauf que je préférerais voter FN ou blanc si par malheur, hollande est au deuxième tour des présidentielles face à Mme Le pen..votre message est plein d'espoir encore faut-il batailler rude et ne pas vous faire piéger pour le porter sous les couleurs de la Droite ,mais laquelle ? quand on voit les tristes spectacles de Mrs Estrosi et Bertrand, c'est a dégoûter des politiques girouettes...J'en ai marre des Raffarin, de NK M,de Juppé ,de tous ceux qui ne sont plus de notre parti et reprennent les idées de gauchistes...
votre bon sens ,je le souhaite tant, devrait l'emporter...heureusement l'espoir existe,avec Mr Wauquiez, Mme Pécresse et d'autres encore...
Sur cette petite note d'espoir ,je vous souhaite de tout cœur un très bon Noêl
Jeanne Berthet

rousseau 18/12/2015 09:23

les francais ont voté massivement Front national tout simplement parce que ils en ont marre de la crise économique , du chomage , de la dette publique , des impots , de la crise des migrants et des divisions de la droite sans véritable projet ou programme ! in fine, les Francais n'ont pas envie ou ne souhaitent pas que la France devienne à terme une république islamique ! toujours pas compris le message ? pourtant d'une simplicité ....biblique !!!

FRANCK 17/12/2015 20:47

Oui tout ce vous dites est vrai. Il faut que le travail des hommes soit valorisé et non réduit comme il en est aujourd'hui pour beaucoup. Il faut que le travail des entreprises soit valorisé et non réduit pour des injustes, mais injustes redistributions. Nous comptons sur votre franchise, votre courage, votre bon sens.

Anonyme 17/12/2015 17:26

quel beau message qui redonne espoir et confiance en l'avenir.
Merci François Fillon et Joyeuses fêtes en famille.

miquel denis 17/12/2015 16:45

Je suis convaincu de vôtre franchise et de vôtre honnêteté , mais la

bataille sera rude au sein de la droite , pour vous imposer .

Gérard Panda 17/12/2015 13:47

Parce qu’il a trahi sa promesse de révision du pacte européen, parce qu’il n’a pas remis à jour le code des Impôts et celui du travail, parce qu’il n’a pas baissé la dépense publique, fait le ménage dans les assemblées législatives et libéré les forces vives de la nation, parce qu’il n’a pas incité à travailler plus pour gagner plus, parce qu’il a laissé la Justice, sans assez de moyens aux mains du dogmatisme. Parce qu’il n’a pas pallié la déficience de Schengen en sécurisant nos frontières, parce qu’il a trop suivi les positions atlantiques et celles de Mme Merkel… Bref, comme dit Strauss-Kahn, parce que sa fusée est partie de travers, François Hollande a fait monter le mécontentement et boosté le Front National.

Baisse du pétrole, euro au plus bas, agios avantageux, liquidités abondantes, dans ce contexte inespéré (bien diffèrent de celui de François Fillon premier ministre) la France souffre de trop d’impôts, de trop de chômage, de trop de dette, de trop d’insécurité et de trop peu de croissance : Manuel Valls, en tant que Premier ministre en porte la responsabilité.

Incapable, pour cause de suivisme de la politique de François Hollande, d’obtenir de bons résultats, mauvais faiseur mais bon diseur, Manuel Valls a jusqu’ici réussi à donner le change en agitant le chiffon rouge du Front National.

Ce chiffon n’ayant plus lieu d’être, au moins pendant quelques mois, Manuel Valls cherche maintenant des partenaires capables de partager et même d’endosser ses échecs.

Déjà, dans les régions, Xavier Bertrand et Christian Estrosi prennent sur eux la charge de décennies d’impérities sur fond de réductions de dotations d’état. Sur le plan national, si Nathalie Kosciusko-Morizet (mal à l’aise dans un Parti stalinien) est encore indécise, Jean-Pierre Raffarin se porte candidat pour un gouvernement de salut national…Ah ! Les braves gens…

mercier 17/12/2015 12:10

Très très beau discours, vous êtes dans le vrai, dans la réalité Mr Fillon.
Les français ne veulent pas d'un remake de 2012, d'une revanche, c'est absurde, surtout dans l'état où se trouve notre pays. Foncé Mr Fillon nous sommes avec vous.

GRUSELLE 17/12/2015 12:10

Trés bien, mais besoin de plus d'accroche tout en gardant une sincérité

Jacques Gruselle

GRUSELLE 17/12/2015 12:08

Ancien sympatisant, je ne crois plus en Nicolas Sarkozy; je trouve que ce blog a un peu plus besoin de Marketing : plus d'accroche, caractéres plus grands, photos...
Je crois en la sincérité de Francois Fillon et souhaite le voir décoller dans les sondages.
Jacques Gruselle

Lem 17/12/2015 10:29

Monsieur Fillon, bonjour,
Je viens de lire votre texte. Votre analyse est bonne mais vous persistez dans l'objectif des fameuses " primaires". Ce que je comprends moins. Je sais qu'il vous faut de l'argent et c'est une façon d'en récolter : 2 € par 2 à 3 millions de votants vous permettra d'avoir une recette de 5 à 6 millions d'euros. Mais est-ce là la véritable Démocratie ? J'ai pensé ne rien vous dire Monsieur Fillon, mais mes références philosophiques m'ont toujours orienté à ne laisser personne dans l'erreur, à essayer d'être au plus proche de la vérité et dire avec sincérité ce que je pense. Et là, je pense que vous êtes dans l'erreur. Comme beaucoup de septuagénaires, j'ai un vécu qui a commencé par l'éclairage à la bougie et aller chercher l'eau au puits avec le seau. A l'époque, il fallait aider les Parents dès son plus jeune âge et l'on ne rechignait pas. Et toute notre vie, nous avons travaillé ainsi avec dynamisme. Hors, depuis ces quatre dernières décennies, vous les politiques, bien aidé par l'audiovisuel, avez anesthésié nos jeunes. Et recouru à la sacro-sainte argent. De mirages en mirages, vous avez ruiné la France et l'avez vidée de son contenu industriel, patrimonial et identitaire. Et aujourd'hui, en mettant le Peuple devant des faits accomplis, on se croirait presque en dictature ou en Royauté. Et l'on peut avoir des doutes sur votre compréhension du message du 6 décembre dernier.
Ce n'est pas de système à l'Américaine que nous avons besoin, ce n'est pas adapté à la France ni à nos valeurs. Il nous faut de la proximité, de la vraie Démocratie, de la Démocratie directe, du Peuple au candidat. Nous avons besoin de choix, d'émancipation et d'écoute. Et vous nous bridez de tous les côtés. Ce n'est pas en segmentant la France en deux camps que vous réussirez. Vous avez une occasion unique de former un grand Parti pour lequel vous avez déjà un nom : " Force Républicaine ". Et de merveilleux soutiens avec Valérie Pécresse, NTM, Xavier Bertrand et beaucoup d'autres encore. Il est temps de faire du nouveau. Nous avons perdu 50 ans depuis le Général De Gaulle qui lui, avait une vraie vision de l'avenir. Et beaucoup d'humilité. Il payait ses repas du week-end sur son salaire et avait une vie simple, avec pour but des économies : suppression du Sénat qui ne sert à rien, diminution du nombre de Députés, etc... Mais je sais que vous ne vous tirez pas une balle dans le pieds et vous avez trop peur d'effaroucher toute la caste, donc rien ne changera. Et je voterai pour la Personne qui se présentera seule avec son programme devant le Peuple et non pour une personne choisie à l'avance par ses congénères. Voilà ce que je pense Monsieur Fillon. D'ici là, que la lumière de Noël éclaire votre réflexion afin d'apporter au Peuple pour 2016, l'Espérance. Merci.

ckaude 20/12/2015 10:13

bravo pour votre analyse Mr FILLON oublie "son " bilan qui en fait n'est pas le sien il n'a rien fait à part d'etre au garde à vous.Sortir de l' OTAN rapidement coute de l'argent sans aucune aide sauf permettre aux USA leur colonisation DE GAULLE avait vu clair il nous a meme évité le dollard comme monnaie.Apolitique les parties ne m'intéressent ce sont les hommes et leurs idées Malheureusement à part le boniment qu'apportent -ils ?????

Stéphanie 17/12/2015 10:19

Bravo !
Maintenant il ne faut plus un homme de droite ni un homme de gauche pour conduire le pays, il faut un Homme honnête et motivé qui conduise notre pays :
M. Fillon est cet Homme !
Pourquoi ferait-il ce qu'il n'a pas fait hier ? Parce qu'il s'est rendu compte que le monde a changé et que nous devons nous adapter à lui et grandir avec lui.
Que votre croisade commence dans l'intelligence et s'achève dans la paix.
Bien cordialement,
Stéphanie

reiller 17/12/2015 09:09

La rupture c'est la liberté, sous entendu liberté de survivre en faisant vivre une classe dominante dont le poids étouffe tout le reste de la nation, puisque là vous ne proposez aucun changement.

Pourtant le train de vie fastueux du moindre de nos "représentants" choisis par les bureaucraties partisanes ne doit rien à la nature des choses ,mais à des textes qui y incitent.

Pourtant l'impuissance de l'exécutif, n'est pas plus naturelle, et doit tout elle aussi à des textes qui organisent cette impuissance, et en particulier à la présence de salariés de l'état sous statut partout dans la classe dirigeante.(y compris centrales syndicales).

Pourtant que les partenaires sociaux qui discutent à Paris, ne représentent nullement les salariés du privés, et sont toujours d'accord pour préférer l'idéologie au détriment du chômage, n'est pas le fruit du hasard, mais bien le résultat de la manière dont sont organisés ces média par et avec ,la puissance publique.
......

L'homme qui a un cailloux dans sa chaussure ne pense pas à Dieu; alors ne nous demandez pas d'espérer.
L'homme qui nage avec des fers aux pieds se noiera, n'espérez pas que nous feront mieux.

Pascal Laborie 17/12/2015 07:53

Cher François Fillon

Le problème des primaires est que les électeurs socialistes voteront massivement pour un homme de la droite molle...
Vous et NS êtes disqualifiés pour les primaires.
Nous connaissons déjà les gagnants, Alain Juppé et son éventuel Premier Ministre JP Raffarin.
La gauche passe son temps à faire des calculs politiques et de la démagogie au lieu de gérer, ce dont elle est incapable étant donné son dogmatisme incompatible avec le monde du privé.
La question à se poser est de savoir comment être au second tour de la présidentielle.
Si NS vous propulsait à la tête des Républicains vous auriez peut être une chance, mais le comprendra-t-il?
Je ne ferai même pas de commentaires sur le dernier conseil des ministres post-élections.
Ces personnes méprisent le Peuple Français!
Ce ne sont pas des républicains mais de dangereux imposteurs.

Amitiés

Pascal

Michel94000 17/12/2015 00:10

Effectivement il faut faire, nous n'avons plus le choix et les avancées de M. FILLON sont les bons choix même si, au vu du sondage tout le monde est d'accord mais ne veut rien céder des avantages en cours mais qui ne peuvent plus tenir. C'est fini, on emprunte sur les marchés internationaux pour distribuer à la population et faire fonctionner l'Etat, on a déjà dépensé plus que l'on a collecté d'impôts et taxes, on est très mal...
Inquiétez vous de l'évolution de la dette, qui va la payer ?
Il faut bien diminuer les charges partout où c'est possible, fonctionnaires, dépenses de l'Etat, âge de la retraite, sinon nous allons finir par rejoindre la situation grecque et ce sera la catastrophe. M. FILLON c'est le bon sens, même s'il est un peu douloureux, nous n'avons plus le choix !
Lui au moins il est un des premiers a mettre les français au courant de la situation réelle de notre pays au plan financier, c'est la preuve d'un courage rare chez les hommes politiques.

Jean 16/12/2015 20:16

Je vous entend M. Fillon. Je suis d'accord avec vous. Pourquoi ne quittez-vous pas votre parti actuel et ne créez-vous pas avec d'autres un grand mouvement libéral destiner à FAIRE au lieu de continuer à PARLER ?

Leclercq Yves 16/12/2015 18:40

Reçu cinq sur cinq. Les affaires sérieuses commencent.

duvergt 16/12/2015 18:20

Bien, mais on fait quoi maintenant. Car la droite n'a pas vraiment brillé ces deux dernières années. Vous avez entendu nos attentes alors s'il vous plaît agissez et commencez par faire un peu de ménage et indiquez aux français à quoi vous êtes prêts à renoncer dans vos cumuls pour donner envie aux français d'aimer les politiques.

POMMIER G 16/12/2015 18:14

J'adhère sans aucune restriction à ce que je viens de lire.
Il est tant de parler clairement aux français, il est tant de vous positionner en leader de la droite républicaine, ceci sans calcul ni retenu au sein du camp LR. Les français n'attendent que l'avènement d'un leadeur sérieux et courageux!!!.

Mes vidéos

Fil Twitter

Recherche