Ce site n'est plus à jour

Découvrez Fillon2017.fr
19 février 2015 4 19 /02 /février /2015 19:30
Tribune publiée ce vendredi dans le journal Le Figaro

En mai 2012, François Hollande n’a pas été élu sur un programme, il l’a confirmé deux ans plus tard.

Parler aujourd’hui de disparition de sa majorité relève d’une construction intellectuelle ou d’une illusion politicienne. Il n’y a jamais eu, depuis 2012, de majorité pour mettre en œuvre un programme politique destiné à remédier aux lourdes difficultés de notre pays. Il y a une alliance de circonstance entre partis qui se disent de gauche pour exercer le pouvoir, et une alliance d’intérêts à l’intérieur du parti socialiste entre des factions qui ne partagent ni diagnostic, ni analyses, ni propositions, dans le cadre d’une stratégie qui est avant tout électoraliste. D’ailleurs, cette majorité qui n’est que la combinaison de tactiques personnelles perdurera dans les faits, comme le montre le rejet de la motion de censure, tant que chacun y conservera son intérêt, grâce aux deux béquilles de l’inaction gouvernementale d’un côté et des effets de tribune sans conséquence de l’autre. Le seul résultat hélas sera la désaffection croissante des français pour la politique quand elle est faite ainsi, et la montée des extrêmes.

Depuis 2012, l’amateurisme l’a disputé au dogmatisme. Naviguant à vue, le Président de la République a changé de ligne en permanence, se bornant à guetter les circonstances propices ou à attendre les vents favorables.

Et pourtant, aussi imparfaite soit-elle, la loi Macron était une première occasion de tenter autre chose. Dès le début de la discussion, j’avais annoncé être prêt à voter ce texte sous certaines conditions, délibérément limitées afin de laisser une vraie chance au progrès.

Ma démarche n’était pas anodine, transcendant les intérêts des partis, elle se voulait utile au sursaut du pays. Elle n’a récoltée qu’une fin de non recevoir de la part du Président et de son Premier ministre.

La petite politique, celle qu’aime et que connaît si bien François Hollande lui interdisait sans doute de considérer l’intérêt du pays avant le maintien sous respiration artificielle de la chimère qui structure sa vie politique depuis plus de 30 ans : la synthèse au Parti socialiste.

J’ai participé aux débats en les abordant dans l’esprit le plus constructif possible. Jusqu’à ce qu’il soit clair hélas que les consignes données au ministre Macron n’étaient pas de construire, sur ce texte présenté comme important, une majorité d’idées pour réformer le pays, mais seulement d’amadouer l’aile gauche de sa « majorité » par une suite de concessions qui vidaient, peu à peu, un texte déjà peu ambitieux de son intérêt.

Et pourtant, si on pouvait aller au 49-3, pourquoi alors ne pas faire un vrai texte de rupture ? On assiste avec stupeur au psychodrame de dernière minute, vaguement dramatisé par des scénaristes de pacotille, pour vérifier si oui ou non existe une majorité pour le compromis élaboré dans la douleur, et constater que non. Mais n’aurait-on pas gagné, collectivement, à effectuer cette vérification d’emblée ? Le ministre et le gouvernement n’avaient-ils vraiment aucune idée, en entamant les débats, du compromis qu’ils étaient prêts à accepter ? Et s’il apparaissait que celui-ci n’était pas acceptable pour les opposants internes du PS, alors pourquoi reculer aussi souvent en faisant mine de chercher une majorité impossible de ce côté-là ? Et surtout, pourquoi refuser toutes les propositions qui auraient permis de bâtir un texte vraiment utile, en allant chercher sur tous les bancs de l’Assemblée l’illustration de cette « unité nationale » ou de cet « esprit républicain » qui sert désormais de mantra aussi creux qu’agressif au Premier ministre ?

La loi Macron, je l’ai dit d’emblée, avait deux caractéristiques : elle allait plutôt dans le bon sens, celui de la libération plutôt que de la contrainte ; elle manquait singulièrement d’ambition. La question était donc : vaut-il mieux une ébauche de réformette ou rien du tout ? Dit autrement, comment un député de droite peut-il voter contre un texte qui, même très imparfait, va plutôt dans le sens qu’il préconise ?

La réponse n’est pas simple. Mais elle détermine une différence d’approche fondamentale pour les futurs programmes.

En effet, si je suis convaincu que la France a la capacité de se réformer, je sais aussi, pour l’avoir pratiquée, que la réforme est difficile, douloureuse, exigeante. La situation de notre pays est celle d’un malade qui ne peut pas se permettre une succession de petits cautères, une alternance de petits remèdes variés, le tout derrière un discours lénifiant et attentiste. Il faut au contraire un traitement clair, énergique et déterminé. Voter la loi Macron, dans l’état où les tractations internes au PS l’avaient laissée sans même parvenir à convaincre, aurait été une erreur.

On ne peut plus se payer le luxe de la demi-mesure. On ne peut plus galvauder une partie importante de l’énergie politique de notre pays pour des réformettes aux résultats incertains. On ne doit plus bercer les français dans l’illusion que le chômage de masse, l’insécurité grandissante ou la réponse à des défis géopolitiques sans précédent se résoudront par l’application localisée d’une petite pommade indolore.

Cela implique la construction d’un programme, l’élection d’une majorité sur cette base, et sa mise en œuvre sans compromis. Cette ambition est désormais le sens de mon action politique.

Pourquoi la loi Macron et le 49-3 illustrent la nécessité d’une autre politique

Partager cet article

Publié par François Fillon
commenter cet article

commentaires

VALLERON 02/03/2015 10:23

Tout à fait en accord avec Monsieur FILLON. Espérons qu'il sera entendu!

Cognard Daniel 01/03/2015 14:26

Monsieur Fillon.
Monsieur le premier Ministre.
Je suis, avec plaisir, votre démarche consistant à proposer de voter pour UN candidat ET le programme qu’il appliquera s’il est élu.
Je déplore, toutefois, le peu d’impact que votre démarche a sur le public. Votre programme devrait être diffusé plus largement pour montrer à vos électeurs l’intérêt des propositions qui y sont développées.
Une humble suggestion, que je reconnais politiquement difficile à mettre en œuvre, consisterait à composer, dès maintenant, l’équipe qui aura pour mission de lancer ce programme. C'est-à-dire désigner dès aujourd’hui les ministres et secrétaires d’état concernés.
Cette procédure aurait l’avantage d’avoir une diffusion plus importante de vos propositions car véhiculées par un grand nombre de personnes et, de plus, par celles qui maîtriseront le mieux les sujets qu’elles défendront et qui s’engageront pour leurs applications à venir.
J’ajouterais que je voterais plus volontiers pour le candidat, son programme ET l’équipe dont j’aurai la connaissance et que je retrouverai ensuite à la tête du pays au lieu du candidat, dont le programme est évoqué au fil des discours qu’il tient, dont les qualités sont souvent celles que lui attribuent les médias et dont la politique qu’il mènera, dépendra de la composition de son équipe qui, elle, satisfera, avant tout, le résultat des urnes au détriment des promesses de campagne.
Il ne manque pas d’exemples pour le démontrer.

MOLL José 26/02/2015 17:36

F.Fillon a toujours le verbe de vérité et c'est réconfortant.
Est-ce que la V ème république permet, en l'état, de mettre en oeuvre un programme qui pourrait
donner à la France la force dont elle a le potentiel ?
Faudrait-il perfectionner la constitution pour éviter les ravages de la démagogie ?
Ne devrait-elle pas prévoir des sanctions pour les promesses non tenables et non tenues ?
Depuis 1981 les leçons décevantes ne devraient-elles pas mettre en causes les faiblesses, malgré les vertus évidentes mais insuffisantes pour la conduite d'un grand pays ?
L'équipe de F.Fillon fait du bon travail et c'est encourageant.
Les spécialistes et juristes doivent je suppose travailler pour trouver des réponses .
Bon travail.Merci

MOLL José 26/02/2015 17:36

F.Fillon a toujours le verbe de vérité et c'est réconfortant.
Est-ce que la V ème république permet, en l'état, de mettre en oeuvre un programme qui pourrait
donner à la France la force dont elle a le potentiel ?
Faudrait-il perfectionner la constitution pour éviter les ravages de la démagogie ?
Ne devrait-elle pas prévoir des sanctions pour les promesses non tenables et non tenues ?
Depuis 1981 les leçons décevantes ne devraient-elles pas mettre en causes les faiblesses, malgré les vertus évidentes mais insuffisantes pour la conduite d'un grand pays ?
L'équipe de F.Fillon fait du bon travail et c'est encourageant.
Les spécialistes et juristes doivent je suppose travailler pour trouver des réponses .
Bon travail.Merci

Dom DELANDRE 24/02/2015 12:25

OUI M FILLON IL NOUS FAUT UNE AUTRE POLITIQUE!
Un fait me conforte dans cette idée:
Une maison des Compagnons du Devoir située à CEPOY dans le Loiret près de MONTARGIS va devoir fermer dès avril car elle ne répond pas aux normes préconisées par nos fous furieux de la réglementation. Les coûts engendrés par ces travaux sont insupportables et la seule solution est donc la fermeture.
Cette formation d'excellence fait partie de notre patrimoine, elle a permis à travers les siècles la transmission de valeurs éducatives, humaines et professionnelles, la transmission d'un savoir faire que de nombreux pays nous envie.
Mon fils a pu bénéficier, il y a quelques années, de d'une excellente formation dans cette maison, ce qui lui permet de se réaliser dans sa vie professionnelle et donc personnelle. A l'époque les locaux me paraissaient parfaitement adaptés, certes peut être manquait il quelques centimètres à telle porte, les marches de l'escalier étaient peut être trop hautes ou.. trop basses!
C'est dramatique! Il semblerait que 41 maisons soient concernées en FRANCE par cette débilité.
M FILLON FAITES QUELQUE CHOSE!!
Va t'on continuer longtemps à dilapider notre savoir faire, notre savoir être?
A l'heure où le gouvernement se targue de vouloir valoriser l'apprentissage (après l'avoir totalement délaissé) des écoles d'excellence vont disparaître du territoire, c'est insupportable.
J'ose espérer que derrière tout cela il n'y a aucune arrière pensée idéologique.
J'espère sincèrement que vous aborderez de manière radicale cette problématique dans votre programme, je sais que vous y êtes sensible.
Avec tout mon respect et avec ..espoir

pery 23/02/2015 15:34

à méditer, cette analyse, d' un grand politique

Lem 23/02/2015 03:06

Monsieur Fillon, bonjour,
Je ne connais pas très bien l'orientation de la loi Macron mais, une chose est sûre, il ne fallait pas être complice des échecs de la gauche au pouvoir. Et en plus, comme ils ( les socialistes), n'ont pas accepté vos amendements, vous avez bien fait de ne pas la voter. Maintenant, il vous faut demander ardemment la dissolution de l'Assemblée Nationale, puisque le gouvernement n'a plus de majorité. Et refonder un nouveau contexte politique avec des personnes qui vont du MODEM jusqu'à une partie de l'UMP, c'est à dire celle qui accepte de gouverner la France au Centre comme l'à toujours dit le Général De Gaulle. Le Général gouvernait avec des RPF, des Indépendants et Paysans, des Radicaux, des MRP, etc.... .Pour mener un Pays vers le succès, il faut abandonner les idéologies et la politique politicienne en faisant des réformes pragmatiques et réfléchies. Arrêter tous les gaspillages de temps et d'argent et que tout centime dépensé soit utile à toute la société. Car l'on voit bien que c'est si facile de dépenser l'argent des autres. Ce sont les Français qui payent. Et qui n'en peuvent plus de voir s'enrichir les 500 plus grosses fortunes de France et s'appauvrir tous les autres travailleurs et à qui l'on demande encore des sacrifices. Faites bien attention à tout cela Monsieur Fillon et soyez très attentif au Français moyen afin que la marmite qui bout n'explose pas ! Que ce soit financièrement ou dans l'aménagement du territoire. Ce que souhaite le Français lambda, ce n'est pas des regroupement ni de centralisation mais de la vraie décentralisation et de la proximité. Du travail pour tous là où nous sommes nés et des rémunérations adéquates. Merci.

Dom DELANDRE 22/02/2015 10:04

M Macron propose dans le JDD du jour de nouvelles propositions de lois qui pourraient s'apparenter à votre agenda national. Qu'elle serait votre attitude dans ce cas?
Il me semble nécessaire de sortir du petit jeu politicien pour engager enfin les réformes nécessaires au redressement du pays et pour également pour éviter la montée des extrêmes.

Floréale 22/02/2015 09:57

Je persiste, les véritables libéraux sont à gauche désormais Cela semble beaucoup déranger, mais c’est ainsi. Car être Libéral c’est avoir l’Audace, la Témérité, la Ténacité, la Bravoure et le bel Esprit du Marquis de La Fayette » et non pas être « une culotte dorée » bien au chaud dans ses pantoufles, le béret enfoncé jusqu’aux oreilles …. !

Dom DELANDRE 23/02/2015 16:23

Je ne sais pas si les vrais libéraux sont à gauche mais au moins ils essaient de faire passer quelques réformes certes peut être insuffisantes mais qui ont au moins le méritent d'exister et que les soi-disant libéraux de droite n'ont pas osées faire.
Cette gauche réformatrice a au moins le mérite de participer à la mue idéologique de la gauche ringarde marxisante, rien que pour cela elle est utile au débat!
Que F Fillon aille au bout de sa démarche d'émancipation sous peine de banalisation dans le grand fourre tout de l'UMP.
Si l'UMP ne clarifie pas sa doctrine, il ne restera que les socio-libéraux de gauche face au FN. C'est un véritable danger.

JPP39 21/02/2015 17:39

Au Sénat les amendements vont certainement faire place à vos idées, on peut l'espérer. La suite risque d'être édifiante...

HARY 21/02/2015 15:01

Bravo, mais on en reste à la loi-croupion de M. Macron.
Quand l'UMP va-t-elle établir son programme de gouvernement et faire en sorte que ses ténors sortent chaque jour des avis divergents sur tout et n'importe quoi, en faisant rire en particuliere la Presse toute entière et, les partisans du FN.
Les spécialistes de ces petits jeux, Alain Juppé et NKM ne pourraient-ils garder leurs réflexions pour les discussions interne au lieu de les confier aux journalistes.
GH 21/02

bibi 21/02/2015 11:30

comme toujours bonne analyse vivement que tout le monde le comprenne allons nous tenir 2 ans ?

Dom DELANDRE 21/02/2015 11:29

oui il faut appliquer une autre politique avec une autre majorité.
L'urgence est à la refondation, les clivages classiques sont devenus obsolètes. Incarnez ce changement, entourez vous d'hommes et de femmes de tous horizons prêts à renverser la table, à changer de logiciel.
La mondialisation de l'économie, le contexte géopolitique dramatique actuel, les mutations sociétales doivent, vous, nous, inciter à bousculer l'ordre établi.
Vous êtes probablement plus proche d'un Valls et d'un Macron que d'un Guaino.
Prenez des risques cher François, vous prônez la rupture, alors rompez avec l'ordre établi des partis dits classiques. La colère gronde dans le peuple, canalisez, incarnez cette énergie avant qu'il ne soit trop tard!
Ayez cette dimension gaulliste que vous revendiquez: la rencontre d'un homme et d'un peuple!

Jean François Chaussier 21/02/2015 08:33

Nicolas Sarkozy a pour objectif de briser l’alliance de l’UDI et du Modem. Cette stratégie a débuté par la maltraitance d’Alain Jupé lors du dernier congrès de l’UMP et c’est poursuivi par la motion de censure sur laquelle il a contraint, par les investitures, l’UMP et l’UDI au rassemblement. La question est de savoir si l’union de l’UDI et du Modem résistera à cette offensive. La tentative de déstructuration de la droite républicaine orchestrée par Nicolas Sarkozy risque de lui être fatale.

Carol Langloy 20/02/2015 23:57

Il fallait, bien au contraire, voter cette loi, de façon à montrer au moins que seul l'intérêt de la France vous guide. Un petit pas dans le bon sens, c'est mieux que pas du tout. Une fois de plus, la droite se couvre de ridicule et n'inspire que le chagrin et la pitié...

Jurong 20/02/2015 21:05

Je vous suis à 100%

Bertrand L 20/02/2015 18:24

Et dire qu'il y a des gens qui désespèrent de la politique ! Mais non, il y a des hommes politiques responsables et soucieux de l'intérêt général. Et tant qu'il y en a, tout est encore possible. Merci François Fillon, continuez. Avec vous, Bertrand L

Christine 20/02/2015 16:35

Bonjour Monsieur Fillon,
Votre bonne volonté a le mérite de la sincérité. Mais la preuve est faite que ce gouvernement se moque, encore et toujours, des Français en parlant à tout bout de champ d'unité nationale et de valeurs républicaines. M. Hollande et M. Valls ne voulaient surtout pas que des voix de droite viennent entacher leur loi qu'ils voulaient être de gauche, rien que de gauche, tant ils sont imbus d'eux-mêmes et peu soucieux de l'intérêt général. Nous comptons sur vous pour continuer à faire de la pédagogie auprès des Français et non pas de la petite politique. Bien sincèrement.

gerard 20/02/2015 13:14

très bon texte. nous pensions que la droite pouvait voter la loi Macron. Si nous avons bien compris. tous ou en grande partie les amendements ont été rejetés .Mr Valls nous rabat les oreilles en targuant qu'il n'y avait pas de majorité alternative.si c'était le cas, on serait en cohabitation. préparez un programme solide pour la primaire 2016 .nous vous soutenons.

Hyperion 20/02/2015 12:21

je relis certains des commentaires de mes compatriotes...
je voudrais juste leur dire qu'il ne faut pas voter Contre, mais Pour (autre chose).
ou pour dire autrement : il ne s'agit pas d'abattre l'autre mais de proposer une alternative.
même si je ne suis pas de gauche, je les respecte.

Hyperion 20/02/2015 12:14

c'est malheureux d'en être là, mais je suis d'accord avec vous.
une question cependant car on entend de tout et son contraire : le gouvernement peut-il utiliser le 49-3 autant de fois que nécessaire ? par exemple pour faire des réformes plus fortes comme semble le dire Monsieur Valls (je suis peut-être naïf mais je le crois pas quand même d'assez bonne foi. enfin, je pense qu'il veut vraiment faire avancer...).

Bernard 37 20/02/2015 11:45

"Construire un programme et faire élire une majorité sur cette base et sa mise en œuvre sans compromis. Cette ambition est désormais le sens de mon action politique".
Bla- bla, ouais! Après la compromission du Doubs où Jupé-Sarko viennent de faire élire le socialiste, on ne voit pas trop ce que vous pouvez faire avec ces gens là, sinon vous compromettre un peu plus avec le PS et les bayrouïstes.
Plus de 50% des sympathisants de l'UMP veulent un accord avec la Droite, avec TOUTE la droite Républicaine, c'est à dire avec le parti de Marine Le Pen," le moins sectaire" et le plus patriote de tous les partis Républicains. Il y a désormais assez de monde pour créer un nouveau parti d'Union Nationale qui écrasera l'UMP maintenu... car il semble bien que N Sarkozy n'ira pas au bout de cette démarche de salubrité politique qui consisterait à liquider ce panier de crabes.
Il suffit de trouver un programme -commun à tous les démocrates- qui réponde aux attentes des Français.

Lem 23/02/2015 21:01

Entièrement d'accord avec vous. Monsieur Fillon n'a rien à faire au sein d'une UMP complètement dépassée et en lambeau. Il faut construire un programme dans lequel de nombreuses personnes se reconnaissent et à partir de là, créer un nouveau parti, même s'il comporte différentes composantes. C'est le seul moyen d'éviter à la France de basculer dans l'inconnue et pour ne pas ouvrir un boulevard à la réélection de François Hollande, sous couvert de rassemblement Républicain. Présenter un bon programme, réaliste et pragmatique, en écoutant ce que disent les citoyens, en éliminant toutes sortes de compromission, en ne faisant pas de dépenses inutiles et en donnant à chacun, les possibilités de s'épanouir là où il vit. Voila Monsieur Fillon des jalons pour faire un bon programme, encore faudra-t-il si tenir. Vous le dites. Eh bien, nous vous attendons. Merci.

Bellenger 20/02/2015 11:03

Vivement que Hollande disparaisse. En bon socialiste, il ne fait qu'appliquer le traité de Maastrich, et depuis 40 ans qu'on essaie, on sait que ça ne marche pas. Voilà pourquoi le programme de François Fillon nous redonne de l'espoir. Avec lui, nous retrouverons les trente glorieuses que nous avons bêtement démolies en 1973.. Nous retrouverons la vigueur d'une saine politique. La Monnaie doit redevenir un bien collectif entre les mains du Gouvernement du Pays. La vraie Modernité, c'est que la Monnaie soit l'outil de fonctionnement du Politique et de l'Economie. C'est pour cela que le Général de Gaulle s'est tant battu. Avez-vous écouté le Documentaire de Lundi soir sur France 3 ; voilà 70 ans qu'on attendait de savoir ce qui s'est passé pendant la période 1940-1944. Patrick Rotman en a retrouvé les archives.
Ajoutez à cela que les BRICS prônent la même chose pour sortir de la crise, la fin de crise pourrait apparaître très prochainement. Et François Fillon en aura été l'artisan avec ses amis Gaullistes.

ponant bleu 20/02/2015 10:56

bonjour m fillon.une nouvelle fois votre analyse est claire et juste.il faudrait vous voir et vous entendre plus souvent dans les medias mais ces derniers sont truffes gangrenes de journalistes de gauche.quand a valls il a tout du petit ce n est pas en hurlant en disant a droite vous etes mauvais a gauche nous sommes bons que l on est ou devient un leader.tout ces gens de gauche devraient faire un stage dans l armee sac au dos et en entreprise privee a aller chercher des commandes .moi tout ca je l ai fait.et je n ai pas rencontre beaucoup de gens de gauche.ils preferent l enseignement la fontion publique ou le show business.comme dit mon voisin ex pdg de85 ans c est la france qui fout le camp.salutations.

rousseau 20/02/2015 09:23

100% d'accord avec vous Mr Fillon ! votre prise de position et votre explication ont au moins le mérite de la clarté et de la lucidité dans cette affaire ! ce qui n'est pas le cas de l'ensemble de l' UMP qui oserais je le dire ? fait plustot dans la Valls hésitation ! on finit par ne plus rien comprendre dans les prises de positions floues et confuses de L 'UMP ! pour le moins ....discordante ! pédagogie et explication il n'y a que cela de vrai ...non nous ne sommes pas des veaux encore moins des moutons bèlants ! il suffit tout simplement d'expliquer ......

alice 20/02/2015 08:39

On voit toujours la paille dans l'œil du voisin.....Pourquoi n'avez-vous RIEN FAIT quand vous étiez aux manettes....?????....POURQUOI......?????????

alice 23/02/2015 19:30

…..parce que « mon cœur saigne »….parce que « j’ai mal pour La France »…..parce que cette « Lumière d’Espoir Libérale » proposée par Emmanuel Macron…vient d’être soufflée par « La Vanité de Tous »……Les Français attendent plus de Grandeur….plus de Hauteur…un Nouvel ESPOIR et non point le misérabilisme et la mesquinerie de la Politique Politicienne…j’attends BEAUCOUP PLUS de FRANCOIS FILLON……j’attends de la FORCE, j’attends de l’ECLAT…j’attends sa VICTOIRE…… !!!

Olivier du Nord 21/02/2015 18:17

Monsieur Fillon a plusieurs fois répondu à cette question, sur ce blog et ailleurs. Informez-vous au lieu de ressasser un argument usé jusqu'à la corde.

bibi 21/02/2015 18:14

Alice vous me décevez après temps éloges sur fr Fillon maintenant vous faite parti de ses détracteurs ?

bertrand 20/02/2015 08:38

Vous ne m'enlèverez pas de l'idée que la tactique tacticienne fleure bon la petite cuisine politicienne.....
Et pour couronner le tout une motion de censure incompréhensible votée par les communistes !
Face au FN,il serait temps de faire savoir quelle Europe vous voulez pour la France et dépasser le "ronron" habituel de l'UMP qui est parfaitement démodé.et dépassé
C'est le véritable enjeu des grandes consultations nationales prochaines. En tout cas c'est celui qui passionne la jeunesse.D'ailleurs,cette préoccupation mobilise formidablement d'autres peuples:UK,Espagne etc
Il faudrait aussi essayer de renverser la table dans ce domaine.....

Charles Gancel 20/02/2015 08:29

Depuis un demi siècle au moins, la gauche de la gauche impose un magistère moral à l'ensemble de la classe politique à l'exception d'une seule formation, le Front National, qui aujourd'hui recueille les bénéfices nauséabonds de son indépendance.
C'est pourquoi l'UMPS, belle invention rhétorique de Marine Le Pen, fonctionne à merveille.
Force Républicaine offre une vision libérale, ouverte et réaliste de ce que doit être la politique. C'est une caractéristique qui précisément distingue ce mouvement de l'UMPS dont le FN a su imposer l'image, mais aussi du FN dont la ringardise étriquée, populiste et centralisatrice n'a pas d'avenir dans le monde tel qu'il est.
Continuez!

ollivier 20/02/2015 08:28

Bonjour
Je suis d'accord avec vous Monsieur Fillon.
Monsieur Macron n'aurait jamais du faire des concessions sur ce projet de loi,.
Tant qu'à utiliser le 49-3 il fallait passer le texte en totalité.
La censure n'aurait jamais été votée par les socialistes trop attachés à leur petit intérêt personnel
Ce façon de faire de la politique me dégoute et je ne serais pas surpris que le FN profite encore plus à cause de ce genre de comportement
Un De Gaulle manque à la France

Leclercq Yves 20/02/2015 07:43

François Hollande a été élu sur un programme séducteur, mais irréaliste et intenable. Il satisfaisait les éléments les plus dogmatiques, trop nombreux, de son parti et des partis de gauche allié pour la circonstance.
Son virage, imposé par la réalité, n'est pas accepté par ceux qui imaginent une nouvelle révolution inspirée par le marxisme, et la croient compatible avec l'environnement européen. Ses frondeurs sont bêtes, sincères, mais pas fous. Ils n'ont pas voté la censure.
Je salue votre position, pragmatique et positive, qui émerge comme telle, et est de plus en plus reconnue comme un authentique programme présidentiel.

popolski 23/02/2015 15:36

analyse à méditer, de grande politique

Mes vidéos

Fil Twitter

Recherche